AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1025300572
Éditeur : Editions Daphnis et Chloé (16/06/2016)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 12 notes)
Résumé :
— Eh bien, tu l’aimes, ce gosse, on pourrait croire que c’est le tien ! Tu devrais faire attention de ne pas trop t’y attacher, il pourrait bien te briser le cœur ce petit !

Emma est française, expatriée en Croatie, elle y conseille le ministère de la justice. Dunja est croate. À soixante ans, elle aimerait prendre sa retraite mais doit travailler pour gagner sa vie et entretenir son fils musicien.
Les deux femmes ont un lien : le bébé d’Emma, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Livresque78
30 juin 2016

HUIT MOIS POUR TE PERDRE DE MARIE-DIANE MEISSIREL
30 JUIN 2016 | LIVRESQUE78 | MODIFIER
Aux éditions Daphnis et Chloé
CVT_huit-mois-pour-te-perdre_221
Un roman dont le sujet ne peut être résumé en quelques mots, il fait partie de ces livres dont il est difficile de parler, tant il regorge de sentiments et d'éléments de la vie.
Il doit être lu afin de comprendre les difficultés de ces deux femmes qui prêtent leur voix durant ces 173 pages.
La difficulté d'être mère dans son sens le plus profond avec toutes les responsabilités et et tous les sacrifices que cela peut engendrer, pour l'une.
La difficulté d'envisager une fin de vie paisible et sereine lorsqu'on vit en Croatie et que les années de conflit ne vous ont rien épargné, pour l'autre.
Et au milieu de tout cela, un petit bonhomme qui chamboule les sentiments, et crée un lien entre ces histoires de femmes.
Un belle découverte où on sent la connaissance, l'amour du pays ainsi que le respect pour le peuple Croate ainsi que pour son vécu et sa souffrance; où on réfléchit au fait de donner la vie et à l'engagement que cela représente, aux regards portés sur notre façon de concevoir la parentalité.
Un joli roman plein de sentiments, de réflexions et de sensibilité.
Lien : https://livresque78.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Kimysmile
27 juillet 2016
Huit mois pour te perdre est un livre très court (173 pages) d'une auteure que je ne connaissais pas, qui m'a fait passé un très bon moment.
C'est un roman à deux voix, qui alterne Emma, jeune maman absente, qui se consacre davantage à son travail qu'à son bébé et Dunja, la nourrice qui s'occupe du petit garçon d'Emma. le roman se déroule sur une période très courte et raconte la disparition de Dunja et du bébé, ainsi que la quête de vérité de la jeune maman. Un roman, mais deux thématiques traitées. le fait d'être mère d'abord, et ensuite le contexte historique lié à la Croatie et à l'Europe. le plume de l'auteur est très fine, très encrée dans les sentiments des personnages. On ressent les peurs et les doutes de ces deux femmes mais également leur attachement profond pour leurs enfants, même si elles n'arrivent pas toujours à le montrer. Certaines réflexions sont puissantes et bouleversent. J'ai vraiment beaucoup aimé Dunja pour tout ce qu'elle partageait. La recherche d'Emma rythme le roman et nous permet de tourner les pages rapidement.
Je suis ravie d'avoir découvert Marie-diane Meissirel et sa plume sensible. Un roman contemporain original, qui vaut le coup d'oeil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
chriskorchi
16 septembre 2016
Ce roman court m'a beaucoup plu car il parle de la maternité et de la difficulté d'être mère. On suit le destin de deux mères une française Emma et une croate Dunja, qui est la nourrice de l'enfant d'Emma, tout se passe très bien dans ce petit trio jusqu'au jour où Dunja et Bruno, le fils d'Emma disparaissent. On va suivre l'aventure de ces deux mères qui vont se battre dans un pays en pleine mutation. On voit qu'il est difficile d'être mère et ça peut importe d'où on vient, c'est une vie de sacrifices, d'abnégation, d'inquiétude.
C'est un roman émouvant et poignant, court mais intense. L'auteur a réussi à condenser en 172 pages bien des sentiments, bien des faits. Il aura fallu la disparition de son fils pour qu'Emma décroche de son travail qui lui prend tout son temps, elle va se jeter à coeur perdu à sa recherche bravant tout les dangers. C'est très astucieux d'avoir choisi l'alternance des points de vue au fil des chapitres, tantôt on suit Emma et ensuite Dunja et on commence à entrevoir des éléments de réponse sur ce qui s'est passé. L'écriture est belle, il y a beaucoup d'affect, l'auteur arrive à nous prendre aux tripes avec tout cet amour, cette souffrance. J'ai eu terriblement envie de savoir ce qui allait advenir des personnages et en même temps je me suis beaucoup posé de questions : qu'aurais-je fais à la place d'Emma ? Aurais-je réagit comme Dunja ? L'auteur laisse aussi la part belle à la Croatie qui est un personnage supplémentaire. C'est un pays que je connais pas beaucoup et où je ne suis jamais allée et ça donne envie. On sent que l'auteur connait ce pays et son histoire et a beaucoup d'empathie pour ce peuple qui a connu la guerre.
C'est une histoire qui touchera le lecteur à coup sûr car la thématique est universelle, il y a des passages totalement bouleversants, on voit que le lien maternel peut être puissant et intense.
L'histoire est touchante parce qu'elle retrace d'un certain coté ce qui se passe bien souvent dans la vraie vie, à savoir, quand un enfant ne voit jamais sa mère et passe tout son temps avec sa nourrice, des liens se créent, des affinités et un transfert d'affection. C'est d'ailleurs, à titre personnel, une des raisons pour lesquelles je n'ai jamais voulu confier mes enfants à une nourrice, je n'aurais pas supporter qu'ils soient plus affectueux avec quelqu'un d'autres. Mais revenons au roman, c'est une super découverte qui m'a donné envie de lire les deux autres romans de l'auteur.
VERDICT
Un superbe roman court qui vaut vraiment le coup d'être découvert, être partagé. N'hésitez pas à vous le procurer vous ne serez pas déçus.
Lien : https://revezlivres.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Jehanne29
23 juin 2017
Il s'agissait de ma première participation à la Masse critique générale de Babelio. Je ne pensais pas avoir une chance être sélectionnée, mais il y avait un livre dont l'histoire avait pour cadre… la Croatie. Moi qui suis passionnée par ce pays, j'ai donc malgré tout tenté ma chance, en postulant uniquement pour ce livre et aucun autre. D'où ma joie immense lorsque j'ai reçu le mail m'annonçant que j'avais été sélectionnée et que j'allais sous peu recevoir le livre par la poste.
Emma est française et vit à Zagreb. Après avoir travaillé plusieurs années pour le TPIY, elle est recrutée par le ministère croate de la Justice en tant que consultante en matière de lutte contre la corruption. Emma a un fils âgé de quelques mois, Bruno, qu'elle élève seule. Loin d'une mère parfaite, elle ne semble jamais avoir trouvé sa place de maman et confie toutes les responsabilités éducatives à Dunja, la nounou, avec soulagement mais non sans culpabilité.
Huit mois pour te perdre est une histoire à deux voix, les deux récits débutant à huit mois d'intervalle pour peu à peu se rejoindre. J'ai beaucoup aimé l'alternance des chapitres entre les deux héroïnes, qui permet de faire évoluer l'intrigue de manière progressive, par recoupements. le suspens et l'angoisse montent au fil des pages, à tel point qu'il est impossible de poser le livre avant d'être arrivée à la fin.
On se prend d'affection pour Dunja, mère courage dévastée par la perte de son premier fils et maltraitée par son deuxième. Une femme douce et attendrissante qui déverse son trop-plein d'amour à donner sur le petit Bruno. le personnage d'Emma, en revanche, est plus ambigu. Carriériste, égoïste, parfois franchement désagréable, mais surtout dépressive et paumée, Emma suscite à la fois l'admiration, la pitié, la colère et l'incompréhension. Deux femmes totalement différentes donc, dont on découvre l'histoire et les blessures au fil des pages.
Ma chronique aurait pu s'arrêter là si j'avais lu ce roman sans rien savoir de la Guerre d'indépendance de Croatie. Mais voilà, l'auteure a pris le parti d'évoquer parfois longuement la situation politique en Croatie à l'aube de son entrée officielle dans l'Union européenne, les séquelles de la guerre et le difficile chemin vers la réconciliation. Et Emma ne manque pas de nous faire part de son avis bien tranché sur la question. Ces passages m'ont tellement énervée et ont à tel point influencé mon ressenti durant la lecture que je ne peux pas ne pas en parler. En effet, Emma personnifie la vision du TPIY, avec laquelle je n'ai jamais été d'accord. Elle incarne tout ce que je déteste, à l'image de cette justice internationale qui s'arroge le droit de juger des événements auxquelles elle ne comprend rien et qu'elle n'a d'ailleurs rien fait pour empêcher. Elle critique froidement le comportement de personnes qui ont connu la guerre et perdu des proches, sans essayer une seconde de se mettre à leur place. Les commentaires sur Ante Gotovina m'ont dérangée également, car cet homme a été acquitté et est donc innocent aux yeux de la loi, quoi qu'en pense Emma ou l'auteure.
Pour résumer, si je ne suis pas d'accord avec tout, je tiens néanmoins à remercier Marie-Diane Meissirel d'avoir mis la Croatie à l'honneur dans son roman et je garde tout de même un très bon souvenir global de cette lecture. Je remercie la maison d'édition Daphnis et Chloé ainsi que Babelio de m'avoir choisie pour chroniquer ce livre.

Lien : https://depagesenlivres.be/b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
vali81360
30 juin 2017
Je tiens à remercier les éditions "Daphnis et Chloé" et la plateforme Babelio pour ce service presse reçu sous le couvert de l'opération Masse Critique.
Je vais commencer par parler du déroulement du récit, l'aventure se situe dans un pays de l'Est, loin des clichés de capitales habituellement choisis pour un roman, donc qui dit pays lointain de notre quotidien, dit aussi atmosphère plus difficile, plus oppressante, surtout qu'il s'agit d'un pays à l'aube de son entrée en union européenne et qui porte encore les stigmates des conflits yougoslave. On y prêtera une autre attention, le lieu fait partie intégrante de l'intrigue que nous suivrons.
Par ailleurs, en lisant le synopsis au moment de la sélection, je me disais que ce roman devait être intéressant du point de vue des deux voix, deux femmes, deux personnages aux caractères totalement différents mais qui trouveront une cause commune.
Nous retrouvons d'un côté Emma, mère célibataire, Française qui vit à Zagreb, et travaille pour le ministère de la justice et Dunja, sexagénaire qui cherche un petit boulot pour gagner sa vie et qui deviendra nounou du fils d'Emma, le petit Bruno. Pendant ces 8 mois, nous traverserons la vie, les sentiments, les ressentis de ces deux femmes, dans les épreuves qu'elles ont et qu'elles vont traverser. On s'attache aisément au caractère de Dunja qui va s'occuper de Bruno comme si c'était son propre fils, elle est pourtant mère de famille elle-même, mais blessé à la fois par la perte de son premier fils et malmené par son second, elle me donne l'impression de faire un transfert d'amour vis-à-vis de Bruno, elle y donnera de l'affection et de l'amour qui semble manquer au caractère d'Emma. Emma, elle est plus froide, on n'imagine pas qu'elle puisse avoir l'instinct maternel, et pourtant, un jour, au bout de ces 8 mois, elle se révélera car l'impensable va arriver, Dunja et Bruno vont disparaître, sont-ils partis volontairement? Ont-ils été enlevés? Dunja est-elle en cause? Emma va avoir l'adrénaline et va tout tenter pour les retrouver.
Je ne vous dévoilerai pas plus de l'histoire, à vous de la découvrir, les chapitres successifs à deux voix vous permettront de remonter le temps et de tisser les liens, comprendre le pourquoi du comment et se prendre dans l'intrigue et le suspens, on ne décroche pas page après page.
J'ai trouvé un roman avec une belle couverture également, très significative des personnages et ce titre, que j'aime beaucoup, c'est un appel à la lecture, un appel à se dire : pourquoi 8 mois ? perdre qui, perdre quoi ? que va t-il se passer? Bien avant la lecture, on laisse aller son imagination et ça, j'adhère complètement. Je ne vous apprends rien de nouveau si je vous dis que cette histoire est tortueuse et belle à la fois, on va vivre ces 8 mois intensément, intrigue après intrigue, pas toujours facile, on va également comprendre chapitre après chapitre le passif affectif et familial des protagonistes, on ne peut rester insensible aux blessures du passé de ces deux femmes, mais ça, je vous l'ai déjà dit je crois !
Un roman court, facile à lire, plein d'humanité, de suspens et au final en point commun d'amour maternel. À découvrir sans hésiter.
Lien : http://bookstoshare-plaisird..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
KimysmileKimysmile08 juillet 2016
Je laisse le pessimisme s'installer en moi et modifier ma perception du monde et des hommes. J'ai le sentiment que cela gagne tous les aspects de mon existence. Je me sens dériver, solitaire.
Commenter  J’apprécie          10
KimysmileKimysmile10 juillet 2016
Notre amour n'a pas été qu'une illusion, il a été réel, nous l'avons partagé avec la même intensité. J'en ai maintenant la certitude.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Marie-Diane Meissirel (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie-Diane Meissirel
Rencontre avec Marie-Diane Meissirel, auteure de "Huit mois pour te perdre" et "Un héritage grec".
autres livres classés : croatieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Marie-Diane Meissirel (1)Voir plus




Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
323 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre