AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757800590
Éditeur : Points (30/11/-1)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Dans les montagnes de Catalogne, au cours d'un été marqué par des pluies torrentielles et des inondations, une passion violente et éphémère scelle le destin d'une religieuse et d'un propriétaire terrien. Attaques à main armée, enlèvements, disparitions ponctuent ce roman bâti autour du mythe de Don Juan et dans lequel les cataclysmes de l'amour se transforment peu à peu en une douce et amère mélancolie.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
FredMartineau
  07 octobre 2018
Je ne connaissais pas cet auteur espagnol et c'est par cette histoire d'amour que je découvre son univers littéraire. Serait-ce le Marc Levy ibérique ? Des babelionautes pourraient-ils me recommander d'autres titres ? En tout cas, cela se lit d'une traite ou d'un voyage en train. L'intrigue est bien menée et le style fluide bien qu'il s'agisse d'une traduction. Et comme le chantait les Rita Mitsouko : "les histoires d'amour finissent mal, en général..."
Commenter  J’apprécie          370
valleg
  30 septembre 2013
Catalogne, années 1950.
Soeur Consuelo, mère supérieure de la communauté de religieuses de San Ubaldo de Bassora et directrice de son hôpital, cherche des fonds pour le restaurer. C'est ainsi qu'elle rencontre Augusto Aixela de Collbato, riche propriétaire terrien, franquiste à ses heures, surtout connu pour ses multiples conquêtes féminines, et en tombe éperdument amoureuse.
Les pluies diluviennes qui s'abattent cet été là sur la province barcelonaise font écho au déluge amoureux et charnel qui consume soeur Consuelo, prête à rompre ses voeux pour un Don Juan qui faut-il le dire n'en vaut pas la peine.
Heureusement, les montagnes de la Catalogne abrite encore un bandit au grand coeur, qui tel un Zorro éclopé par des années de guérilla, mais fidèle à tout jamais à ses engagements, va éviter à Soeur Consuelo de commettre l'irréparable.
Dans ce récit rocambolesque, Mendoza parodie avec beaucoup d'habileté le roman d'aventures et le roman picaresque. Il parsème son récit de symboles qui dressent en filigrane un tableau plutôt sombre de l'Espagne après la guerre civile ; où le religieux s'accoquine avec le pouvoir, où la société reste construite par et pour les plus aisés qui s'accrochent à leurs privilèges. Tel Soeur Consuelo qui à la veille de sa mort s'interroge sur la mansuétude divine à son encontre, l''Espagne saura-t-elle s'absoudre de ses péchés et se reconstruire après le déluge franquiste ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
MissG
  08 mai 2013
"Les temps changent, les illusions s'évanouissent, les gens meurent, seules les montagnes demeurent, pensa-t-elle.", ainsi songe Soeur Consuelo à l'aube de sa vie et en étant revenue dans la ville où des années auparavant, au cours d'un été marqué des pluies abondantes, elle a vécu une passion aussi violente qu'éphémère avec un propriétaire terrien.
Ce roman d'Edouardo Mendoza est bâti en trois parties : la première est celle de la séduction et de la passion amoureuse entre une religieuse et un propriétaire terrien, deux personnages que rien pourtant ne prédestinait à se rencontrer et à s'aimer; la deuxième partie est celle du retour à la réalité où le chef des bandits sévissant dans la région ouvre les yeux à la religieuse sur la réelle nature du coeur d'Augusto Aixelà, le propriétaire dont elle s'est entichée, tandis qu'elle le soigne et vient alors le temps de la repentance et de l'expiation des péchés commis; enfin la troisième partie est celle de la vérité, où à l'aube de sa vie Soeur Consuelo revient sur les turpitudes qui ont agité son coeur, son amour du Seigneur mais aussi pour cet homme qu'elle n'a jamais renié et à sa question "Pourquoi veux-tu t'enterrer vivante ?" elle lui avait alors répondu : "Parce que je t'aime, répondit-elle très vite, je ne sais pas quand je suis tombée amoureuse de toi, ni comment une pareille chose a pu arriver, j'essaye de me souvenir et j'ai l'impression de t'avoir toujours aimé, j'essaye de comprendre, je ne trouve aucune raison au monde pour ne pas t'aimer.".
Ironie du sort, ce sont trois hommes bien différents les uns des autres qui gravitent autour de ce personnage central de religieuse : Augusto Aixelà, un bandit et enfin son médecin, et qui vont la guider dans ses actes et ses décisions.
J'ai beaucoup apprécié ces différents personnages mais par dessus tout la façon dont l'auteur les traite et les fait intervenir dans l'histoire.
Ils sont finement construits et s'articulent très bien les uns avec les autres, tel des marionnettes dans un spectacle.
Le personnage de Soeur Consuelo est intéressant à plus d'un titre : tout d'abord parce qu'il symbolise la pureté et l'innocence d'une religieuse face à la tentation, mais aussi par le chemin moral parcouru par cette femme qui finit par poser un regard mélancolique sur les troubles qui ont agité son coeur par le passé.
C'est sans doute le seul personnage qui évolue durant le roman, les hommes restant fidèles à eux-mêmes, à leurs convictions et à leurs manières d'agir.
Ce récit est très bien construit mais aussi fortement évocateur car hautement métaphorique et ce à plus d'un titre.
Ainsi, les pluies torrentielles qui s'abattent et provoquent de nombreux dégâts sont le parallèle du cataclysme qui dévaste le coeur de Soeur Consuelo cet été-là, un déluge d'amour sentimental mais aussi charnel qui l'envahit et la pousse à vivre sa passion, à braver l'interdit et mettre en péril sa vocation et sa croyance.
Mais le fond de cette histoire est également une transposition du mythe de Don Juan dans les montagnes de Catalogne, un caractère d'homme séducteur et par la même occasion destructeur, dans une nature hostile et sauvage mais dont on perçoit la beauté et la grandeur à travers les descriptions de l'auteur.
En choisissant ce roman je voulais découvrir l'Espagne et la littérature espagnole, je ne regrette pas car j'ai découvert une belle histoire et la plume d'Edouardo Mendoza que je trouve fort intéressante et dont je lirai d'autres oeuvres avec plaisir.
Avec "L'année du déluge" d'Edouardo Mendoza, c'est toute la chaleur de la Catalogne qui transparaît dans cette passion aussi violente qu'éphémère entre une religieuse et un propriétaire terrien tandis que des déluges de pluie s'abattent sur la région, un régal de lecture dont il serait dommage de se priver.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Cynthia_56
  08 octobre 2018
L'auteur nous raconte l'histoire d'une nonne qui s'éprend d'un noble local coureur de jupons invétéré.
Sa vie en sera à jamais bouleversée et l'emmènera vers des rencontres uniques.
L'histoire pourrait être clichée mais elle ne l'est pas. J'ai été touché par tout les personnages. de Soeur Consuelo au bandit qu'elle tente de sauver jusqu'à ce pauvre Augusto Aixela qui m'a inspiré jusqu'à la fin pas mal de pitié.
Le décor de l'Espagne des années 50 est plutôt bien exploité et on en apprend un peu plus sur cette période troublée d'après-guerre et le sort des personnes qui y ont participé.
Le livre est assez court et l'écriture fluide permet de le lire en quelques heures.
C'était mon premier Eduardo Mendoza et je pense que je lirai d'autres livres de cet auteur espagnol qui se range dans les "classiques" de son pays.
Commenter  J’apprécie          50
amemad
  16 juin 2016
Du Mendoza, toujours fidèle à lui-même, comme je les aime. Ce court roman, dans les années 1950 en Catalogne (Barcelone-Bassora), nous tient en haleine jusqu'au bout. Histoire d'une jeune religieuse et d'un riche cacique célibataire qui entretiennent une brève relation singulière qui laissera des traces profondes à la mesure de l'âme de chacun.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
FredMartineauFredMartineau   07 octobre 2018
J'ignore si cette décision, continua-t-elle, te causera autant de douleur que j'en ressens, mais tu dois comprendre, mon amour, qu'il est parfois nécessaire d'ouvrir ses yeux à la lumière et de fermer son cœur au sentiment ; sauras-tu le comprendre et me pardonner ?
Commenter  J’apprécie          220
MissGMissG   08 mai 2013
Parce que je t'aime, répondit-elle très vite, je ne sais pas quand je suis tombée amoureuse de toi, ni comment une pareille chose a pu arriver, j'essaye de me souvenir et j'ai l'impression de t'avoir toujours aimé, j'essaye de comprendre, je ne trouve aucune raison au monde pour ne pas t'aimer.
Commenter  J’apprécie          30
UneliseuseUneliseuse   12 novembre 2013
Je ne crois pas à l'enfer, et pas davantage au ciel ; et s'ils existent, je m'en fiche. Je ne veux pas d'un système qui récompense les hypocrites et condamne les désespérés
Commenter  J’apprécie          20
UneliseuseUneliseuse   12 novembre 2013
Je suis un homme qui ne croit pas à grand - chose, mais l'expérience m'a appris à respecter le travail humain par dessus tout [...] le travail est effort, mais il est aussi savoir-faire et persévérance, ce n'est pas appliquer la force brute à la matière mais savoir ce que l'on veut faire, dans quel but, comment s'y prendre, et ensuite mener l'ouvrage à bien sans ménager sa fatigue, son intelligence et son amour, en mettant dans chaque geste l'héritage de plusieurs siècles de dévouement et de résolution
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MissGMissG   08 mai 2013
Les temps changent, les illusions s'évanouissent, les gens meurent, seules les montagnes demeurent, pensa-t-elle.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Eduardo Mendoza (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eduardo Mendoza
Eduardo Mendoza, XV Premio Franz Kafka, en el Cervantes de Praga
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature espagnole au cinéma

Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

Vincent Perez
Olivier Martinez
Viggo Mortensen

10 questions
49 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur ce livre