AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221144541
240 pages
Éditeur : Robert Laffont (21/02/2019)

Note moyenne : 2.75/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Elles s’appellent Andrée Cotillon, Alice Mackert, Juliette Goublet, Rudolphina Kahan, Waltraute Jacobson, Hélène de Tranzé ou Maud Champetier de Ribes. Concubine, égérie, espionne, putain de bas-fonds, belle de jour, intellectuelle ou aristocrate fauchée : elles ont frayé avec la pègre, prêté main-forte à la Gestapo, trempé dans tous les mauvais coups de la Collaboration.
Ces femmes ont pris part à des rafles d’enfants, servi de rabatteuses au sinistre docte... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  06 juillet 2019
Cédric Melleta, qui se définit lui même comme un "'écrivain-historien " mène l'enquête et part à la rencontre de femmes complétement oubliées mais qui avaient fait parler d'elles sous l'occupation allemande, et ce pour d'obscures raisons .
Comme le titre de son ouvrage l'indique, Meletta décrit la destinée de sept femmes qui d'illustre assez fidèlement la figure féminine du Diable sous cette période particulièrement trouble .
Ces femmes ont pris part à des rafles d'enfants, ou traqué les résistants dans le Vercors aux côtés de l'occupant;: parmi elles, on notera Andrée Cotillon, affairiste prétendante au pouvoir suprème, à Rudolphina Kahan, aide-tueuse du docteur Petiot , qui lui pourvoyait des victimes juives ( incroyables!), sans oublier Waltraute Jacobson, pilleuse peu scrupuleuse tant qu'elle pouvait se faire le plein de blé
Toutes ces femmes au parcours et à la destinée bien différente n'ont pas commis des délits ou crimes de nature équivalente, mais toutes auront été dans une certaine mesure les "sorcières " de la Gestapo et de la Milice .
Avec un sens du détail qui fait mouche Cédric Meletta n'hésite pas à ausculter ses affaires nous plongeant dans les eaux bien sales d'une période tellement trouble avec un livre glaçant montrant ainsi à quel point Occupation pouvait pousser à l'abjection la plus terrifiante .
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
MarcelP
  10 mars 2019
En dépit d'un titre racoleur (on croirait la une d'un vieux Détective), l'ouvrage circonstancié de Cédric Meletta atteint son objectif : nous plonger dans les eaux saumâtres d'une période brouillée, celles dont Patrick Modiano remue les fonds limoneux dans nombre de ses romans.
"(Ce) récit est tout autant d'un historien que d'un romancier" prévient la quatrième de couverture. Ni l'un ni l'autre serais-je tenté de protester. Trop léger pour relever de l'ouvrage historique (malgré pléthore de noms, de sigles, d'évènements listés et un travail d'archiviste évident) et pas assez écrit pour immerger le lecteur dans une subjectivité narrative (style journalistique froid et factuel) , l'ouvrage ne parvient jamais à sublimer le parcours de ses incroyables dévoyées. Ce n'est pas faute d'essayer !
Il y avait pourtant matière. Qu'on en juge : Andrée Cotillon affairiste marron prétendante au trône de France, Waltraute Jacobson profiteuse sans scrupule, Juliette Goublet, la madone du STO, avatar d'une Christine Boutin sycophante, l'incroyable Rudolphina Kahan, pourvoyeuse de victimes juives pour l'ignoble Docteur Petiot, Alice Mackert, espionne romanesque, muse des turpitudes nazies, Maud Champetier de Ribes, milicienne hystérique et la silhouette modianesque (une apparition dans La Ronde de nuit) d'Hélène de Tranzé, petite putain provinciale à la solde de la Gestapo géorgienne...
De temps à autres, entre deux informations tangibles, l'écrivain nous fait vibrer en évoquant les marmottages d'une vieille tenancière de guinguette, les errements d'une épave de tous les compromis dans une boîte de nuit new-yorkaise ou la vie simple et tranquille d'une ancienne collabo enfin rangée. On se prend alors à rêver de ce qu'un Modiano aurait fait de ces tranches de vies avariées. Quelques nouvelles dont il a le secret, entre nuit et brouillard, reflets tremblés de ces effacées de l'histoire, nos petites soeurs d'infamie.
Lien : http://lavieerrante.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LesLecturesDeRudy
  03 janvier 2021

Sept portraits de femmes dont les destins même sans la guerre auraient certainement sorti de l'ordinaire . Cédric Meletta dépeint à merveille cette période qui va grosso modo des années 30 au début des années 50 et ses récits sont de petits romans bien construits et bien documentés qui peuvent être lus indépendamment les uns des autres . J'aurais aimé un peu plus de développement sur les motivations et la vie de ces dames mais dans l'ensemble c'est une lecture agréable.
Commenter  J’apprécie          30
Diegalfa44
  06 juin 2020
Dans un style laborieux qui se veut recherché, l'auteur semble régler des comptes personnels. de la morgue, du mépris, peu ou pas d'analyse ; on aimerait des jugements un peu moins péremptoires et un peu plus fins. Et si j'étais né en 17, à Leidenstadt, aurait pu se demander l'auteur, avec un peu moins de bonne conscience... A éviter !
Commenter  J’apprécie          11
lcath
  19 juillet 2019
Enfin des femmes imparfaites, enfin des femmes avec de désirs, enfin des femmes mauvaises ! Tels étaient mes attendus en choisissant ce livre...et bien raté !
Certes, ces femmes ne sont bien sous tous rapports, cet engagement là est tenu mais quel dommage d'en faire un récit aussi monotone, tristounet et pour tout dire ennuyeux! Moi, qui me régalais à l'avance de ce qui peut être réjouissant dans le "mauvais", ici tout est fade et insipide.
Je n'ai d'ailleurs pas terminé cette lecture. Grosse déception !
Lien : http://theetlivres.eklablog...
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
LeFigaro   16 mai 2019
Dans Diaboliques : sept femmes sous l’Occupation, Cédric Meletta dresse sans parti pris une série de portraits de femmes engagées dans la collaboration.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ClioInoClioIno   31 juillet 2019
Elles s'appellent Andrée, Waltraute , Juliette, Rudolphina, Alice, Hélène, Maud. Concubines, égéries, putains de bas-fonds, , belles de jour, intellectuelles ou aristocrates fauchées, elles sont de tous les coups, de tous les milieux où la haute pègre tutoie le demi-monde. Aujourd'hui, leur nom ne dit plus grand-chose. Pourtant, leur histoire en dénotant , a bel et bien duré.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Cédric Meletta (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cédric Meletta
Interview de Cédric Meletta? par la librairie mollat? pour son dernier ouvrage consacré à Porfirio Rubirosa?"Tombeau pour Rubirosa" (http://bit.ly/2oI5ClU), paru aux Editions Séguier .
autres livres classés : procèsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quatre IV 😀

Quels sont les prénoms des héroïnes de Louisa May Alcott dans son célèbre roman " Les Quatre Filles du docteur March" ?

Meg - Babeth - Jenny - Jo
Amy - Beth - Kate - Ann
Meg - Jo - Beth - Amy
Lily - Meg - Tess - Sarah

10 questions
186 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , histoire , musique classique , peinture , expressionsCréer un quiz sur ce livre