AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791040511274
563 pages
Librinova (20/07/2022)
4.38/5   13 notes
Résumé :
1er juillet 1967. « L’année scolaire est terminée. L’année Zéro vient de démarrer. » C’est sur ces mots que Lana Hanson, jeune adolescente vivant dans la banlieue de Chicago, referme son journal intime. Après presque une année sans nouvelles de sa mère Elizabeth, son monde s’effondre peu à peu. Aussi, lorsque son père Luc reçoit un étrange appel, leur avenir est remis en question.

Un jeu de piste semé d’embûches débute alors, les menant sur un « chemi... >Voir plus
Que lire après 3 666 kmVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
La route 66, route mythique des États-Unis, dont la mention dans un résumé me donne toujours envie de découvrir le livre, même s'il est écrit par un Français.
Cette route 66 va être suivie dans ce roman par un père et sa fille. Une épopée qui n'est vraiment pas l'occasion de moments heureux partagés en famille, ni de communion entre un père et sa fille, même si par moments ils semblent se retrouver. Ce n'est pas l'histoire de vacances idylliques, mais plutôt une descente en enfer, et je pèse mes mots.

La mère de Lana a disparu, il y a presque un an quand un mystérieux coup de téléphone va lancer Luc son mari et leur fille Lana dans ce voyage éprouvant sur la route 66, destination Santa Monica, avec l'espoir un peu fou de la retrouver. Mais ce voyage va se révéler dramatique, ponctué d'évènements étranges, aussi bien pour le père que pour la fille, qui en viendront tous les deux à douter de leur santé mentale et surtout à saper la confiance qu'ils avaient l'un envers l'autre :
« Rien n'est pire que le doute. Une seule goutte instillée en nous et il s'étend tel un cancer. Il se loge dans chaque cellule de notre être. Il nous fait voir des choses qui, peut-être, n'existent pas. Il nous fait entendre des mots jamais prononcés. Il change irrémédiablement notre perception de ce qui nous entoure, et surtout de l'autre. Je n'arrive plus à te percevoir telle que tu es. »

La grande force de ce roman, c'est son scénario et la manière choisie par l'auteur de raconter. D'abord ces interludes sur des rêves dans une endroit qui semble paradisiaque mais où un monstre ce cache, et puis ces quelques lignes en ouverture du roman, qui laissent deviner une issue dramatique, sans qu'on en sache plus :
« « Réponds-moi… réponds moi ! Oh mon Dieu, il ne respire plus ! Aidez-moi…
— Je crois qu'il est trop tard pour lui. J'en suis désolé... comment allez-vous ?
— Je… ça va, juste une éraflure. Vous ne visez pas si bien que cela. Et vous ?
— Je suis en vie c'est déjà ça ! Mais… je crois que je ne sens plus mes jambes. »
Les chapitres sont ensuite intitulés du nom de l'état traversé, racontant les étapes du voyage.

L'auteur a su très bien doser la montée de la tension, il distille peu à peu une atmosphère de plus en plus angoissante. Les évènements de plus en plus étranges, de plus en plus inquiétants s'enchainent, tandis que les relations entre père et fille se tendent sans que l'on ait tous les éléments en main pour comprendre cette rancoeur de Lana envers son père. Et la lecture devient vite addictive, tant on veut savoir ce qui se trame, savoir si les deux protagonistes sont victimes de leurs sens, soumis à rude épreuve par la tension du voyage, ou si une ombre maléfique s'ingénie à les faire douter …

Le point noir pour moi est apparu à la moitié du roman, devant ce panneau du Midpoint, la moitié de la route. Un évènement tragique dont les conséquences ont perturbé ma lecture, parce que je ne comprenais pas, comment ce que faisait Luc lui était possible, dans les circonstances. Et cela venait sans arrêt s'interposer entre moi et ma lecture. C'est peut-être mineur, mais comme un petit caillou dans la chaussure, je ne pensais plus qu'à cela. Et j'ai mis un peu de temps à en faire abstraction.


Cela reste cependant un livre addictif, oppressant aux personnages intéressants et au scénario bien construit.
Merci à l'auteur pour ce partage.
Commenter  J’apprécie          6632
Je vous présente un livre dans lequel je me suis plongée jusqu'au dernier point : 3 666 km : (à quelques mètres près) de Ludovic Merian. Entre mystère et polar l'auteur nous invite dans un road-trip hors du commun à couper le souffle.

***Elizabeth Hanson***
Un homme et sa fille ont signalé la disparition d'Elisabeth – épouse et mère. Elle s'est comme évaporée, laissant sa famille dans l'incertitude. Pourtant, après de longs mois, ils reçoivent une lettre : Elizabeth écrit qu'elle a refait sa vie, laissant quelques maigres indices qui conduisent Luc et Lana à Springfield. Une impasse, alors, Lana et son père rentrent à Chicago.

Le père et la fille informent la police qui peut ainsi classer l'affaire et cesser les recherches. Mais Lana voudrait tant revoir sa mère que l'année scolaire lui est pénible. Elle s'isole dans son journal intime.
Le 3 juillet 1967, père et fille prennent la route pour St. Louis, suivant les indices laissés par Elisabeth. Serait-ce un jeu de piste ? Ou celui du chat et de la souris ?

***Mystères et brume***
L'ambiance père/fille déjà conflictuelle plonge le lecteur dans une ambiance étrange. Partis à la recherche de leur épouse et mère, nos deux protagonistes sont sous pression. La fatigue de la route seraient elles la cause de leurs cauchemars ? Luc attend que Lana soit dans sa chambre pour sortir et boire, un peu trop d'ailleurs et sa mémoire n'est pas fiable.
Au fil des pages un personnage se dévoile : l'Ombre. Il/Elle porte bien son pseudonyme car nul ne soupçonne son existence et le lecteur est pris par la curiosité, l'angoisse parfois, il cherche à percer ce mystère pour retrouver la lumière.

***Une plume subtile***
Je ne sais pas si Ludovic Merian a suivi les cours d'écriture créative de Stephen King, mais j'y ai retrouvé l'art de celui que l'on surnomme le maitre de l'horreur. L'auteur joue avec son lecteur dans le seul but de maintenir le suspense.

Pourtant, à Chicago, le lieutenant Stew Deval suit ses propres pistes, maintenant le lecteur dans ce doute, l'hésitation, l'incertitude.

Dans ce road trip, nous (re)découvrons la fameuse route 66 et à chaque étape, nous profitons d'une pause touristique. Suivez le guide 🙂
Du tourisme, mais aussi des légendes et puis le doute. Parce que la question qui se pose est celle de la présence réelle d'Elisabeth au bout de cette route.

***La route 66***
La route 66 traverse trois fuseaux horaires et huit États (d'est en ouest Illinois, Missouri, Kansas, Oklahoma, Texas, Nouveau-Mexique, Arizona et Californie) . Son point central se trouve dans la petite ville d'Adrian, au Texas. Elle fut la première route transcontinentale goudronnée en Amérique. Les Américains la surnomment The Mother Road ou Main Street USA.

Pendant la Grande Dépression des années 1930 et la vague de sécheresse du Dust Bowl, c'est par la route 66 que les fermiers à la recherche d'un emploi migrèrent vers la Californie.


Lien : https://lescrinsdubarde.net/..
Commenter  J’apprécie          50
Ce roman m'a beaucoup plu par son originalité car il entremêle plusieurs genres : road-trip, roman policier et récit fantastique.

En bref, c'est un thriller psychologique angoissant sous la forme d'un road-trip sur la route 66 qui va de Chicago à Santa Monica. A bord de la voiture : un père, Luc Hanson et sa fille de 16 ans, Lana. Tous deux partent à la recherche d' Elizabeth, épouse et mère de famille, disparue mystérieusement depuis le 24 Août 1966 .

Le lieutenant Stew Deval et son adjoint Gary sont en charge de cette enquête qui piétine, même si le principal suspect reste son mari alcoolique, Luc. A moins qu'il ne s'agisse de sa fille, Lana, à la personnalité, pour le moins, ambiguë...

Ce que j'ai le plus aimé, c'est la profondeur psychologique des personnages borderline et l'atmosphère oppressante, anxiogène, semblable à celle des romans de Stephen King. La peur est omniprésente sous la forme d'une ombre malfaisante qui les accompagnera jusqu'au bout de cette route 66.

La structure narrative est claire, progressive, cohérente avec une tension qui va crescendo jusqu'au dénouement final très déroutant, digne d'une tragédie grecque.

