AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2365380107
Éditeur : Rebelle Editions (25/01/2012)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Dans un monde qui ne valait plus la peine d être sauvé et en lequel je ne croyais plus, j ai décidé de faire régner ma propre loi.

Chasseuse devenue vampire, paria, traîtresse, génie, rejetée par ceux que je protégeais et admirée par cette race que je haïssais, je n ai aujourd hui plus qu une seule chose à l esprit : ma vengeance. Combattre pour gagner ma place sur le trône n était que le premier pas.

Je m appelle Elizabeth. Je suis dé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
pititecali
31 mars 2013
Mon avis : 3,5 / 5 - Une lecture très sympa dans la bit-lit qui sort des sentiers battus.

Nous entrons ici dans un univers Bit-lit assez différent de tout ce qui peut foisonner en ce moment "à la mode". Les vampires d'Aurélie Mendonça sont cruels, sanguinaires (le sous-titre de ce roman n'a pas été usurpé !) et il n'y a pas dans ce livre ne serait-ce qu'un soupçon de romance (ahhhh, ça fait du bien !! :D ) (même si j'aime ça aussi, mais le vrai plaisir est dans la variété !)
Aurélie se réapproprie avec beaucoup de talent le vrai mythe du vampire, le façonnant à sa guise tel un petit monde de pâte à modeler. J'ai beaucoup apprécié toutes les subtilités hiérarchiques, historiques, les nouveautés créées ici que je n'avais pas encore trouvées ailleurs. N'aimant pas lire constamment la même chose, j'ai trouvé ce livre, à cet égard, très rafraichissant. Je précise "à cet égard", parce que sinon, à part ça, "rafraichissant" n'est pas le mot que j'emploierais pour décrire cette oeuvre :D. le monde d'Elizabeth La Sanguinaire est plutôt vachement sombre, et sans pitié. Pour autant, les vampires, s'ils ne sont pas très gentils-choubidous, ne sont pas complètement dénués de coeur, il est peut-être bien caché, mais on le "sent" tout de même. A plusieurs reprises, j'ai trouvé Elizabeth assez touchante de chercher toujours à se battre contre elle-même, à se reprocher d'avoir des remords, de penser encore parfois comme une humaine, avant de reprendre du "poil de la bête" et de nous faire un carnage dont elle a le secret :D .
Dans le monde des vampires c'est la loi du plus fort. Tu veux quelque chose ? Viens le chercher, si t'en es capable. A partir de là, tous les renversements de situation sont possibles et j'aime cette totale incertitude sur ce qui peut se passer ensuite. C'est d'ailleurs sur cette caractéristique de ce monde que s'ouvre l'histoire. Elizabeth a un but à atteindre, et pour cela, elle doit devenir la reine, qu'à cela ne tienne Étienne, prenons le pouvoir ! ^^
J'ai aimé l'univers crée autour d'elle et sa cohorte. Je me suis régulièrement dit pendant ma lecture que tout cela ferait peut-être un bon film de vampires ! Un vrai film de vampires, pas les machins à l'eau de rose totalement dénués de saveur qu'on nous sert de plus en plus ! Rien que la scène où Elizabeth prend le pouvoir (qui arrive très très rapidement dans le roman !) ferait une super scène à voir ! du moins, dans ma tête c'était canon :D
Les personnages sont bien construits, les éléments de leur passé, amenés pour les comprendre et savamment distillés au fil de la lecture, sont bien amenés, pertinents, cohérents. Ils nous apportent vraiment quelque chose. le livre n'est pas très long (250 pages environ) mais il est riche et ne fait pas de chichi, on n'y trouve aucun paragraphe de remplissage, tout ce qui est raconté a son utilité.
Elizabeth a ses raisons pour être ce qu'elle est aujourd'hui, et elles nous sont expliquées pour qu'on la comprenne bien. Certes elle est horrible, cruelle, violente, et sanguinaire, mais on sait pourquoi. Et quelque part, ça lui ôte tout côté antipathique.
Nilosh est exemplaire de fidélité, choisi pour ça d'ailleurs, comme chef de la cohorte de la reine. C'est un côté qui le rend assez attachant, malgré son sale caractère et ses manières quelque peu... bouchères ? :D
Et enfin, je parlerai d'un dernier personnage, Huan, un jeune garçon, humain. le premier qui trouve grâce aux yeux de la reine, qu'elle sauve, garde avec elle, après d'elle, et qu'elle... aime ?
Un jeune garçon qui semble lui permettre de garder son calme et de se contrôler. Il est plutôt attachant :p
Je vous parle d'un côté "attachant" de ces 3 personnages, mais c'est parce que je n'ai pas d'autre mot qui me vient... Pourtant, je sais qu'il n'est pas bien choisi, parce que justement, les personnages de ce roman sont tellement cruels qu'on a beaucoup de mal à les trouver attachants. Et bizarrement, c'est ce côté "vraiment méchants" qui m'a à la fois tellement plu, et un peu empêchée de m'approprier complètement cette histoire. Je ne me suis tellement pas identifiée à eux que j'ai l'impression d'être restée un petit peu en dehors.
Et je pense que c'est la seule raison, parce que pour le reste, je n'ai rien à redire.
Le style d'Aurélie est parfait, riche, sombre, inquiétant, parfaitement adapté. Il ne reste que très peu de fautes/coquilles dans cet ouvrage. Il a tout ce qu'il faut où il faut. Donc, je ne vois que ça qui pourrait faire que je ne suis pas complètement entrée dedans.
Dommage pour moi.
Cela dit, ça ne m'a absolument pas empêchée d'apprécier tout à fait ma lecture, d'y trouver beaucoup de plaisir, et d'avoir très envie de lire la suite, donc, tout va bien :)
Je finirai en vous disant de vite découvrir ce livre si ce n'est pas déjà fait, et si vous en avez un peu marre de la guimauve chez les vampires, vous allez être servis ! :)

{J'ai découvert ce livre dans le cadre d'une lecture commune organisée sur la page FB des trinomettes et ai pu échanger mes impressions au fur et à mesure avec Emilie (qui n'est pas blogueuse) et Mélusine (dont j'ajouterai la chronique dès qu'elle sera prête)}

Cali
Lien : http://calidoscope.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
melusine1701
26 avril 2013
Elle se présente sous le nom d'Elisabeth Wolfgrave. Autrefois, elle faisait partie des tueurs de vampires. Et un jour, alors qu'elle menait un combat dans les bas-fonds de Londres, elle est passée dans le camp adverse. Elle est devenue vampire. Et la voilà qui, au terme d'un combat bref et violent, devient la Reine des Vampires. Pourtant, ce peuple, elle le déteste, elle n'en veut pas. Mais elle en a besoin, tout simplement, pour mener à bien une vengeance qui l'obsède depuis bientôt dix ans. Une vengeance contre les Chasseurs de vampire, eux qui l'ont trahie et qu'elle est bien décidée à détruire à son tour. Et devenir la Reine n'est que la première étape de son plan. Elle crée une cohorte, véritable armée miniature, à la tête de laquelle elle place Nilosh, le seul vampire qui ait acquis sa confiance et réussi à éveiller ses sens. Prochain palier: marcher sur les traces de la légendaire Elisabeth Bathory, la première de toutes les vampires. Investir son chateau dans les Carpathes, triompher des épreuves qui lui garantiront sa place et retrouver l'épée de Sang dont seule la Comtesse Sanglante connaît la cachette.
Enfin un livre où les vampires ne recherchent pas les amourettes avec des humains ou n'exposent pas leurs états d'âmes sur l'humanité! Ici, ils sont cruels, sans pitié. Leur société, si elle est organisée, n'en reste pas moins méfiante, pleine de périls. Ils ne voient pas tous d'un très bon oeil l'arrivée de cette Reine, encore si jeune, et bien décidée à faire le ménage dans un monde vampirique qui entretient des rapports troubles et malsains avec les Chasseurs. Elisabeth d'ailleurs ne cache pas son profond dégoût pour cette race qu'elle n'a rejoint que par intérêt. Leur monde est donc froid, peu accueillant, et mis à part le fidèle Nilosh, personnage qui m'a beaucoup touchée par sa loyauté et son abnégation envers une Reine qui a tout pour le détester, Elisabeth y est bien seule sur son trône. de quoi faire froid dans le dos…
J'ai été très touchée par le personnage d'Elisabeth. D'abord par son apparence: j'ai aimé l'idée d'un vampire à la peau grise, aux cheveux argentés, aux yeux rouges. Cependant, j'ai été parfois un peu agacée par l'habitude de décrire tout e qu'elle porte sans raison particulière hormis l'évidence qu'elle se fournit dans une boutique BDSM, ce qui est un tantinet cliché tout de même. Son histoire nous est dévoilée par petites touches et le mystère sur les réelles intentions d'Elisabeth, sur les motifs de sa vengeance et sur son passé est savamment entretenu: un amour perdu, un mentor disparu, un enfant caché, autant de pièces du puzzle qui se mettent en place petit à petit.
L'intrigue est donc particulièrement soignée et l'on replonge dans le mythe de la première vampire, la célèbre comtesse sanglante, que l'auteur se réapproprie en lui donnant aussi l'origine des premiers Chasseurs. C'est réussi, car Elisabeth se pose clairement en héritière de la Comtesse dont elle veut récupérer l'aura, les pouvoirs et l'influence. On verra aussi réapparaître Dracula et van Helsing. Curieusement, cela me reste un peu en travers de la gorge: Bathory et Dracula dans une même histoire, ça me semble un peu beaucoup et l'histoire perd un peu en cohérence à mes yeux, surtout que les ficelles pour les relier me semblent un peu grosses. Mais pour le reste, le style est riche et soigné, les pages s'enchaînent avec efficacité et les scènes d'action et de combat, si elles passent un peu vite au départ, finissent par exploser dans toute leur violence. Les têtes tombent, le sang coule, et âmes sensibles s'abstenir.
Lien : http://mabouquinerie.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Armenia
10 novembre 2016
Dans un monde qui ne valait plus la peine d'être sauvé et en lequel je ne croyais plus, j'ai décidé de faire régner ma propre loi. Chasseuse devenue vampire, paria, traîtresse, génie, rejetée par ceux que je protégeais et admirée par cette race que je haïssais, je n'ai aujourd'hui plus qu'une seule chose à l'esprit : ma vengeance.
Combattre pour gagner ma place sur le trône n'était que le premier pas.
Je m'appelle Elizabeth. Je suis désormais la reine des Vampires.
Que de choses à dire sur ce livre! Tout en commencant par remercier l'auteure pour l'envoi du livre que j'ai gagné sur son blog (leterrierdelily.com) et en vous assurant que cette chronique est parfaitement honnête.
Le pitch de base est super et vraiment alléchant : une noble et talentueuse chasseuse de vampires, qui, aveuglée par la vengeance, est devenue la reine de cette race qu'elle haïssait tant, simplement parce qu'elle a trouvé d'autres personnes à haïr encore plus.
On ne peut pas dire que j'ai été déçue, mais même si je ne saurais l'expliquer, je m'attendais à autre chose. D'abord, il faut avouer que le début est un peu longuet, certains passages n'avaient peut-être, de mon point de vue, pas de raison d'être aussi long. Puis, le scénario est par moment un peu convenu : de nouvelles légendes et autres prophéties apparaissent au fur et à mesure, juste quand elles sont importantes, sans qu'on en ait entendu parler auparavant.
Mais sinon, j'ai beaucoup aimé cette "réécriture" du mythe des buveurs de sang : des petits références à ce bon vieux Dracula, aux démystifications des légendes un peu bidons (du genre l'ail, les églises où les vampires ne peuvent pas pénétrer, les balles en argent et les pieux...), tout y passe et ça donne un petit cachet à ce bouquin, de l'originalité.
Et puis on ne peut pas nier qu'on voit du pays ; on voyage dans toute l'Europe sur les traces d'Elizabeth et la Comtesse Sanguinaire à l'origine de cette race maléfique, de l'Angleterre à la Hongrie en passant par le Portugal et la France, et on a même droit à quelques retours dans le passé, très sympas.
L'atmosphère est aussi très travaillée et rend bien, très assortie aux sombres caractères des personnages : des êtres bien exploités, et très attachants malgré leurs défauts, leur soif de vengeance et leurs erreurs.
Pour finir, le style d'Aurélie Mendonça est assez différent de ce que j'ai l'habitude de lire, mais il n'en était pas moins bon, même si je ne pense pas pouvoir le qualifier d'aussi facile à lire que celui des auteurs Young Adult.
En fait, ce qui aura manqué à ce livre pour être mémorable, c'est de l'action, et un côté un peu plus épique qui m'aura manqué. Il y a malheureusement eu beaucoup d'installation de l'intrigue et d'explication, pendant la majeure partie de l'histoire, et bien que ce soit nécessaire, ça m'a un peu ennuyée par moments.
En somme, un premier tome original avec de bons personnages et une bonne trame, mais qui manque un peu d'action et d'un côté épique...Mais bon, j'espère que la suite rattrapera ce manque, car je compte bien connaître la suite!
Lien : http://entreleslivresx.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Marly
08 novembre 2012
J'ai adoré Tarots Divins. Mais je ne saurai dire exactement pourquoi. Car beaucoup de points m'ont dérangé, mais ma lecture a pourtant été trop rapide. Je me plaisais aux côtés d'Elizabeth, et je ne voulais pas la laisser.
Le récit, c'est l'histoire d'Elizabeth et de sa vengeance. Avant, elle était la meilleure tueuse du clan des chasseurs de vampires. Mais les barrières n'étaient pas nettes entre le clan des chasseurs et celui des vampires. Troc, alliances, et autres marchés avaient lieu entre eux.
Elizabeth, efficace dans sa mission d'élimination des vampires, est donc naturellement devenue un handicap pour les vampires autant que pour les chasseurs travaillant avec eux.
Pour l'effondrer, ils ont de concert décidé d'assassiner son partenaire et amant : Youta.
Le monde d'Elizabeth s'est écroulé en perdant Youta, et pour continuer à "vivre", elle a décidé d'un nouvel objectif qui l'animerait : tout mettre en oeuvre se venger, et venger l'homme qu'elle aimait.
Pour cela, elle a utilise un moyen de devenir plus forte ; elle a sacrifiée sa vie humaine et son âme pour devenir vampire.

En quelques années, Elizabeth passe de jeune vampire traquée à guerrière surpuissante, assoiffée de vengeance et de sang.
Mais je ne vais pas évoquer d'avantage l'histoire de Tarots Divins, car le résumé en donne une bonne idée. Je vais vous parler de l'écriture d'Aurélie Mendonça, l'auteur.

Comme dans l'excellent récit de Lydie Blaizot "La maison de Londres" (petit caveau, chronique sur le blog), j'ai retrouvé un ouvrage de qualité. Une oeuvre travaillée, réfléchie, mais surtout aimée, qui a une âme... Je pense qu'on sent qu'Aurélie Mendonça a mis son coeur et son âme dans on écriture.
L'univers chasseurs VS vampires de l'auteur a ses propres lois, ses propres caractéristiques. Attention aux âmes sensibles, ici les vampires sont avant tout des méchants, mais surement pas les méchants du système imaginé ...
L'auteur a imaginé des personnages forts, vivants. Curieusement vivants pour des vampires !
Elizabeth est une vampire qui hait sa race, pensant comme une chasseuse alors qu'elle souhaite leur anéantissement à eux aussi. En sans cesse introspection et interrogation sur ses buts, sa volonté ne tient qu'à un fil... alors qu'elle parait si forte !

Nilosh est son bras droit. Il ne sera jamais considéré comme sa moitié dans ce premier tome, même si c'est sans doute ce qu'il voudrait... Huan est un jeune humain protégé par Elizabeth ; malin et discret, il aide sa maîtresse tout en vivant parmi les dangereux vampires. Ennemi des chasseurs de vampires, avant il était leur proie, grâce à la reine des vampires, il sera bientôt leur bourreau ...
Certains personnages resteront cachés dans mon avis, comme ils sont cachés dans le récit, même s'ils ont toute mon affection ou au contraire, toute mon antipathie...(voir même un peu de rage!)
Pour résumer, Tarots divins est une vraie histoire de vampires, avec du sang, de la violence, de la haine, des règles propres au monde de la nuit... Mais aussi avec une âme.
Comme moi, j'espère que vous serez touchés par les personnages et surtout par les sentiments d'Elizabeth, car même si elle peut parfois nous laisser dans le fou... elle retrouve toujours son objectif. Implacable, elle tuera pour arriver à ses fins. Et comme Huan et Nilosh, ou sa cohorte de guerriers... je souhaite être à ses côtés lors de sa vengeance.
Lien : http://rayon-passion.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Roshieru
29 juillet 2013
Tarots divins tient une place particulière dans mon coeur pour la bonne et simple raison que j'aurais adoré qu'il soit publié dans notre maison d'édition (Petit Caveau). Malheureusement, plusieurs concours de circonstances auront fait que nous n'en aurons jamais eu l'occasion, et j'ai même cru pendant un moment que l'auteur allait laisser tomber l'écriture suite à la disparition de l'éditeur de peu de confiance qui l'avait prise sous son aile. Alors, quand j'ai vu le livre apparaître dans le planning de Rebelle, j'étais vraiment ravie pour Aurélie Mendonça. J'ai lu ce roman il y a quelques mois sans avoir eu le temps de rédiger ma chronique. J'espère tout de même faire passer mon ressenti au mieux.
Ce premier roman n'est pas sans quelques défauts, à commencer par une fin où les événements s'enchaînent un peu rapidement à mon goût et qui aurait peut-être mérité un peu plus de travail pour que le rythme soit moins "haché". Cependant, j'ai adoré l'héroïne, qui m'a changé des archétypes des héroïnes que l'on nous sert en ce moment. Elisabeth Wolfgrave se moque bien des beaux gosses et de sa vie de couple (ou presque, mais chut !) : tout ce qui compte à ses yeux, c'est de se venger de ceux qui l'ont trahie, elle et son amant. Pour accomplir ses objectifs, elle est prête à tout, même à devenir la reine des créatures qu'elle déteste le plus : les vampires. Dès le début de l'histoire, notre impitoyable vampiresse fait une entrée en la matière sanglante et se montre intraitable envers tous ceux qui se dressent devant elle. Ici, pas de chichi. Elisabeth tue pour asseoir son pouvoir et peut compter sur des alliés tout aussi vindicatifs qu'elle. Puissante et implacable, elle finit par se révéler plus humaine à travers le regard de certains personnages secondaires qui lui sont proches (le fidèle Nilosh et le malin Huan) et lorsque les raisons de son comportement sont révélés plus en détail au cours de l'intrigue, avec à la clef quelques révélations surprenantes !
