AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782875600011
34 pages
Éditeur : ONLIT ÉDITIONS (14/02/2012)
3.5/5   6 notes
Résumé :
Dans ce court roman, Jacques Mercier ose le pari de l'évolution. Face-à-face poignant entre un auteur, lui-même fictif, et ses personnages, L'orage est un récit traversé par les grandes questions de la vie : vivre ou écrire ? évoluer ou mourir ?Sylvain, le personnage imaginé par l'auteur est un écrivain qui, suite à l'acquisition d'une tablette de lecture électronique, fait le tri dans sa bibliothèque et voyage à travers ses nombreux souvenirs de lecture. Sylvain ré... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Christw
  06 mars 2012
Adolescent, embrumé dans une improbable idylle à venir ou peut-être dans la fin d'un amour de roman, il m'arrivait pour faire durer le week-end avant l'école, de passer le dimanche soir collé au transistor, à l'écoute du duo divertissant Steeman-Mercier sur la radio publique belge. le souvenir m'est resté si vivant que je n'ai pas hésité à commencer mes lectures aux éditions ONLIT (100% numériques) par ce texte d'un auteur que je n'avais encore jamais lu, Jacques Mercier, animateur de radio-télévision jovial et cultivé, défenseur de la langue française, un belge que j'aime bien.

Même si je ne me considère pas de la génération des vieux - c'est dans la tête, vous savez bien, je me sens proche du monologue d'homme vieillissant qu'il imagine. Après l'acquisition d'un iPad, le journaliste retraité mais aussi l'écrivain, ce Sylvain auteur ambigu auquel il tente de donner substance, décide de trier sa bibliothèque pour liquider le superflu: "Je garde ce qui me touche encore." le passé reflue à chaque livre, il est confronté brutalement à celui qu'il a été, à travers des titres et des noms, des mots malhabiles de sa main, toutes choses qui bouleversent, parce que les souvenirs ne pourront être revécus, parce qu'il n'y en a plus tant à vivre. C'est poignant et vrai comme un orage.

Des réflexions naissent à propos du sens. Il a fallu apprendre à vivre et voilà qu'il faut penser à quitter tout cela un jour, dans les meilleures conditions. Se préparer à la dernière ligne droite, en espérant qu'elle ne le soit pas trop. le récit dit ce qui occupe l'esprit de ce septuagénaire heureux mais conscient et toujours en questionnement, partagé entre compagne aimante, maux de l'âge et littérature.

Le document est court, une cinquantaine de pages A4, mais l'essentiel est dit. Avec des références à de beaux mots d'auteurs. Avec une certitude, je le cite: "Ecrire ou mourir."

Malgré la langueur compréhensible qui imprègne ces lignes d'une plume sincère, découvrir ce qui préoccupe tous ceux qui vieillissent, tôt ou tard, peut devenir un apaisement qui vaut lecture.

Lu sur liseuse Sony.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Kittiwake
  20 mars 2012
En quelques 50 pages, l'auteur laisse libre cours à ses réflexions douce-amères sur le temps qui passe.
Notre narrateur (qui est-il, quelle place pour Sylvain, personnage de substitution ambigu, dans ces confidences? ) vient de faire l'acquisition d'une liseuse : c'est l'occasion de faire de la place dans sa bibliothèque. La manipulation poussiéreuse, témoin des sédiments du passé, ouvre une fenêtre sur des souvenirs : annotations, souvenance des circonstances de lecture, ou de l'origine de l'acquisition, qui renvoient à des épisodes marquants du passé. Au-delà du tri dans les rayonnages, se dessine le besoin de faire le point, , de mettre de l'ordre dans sa vie, au moment où le bilan paraît opportun. Que garder? Pour qui? «un peu tout ou rien. on garde tout pour le cas où cela prend de la valeur, sentimentale, historique ou financière - ou on ne conserve que le minimum, pour soi, mais sans regretter».
La question de la sénescence et de l'angoisse de la défaillance physique apparaît en filigrane «on assiste impuissant à cet effritement, encore faut-il que celui de notre esprit ne soit pas simultané», avec la volonté de vivre intensément l'instant présent en s'interdisant à la fois la nostalgie et l'angoisse d'un avenir restreint.
L'ensemble prend des airs de patchwork, de miscellanées d'une vie d'écriture et de lecture, à l'heure du bilan, hésitant entre amertume et conscience de la nécessité de vivre pleinement le bonheur de partager sa vie avec une compagne passionnément aimée.

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150


Lire un extrait
autres livres classés : sénescenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Harry Potter à l'école des sorciers

La famille Dursley vit à Privet Drive, à quel numéro exactement?

3
4
6
8

15 questions
5473 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'Ecole des Sorciers de J. K. RowlingCréer un quiz sur ce livre