AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9782260019558
Éditeur : Editions Julliard (18/08/2011)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 18 notes)
Résumé :
En 1957, Charlie M., célèbre contrebassiste et compositeur de jazz, quitte New York sur un coup de tête pour rejoindre Tijuana, ville frontière mexicaine, à bord d'une voiture qu'il vient de gagner dans une joute musicale. Que fuit-il ? L'humiliation des lois ségrégationnistes nord-américaines ? Ou son amour impossible pour une femme blanche de Greenwich Village ? Sait-il déjà que toute sa révolte et sa passion s'incarneront là-bas dans son plus bel album, Tijuana m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
BMR
  07 janvier 2012
William Memlouk est un spécialiste français du jazz.
Mingus mood est son premier roman.
Une sorte de biographie romancée du contrebassiste Charlie Mingus.
Plus exactement un hommage à ce musicien, réputé autant pour sa musique que pour son sale caractère.
Personnellement on était pas fan de jazz et on a eu beau jeter de nouveau une oreille sur quelques disques de Charlie à l'occasion de ce bouquin, cette lecture n'a pas changé notre écoute.
Mais cela ne nous a pas du tout empêché d'apprécier une superbe écriture.
Car ce premier roman est un sacré coup de maître.
Racontés par la voix d'un vieil ami de Charlie Mingus qui serait interviewé dans les années 80 juste après la mort de Charlie, les souvenirs, les errances, les douleurs, les concerts, les beuveries, les colères, les musiques, les compagnons ... et l'ombre des compagnes, de Charlie Mingus défilent sous nos yeux depuis les années 50.
L'épine dorsale du récit est une rupture amoureuse de Charlie à New-York. Pour fuir ses douleurs et ses démons, il entame un road-blues avec quelques compagnons de scène jusqu'à Tijuana à la frontière mexicaine. Cela donnera l'album Tijuana Moods.
[...] Figés dans un état de veille engourdi, je me souviens que nous l ainsi courir au rythme de ce décor - sans vie, sans eau, sans âme - nos pensées déliquescentes. En réalité, nous étions tous les cinq tributaires de la chaleur ... une chaleur hallucinatoire, lourde et lascive qui tombait du ciel comme la neige en hiver.
Pour redonner un peu de consistance à nos corps;, à nos consciences assoupies, je me souviens que l'un des musiciens décida d'ouvrir une bouteille de gin. Nous la fîmes circuler de mains moites et mais moites, y puisant à chaque rasade toute la fraîcheur qu'elle était en mesure de nous apporter.
Charlie Mingus boxe sa contrebasse comme il boxe la vie et cette histoire est celle d'un révolté, celle d'un écorché, celle d'un musicien atteint folie artistique, celle d'un homme et de ses amours impossibles, ...
Car Charlie Mingus est noir ... et la femme qu'il fuit est blanche.
[...] Je lui demandais soudain si nous nous rendions à Tijuana pour elle, et d'un timbre sans éclat il me répondit :
- Ouais, pour elle ... pour l'oublier.
[...] J'ai d'autres combats à mener ... des combats aux enjeux plus profonds, plus larges que l'amour ... et vous savez que pour concevoir ces combats, pour les accomplir, il me faut de la violence et du dépit ... de la haine, de la haine et du désordre.
On est à la fin des années 50 (Martin Luther King n'a pas encore eu son rêve) et Charlie est révolté par la place laissée aux noirs et à leur musique. Cette musique qui est à la fois son refuge, sa revanche et la seule façon qu'il a trouvée d'extérioriser ses démons intérieurs.
[...] Charlie l'arrogant, Charlie l'impoli, Charlie l'indomptable qui avait eu le malheur de naître noir et de n'être rien.
[...] Et si je vous disais que ce désordre m'inspire, qu'il coule en moi comme un putain de poison qui me nourrit, qui m'alimente ...
De très belles pages sur cet homme tourmenté.
Pour celles et ceux qui aiment les artistes.
Lien : http://bmr-mam.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ChtiBaboun
  04 juin 2018
Quelle belle surprise que ce livre de William Memlouk sur Charlie Mingus.
Il est sorti en 2011 et à l'époque c'etait le premier de William Memlouk.
Pour un premier roman il y a une belle écriture et il se dégage de ce livre une atmosphère, un état d'esprit bien jazzy et blues.
A travers des éléments autobiographiques et romanesques, William Memlouk nous transporte dans la vie de Charlie Mingus l'un des musiciens de jazz le plus important du 20ème siècle.
Ce roman porte bien son titre : Mingus Mood. Il s'agit bien d'ambiance et d'atmosphère.
Charlie Mingus, personnage entier , haut en couleurs , né dans le ghetto de Watts et devenu un pianiste et contrebassiste de légende.
William Memlouk va s'appuyer sur l'un des moments clés de la vie de Charlie Mingus : le voyage qu'il a fait à Tijuana au Mexique avec ces musiciens pour enregistrer l'un de ces disques fondateurs :Tijuana Moods.
Pour nous parler de ce moment capital, un journaliste va rencontrer en 1981 l'un des musiciens de Charlie Mingus présent à Tijuana.
Au travers de cet interview nous comprendrons ce qu'est le Mingus Mood : un combat contre les blancs et pour la négritude , une exigence musicale mais un toucher de velours sur les cordes de la contrebasse.
Et cette exigence existentielle qui le fait quitter les États Unis pour se rendre à Tijuana .
Tijuana où il apprendra qu'il est atteint d'une maladie dégénérative mais où il créera des morceaux de jazz mélangeant les sonorités blues, blacks et latines.
Avec ce livre nous sommes dans le creuset du jazz, au plus près des plus grands dans les clubs de Greenwich Village.
Ce Mood et ce blues sont l'apanage de la vie de Charlie Mingus .
Et quand on referme le livre il est temps de se plonger dans l'écoute de Tijuana Moods et de sentir la volupté des sons de la contrebasse de Charlie Mingus

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
adtraviata
  23 septembre 2011
Mingus Mood, comme Charlie Mingus, un contrebassiste de jazz des années 50, un homme au physique impressionnant qui agrippait son instrument et plaquait ses grandes mains sur les cordes pour en faire sortir une musique atypique et souvent sans douceur. Mingus Mood, comme Tijuana Mood, l'album que Charlie et ses musiciens sont allés enregistrer en 1957 à Tijuana, au Mexique. Pourquoi Charlie a-t-il décidé de partir ainsi au Mexique ? Pour fuir un amour impossible, celui d'une Blanche de Greenwich Village, pour goûter à tous les plaisirs interdits de Tijuana, alcool, drogue et jazz à gogo ? Ce qui est certain, c'est que cet album est reconnu par les amateurs du genre.
L'histoire de ce voyage en camionnette Ford est racontée à une journaliste, deux ans après la mort de Charlie (en 1979), par un de ses amis musiciens. Il nous trace le portrait d'un homme dont la vie a été profondément marquée par le racisme et la violence, qu'il a ressentis tragiquement dans la mort de sa mère et dans les coups qu'il a pris lui-même. Violence qu'il ne pouvait exprimer que dans sa musique, car les mots ne parvenaient pas à sortir de lui, à dire ses émotions. C'est ainsi qu'il quittera brutalement la femme qu'il aime et qui l'aime, sans aucune explication. Une rupture sans doute signe de cette incommunicabilité entre le monde des Noirs et l'Amérique des Blancs, entre une musique aseptisée et un jazz virulent, rebelle, rageur. "Souffle de colère ou vent de liberté dont on ne savait précisément situer l'origine." (p. 193)
On ressent dans ce livre non seulement cette rudesse, cette rage mais aussi toutes les frustrations de Charlie M. (son essai de psychanalyse est assez cocasse). On respire aussi tous les parfums interdits de l'alcool à gogo, de la chaleur des nuits en boîte de jazz. On accompagne un homme écartelé, dévoré par la musique, et dont la vie se terminera tragiquement.
Une belle partition musicale que ce premier roman de William Memlouk, qui mêle éléments biographiques et imaginaires, rythmes saccadés et écriture souple et imagée... comme une improvisation de jazz.

Lien : http://desmotsetdesnotes.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Sharon
  23 octobre 2011
Je trouve qu'on ne parle pas assez de ce livre. Des romans qui tentaient de transcrire les émotions d'un musicien, j'en ai lu, et certains étaient si remplis de lieux communs que je n'ai pas jugé utile d'écrire un article à leur sujet.

Pour vous dire pourquoi mon sentiment est très différent, il faut d'abord dire en quoi Charlie M est un musicien différent. Pas de complaisance avec lui-même, pas de pose de musicien "qui est enchaîné huit heures par jours à son instrument et se donne tout en entier à la musique", tout en guettant du coin de l'oeil les admiratrices potentielles et l'approbation des critiques. La musique est sa vie, son seul moyen d'exprimer sa colère et sa rage : le jazz permettait de telles révoltes à l'époque. Se jetant sur scène, Charlie livre véritablement grâce à son inspiration un combat contre tout ce qu'il a vécu dans cette Amérique des années 50 où la ségrégation est une réalité. Les mots, il les maîtrise mal, même sa psychanalyse (assez réjouissante) se fera en partie grâce à son instrument.
Nous pouvons aussi compter sur la bienveillance et la tendresse du narrateur, musicien engagé dans la lutte pour les droits des Noirs. Bien que le roman soit bâtie comme une interview, nous entendons rarement la voix de la journaliste, pourtant pugnace. le narrateur va au plus juste et s'il livre beaucoup sur son ami, sur les difficultés des autres jazzmen, qui paient souvent d'une mort précoce leurs excès et leurs combats, il dira fort peu de choses sur lui-même. Parfois, c'est à Charlie lui-même qu'il s'adresse, en le tutoyant, lui disant ainsi tout ce que dans le feu de l'action, il n'a pas eu le temps de dire.
Un très beau roman que je vous recommande chaudement.
Lien : http://le.blog.de.sharon.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BVIALLET
  10 mai 2012
A la Nouvelle Orléans, une journaliste rencontre un vieux musicien de jazz dans l'espoir qu'il lui raconte quelques anecdotes de la vie de Charlie Mingus. La conversation s'éternise autour de son départ en 1957 vers le Mexique dans un vieux fourgon Ford avec quelques-uns de ses musiciens. A Tijuana, Mingus rencontrera son destin. Il y écrira son oeuvre majeure « Tijuana Moods », tentera de survivre à un amour impossible et découvrira les premier symptômes de la maladie dégénérative qui l'emportera vingt années plus tard. Né dans le ghetto noir de Watts, Mingus fut un enfant surdoué, puis un bassiste et un compositeur reconnu qui joua avec les plus grands (Louis Armstrong, Duke Ellington) avant de monter son propre orchestre et de tourner partout aux Etats-Unis dans un tourbillon d'alcool et de drogues diverses.
Comme son titre l'indique clairement, ce livre se veut une transcription d'impressions, d'ambiance (« mood ») et non la simple biographie d'un jazzman des plus célèbres de son époque. L'auteur présente en vrac quelques épisodes, quelques tranches de vie de l'artiste (sa rencontre avec une vendeuse de galerie d'art de Greenwich village, seul endroit aux Etats-Unis où juifs, blancs, noirs ou asiatiques pouvaient se côtoyer sans que cela pose de problèmes, son incapacité à assumer une liaison avec une femme blanche pour des raisons psychanalytiques (?), son refus de tout compromis avec une société raciste, illustré par son cri : «C'est de la merde! » devant l'exécution trop maniérée d'un morceau de jazz par un pianiste blanc devant un auditoire raffiné et admiratif, etc...) Malheureusement, le style narratif est lourd, répétitif, sans rythme ni logique chronologique. On comprend bien que l'auteur ait voulu rendre avec des mots l'ambiance si particulière de la musique du grand Charlie Mingus, mais comme toute entreprise chimérique cette mission impossible ne pouvait donner qu'un résultat décevant. 
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Lexpress   04 octobre 2011
Le journaliste américain William Memlouk dédie son premier roman au célèbre contrebassiste de jazz Charles Mingus.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
adtraviataadtraviata   23 septembre 2011
"Beaucoup ont d'ailleurs répété que, cachés derrière les silences de l'homme, il était possible d'entendre les cris du musicien - un musicien irascible, nerveux et susceptible.

Il me semble surtout que ces cris renfermaient une grande part de frustration. Charlie était un être déraciné. Paumé comme un chien. Egaré entre deux mondes. L'Afrique d'un côté, l'Amérique de l'autre. Une ironie de l'Histoire que des milliers de nègres avaient fini par accepter. Une plaisanterie existentielle vieille d'au moins trois siècles, qui avait emporté sa propre mère, qui le rendait impuissant mais qu'il s'échinait malgré tout à contester, obstinément, à sa façon, avec sa contrebasse comme seul recours, comme unique voix." (p. 80)

"Charlie l'arrogant, Charlie l'impoli, Charlie l'indomptable qui avait eu le malheur de naître noir et de n'être rien. Charlie l'intranquille, l'isolé, l'exilé... un peu ici, un peu ailleurs, jamais chez lui." (p. 142)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
oktaokta   02 août 2011
Au contact du ghetto, la contrebasse était devenue son arme. Sous les assauts répétés de ses énormes mains, il avait appris, au fil du temps, à faire valdinguer les notes de musiques comme autant de d'injustices et d'adversaires écartés de son chemin, les uns après les autres. Plus qu'un plaisir, Charlie avait conçu le jazz comme un exutoire à sa rage.
Commenter  J’apprécie          70
DianeKDianeK   22 mai 2015
La première fois qu'ils avaient fait l'amour avait été un choc pour elle...quelque chose de très fort, qui était venu la heurter dans son corps. Charlie couchait comme il concevait la musique. Avec emportement. Avec autorité et caractère. Il vous envoûtait. Il vous faisait accéder à d'autres univers. Si la nature l'avait doté de mains hors du commun elle lui avait aussi offert le don de produire des effets étranges sur le corps et sur la peau de l'autre.

Elle avait souhaité le revoir. Tous les jours. Mais ils n'étaient pas du même milieu. Ils ne parlaient pas la même langue. Charlie etait de Watts. Charlie portait cette marque de fabrique sur lui. C'était son tatouage. Un signe d'appartenance à un groupe, à une idée de la vie qui échappait a cette fille, à des valeurs dont elle se sentait exclue. En outre cet homme etait spécial et excessif. Il accordait à sa musique une place trop importante. Plus grave qu'à elle, plus grande qu'à leur amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BMRBMR   07 janvier 2012
[...] Charlie l'arrogant, Charlie l'impoli, Charlie l'indomptable qui avait eu le malheur de naître noir et de n'être rien.
[...] Et si je vous disais que ce désordre m'inspire, qu'il coule en moi comme un putain de poison qui me nourrit, qui m'alimente ...
Commenter  J’apprécie          40
CsylCsyl   07 mai 2017
Pourtant, dès l'instant où Charlie commença à jouer, un frisson terrible lui traversa la colonne vertébrale. Duke Ellington venait de capter quelque chose de prodigieux. Ce fut la première fois qu'il comprit qu'une contrebasse seule était capable de produire sur le corps, sur tout le corps, un effet aussi bouleversant.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de William Memlouk (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de William Memlouk

La chronique de Gérard Collard - Mingus mood 2
Mingus Mood de Memlouk William aux éditions Regardez l'avis de Gérard Collard... La présentation du livre "Mingus Mood" par l'éditeur : Sur fond de ségrégation raciale dans l Amérique des années 50, Mingus Mood s inspire de l existence fougueuse et rebelle du célèbre jazzman Charlie Mingus. Un premier roman sensuel, lyrique et envoûtant, à l image même de la musique de Mingus. En 1957, Charlie M., célèbre contrebassiste et compositeur de jazz, quitte New York sur un coup de tête pour rejoindre Tijuana, ville frontière mexicaine, à bord d une voiture qu il vient de gagner dans une joute musicale. Que fuit-il ? l'humiliation des lois ségrégationnistes nord-américaines ? Ou son amour impossible pour une femme blanche de Greenwich Village ? Sait-il déjà que toute sa révolte et sa passion s incarneront là-bas dans son plus bel album, Tijuana moods ? En 1981, interviewé par une journaliste dans un bar de La Nouvelle-Orléans, un vieil ami se remémore les fragments de sa vie aux côtés de Mingus. le narrateur évoque alors l enfance du petit Charlie, confronté au racisme ordinaire, le traumatisme de la mort de sa mère, sa colère montante face aux injustices sociales. Puis vient son extraordinaire ascension musicale, sa passion pour la boxe, cette folie sourde qui le menace, son expérience de la psychanalyse, son besoin farouche de liberté, d alcool et de drogue. Jusqu à cette rencontre improbable avec une femme blanche qu il séduit instantanément, et dont il tombe éperdument ...
+ Lire la suite
autres livres classés : jazzVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de William Memlouk (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Pentaquiz : on recherche le cinquième terme

Afrique, Amérique, Asie, Europe, ...

Basson
le chien Dagobert
Le Deutéronome
Jean Valjean
New York
Océanie
Rimski-Korsakov
Russie

16 questions
341 lecteurs ont répondu
Thèmes : anatomie , bande dessinée , géographie , géopolitique , littérature , musique , société , sport , zoologieCréer un quiz sur ce livre