AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782707182050
160 pages
Éditeur : La Découverte (05/06/2014)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 4 notes)
Résumé :
" Développement durable ", " agriculture raisonnée ", " flexisécurité ", " moralisation du capitalisme ", la production massive d'oxymores désoriente et rend les populations inaptes à penser. Comment résister à cet argumentaire pervers érigé en en véritable mode de gouvernement ? Les démocraties modernes possèdent-elles les ressorts nécessaires pour prévenir et affronter la catastrophe écologique due au réchauffement climatique ? Comme l'explique Bertrand Méheust, c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
CCocoCCoco   04 décembre 2016
Ce mode de raisonnement linéaire, qui généralise une expérience vieille d'à peine un demi-siècle, fait l'impasse sur les longues incubations invisibles, sur les effets différés, sur les effets de seuil, sur les synergies des nuisances.
Ainsi, les stations 'épuration ont d'aabord paru la réponse adéquate à la pollution des rivières. Mais il nous faut aujourd'hui déchanter. De plus en plus saturées, elles laissent passer les substances les plus toxiques qui s'accumulent dans les sédiments au fond des cours d'eau, dont la mort à moyen terme est ainsi programmée. Si l'on poursuit la tendance (c'est-à-dire si, au lieu d'éliminer radicalement les causes de la pollution, on augmente la puissance et le nombre des stations), on arrivera à une situation où le réseau tout entier des cours d'eau sera mis sous dialyse, comme l'est déjà, en vertu de la même logique, le réseau d'Internet, où des épurateurs tentent vainement de filtrer la montée des immondices culturelles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CCocoCCoco   05 décembre 2016
"Développement durable", "croissance négative", "marché civilisationnel", "financiarisation durable", "flexisécurité", "moralisation du capitalisme", "offre d'emploi raisonnable", "vidéo-projection", "décélération de la croissance", mal propre", etc. La montée des oxymores constitue un des faits marquants et révélateurs de la société contemporaine, particulièrement française. Le propre de l'oxymore est de rapprocher, d'associer, d'hybrider et/ou de faire fusionner deux réalités contradictoires, d'où la diversité des formes qu'il peut revêtir et des fonctions qu'il peut assumer.
Le "poisson soluble" de Breton visait à nous déconditionner en court-circuitant nos associations mentales habituelles. Mais le clip publicitaire qui nous montre la chevauchée d'un 4x4 dans un espace vierge cherche au contraire à nous conditionner à l'idéologie consumériste : en associant deux réalités contradictoires, l'espace naturel et la machine qui le dévore, il nous suggère perfidement la possibilité de leur conciliation. Et le "4x4 urbain" est la concrétisation de ce fantasme : une coûteuse et absurde machine de plusieurs tonnes, dévoreuse d'espace, de matières premières et d'énergie. Un oxymore de métal et de plastique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CCocoCCoco   05 décembre 2016
C'est ici le lieu de rappeler l'étymologie grecque d'oxymore, qui signifie "folie aiguë". Utilisé à dose massive, l'oxymore rend fou, comme l'ont montré Gregory Bateson et Paul Watzalwic. Transformé en "injonction contradictoire" par des idéologues, il devient un poison social. Le langage exprime déjà ces tensions et cette fuite devant le réel. Une novlangue libérale dont la fonction principale est de gommer les réalités qui fâchent, les aspects de la condition humaine qu'il convient de masquer, est en train de prendre la suite de l'ancienne novlangue nazie ou communiste. Ainsi, on ne doit plus utiliser l'adjectif "noir" pour désigner une personne, mais employer le détour de l'anglais. De même, à "apparence", mot fâcheux qui vend la mèche, on préfère l'anglais "look", qui prend une consistance positive. On ne coule plus un navire, on l'"océanise". On ne parle plus de vieux, d'aveugles, de sourds, de cancéreux, de surveillants, de débiles, d'obèses, de bombardements de zones urbaines, sans recourir à des euphémismes. On ne parle plus de pauvres, mais d'"assistés".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
autres livres classés : capitalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
125 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre