AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782072735219
1024 pages
Éditeur : Gallimard (19/04/2018)
4.43/5   22 notes
Résumé :
Le chef-d'œuvre de Melville (1819-1891) comme on ne l'a jamais lu dans l'édition française: un Moby-Dick conté à deux voix par le texte et l'image. Par Melville, bien sûr, et par l'artiste américain Rockwell Kent (1882-1971) qui a illustré une édition du roman en 1930. Dans le choix que nous donnons de ses somptueuses gravures au trait, célèbres aux États-Unis, peu connues en France, les personnages, les lieux, les scènes prennent vie avec leur charge de poésie et d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
RogerRaynal
  28 septembre 2018
Comment aborder une oeuvre foisonnante, déjà reconnue comme un sommet de la littérature, et pour laquelle tant d'analyses remarquables, aussi savantes que bien étayées par une bibliographie abondante, ont été écrites ? En prenant simplement la parti d'un lecteur de 2018 se demandant s'il peut aborder sans crainte cette lecture, question qu'il peut se poser tant les éditions allégées, abrégées, altérées et partielles fleurissent.
Je parlerai ici de la version complète, disponible dans le domaine public, traduction établie par Henriette Guex-Rolle.
Appelez-moi Ismaël. Ainsi commence ce roman, trois mots qui suffisent pour savoir à qui on a affaire. Ce roman ? Ces romans, car je vois, dans MoBy Dick, trois livres distincts :
une première partie, la moitié de l'ouvrage, qui raconte la rencontre et les aventures à Terre d'Ismaël et du harponneur Queequeg. L'histoire d'une virile camaraderie.
un traité de la chasse à la baleine dans les années 1850, fort bien écrit, mais dont la lecture suppose tout de même la connaissance de quelques termes de la marine à voiles (de dix à vingt, le dictionnaire intégré de la liseuse se révélant utile).
une partie que je nommerai « la folie du capitaine Achab », qui décrit la poursuite, la chasse et l'affrontement final, qui occupe en réalité très peu de place dans le roman, entre l'équipage du Pequod et le cachalot vengeur.
Alors, disons-le, le roman est écrit dans une langue magnifique, précise et très souvent poétique. Certes, il y a de nombreuses allusions bibliques qui, si elles étaient limpides aux lecteurs bigots contemporains de Melville, peuvent sembler obscures au lecteur moderne dont la culture ne se limite plus, et heureusement, à un seul livre, fut-il « sacré », mais elles ne font pas obstacle à la compréhension du texte et au souffle de l'épopée.
C'est aussi, très clairement, une histoire d'hommes, loin, très loin du politiquement correct. Je ne m'étonnerai d'ailleurs pas que quelques groupes de pression bien intentionnés ne se préoccupent bientôt de « réécrire » ce chef-d'oeuvre selon les considérations de la morale moderne. Pas ou peu de femmes, si ce n'est comme rêves lointains de la quiétude de la terre, ou comme cantinières ou tenancières d'auberge.
Mais comment ne pas le dire, à l'heure où l'on se pique de réécrire des oeuvres aussi « difficiles » que « le club des cinq » pour que les futurs adultes puissent les lire, cela fait un bien fou de lire ceci : « C'est un jour clair d'un bleu d'acier. le double firmament de la mer et du ciel se confondait dans cet azur partout répandu ; toutefois, la transparence douce et pure du ciel pensif avait un air féminin, tandis qu'une respiration lente et puissante, pareille à celle de Samson endormi, soulevait la mer robuste et virile. » ou bien, dans l'esprit d'Achab : « Quand je pense à ma vie, à la solitude désolée qu'elle a été, à cette citadelle qu'est l'isolement d'un capitaine qui admet si peu en ses murs, la sympathie de la campagne verdoyante du dehors… Oh ! Lassitude ! Oh ! Fardeau ! Noir esclavage d'un commandement solitaire ! », une exclamation qui n'a rien de gratuite, car à l'époque, les suicides des commandants, lors des longues expéditions, n'avaient rien d'exceptionnel (songeons que c'est pour éviter semblable solitude, qui avait amené son précédent capitaine au suicide, que James Fitzroy, à la même époque, accueilli à son bord un compagnon de voyage de la meilleure société nommé Charles Darwin, pour un voyage qui allait changer le monde…)
Faut-il rappeler les grandes lignes de l'histoire ? Cherchant l'aventure, le jeune Ismaël cherche à s'embarquer sur un baleinier. Au port, il fait la connaissance d'un harponneur aussi tatoué que païen, le colossal Queequeg. Tous deux deviennent amis, et gagnent Nantucket où ils s'engagent sur un baleinier, le Pequod. Une fois en mer, ils font la connaissance de son commandant, le vieil Achab, qui ne poursuit qu'un seul but : tuer Moby Dick, le cachalot blanc qui lui a coupé une jambe… Il va entrainer tout l'équipage dans sa folie destructrice, malgré mille avertissements et prémonitions diverses.
Mais cela, ce n'est rien. le cheminement picaresque des deux amis jusqu'au port d'embarquement, les descriptions minutieuses de de la vie à bord, les chapitres zoologiques sur les baleines, leur pêche, leur dépeçage, l'importance de leur huile… tout ceci est détaillé et, d'un point de vue naturaliste, plutôt exact. Des commentateurs littéraires, certes excellents dans leur domaine, ont beaucoup glosé sur le spermaceti des cachalots et la description qu'en fait Melville, y voyant des allusions sans se rendre compte que le romancier ne faisait que décrire les propriétés physiques de cette sécrétion très particulière dont les changements de phases sont indispensable à la vie du cachalot.
Une fois à bord, Ismaël s'efface, et ne reviendra qu'à la fin de l'ouvrage, ou à l'occasion d'un ou deux chapitres, et il en est de même de Queequeg. le narrateur pourrait être n'importe lequel des marins, ou tous ensemble : c'est l'équipage qui parle, qui détaille, qui gémit dans la tempête, qui festoie après une chasse fructueuse, qui rêvasse en pendant aux compagnes, aux enfants laissés au port, qui amarre, découpe les baleines et en extrait l'huile précieuse. L'équipage : les seconds, craintifs et fascinés par l'autorité de leur chef malgré sa folie de plus en plus manifeste ; les harponneurs, des « sauvages » entourés de respect, colosses fort bien payés, aussi admirés que craints des autres marins ; le charpentier, qui répare aussi bien les barques que les corps ; le forgeron facteur de harpons ; le mousse dont la raison se perd ; les inquiétants compagnons hindous de l'équipage privé d'Achab, dont un prédit l'avenir… Et c'est aussi le roman noir d'un homme rongé et détruit par la solitude de la mer, Achab, dont la raison, et le corps seront brisés plusieurs fois avant l'inévitable dénouement.
Alors, faut-il lire Moby Dick ? Oui parbleu, si l'on veut trainer dans les bouges de Nantucket, se remplir l'estomac de soupe de poisson ou de clovisses, ressentir l'appel du large et s'embarquer vers le néant bleuté de l'océan, à la poursuite de montagnes de chair, vers cet ailleurs aussi redouté qu'inévitable… N'aie crainte, futur lecteur ! Si des passages te semblent ardus, tu pourras les passer. Si la classification fine (et obsolète) des cétacés te semble inutile, oublie là ! Si ton coeur d'homme du vingt et unième siècle saigne à la pensée de ces animaux harponnés sans répits et dépecés pour leur huile, si les considérations gastronomiques sur la viande de baleine soulèvent ton estomac de Vegan macrobiote, haut les coeurs ! Nous sommes dans l'ailleurs, « sur le dos arqué de la mer », aurait chanté le divin Homère, en un autre temps, un passé lointain. Qu'importe si la morale de l'époque n'est plus la notre, qu'importe si les termes de marine ne te sont pas familiers, ou si tu sais bien qu'aucun des marins de l'époque, ni même de capitaine, n'aurait pu s'exprimer avec cette langue magnifique et ornée, décorée comme une figure de proue du style, qui est celle de Melville, moderne Shakespeare d'un horizon sans bornes ! Compagnon de route sur l'océan de la vie, ouvre cet épais roman, et entre dans la légende !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
lehibook
  28 novembre 2019
J'ai relu cette oeuvre magistrale à la sortie de cette nouvelle traduction qui remplaçait celle de Jean Giono (que je ne dénigre pas …) . Et comme la première fois j'ai été emporté dans le prodigieux élan de ce livre-océan , l'une des oeuvres marquantes du XIXème. On ne peut pas oublier la figure prophétique d'Achab , sa folie vengeresse , qui entraîne avec lui son équipage épouvanté et fanatisé. Et la vision de ce monde des baleiniers d'une dureté démentielle .
Commenter  J’apprécie          40
Lily13
  26 décembre 2018
Un magnifique livre. Une magnifique édition de poche (ou presque)
Commenter  J’apprécie          10
BONALDI
  19 avril 2020
durant le voyage en Amérique latine
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
LeMonde   09 mai 2018
Apocalypse littéraire et visionnaire
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Julian_MorrowJulian_Morrow   16 avril 2019
C’est cette qualité insaisissable qui, dès lors que la pensée de la blancheur est dissociée du monde des significations plaisantes et rattachée à un objet terrible par lui-même, porte cette terreur à sa plus extrême intensité. Voyez l’ours blanc des pôles et le requin blanc des tropiques : d’où vient l’horreur transcendante qu’ils inspirent, sinon de la lisse et floconneuse blancheur de leur robe ? La blancheur sinistre – voilà ce qui donne à leur muette avidité un si repoussant caractère de douceur, qui révulse, d’ailleurs, plus qu’il ne terrifie. Pareillement, le tigre aux crocs cruels et au pelage armorié n’ébranle pas autant le courage que l’ours ou le requin inlinceulés de blanc.

(p.351)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lehibooklehibook   28 novembre 2019
Mais à cet instant critique une soudaine exclamation se fit entendre ,qui détacha tous les regards du cachalot .Avec un sursaut ,les yeux écarquillés tous contemplaient maintenant le sombre Achab flanqué de cinq noirs fantômes qui semblaient s'être à l'instant matérialisés devant eux.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Herman Melville (66) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Herman Melville
"Bartleby, mon frère", chez Gallimard, est la nouvelle pièce de Daniel Pennac. Ce dernier mêle une conversation avec son frère disparu, Bernard et un film, qui est en train de se tourner sur "Bartleby le scribe", le roman de Herman Melville. le tout, sur le destin de la grande bibliothèque de Tombouctou au Mali. 
Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1156 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre