AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
3.72/5   9 notes
Résumé :
70 bibliothèques ont été incendiées en France entre 1996 et 2013. Denis Merklen, sociologue, a enquêté durant cinq ans pour tenter d’en comprendre les raisons, esquisser quelques réflexions. L’objectif n’est pas seulement de donner à voir un phénomène passé inaperçu. Il s’agit aussi d’abandonner l’idée selon laquelle ce type d’événement relève de conduites insensées, voire nihilistes. Et pour cela, le premier pas consiste à sortir les élus, les bibliothécaires et le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Luniver
  15 juin 2014
En France, dans les quartiers populaires, septante bibliothèques ont été incendiées en quinze ans. La thèse que l'auteur défend est que ces bibliothèques ont été ciblées en tant que telles, pour ce qu'elles représentaient, et pas parce qu'elles étaient le premier bâtiment public sur lequel sont tombés par hasard les incendiaires.
Cette thèse paraît surprenante au premier abord : pour les amoureux du livre, la bibliothèque ne véhicule que des valeurs positives : accès à la culture pour tout le monde, ouverture à l'autre, ... L'auteur soulève cependant quelques points qui peuvent être perçu comme des agressions par les habitants de ces quartiers.
D'une part, la bibliothèque est associée, avec l'école, à la culture de l'écrit, principal levier de promotion et de réussite sociales. Pour ceux qui ont joué le jeu sans rien recevoir en échange (par exemple, avoir terminé ses études et rester au chômage ensuite), ou pour ceux qui ont quitté très tôt le circuit scolaire, la bibliothèque est associée à ces institutions qui promettent beaucoup sans tenir parole, ou à celles qui excluent les individus et les empêchent d'accéder à de meilleures conditions de vie.
Autre point, l'appropriation de la bibliothèque par les habitants du quartier ne se fait pas sans difficulté. Elle est souvent imposée à une population qui ne l'a pas réclamée, parfois au prix de la disparition d'un espace qui avait de la valeur aux yeux des habitants. Les investissements réalisés pour sa construction peut faire grincer des dents, estimant que l'argent aurait pu être dépensé pour des besoins plus urgents (création d'emploi, ...). le personnel, qui nécessite certaines qualifications, vient souvent de l'extérieur. Il impose des règles aux usagers (bruit, attitude, ...) qui sont très différentes de celles de la rue et, de temps en temps, sanctionne et restreint l'utilisation du lieu. L'auteur souligne qu'il est difficile pour la bibliothèque de rester neutre sur le plan politique. Elle impose des normes, des critères de bonne conduite, et cherche à amener ses usagers à une certaine « qualité » de lecture.
Dernier point, les livres sont très respectés dans notre société et sont presque de l'ordre du sacré. Les individus qui veulent s'attaquer à cette société tiennent là une bonne occasion de frapper un point particulièrement sensible.
Sans jamais apporter de réponse ferme et définitive, l'auteur offre un portrait soigné de la situation dans ces quartiers : témoignages du personnel de la bibliothèque, des habitants du quartier, des élus locaux, ... Derrière un problème simple se cachent finalement des dynamiques complexes : la bibliothèque est à la fois la leur et assimilée à une structure d'État, elle entre en conflit avec d'autres lieux de rassemblement. L'essai est précis mais accessible, et très enrichissant. Je pense que les professionnels du milieu y trouveraient beaucoup de pistes de réflexion sur leur propre expérience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
glegat
  12 juillet 2021
Le point de départ de ce livre est fondé sur un constat ahurissant : 70 bibliothèques incendiées en France entre 1996 et 2013 et ce phénomène existe au moins depuis 1980.
Selon l'auteur l'objectif de ce livre n'est pas seulement de donner à voir un phénomène passé inaperçu, il s'agit aussi d'abandonner l'idée selon laquelle ce type d'évènement relève de conduites insensées, voire nihilistes.
L'auteur défend la thèse selon laquelle il faut considérer ces attaques comme des messages qui nous éclairent sur les bibliothèques et ce qu'elles représentent en tant qu'institution au regard de conflits qui peuvent exister entre certaines classes populaires et l'état, les politiques culturelles, les municipalités…
Il ne s'agit pas d'autodafé, car ces incendies de bibliothèques n'obéissent pas à des raisons idéologiques ou religieuses. Les incendies s'inscrivent dans le phénomène de révoltes, de contestations, de violences et font partie de l'histoire des banlieues.
Sur la thématique des autodafés, on trouvera d'autres ouvrages, eux aussi, très documentés :
– Histoire universelle de la destruction des livres, Fernando Baez (Fayard)
– Livres en feu, Lucien Polastron (Folio-essais 2009)
Denis Merklen fait une analyse très fine des éléments historiques, du contexte social, des territoires concernés et des relations entre le public et les municipalités.
La difficulté d'interprétation de ces agissements vient du fait que ces dégradations ne sont pas accompagnées d'un discours explicite et revendicatif.
Il est manifeste que les classes populaires qui agissent par l'intermédiaire de ces incendies et dégradations tentent ainsi de se rendre audibles. Ils visent un symbole, l'éducation, la formation, la promesse d'avenir, la réussite sociale, autant de futurs qui leur semblent inaccessibles.
L'auteur a mené des enquêtes très poussées auprès des bibliothécaires ce qui lui a permis de voir combien « la violence » est omniprésente dans l'univers des médiathèques. La moitié des personnels rencontrés a déclaré avoir été l'objet de « violences » au cours de son travail ou à l'échelle du quartier d'implantation de la bibliothèque dans laquelle ils travaillent. Parmi ces violences sont mentionnées les « insultes », les « menaces », les agressions physiques.
Ce livre peut aider les bibliothécaires et les responsables culturels à voir autrement l'espace qu'ils occupent et à envisager autrement leur propre action.
Frappé par le chômage et la précarité les quartiers populaires semble s'éloigner du politique. Phénomène qui tend à se généraliser dans une grande partie du pays.
Ces attaques contre les bibliothèques ne relèvent pas de la simple délinquance, elles cachent sans doute un mal plus profond. le mérite de ce livre est de mettre en évidence une situation de fait qui appelle à une action d'envergure des politiques, mais pas seulement au niveau des institutions culturelles. Ce problème est d'autant plus complexe à traiter que la cible des contestations n'est plus seulement les « riches » les « bougeois » ou le « capitalisme », mais l'état lui-même. Les actions qui peuvent être menées au niveau des bibliothèques elles-mêmes sont réduites, mais passe sans doute par une plus grande proximité des personnels par rapport au public concerné et par une réappropriation pour les usagés du choix des collections, des animations et de l'accueil, choix qui encore aujourd'hui reste le privilège de spécialistes éloignés du terrain. Mais ce type de mesure ne peut avoir qu'un effet cosmétique, il faut voir plus loin, le mal est systémique et concerne l'organisation de l'ensemble de notre société. Que faire ou que répondre à cette phrase lancée entre les deux tours de l'élection présidentielle de 2007 par un habitant d'un quartier de Saint-Denis à une bibliothécaire : « Si Sarko passe, on vous brûle la bibliothèque ».
Rédigé dans le cadre d'une habilitation à diriger des recherches, ce livre s'adresse plutôt à un public de professionnels ou de particuliers passionnés par toutes les questions relatives aux bibliothèques et aux livres, mais aussi à tous ceux qui s'interroge sur les raisons de l'augmentation des revendications violentes dans notre pays.
Bibliographie :
- "Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ?", Denis Merklen, Presses de l'Enssib (2020) (première édition 2013).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Bibliophiloute
  05 juillet 2021
Merci à Babelio et aux Presses de l'Enssib pour l'envoi de ce livre ! En tant que bibliothécaire, c'est toujours intéressant de se documenter sur ce type de sujet.
La lecture est certes un peu aride, mais elle s'est avérée instructive. le travail de recherche est précis (même si le livre date de 2013, donc est peut-être un peu dépassé sur certains chiffres).
Les faits décrits sont réels, et hélas trop bien connus des bibliothécaires qui parfois, en quartier sensibles, peuvent voir leurs locaux dégradés (sans généralement arriver jusqu'aux flammes !). Ce livre permet ainsi de mettre des mots et d'expliquer ce phénomène. Il peut aider le professionnel directement concerné à trouver des solutions concrètes et immédiates, et à les appliquer en direction des publics concernés.
Un tel livre, du fait de sa richesse, est aussi un outil pour les décideurs... ou autrement dit les élus : repenser la place des bibliothèques dans leur territoire, (lui donner plus de moyens – on espère tellement ...), travailler le rapport des populations et des livres...
Ce qui est vraiment bien est que l'auteur a cherché à étudier le problème sous tous les angles : quels sont les rapports entre les populations et les bibliothèques ? Comment les bibliothèques sont-elles ressenties ? Que donnent-elles aux populations ? Quelles tensions peuvent naître ?
Ce portrait est donc complet et pousse à la réflexion. J'espère seulement que de nombreux acteurs territoriaux le liront ... et non juste les bibliothécaires !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
natali33
  25 juillet 2014
Ouvrage de 349 pages très complet et riche d'informations destiné à un public averti. Ouvrage hautement documenté car tiré du mémoire rédigé par Denis Merklen pour son HDR, (habilitation à diriger des recherches) et pouvoir ainsi encadrer des doctorants. L'auteur, sociologue, universitaire, a étudié durant 5 années des faits divers passant totalement inaperçus : entre1996 et 2003, 70 bibliothèques publiques ont été incendiées. Que dissimule ce geste insensé, destructeur ? Qui est visé ? Pourquoi cela n'attire l'attention de personne ?
Ouvrage destiné à faire réagir : élus, bibliothécaires, journalistes, enseignants, habitants du quartier. Que doit-on comprendre dans la disparition dans les flammes, de bibliothèques implantées dans des zones dites « sensibles » ? L'auteur souligne d'emblée qu'il ne s'agit pas d' »autodafés » ; la destruction n'est pas idéologique. le savoir n'est pas la cible.
Tout au long de cette enquête, l'auteur va alors chercher à décrypter le phénomène et à comprendre le lien entre ancrage territorial et population.
Document volumineux mais très accessible pour qui s'intéresse à ces questions de sociologie politique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
abdelkrimt
  24 juin 2015
"Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques?" un titre qui interpelle pour un sujet important: la place d'ine institution culturelle publique dans les quartiers populaires.
Ce livre est complet, très bien documenté et permet de mettre en perspective et de prendre du recul sur des faits qui, sur le coup, suscitent l'émotion et l'indignation.
Il n'est pas à destination du grand public, car il est nécessaire d'avoir une connaissance du métier et de cet environnement pour saisir les clés de cette problématique.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
NonFiction   11 février 2014
Une enquête sur les incendies de bibliothèques qui constitue le prétexte à une exploration de la politicité contemporaine des classes populaires.
Lire la critique sur le site : NonFiction
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
LuniverLuniver   11 juin 2014
Le principal problème auquel doit faire face la bibliothèque au moment d'aller vers les classes populaires résulte du fait qu'elle désocialise, et ceci sur plusieurs plans. Premièrement, parce que la lecture exige l'isolement, la concentration. Quand on est à côté de quelqu'un qui lit, on sent qu'il est ailleurs, qu'il n'est pas avec nous. Deuxièmement, la lecture renvoie celui qui ne lit pas à son image d'exclu. Et du coup, celui qui lit peut se trouver renvoyé à son tour à l'extérieur du groupe de pairs. Troisièmement, la lecture casse les collectifs qui, dans les quartiers, se constituent massivement sur d'autres pratiques plus grégaires où le partage n'est pas différé, comme dans le cas de la lecture. Tandis que le livre socialise après une lente construction de références littéraires communes, le partage que rend possible la culture populaire à travers la chanson, le sport ou le cinéma, par exemple, donne lieu à un être ensemble immédiat. [...] Enfin, parce que, dans la conjoncture actuelle, la culture écrite véhiculée par l'école – et en ceci la bibliothèque et l'école sont du même côté – est l'une des voies principales par lesquelles certains réussissent à s'en sortir. C'est-à-dire à s'inscrire dans une dynamique de promotion sociale qui extrait certains du groupe d'appartenance. Ce sont ceux qui ont le plus de chances de quitter le quartier et souvent de s'éloigner de leur milieu et même de leur famille. [...] C'est pourquoi le lecteur en milieu populaire est sanctionné par le groupe qui naturellement se défend de ce qu'il perçoit comme une menace à sa cohésion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LuniverLuniver   12 juin 2014
[E]n tant qu'espace public et justement parce qu'elle rend possible la communication avec des individus qui ne sont pas là, parce que le livre a été écrit ailleurs et souvent il y a longtemps, la bibliothèque rend possible une émancipation de l'individu de la contrainte locale. Ceci est effectivement très important pour les classes populaires. Comme le montrent beaucoup d'études, c'est souvent grâce à la bibliothèque que les jeunes filles arrivent, par exemple, à échapper aux représentations machistes ou religieuses qui les étouffent au sein de leur famille et du quartier lui-même ; et c'est souvent par l'expérience de l'autre qu'on informe sa propre réalité, comme lorsque les jeunes des quartiers lisent sur les jeunes Noirs de New York.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MarinetteBMarinetteB   25 mai 2014
La bibliothèque se rapproche de l'école aussi en ce que l'une comme l'autre représentent l’État, l'autorité, les pouvoirs publics, la municipalité. Elle serait mise à mal, car elle est l'acteur, dans ces quartiers de relégation, d'une puissance politique jugée injuste et violente en raison du racisme et des discriminations, et surtout en raison du fait qu'elle revendique la légitimité de pouvoir décider lequel, parmi les jeunes, pourra continuer sa route vers le progrès et lequel restera sur place, exclu de l'école.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
natali33natali33   25 juillet 2014
Un livre bâti autour d'une hypothèse : c'est parce qu'elles sont situées au milieu d'un espace conflictuel que les bibliothèques se révèlent comme une institution éminemment politique.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Denis Merklen (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Denis Merklen
Denis Merklen. Bibliothèques et fractures sociales.
autres livres classés : livresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

LNHI-28604: littérature - l'autre titre-valise

Notre-Dame de la mer

la légende d'un condamné
les travailleurs de Paris
les rayons et les siècles
l'homme et les ombres

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeux , littérature française , puzzleCréer un quiz sur ce livre