AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782371650466
32 pages
Père Fouettard (27/02/2020)
4.15/5   20 notes
Résumé :
Librement inspiré du discours de Tommy Douglas en 1944, cet album drôle et tendre met en scène de délicieuses petites souris gouvernées par des chats gris.
Les souris se révoltent, chassent les chats gris et élisent comme nouveaux dirigeants... des chats blancs. Les ennuis ne font que commencer.
Que lire après Le pays des sourisVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Ce pays ressemble à s'y méprendre au nôtre. On y joue, dort, mange… et vote. Tout semble en règle – l'urne est bien fermée, les souris font sagement la queue, leur bulletin en main. Mais la démocratie ne semble pas franchement tenir ses promesses ; cette contrée morne et grise, peuplée de souris au regard un peu hagard, a quelque chose d'orwellien. Figurez-vous que nos citoyens rongeurs votent systématiquement… pour des chats. Quand ce ne sont pas les chats noirs, ce sont les chats blancs, voire une coalition de matous noirs et blancs qui n'ont que très peu à coeur de défendre les intérêts des souris. L'idée qu'elles puissent se gouverner elles-mêmes semble complètement saugrenue !

Quelle chouette initiative d'adapter la fable politique canadienne Mouseland sous forme d'album ! le livre peut se lire dès le plus jeune âge comme une histoire très prenante, illustrée avec une ironie mordante par l'artiste chinois Ma Sanjin (extraits via le lien ci-dessous). Les petits lecteurs apprendront au passage ce qu'est une élection, mais aussi que les élections ne font pas tout.

L'album a gardé de la fable d'origine un ton pamphlétaire : au Québec du début des années 1960, il s'agissait d'appeler à l'émergence de nouvelles forces qui représentent mieux la classe ouvrière que les deux partis principaux de l'époque, le parti conservateur et le parti libéral. le contexte n'est plus le même, mais la vision des représentants, comparés à des chats « gros et gras » reste cynique, je l'ai trouvée caricaturale (bien que n'étant pas pétrie d'illusions quant au fonctionnement de la représentation en France). Cela dit, sur ce mode outrancier, les mésaventures des petites souris pointent une question importante, celle du pluralisme, et invitent à oser concevoir des alternatives hors des schémas existants lorsqu'on ne s'y retrouve pas. Elles invitent également à rester attentif à ce que font nos représentants entre deux élections. J'y ai vu, enfin, l'enjeu de ce que la philosophe Hanna Pitkin appelle la « représentation descriptive » : si les chats ne sont pas les mieux à même de représenter les souris, les majorités ne sont peut-être pas les mieux placées pour gouverner les minorités, voire les hommes pour parler au nom des femmes, les plus âgés pour agir au nom des jeunes, etc. Autant dire que les grands comme les petits trouveront matière à réflexion dans ces pages !

Cette condensation d'enjeux politiques plus actuels que jamais à hauteur d'enfant est fameusement intéressante. Et la morale de l'histoire est pleine d'espoir, parfaite pour clore ma série de billets consacrés aux thématiques politiques dans les albums jeunesse : « Vous pouvez toujours enfermer une souris, ou un homme, mais vous ne pouvez pas enfermer une idée. »
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
Commenter  J’apprécie          373
J'ai eu la chance de recevoir ce livre lors de la dernière Masse critique de novembre. Je tiens tout d'abord à remercier chaleureusement Babelio et l'édition Père Fouettard de m'avoir envoyé ce livre.
Le pays des souris est un livre illustré de 32 pages destiné aux enfants à partir de 5 ans. Il aborde le thème général de la politique et de la démocratie en s'inspirant d'un discours de Tommy Douglas (homme politique canadien, notamment porteur de la création de l'assurance maladie au Canada). Ce livre m'a beaucoup intéressé pour l'angle choisi pour aborder le thème de la démocratie qui n'en dépeint pas un tableau parfait au contraire. On y trouve une allégorie de la lutte des classes. Les souris (classe prolétaire) élisent des chats noirs, blancs, gris (classe bourgeoise) qui ne servent que les intérêts des chats et desservent ceux des souris.
Je pense que ce livre est une très bonne introduction au monde de la politique et à la démocratie pour les enfants qui permet une première introduction à ces sujets. En revanche je garde une petite réserve sur l'âge conseillé qui me paraît un peu trop jeune pour une bonne compréhension et également par rapport aux illustrations qui sont plutôt sombres et peuvent peut-être moins intéressées les tout jeunes enfants. Je conseillerais plutôt ce livre pour des enfants à partir de 7 ans qui je pense comprendront mieux (bien sûr c'est juste une supposition de ma part, chaque enfant à un développement et une maturité différente).
Une mention spéciale pour les illustrations que j'ai trouvées magnifiques, j'ai adoré le style de Ma Sanjin qui est très travaillé, détaillée et original, d'autant plus pour un livre jeunesse.
Commenter  J’apprécie          50
Un album d'actualité, sur le vote et librement inspiré du discours de Tommy Douglas en 1961 (homme politique canadien d'origine anglaise).

On y comprend bien l'enjeu, c'est plutôt intelligent pour les petits, pour leur quotidien.

Comment et pourquoi choisir Emeline plutôt que Jeremie en chef de jeu de récré?

Tout cela prend du sens avec cette histoire de souris et de chats et de bien commun pas si commun que ça ici.

Au pays des souris, il y a des tours de vote pour convenir d'élus responsables du confort de la population.

Pour qui voter? Chez eux, les candidats sont des chats, noirs.

Nous serons dans un jeu d'absurde et d'ironie à portée de l'humour des jeunes lecteurs.

Votez pour des ouvertures de souris plus grandes, des trous plutôt carrés...voila les propositions.

L'auteure Alice Méricourt glisse un rapport démagogique et un niveau de dupe à son aventure démocratique, quelques soient les propositions, elles serviront surtout les chats.

Misère de misère.

Pour qui voter alors,

Les chats blancs?

Et les souris alors?

La grisaille des souris et le fond rouge rend la farce plus cruelle à l'esthétique.

L'évidence nous vient rapidement mais la lenteur des souris fera le sel de l'histoire, il est difficile de sortir des habitudes de pensée.

Et puis, nous interrogeons-nous, une souris saura t-elle veiller à ce que chacun ne se fasse pas croquer par ses anciens candidats?

La fin est forte et l'issue savoureuse dans sa morale.
Commenter  J’apprécie          40
Très belle parabole sur notre démocratie : d'inoffensives petites souris sont gouvernées par de gros chats noirs. Evidemment ce n'est pas la fête pour elles car ceux ci passent leur temps à faire des lois pour leur rendre la chasse plus facile.
Un beau jour, c'est la révolution et elles élisent de nouveaux chefs. Des chats blancs. Et évidemment rien ne change.

On rit et on frémit dans cet album, il est accessible à partir de six ans à mon avis.

Les illustrations sont justes incroyables et saisissantes !
Commenter  J’apprécie          80
Une jolie allégorie sur la démocratie à destination des enfants, dénonçant les discours politiques mensongers, démontrant que l'enrobage et le vocabulaire peut changer mais pas les actions. Que les petits souris tournent en rond et souffrent, impuissantes et qu'il suffirait de suivre une bonne idée, d'oser affronter l'oppression pour tout changer. Il n'y a pas vraiment de fin, l'histoire reste à écrire ...

Un démarreur de conscience pour les tout petits ? Mon neveu l'aura très bientôt dans les mains ! ;)

Petit bémol, à mes yeux, les dessins ne sont pas très élégantes. Bien sûr c'est extrêmement objectif et ça n'engage que moi.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Mais, rappelez-vous bien : vous pouvez toujours enfermer une souris, ou un homme, mais vous ne pouvez pas enfermer une idée.
Commenter  J’apprécie          210
Tous les cinq ans, elles décidaient qui seraient leurs chefs. Pour ça, elles glissaient un papier dans une boîte.
Sur ce papier était écrit le nom de leurs chefs.
Elles appelaient ça « voter ».
Commenter  J’apprécie          60
Les chats étaient de bons gars.
Ils faisaient de bonnes lois.
Enfin, des lois bonnes pour les chats.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Alice Méricourt (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alice Méricourt
Le pays des souris / d'Alice Méricourt
autres livres classés : pouvoirVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus

Lecteurs (33) Voir plus




{* *}