AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782868698025
446 pages
Éditeur : Actes Sud (05/02/1992)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 9 notes)
Résumé :

L'ouvrage d'Henri Mendras - La Fin des paysans - parut audacieux lors de sa publication en 1967. La thèse de l'auteur était simple mais redoutable dans ses perspectives : la France avait vu disparaître une civilisation millénaire, constitutive d'elle-même, et depuis les années cinquante la paysannerie, en tant que mode de vie, avait complètement disparu, ne laissant dans la campagne française que des agriculteurs-pr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
POY1
  26 décembre 2019
Henri Mendras rédige La Fin des paysans dans les années 60, il le retravaillera ultérieurement dans les années 80
Cet essai reste, de nos jours, une référence pour l'étude et l'analyse du monde rural français des Trente Glorieuses. Alors en pleine transformation, le monde agricole faisait SA révolution. de cette évolution émanera l'organisation des campagnes que nous connaissons, ou que nous, les citadins, nous pensons connaître.
Car, il n'y a pas même un demi-siècle, la campagne française était celle du paysan. La population agricole était encore nombreuse en France et les fermes se transmettaient de père en fils. Les années 60 ont vu l'introduction de la technique et de la science, la victoire des progressistes. Les campagnes se motorisent et se mettent à l'économie de marché. le paysan devient donc producteur agricole. Il ne vit plus en autarcie ou pour vendre sur le marché local ou à la foire du canton, dorénavant il se fait entrepreneur produisant selon les besoins des consommateurs. S'affranchissant de la nature de sa terre et de la météorologie, le paysan délaisse le temps des saisons pour celui des fuseaux horaires.
Aujourd'hui, on ne reprend pas la ferme familiale, on choisit de devenir agriculteur, métier que l'on apprend sur les bancs des écoles agricoles ou d'agronomie. Malgré cela, la France reste un pays agricole même si le nombre d'agriculteurs a diminué. Elle possède un atout indéniable pour qu'elle-même puisse vivre en autarcie.
Notre pays reste marqué par cet esprit paysan inscrit dans notre gène national. Cependant, cet esprit n'est-il pas galvaudé par la nécessité de produire et d'être rentable ? le paroxysme ne se retrouve-t-il pas dans déshumanisation du métier d'éleveur ? le rapport à la terre ou le rapport à la bête n'était-il pas désacralisé pour devenir un besoin d'exploitation, dans le sens du besoin de produire à tout prix, au dépend du besoin du nécessaire ? L'utile n'était-il pas mis de côté pour le futile ? L'analyse de la vie paysanne par Henri Mendras apporte des réponses à ces questions.
La Fin des paysans est le début d'une nouvelle ère de technicité qui, peut-être, aseptise l'amour de la tâche et supprime la reconnaissance des bienfaits de la terre pour une société de services et de consommation. Doit-on s'en réjouir ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
La31
  26 février 2017
Ce livre est une référence à lire pour tous ceux qui veulent comprendre le monde paysan d'aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
POY1POY1   23 décembre 2019
le travail n'étant imposé par aucune discipline extérieure, c'est la conscience du travailleur qui commande le travail. Autant dire que le "sens de la terre" et le "courage" sont, pour le paysan traditionnel, les qualités professionnelles fondamentales. [p. 115]
Commenter  J’apprécie          50
POY1POY1   22 décembre 2019
N'est-ce pas simplement que la logique de la société industrielle est incompatible avec la logique de la société paysanne traditionnelle et que vouloir appliquer l'une à l'autre ne peut évidemment conduire qu'à détruire la seconde ? [p. 17]
Commenter  J’apprécie          50
POY1POY1   24 décembre 2019
Entre le paysan qui cultive pour nourrir sa famille et le producteur agricole qui répond aux exigences du consommateur, l'opposition de perspectives est complète. [p. 217]
Commenter  J’apprécie          60
Video de Henri Mendras (1) Voir plusAjouter une vidéo

L'hexagone : émission du 3 mars 1970 : Adieu coquelicots ou le dossier de l'agriculture
F. H. DE VIRIEU présente l'émission qui va porter sur les questions sociales qui intéressent le monde paysan - Présentation des invités / tour de table : GEORGES VEDEL / MICHEL ROLAND (président des salariés agricoles CFDT ) HENRI MENDRAS (CNRS) et Jean LEGRAND (agriculteur) qui vont participer au débat - MM. DEBATISSE et ses collègues M. BERNARD LAMBERT (secrétaire général des...
>Groupes sociaux>Classes sociales>Classes moyennes et intellectuels (33)
autres livres classés : AgriculteursVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

LNHI-44259

Qui chantait ceci en 1977? On a tous dans le coeur une petite fille oubliée Une jupe plissée, queue de cheval, à la sortie du lycée On a tous dans le cœur un morceau de ferraille usé Un vieux scooter de rêve pour faire le cirque dans le quartier Et la petite fille chantait (et la petite fille chantait) Et la petite fille chantait (et la petite fille chantait) Un truc qui me colle encore au cœur et au corps Everybody's doing a brand-new dance now Come on babe do the locomotion I know you gonna like it if you give it a chance now Come on babe do the locomotion

Alain Souchon
Laurent Voulzy
Eddie Mitchell

12 questions
51 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson française , années 60 , enterrement , animauxCréer un quiz sur ce livre