Le premier volume de Tarots divins se rapproche plus de la dark fantasy (même s'il se déroule dans notre monde et à notre époque) et du roman gothique (pour les décors et l'ambiance, notamment), que de la bit lit ou de l'urban fantasy. Les vampires ne sont pas sexy et civilisés, mais sauvages et fiers de l'être. du moins, pour ceux qui n'ont pas pactisé avec leur grand ennemi, les chasseurs. Nous sommes vraiment loin du roman générique, ce qui est à la fois une force et une faiblesse. Une force, car l'univers d'Aurélie Mendonça est indéniablement personnel et possède une âme. Une faiblesse, car certains lecteurs pourraient être désarçonnés de ne pas retrouver dedans le style et les codes des histoires de vampires qu'on nous sert actuellement. Elisabeth n'est assurément pas une héroïne comme les autres et il faut sans doute un peu de temps pour l'apprivoiser et l'apprécier. Pour ma part, j'ai hâte de découvrir le second volume, en espérant qu'il confirmera ma très bonne impression.
Je terminerai sur la couverture. Suite à une discussion avec l'éditrice, j'ai cru comprendre qu'elle n'avait pas été très appréciée. Pour ma part, je trouve qu'elle colle très bien à l'atmosphère sombre de ce premier volume et montre bien que nous ne sommes pas devant un roman de bit lit classique. Par ailleurs, elle figure à merveille l'un des décors cruciaux de l'histoire.
Lien : http://edenia.sanctusy.net/r..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
StoufnieStoufnie20 mai 2013
Londres, dix ans auparavant.
Le froid… Il n’y avait rien d’autre que le froid, autour d’elle, à l’intérieur d’elle. Et cette brûlure au niveau de sa gorge, deux pointes de feu qui semblaient boire toute énergie en elle. Ses membres étaient engourdis, et restaient sourds aux appels de son cerveau. Ses yeux refusaient de s’ouvrir, tant les lames de feu lançaient des éclairs de douleur dans toute sa tête. Elle se sentait devenir légère comme si elle avait pu s’envoler, puis lourde comme une pierre. La vie qui autrefois agitait son corps s’échappait par flots, tirée et aspirée hors d’elle. Elle ne savait plus où elle était, et pourquoi elle devait tant souffrir. Une voix lui soufflait de se laisser faire, que bientôt, tout serait fini. Le monde continuerait à tourner sans elle, et…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LilysatisLilysatis30 novembre 2011
21 août 1614 : Elizabeth Báthory s’éteint dans son château de Čachtice, après de longues années de captivité. Elle laisse derrière elle les souvenirs d’un horrible carnage, et les graines d’une étrange prophétie que sa fille Katerina, de Hongrie jusqu’au Portugal, se promet de semer.

De nos jours : la guerre entre les chasseurs de vampires et les créatures démoniaques s’enlise inexplicablement. Lorsque Nélia, étoile talentueuse des chasseurs, comprend pourquoi, il est trop tard pour elle et ceux qu’elle aime. Contre toute attente et au mépris des lois des humains, elle préfère l’Enfer à la mort, et pénètre avec fracas dans l'univers de la race qu’elle est supposée détruire.

Devenue vampire, Nélia meurt pour donner naissance à Elizabeth, celle qui deviendra reine des êtres de la nuit, celle qui sera capable de venger l’humaine qu’elle était. Accompagnée de sa mortelle armée et d’un jeune garçon, elle va mettre le monde à feu et à sang, jusqu'à ce que le destin ne lui joue un nouveau tour...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AndreeLaPapivoreAndreeLaPapivore09 novembre 2013
Dix années passées à endurer le semblant de vie d'un être de la nuit, à cacher son identité, à tuer. Dix années passées à se détester d'être ce qu'elle était. Non, elle ne pouvait pas gâcher tous ses efforts dans la précipitation. Les chasseurs allaient souffrir comme elle avait souffert, mais eux connaîtraient la douce délivrance de la mort.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Aurélie Mendonca (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aurélie Mendonca
Vidéo de lancement.
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1571 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre