AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782916329154
96 pages
Editions Cénomane (02/10/2008)
4/5   1 notes
Résumé :
« Ce n'est pas vrai qu'ils meurent tous en silence, comme dans les films. Celui-là est mort en parlant, et il était effrayé. »

Dans ces six courts récits, dont l'écriture s'étend de 1983 à 2007, Rafael Menjívar Ochoa met en scène des thèmes récurrents de son œuvre : la folie, l'amour, la mort, la solitude, la culpabilité...
Dans chacun d'eux le narrateur est aux prises avec un personnage énigmatique à un moment essentiel de sa vie : une amputa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Myriam3
  30 janvier 2019
6 nouvelles, 6 hommes face à leur destin: chaque histoire se déroule le jour où tout bascule pour eux, que ce soit par la mort, une disparition ou une rencontre.
Ces récits ont lieu entre le Salvador et le Mexique, dans les bas-fonds des grandes villes. L'écriture est directe et acerbe, inspirée des romans noirs américains où les sentiments ont moins de valeur que l'argent, où la force est au service de la petite criminalité.
Les descriptions sont coupées au couteau mais ça ne les rend que plus poétiques; les personnages ont en eux cette part de mélancolie propre à ceux qui n'ont plus rien à perdre, même pas la vie.
Chaque nouvelle commence abruptement, comme si on avait manqué l'essentiel, et garde par là-même le mystère de ce qui a pu se passer avant. Les dialogues sont elliptiques, les sous-entendus nous incitent à nous forger nous-mêmes les histoires qui tournent autour de ces personnages qui ont en commun une solitude inhérente.
A découvrir, assurément.
Commenter  J’apprécie          280

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Myriam3Myriam3   30 janvier 2019
Je pris un chemin étroit, là où finissaient les cactus et commençait le bord du canyon. Trois kilomètres et je me garai. C'était l'été et il n'allait pas faire nuit tout de suite. On avait le temps. C'était aussi le moment le plus dangereux. S'il faisait l'idiot je n'aurais pas le temps de sortir mon pistolet, et je ne voulais pas qu'il recommence à me frapper. J'étais fatigué de me faire frapper.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : littérature salvadorienneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Hugo, écrivain trop connu ?

Sa date de naissance, Hugo la donne lui-même dans l’un de ses vers: « Ce siècle avait …. ans ».

deux ans
neuf ans
vingt ans
trente ans

10 questions
41 lecteurs ont répondu
Thème : Victor HugoCréer un quiz sur ce livre