C'est un roman auto-edité chez Librinova que je recommande vivement aux adeptes des thrillers psychologiques et des romans fantastiques car le suspense est très bien maîtrisé et la plume de l'auteur est vraiment addictive. Il s'agit de son premier roman très prometteur et j'attends le prochain avec grande impatience.
Commenter  J’apprécie          40
Bonjour voici le retour de ma dernière lecture

✏️✏️✏️ Retour de lecture numéro 27 pour 2023✏️✏️✏️

3666 km

Ludovic merian

563p
Categorie : policier / suspens

Note ⭐⭐️⭐️⭐️⭐️

Résumé 📖📖📖
1967 ...L année scolaire se termine mal pour lana. Elle se voit devoir déclarer avec son père la disparition de sa mère Élisabeth à la police de Chicago.
Son père Luc reçoit une étrange lettre déclarant que son épouse n a pas disparu mais a quitté volontairement le domicile.. un premier voyage à sa recherche ne mènera à rien..
Mais quelque mois plus tard ils traverseront tout le pays jusqu'en Californie suite à un étrange appel téléphonique. C est au bout de la mythique route 66 qu ils espèrent retrouver Élisabeth mais leur voyage ne sera pas sans conséquence. Un road trip angoissant commence alors .

Avis⭐️⭐️⭐️⭐️⭐️

Un auteur qui envoie du lourd !
Je suis franchement étonnée de la qualité et de l originalité du roman.
563 pages durant lesquelles on angoisse avec Luc et lana. On est clairement embarqué avec ce père et cette fille durant 3666 km.
Le scénario est inexplicable, l auteur mène brillamment une intrigue très complexe et y mêle une relation très tendue entre le père et la fille.
J ai naïvement cru avoir deviné ce qui était arrivé à Élisabeth mais non.... les chapitres nous baladent jusqu'à la fin et je n ai résolu qu une partie du mystère.
L auteur conclu son roman avec une fin complètement inattendue et remarquable
Je suis impressionnée par la qualité d écriture pour un premier roman surtout aussi dense.

Retrouvez ce roman dans votre abonnement Kindle
3 666 km: (à quelques mètres près) https://amzn.eu/d/eHgZ1T3

Retrouvez toutes mes lectures sur ma page
Abonnez vous 👇👇👇

https://www.facebook.com/Un-roman-un-mot-106197748055482/

Et sur mon compte Instagram

Instagram.com/un_roman_un_mot
Commenter  J’apprécie          10
Lectrice Librinova

Un road trip angoissant. Un coup de coeur

Un livre qu'il est difficile de lâcher. Dès le départ on plonge dans l'histoire avec les personnages. On les suit en apnée, jusqu'au dénouement qui laisse sans voix.

Père et fille partent sur la fameuse route 66 à la recherche de leur femme pour l'un, mère pour l'autre. Leur chemin ne sera pas un long fleuve tranquille et moi lectrice j'ai avancée, comme eux, sans trop savoir ce qui m'attendait.

Une ombre menaçante s'ajoute au tableau et je navigue entre certitudes, doutes, tout comme les personnages. Je les comprends, les accompagne et puis parfois je ne les redoute.

Et puis arrive le moment où tout s'éclaire, en pleine tempête je n'y tiens plus et dévore les dernières pages qui me laisse administrative.

Un roman que je qualifie de Thriller psychologique et que je vous conseille de découvrir. Si c'est là le premier roman de l'auteur, chapeau bas et j'espère en découvrir beaucoup d'autres...

Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Rien n’est pire que le doute. Une seule goutte instillée en nous et il s’étend tel un cancer. Il se loge dans chaque cellule de notre être. Il nous fait voir des choses qui, peut-être, n’existent pas. Il nous fait entendre des mots jamais prononcés. Il change irrémédiablement notre perception de ce qui nous entoure, et surtout de l’autre. Je n’arrive plus à te percevoir telle que tu es.
Commenter  J’apprécie          40
On n'est jamais préparé à affronter les sautes d'humeur de ses êtres explosant d'hormones. On pense pouvoir les comprendre car en fin compte " on est tous passés par là ", mais ce n'est qu'une illusion. Un matin ils vont pleurer pour une anecdote, cherchant dans nos bras le réconfort et la protection et dès le lendemain ils nous traitent de "vieux cons", disent que "de toute façon on n'y connait rien" quand ce n'est pas - et c'est peut être le pire - une totale indifférence à notre égard
Commenter  J’apprécie          10
Pour toi, tout ne peut être que noir ou blanc. Mais ma chérie, sache qu'il existe tout un monde de nuances entre ce deux couleurs. Il n'y a pas que deux catégories : les bons et les mauvais. Ce serait trop simple.
Commenter  J’apprécie          10
il savait qu'à cet âge-là, on a besoin d'un tissu social dense, on recherche sa meute et c'est à travers elle qu'on se construit.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : route 66Voir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus

Lecteurs (24) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2860 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}