AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Betty Angel tome 1 sur 4
EAN : 9782811230906
Milady (12/09/2018)
3.57/5   78 notes
Résumé :
« Bon sang, je vais rester petite et boulotte pour l’éternité ! J’ai vraiment un karma de merde ! »
Moi, c’est Betty. J’ai passé ma vie à jouer la bonne poire dont tout le monde profitait, pour finir noyée dans mes toilettes… Ma mort est aussi naze que l’était mon existence. Et comme si ça ne suffisait pas, je me retrouve catapultée dans une série d’épreuves terrifiantes pour devenir l’apprentie du bien trop sexy pour être honnête Ange de la Mort ! Il y a ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
3,57

sur 78 notes
Gwen21
  26 avril 2021
Etant donné le nombre de fois où Betty, l'anti-héroïne, se mordille la lèvre inférieure, étant donné son addiction suivie de perte de contrôle émotionnel à la vue d'un torse musclé, étant donné son attraction pour le genre mâle dominant, enfin étant données les fréquentes références au roman "Cinquante nuances de Grey" dans le récit, je pense que Louisa Méonis s'est inspirée de... "Cinquante nuances de Grey" pour coller à un genre qui est en total décalage avec mes lectures habituelles mais qui est sans doute vendeur.
Ca, pour sortir de ma zone de confort, je suis sortie de ma zone de confort. Et pourtant, j'aime à l'occasion les récits légers et je n'ai rien contre un brin de romance dans une narration mais cette histoire de jeune femme de vingt ans morte de s'être noyée dans la cuvette de ses WC et commençant une formation d'ange protecteur au Paradis, le tout sous la férule de la Mort elle-même, incarnée par un beau gosse aux abdos d'acier et aux "yeux cobalt" (et pour qu'on n'oublie pas ce détail fondamental, l'auteure nous le rappelle à peu près toutes les deux lignes, ce qui personnellement a très vite coulé son style dans mon estime). Au final, Betty, cette jeune vierge complexée par ses kilos superflus et obsédée par la taille de son fessier, ne m'est apparue ni sympathique ni attachante. Pleurant 90% du temps, elle m'a même rapidement tapé sur les nerfs.
Je ne vois pas grand chose à sauver de cette lecture si ce n'est quelques traits d'humour, toujours les bienvenus. Définitivement pas pour moi mais tant mieux si ce genre est récréatif pour d'autres.
Challenge MULTI-DEFIS 2021
Challenge PLUMES FEMININES 2021
Challenge COEUR d'ARTICHAUT 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          306
Gaoulette
  29 octobre 2018
Louisa Méonis c'est un coup de foudre livresque. Je suis tombée sur la saga Lola et son sexy fossettes et j'ai été conquise par son humour burlesque. Je me souviens encore des mes fous rire. Alors oui, j'en attendais beaucoup du dernier bébé de l'auteure.
Une idée originale, Betty, l'héroïne meurt dans un accident domestique comique et se retrouve apprenti ange. Louisa Méonis garde sa marque de fabrique, une héroïne boulotte qui ne s'assume pas trop, n'a pas confiance en elle et provoque catastrophes sur catastrophes sur son passage. Rien qu'avec sa mort comique, Betty n'est une fille comme les autres.
J'ai apprécié que l'auteure n'ait pas fait une réplique de Lola malgré qu'elle partage des traits physiques indéniables. Betty est une fille attendrissante qui partagera ses complexes avec la lectrice ses doutes mais surtout son manque de confiance. Elle touchera son lectorat avec son besoin d'être aimée et que quelqu'un la regarde enfin. Cet aspect là du roman m'a beaucoup touché ce qui rend des passages très émouvants et non déclenchant des sourires.
Face à Betty, la mort en personne, un homme incroyablement sexy (mais il ne le sait pas), un homme qui ne comprend rien au sarcasme ni à l'humour ( il a beaucoup à apprendre), un homme qui essaye de comprendre les non dits de Betty (c'est mal barré). Pour la partie joutes verbales, je reste sur ma faim. La mort reste un mystère et on attend avec impatience de voir l'étendu de son personnage.
Louisa Méonis arrive à faire intervenir son pseudo "adonis" qui nous permet de cerner ne serait ce qu'un peu Azrael.
Dans son premier tome, je dirais que Louisa Méonis plante simplement son décor du Paradis avec certains personnages clés et missions. C'était une lecture sympa mais il me manquait de l'humour, ceux que j'aime chez l'auteure. Je m'attendais à rire aux éclats mais je suis restée sur place à plusieurs reprises. Par contre, malgré cette petite déception, je trouve que ce premier opus est une bonne mise en bouche et réserve des agréables surprises. Une trame intéressante qui n'est pas centrée que sur la romance. Des personnages complexes malgré leur apparence loufoque. Un cadre intéressant qui permet à l'imagination débordante de l'auteure de se faire plaisir.
Affaire à suivre pour la suite des aventures de Betty et la mort….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Sallyrose
  12 octobre 2018

C'est ce qui s'appelle sortir de sa zone de confort.
Betty meurt noyée dans ses toilettes. Elle se retrouve au Paradis et devient apprenti-ange, son instructeur étant la Mort.
Betty a 20 ans d'âge, 5 ans d'âge mental, c'est une jeune femme qui refuse d'entrer dans le monde adulte en utilisant notamment une serviette de bain avec des fraises Tagada pour motif et un gel douche aux senteurs des bonbons Haribo.
Il paraît que les adulescents régressifs existent dans la vraie vie. le tout est de savoir si c'est à ce point-là car, dans ce cas, c'est très dérangeant mais finalement assez symptomatique de la dégénérescence de la société.
Le style de l'auteure n'est pas maladroit mais l'utilisation abusive des clichés sur « les petites boulottes » donne la nausée et est à la limite de la discrimination puisque son personnage ne cesse de geindre en ramenant tous ses malheurs à son physique. Or son rêve de paradis est la rivière de chocolat de Roald Dahl. Génération Y = on veut tout mais sans effort.
On peut imaginer que l'auteure s'adresse à une cible de lectrices (lecteurs ?) complexées et également peu matures. Néanmoins, je considère qu'une des fonctions de la littérature est de participer à l'éducation d'un peuple et non pas de se mettre à son niveau pour faire son business. Auquel cas, ce n'est pas de la littérature mais du prêt à mâcher pour esprit qui refuse de se muscler un peu.
Un grand gâchis
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
Etpourquoipasquatre
  27 janvier 2023
Betty est petite, boulotte et surtout... Morte. Noyée dans la cuvette des WC. Oui vous avez bien lu. Et comble de la malchance, elle se retrouve on ne sait comment propulsée au Paradis pour devenir un ange. Malgré l'erreur de casting évident, voilà qu'elle se retrouve carrément apprentie de la Mort (rien que ça). La Mort qui est plutôt très sexy, et Betty quant à elle, très très vierge à tendance pivoine.
×
Alors là, pour une lecture hors zone de confort, on est bien. Je crois que même le serial killer d'il y a deux mois m'a moins donné envie d'abandonner.
Je ne suis déjà ni une habituée de la bit-lit ni une grande fan, mais franchement là, c'est quelque chose.
L'héroïne a passé plus de la moitié du roman à m'exaspèrer sérieusement (qui pleure toutes les 30 secondes option rougissement intense ?) et concrètement, seules les deux dernières pages ont éveillé mon intérêt. Comme quoi l'autrice maîtrise quand même un minimum de code d'écriture car finir un premier tome sur une telle bombe lancée ainsi au milieu du vide, c'est osé (mais ça marche toujours). Il m'en faudra évidemment bien plus pour me donner envie de lire une suite hein. Entre les 153 références de 50 nuances de Grey (dont j'ai enfin pu me débarrasser l'an dernier merci bien), les répétitions lourdes dans le récit et l'inutilité totale d'un personnage principal agaçant au possible, ce sera sans moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Kalyne
  07 avril 2020
J'ai beaucoup apprécié Crocs et sortilège du même auteure et j'avais lu pas mal d'avis positifs sur Betty Angel avant de me lancer, j'étais donc persuadée que l'histoire aller me plaire... Malheureusement, je n'ai même pas pu terminer le livre, principalement parce que je me suis sentie mal à l'aise pendant ma lecture.
Déjà, il y a beaucoup trop de monologues de Betty, elle s'égare trop souvent dans ses pensées. Elle pense à un truc puis s'égare sur des sujets futiles avant de revenir au sujet principal. Mais encore ça, ce n'est pas très grave.
le plus gros problème pour moi, c'est l'humiliation que l'héroïne se prend quasi constamment. Toutes ces réflexions des autres personnages ou les situations malaisantes qui rappellent qu'elle ne taille pas un 34/36 ! Pu****, c'est LOURD ! Déjà, tous ceux qui l'insultent de "boulotte", ou lui font clairement comprendre qu'elle n'a pas le physique pour être un ange c'est ultra agaçant, mais le pire, c'est les situations ! Comme ; ne pas pouvoir passer par un trou de sortie trop petit pour elle, avoir des vêtements trop petits etc. C'EST TROP ! On sent que c'est là uniquement pour rappeler ses rondeurs, mais en plus d'être malaisant, c'est illogique. Parmi les autres prétendants pour devenir un ange, il doit bien y avoir des hommes qui sont tout aussi large qu'elle (en plus musclé certes, mais larges tout de même !). En ce qui concerne les vêtements donnés par La Mort, il ne se doutait pas que c'était trop petit ? Une ou deux scènes pourquoi pas, mais là c'est de l'acharnement. Comme si ça ne suffisait pas, c'est toujours devant témoin que ça se passe, bah oui, quitte à l'humilier autant que ce soit à fond. Au bout d'un moment, je me suis sentie mal à l'aise, j'avais l'impression d'être témoin de l'acharnement de l'auteur sur une femme sous prétexte qu'elle a quelques rondeurs. Sérieux, de nos jours, depuis quand on s'acharne à ce point sur le physique de quelqu'un ? Et puis, 1m50 pour 65kg (je crois), ce n'est pas la mort, elle n'est pas obèse non plus ! Les réactions sont exagérées. Et avoir des rondeurs ou être très ronde ne veut pas dire être moche et stupide !
Pour terminer avec les points négatifs, je dirais les réactions un peu... ridicules de l'héroïne face à la gent masculine. Un peu de testostérone et elle perd ses neurones. J'avoue ce n'est pas terrible. C'est une femme, pas une gamine.
Je n'ai pas entamé la partie dramatique des anges qui disparaissent, j'ai arrêté ma lecture avant. Mais en tout cas, le début bien que divertissant ne m'a pas encouragé à en lire plus. Je suis persuadée que la fin se termine bien pour elle, etc. Mais non, vraiment je n'accroche pas et c'est bien dommage, car l'idée de base et l'humour sont vraiment bien, sans parler de la Mort qui m'intrigue beaucoup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Gwen21
Gwen21  
Il y a des jours comme ça, où dès le réveil, on sait que sa journée va être extraordinaire.
Commenter  J’apprécie          150
UneSourisLectrice
UneSourisLectrice  
J'ai rêvé à des tas de choses tout au long de ma vie, mais étrangement jamais de devenir une aventurière à la Lara Croft. Je ne crois pas avoir la fibre de l'audace et de la témérité en moi. Ou alors, vraiment très bien cachée !
Commenter  J’apprécie          30
FiftyShadesDarker
FiftyShadesDarker  
Je ne devrais pas profiter des moments où elle dort ou est inconsciente, mais respirer son odeur, caresser ses cheveux, apprécier la douceur de sa peau, sont autant de plaisirs auxquels il m'est difficile de résister.
Commenter  J’apprécie          10
FiftyShadesDarker
FiftyShadesDarker  
Juste quelques heures loin d'elle vont être un enfer !
Commenter  J’apprécie          10

Video de Louisa Méonis (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louisa Méonis
?? Et si nous vous disions que nous avons la sélection IDEALE pour cet été ? A découvrir dès maintenant ?
Au programme : - La librairie des rêves suspendus, de Emily Blaine - Petites confidences et grandes confessions à Martha's Vineyard, de Sarah Morgan - Tu ne m'oublieras pas deux fois, de Mhairi McFarlane - C'était pas censé se passer comme ça, de Eve Borelli, - Fais-moi taire si tu peux, de Sophie Jomain - Ce crétin de prince charmant, de Agathe Colombier-Hochberg - La guerre des papilles, de Lucie Castel - Mes amies, mes amours, mais encore ? de Agathe Colombier-Hochberg - Avant, j'étais un salaud, de Louisa Méonis - Mais sinon, tout va bien, de Max Deloy
A retrouver sur https://www.harlequin.fr/collection/eth
+ Lire la suite
autres livres classés : enferVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18653 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre