AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782812200946
280 pages
Éditeur : Ramsay (20/08/2018)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Le formidable destin d'un amoureux de la vie, passionné par l'aviation, Jean Mermoz. Le récit entrelace ses amitiés rocambolesques avec les destins des membres de l'Aéropostale et son amour pour la jeune Bétina.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
paroles
  13 septembre 2019
J'ai toujours eu un faible pour l'histoire des débuts de l'aéropostale. Pourquoi ? Sans doute est-ce le courage, la témérité et peut-être aussi le petit coup de folie qu'il a fallu à ces hommes (et ces femmes, elles étaient quand même quelques-unes) pour défricher le chemin des airs et tracer une route dans le ciel pour transporter le courrier au-delà des océans.
Même si je voue une profonde admiration pour Guillaumet, j'ai eu grand plaisir à me tourner cette fois vers Mermoz et à découvrir sa vie et ses exploits.

Mermoz et se cheveux au vent qui a inspiré Vol de nuit et le Petit Prince à Saint Exupery, autre grand aviateur.
Mermoz qui plus d'une fois à tutoyer les anges tant il a pris de risques, mais toujours la chance était sa copilote et le sortait de bien des épreuves. Pas seulement dame Chance, il y avait aussi son extraordinaire mécanicien, Jean Collenot qui réparait moteur et autres dysfonctionnements avec un élastique et trois bouts de ficelle. Un duo solide qui croyait l'un en l'autre et qui aurait quadriller le ciel dans tous les sens si on les avait laissé faire.

C'est le 8 février 1920 que Mermoz décroche son brevet de pilote, au bout de quelques heures de vol et de quelques crashes spectaculaires dont il sort indemne. Sa première destination, au service de l'armée, est Palmyre au Moyen-Orient. C'est là qu'il fera l'expérience de la dure loi du désert quand il devra poser son avion dans les dunes à cause du feu qui se répand dans l'avion. A son retour en France, il terminera son affectation à Thionville.
En 1923, enfin, il signe un contrat avec Latecoère à Toulouse pour devenir pilote sur des lignes commerciales.
Et comme les autres pilotes, Mermoz va connaître son lot de mésaventures et toujours dame Chance sera présente à côté de lui. Mais son rêve, ce pourquoi il se bat et envoie moult lettres aux constructeurs d'avions, c'est la traversée de l'Atlantique. Et même si Lindbergh en 1927 a réussi cet exploit. Il veut, lui, battre son record...

Quelle passionnante odyssée que celle de cet aviateur hors normes. Hors normes par ses qualités de pilote bien sûr, mais aussi physiques (grand, plus grand que la moyenne, fort, athlétique, inépuisable nageur...) Il avait un appétit aussi immense que sa passion du vol dans laquelle il n'hésitera pas à investir ses propres deniers, un amour incommensurable pour sa mère ! Sans oublier non plus son humanité, son amitié pour les autres pilotes, ses frères...
Cependant mon enthousiasme a été quelque peu adouci par l'écriture, le style de Marc Menant, par son obsession à inverser les mots ou à faire abstraction de certains autres: « Ne dura pas longtemps la lutte contre leurs pulsions... » « Honte son apparition sur le pont des premières... »
Bon je pinaille c'est vrai, car à côté de ça les exploits de tous ces hommes et femmes passionnés, prêts à offrir leur vie, qu'ils soient pilotes, mécaniciens, ingénieurs, chefs d'entreprise... sont extraordinaires et méritent l'hommage que leur décerne ici l'auteur.

Allô Papa Tango Charlie...

Lien : http://mespetitesboites.net
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Ecureuilbleu
  08 octobre 2018
Dans ce roman, l'auteur  nous fait partager la vie tumultueuse de Jean Mermoz et des pionniers de l'aviation : pilotes mais aussi radios, mécaniciens, ingénieurs, patrons qui ont oeuvré pour développer la Ligne, l'Aéropostale, toujours prêts à se surpasser, à risquer leur vie pour porter haut ses couleurs.
Mermoz croit en lui et en sa chance, frôlant sans cesse la mort, toujours prêt à relever un défi, à réaliser un nouvel exploit. Rien n'arrête sa fougue et sa soif de voler. Il vole de continent en continent, dans des coucous antiques, adulé par les femmes par sa taille, sa crinière blonde, sa force de caractère et son humanité.
J'ai aimé la description du personnage, de ses avions et de ses aventures, son amour phénoménal pour Mangaby, sa mère, son amitié avec Saint-Exupéry, Guillaumet, Daurat, etc...
Son enthousiasme, son courage, sa volonté de vaincre les éléments sont porteurs d'espoir et incitent à oser réaliser ses rêves.
Au départ le style de l'auteur m'a un peu dérangée : phrases courtes, sans verbe, virevoltantes et puis je me suis laissée emporter.
J'ai volé avec Mermoz dans sa carlingue, à découvert, senti les moteurs vibrer sous mes pieds, suis tombée en vrille avec lui, me suis relevée, suis repartie...
J'ai survolé la Cordillère des Andes, l'Atlantique, l'Amérique du Sud, dans des avions plus ou moins délabrés, testé les premiers hydravions, évité les obstacles, amerri, décollé, sauté en parachute...
J'ai été fière d'avoir participé au développement de la Ligne, un peu comme si j'avais participé à la construction d'une cathédrale...
Et d'avoir inspiré Tonio (Saint-Exupéry) pour le Petit Prince...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Chtipoyt
  28 octobre 2018
Jean Mermoz, Didier Daurat, Pierre Latécoère, Antoine de Saint Exupéry ...
Des noms qui sont légendaires dans le monde de l'aéronautique et des noms qui me parlent en tant que Toulousain travaillant dans ce milieu.
L'auteur nous entraîne, au travers des yeux de Jean Mermoz, dans la folle aventure des pionniers de l'aéropostale. Héros pour certains de leurs contemporains, écervelés pour d'autres, ces hommes ont amené leurs pierres à l'édification du "village planétaire" à la sortie de la première guerre mondiale.
Ce roman biographique, nous donne un point de vue privilégié et quelques fois voyeur dans le monde de ces fous volants, avec un style qui de prime abord m'a un peu décontenancé voire refroidi, mais qui au fil des pages s'adapte très bien au côté tantôt solennel, tantôt voyou des aventures de Mermoz et ses compères.
Je recommande ce livre, tant pour L Histoire qui y est contée que pour l'ambiance des années 20 et 30 en toile de fond.
Commenter  J’apprécie          10
stef6534
  28 octobre 2018
Il est normal que Jean Mermoz soit très présent dans notre mémoire nationale. Ce fut un très Grand monsieur. Outre ses immenses qualités de pilote c'était également un homme très généreux. L'auteur nous livre une anecdote édifiante à ce sujet. Jean Mermoz devant un homme désespéré, inconnu de lui, n'hésite pas à l'aborder et par sa grande générosité à payer ses dettes locatives afin qu'il puisse récupérer son enfant mais aussi à se démener pour lui trouver un emploi.
Si vous lisez ce livre vous trouverez d'autres faits de la vie très excitante de Jean Mermoz. Vous rencontrerez d'autres personnages bien connus comme Antoine de Saint Exupéry mais aussi ses collègues pilotes qui ont payé un lourd tribut lors des débuts de l'aviation.
L'auteur nous montre également le lien très fort qui unissait Jean à sa mère.
Même si je n'ai pas apprécié le style d'écriture de l'auteur je vous invite à lire ce livre. C'est un bel hommage à un grand pilote et un homme bon.
Je remercie Babelio et éditions Ramsay pour m'avoir permis de lire ce livre dans le cadre de l'opération masse critique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
EcureuilbleuEcureuilbleu   08 octobre 2018
Pourquoi nous l'aimons à ce point notre Ligne ? Parce qu'elle vit. Elle vit de tout ce que nous lui avons donné de nous-mêmes. Quand elle a débuté, nous étions dix-huit jeunes voués à son succès de toute notre âme. De ces dix-huit nous ne sommes plus que quatre aujourd'hui et tous ceux qui manquent sont morts à leur poste, en pleine lutte pour que la Ligne vive. Tu comprendras que leurs voix ne se sont pas tues, elles commandent !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
EcureuilbleuEcureuilbleu   08 octobre 2018
La vie est belle, elle est même trop belle pour moi. Je me demande souvent ce que j'ai pu faire pour la mériter si belle et si bonne, elle est celle que j'ai choisie depuis toujours, je suis heureux, simplement heureux
Commenter  J’apprécie          60

Video de Marc Menant (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marc Menant
Le Salon du Livre - 68000 Colmar - Alsace - 22 et 23 novembre 2008 Valérie était sur le stand de la Librairie Forum , à coté de Marc Menant, qui dédicaçait son dernier livre "la médecine nous tue". Ouvrage dans lequel il s'élève contre une médecine moderne qui, à vouloir tellement nous guérir, finit par nous affaiblir jusqu’à la mort. Marc menant continue son combat lors de la conférence qu'il tient au café littéraire…
autres livres classés : aéropostaleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1008 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre