AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Sébastien Roy (Traducteur)
EAN : 9782742775842
206 pages
Éditeur : Actes Sud (10/06/2008)
3.8/5   10 notes
Résumé :
Après dix ans de cavale, le tueur professionnel Mâiquel, "comme Màiquel Jackson, l'artiste", revient à Sào Paulo pour enterrer la vieille tante qui constituait sa seule famille. Plus solitaire que jamais, il réalise qu'il lui reste au monde sa fille Samanta, tombée aux mains des évangélistes. Grâce au pécule hérité de tante Rosa, il entreprend un road movie effréné à travers le Brésil des hors-la-loi pour retrouver l'enfant qu'il n'a pas vue grandir. D'un bout à l'a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
claudia
  11 mai 2009
Après dix ans de cavale, le tueur professionnel Maiquel, comme "comme Maiquel Jackson", revient à Sao Paulo pour enterrerer la vielle tante Rosa qui constituait sa seule famille. Il réalise alors qu'il lui reste sa fille, Samanta. La fillette, qui doit avoir onze ans, n'a jamais vu son père Máiquel met à profit le maigre héritage de sa tante pour les retrouver. Il apprend qu'Erica, son ex. a épousé Marlênio, un pasteur évangélique...
Elle est même devenue “évêquesse” d'une secte influente et fait fortune sur le dos des pauvres qui fréquentent son temple à Campo Grande, dans le Mato Grosso do Sul. Commence alors une course poursuite qui conduit Máiquel d'un bout à l'autre du pays.
En chemin, il multiplie les rencontres, les cadavres et les amours
il a tatoué sur son bras : “Rien à foutre” Tout un programme...
Je ne peux pas dire que je n'ai pas aimé l'écriture, l'ambiance, ce voyage désepéré pour retrouver sa fille. Cet homme qui est pris dans l'engrenage de sa vie qu'il n'a pas vraiment choisi.
Il appuie sur la détente de son arme aussi facilement que je vous parle.
Alors, pourquoi, j'ai eu tant de mal à lire et finir ce roman ?
L'auteure écrit au masculin, est-ce cela qui en moi sonnait faux ??
Je ne sais pas ??
La traduction ??
Plus simplement: Je crois que je n'ai pas réussi à rentrer dans l'histoire.
Bonne lecture, quand même
J'aime la couverture
Lien : http://liberta-revolutiona.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
THYSBE
  16 décembre 2014
Mon premier Patricia Melo.
Le style narratif et le langage m'a rappelé la douleur du dollar de Zoé Valdes.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   16 novembre 2019
J’ai toujours un problème pour commencer quelque chose. Sortir du néant. Je préfère ne prendre aucune décision. Je préfère attendre. Remettre à demain. Parfois, j’allumais la radio et je marchais dans la maison, les mains dans les poches. Cet endroit me plaisait. Les pots dans la cour. Les fleurs en plastique sur la table. Les papiers. Les trombones rouillés. Les pièces d’un centavo. L’image de la Vierge Marie, souvenir du jour où j’ai visité Aparecida.Les autocollants sur le frigidaire. Pharmacie Drogão. Le Meilleur Prix. Pizzas Fratelli. Des vieilleries. Ça me plaisait surtout d’avoir une maison, un endroit à moi. Je veux dire, ça n’était pas à moi, mais maintenant ça l’était. Héritage. Cuisine, chambre et salon. Un quartier et une ville. Ça faisait une semaine que je ne sortais pas. Je me réveillais, je dormais, je restais là, à ruminer des conneries et manger des petits gâteaux devant la télévision. Je voulais faire attention aux nouvelles, savoir ce qui se passait, mais, sans m’en rendre compte, je focalisais sur le reporter, je veux dire, sur une partie de lui, le gros nez, la petite bouche, le grand front, les petites dents. Aussi, je ne comprenais jamais les nouvelles. Pas complètement. Des fois, seulement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 novembre 2019
C’est ça la vie. Une queue devant la mort. Des gens qui meurent tous les jours, d’un accident, du cancer, d’une balle dans la tête. Tu restes là, dans la queue, sans savoir, et un jour vient ton heure. C’est à ça que je crois. À la queue. Je crois aussi qu’on peut me reconnaître à tout moment dans la rue. Eh, tu ne serais pas Máiquel, le tueur professionnel ?
Le type plus fort que le fil barbelé ? Meilleur que les tranchées ? Meilleur que les portes blindées ? Celui qui a tué Santana ? Qui a truffé de plombs le ventre du Dr Carvalho, ce salopard de dentiste ? Personne ne se souvenait de l’Homme de l’année. Des services rendus à la société. De la racaille que j’avais sortie du caniveau, ça, tout le monde l’avait oublié. De temps à autre, on se souvenait de moi, mais c’était toujours dans un article sur de dangereux assassins. Recherché, on disait. Un des plus recherchés. La prison, je n’y retournerais pas, c’était bien décidé. Respirer l’air d’une cellule avec vingt autres, trente, une bande de pauvres types, ça jamais. Je n’irais plus en prison, même si on me payait pour ça. Plutôt mourir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 novembre 2019
Maintenant, Divani sautillait comme un cabri, les gens adorent en rencontrer d’autres qui se noient dans la même merde qu’eux, c’est le secret des Alcooliques Anonymes, et de toutes les saloperies anonymes en général. On n’y va pas pour arrêter de boire, de baiser, ni de snifer, mais pour le plaisir de voir d’autres gens patauger dans la boue, comme soi, ou plus encore, si possible. Divani était là, devant un autre veuf foutu, elle va vouloir s’associer avec moi, j’ai pensé, les veufs et voisins foutus. C’est une sorte d’enlèvement, j’ai expliqué, Erica s’est enfuie en emmenant ma fille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 novembre 2019
Le coin le plus dangereux, selon lui, c’était la rue Guaianazes, contrôlée par les Nigérians. Ne t’aventure pas par là. Ces Noirs ne parlent que leur langue, et te poignardent avant que tu n’aies pu compter jusqu’à trois. Ensuite, j’ai compris qu’il était trafiquant lui aussi, et faisait partie d’un autre gang, ennemi des Africains. Ce qu’il y a de bien, à São Paulo, c’est qu’on y trouve de tout, disait ce type, des cinés homos, des cinés pour travestis, des cinés pour ceux qui n’aiment que sucer. Tu trouves de tout dans cette ville. Tout. Il suffit de chercher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   16 novembre 2019
Mourir parce qu’on doit mourir, c’est une chose. Le cancer, ces machins-là. Ça, c’est le destin. Se faire renverser en est une autre, complètement différente. C’est digne d’un pauvre abruti. Après la mort de Marcos, je me suis mise à regarder comment les gens traversent la rue. Les pauvres. Pas moi, car j’ai de la matière grise. Ils se jettent sous les voitures. Ils ne regardent même pas. Ils n’ont rien à perdre, ce doit être pour ça. Mourir ou vivre, peu importe, ce doit même être un soulagement de mourir, de ne plus avoir de dettes à payer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : littérature bresilienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
305 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre