AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de leslecturesdeDoris


leslecturesdeDoris
  03 mars 2019
Si j'avais apprécié l'originalité de la mort me va si bien, le premier tome de cette saga bit-lit, j'ai encore plus aimé La mort dans ma peau. Il faut dire que ça se lit toujours aussi bien, que les aventures de Betty dans l'au-delà sont toujours aussi rythmées et qu'enfin, on en découvre plus sur le mystère qui entoure Betty.

Tout cela fait que ce roman n'a pas duré plus de quelques heures entre mes mains et que j'ai vraiment passé un bon moment. Il est tout de même important d'avoir bien en tête les évènements du tome 1 car celui-ci reprend quasi là où s'est arrêté le premier.

On retrouve donc Betty au Paradis, juste après avoir été plongée dans la rivière par La Mort pour sauver sa vie, ce qui n'a fait que confirmer les rumeurs que l'ange a entendues : Betty serait donc l'enfant volé du Diable et cette information doit rester secrète pour protéger la jeune femme. Or avec ses sentiments qui se développent, Azraël est contraint de jouer un jeu dangereux pour cacher la vérité, surtout que les pouvoirs de Betty grandissent de jour en jour… L'amour est-il possible au Paradis ?

Le gros point positif de ce deuxième tome est que l'intrigue avance à grand pas, que ce soit par rapport aux capacités de Betty ou à la romance. le point négatif est que pour cela, le reste (l'apprentissage, le fauchage des âmes, le fonctionnement du Paradis ou des autres lieux visités…) est un peu mis de côté. Je regrette aussi les nombreuses erreurs de ponctuation, typographie et orthographe qui gâchent par moment le plaisir de lecture.

Ceci dit, je serai bien évidemment au rendez-vous pour le troisième tome car je veux à tout prix savoir ce qui attend Betty avec toutes ces révélations !
Lien : http://dorisbouquine.canalbl..
Commenter  J’apprécie          00



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox