AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Fortune de France, tome 1 (23)

TheWind
TheWind   24 août 2015
- Moussu Lou Baron, reprit Coulondre, est-ce que désormais on fêtera les fêtes des saints,à Mespech comme on a fait jusque là ?
On se regarda, et mon père hésitant à répondre, Sauveterre dit d'un ton sec :
- Il n' y a pas de raison de fêter désormais les fêtes des saints puisque dans la religion réformée, nous n'en célébrons pas le culte.
- Je me le pensais aussi, dit Coulondre, d'un ton funèbre, et il ferma les yeux.
Tous les regards convergèrent vers lui, et un silence désolé s'abattit sur la table. Il y eut parmi nos gens une telle consternation et un si grand ébahissement qu'ils ne surent plus - si j'ose dire- à quel saint se vouer. Ils venaient de comprendre qu'ils avaient perdu, en cette seule soirée, une bonne cinquantaine de jours chômés par an.
Commenter  J’apprécie          260
TheWind
TheWind   25 août 2015
Telle qui est douce comme miel le jour des noces a langue de vipère huit jours après. La femme, c'est le contraire de la châtaigne : tout le doux est dessus et les piquants dessous. Je ne m'y fierai pas davantage qu'à un tonneau sans ses cercles.
Commenter  J’apprécie          240
ibon
ibon   13 janvier 2013
N'aurait-il pas été plus sage d'épouser une femme de votre opinion? Bien qu'il ait été dessous et non dessus, le sein vous a caché la médaille.
Commenter  J’apprécie          220
TeaSpoon
TeaSpoon   17 octobre 2014
Un langage n'est pas neutre. A chaque époque, il charrie un accent, une couleur, une émotion, une attitude envers la vie.
Commenter  J’apprécie          211
TheWind
TheWind   23 août 2015
À Mespech on ne lésinait pas sur le manger au temps des foins. Et les faucheurs, vers les quatre heures, s'étaient calé la panse au château d'une forte soupe aux légumes et lardons suivie d'un copieux chabrol.
Alignés en bordure du Haut Pré, ils regardaient sans parler l'herbe onduler sur la pente jusqu'à l'orée du bois en contrebas. Mille Dious, elle avait bien profité des pluies, la garce : haute, verte, luisante, épaisse comme chevelure de femme et il y en avait tant et tant, et une telle immensité d'étendue qu'on se disait qu'on ne pourrait jamais la faucher toute, même à neuf, d'ici ce soir. Valait mieux n'y penser point trop, mais se dire qu'à onze heures il y aurait beau pain de froment, quantité de chair salée et piquette sans parcimonie.
Commenter  J’apprécie          202
PerleDulac
PerleDulac   31 octobre 2015
Faujanet but aussi vite qu'il avait mangé, puis il se redressa, carra ses épaules, gonfla sa poitrine, et du haut du siège de la charrette, il regarda le marché grouiller au-dessous de lui, comme un nageur qui vient d'émerger d'une mer où il allait se noyer. Écarquillant ses gros yeux, il enveloppa du regard le cheval, sa croupe robuste, Cabusse et sa forte trogne, la bonne, neuve et solide charrette sur laquelle il était assis, et il jetait autour de lui, de haut en bas, des regards fiers. Il appartenait maintenant au monde des gens heureux : celui qui mange.
Commenter  J’apprécie          120
bibiouest
bibiouest   09 juin 2017
Sauveterre alla prendre dans une armoire de la grande salle un long rouleau, le posa sur la table, le déroula et le fit tenir aux quatre extrémités par des balles d'arquebuse qu'il tira de sa poche

-Ceci, dit Sauveterre, ses yeux noirs brillant sous ses épais sourcil, et avec une émotion contenue dans la voix qui se communiqua à tous, ceci, c'est le royaume de France.

Il y eut un silence, et la Maligou se signa d'un air effrayé.

-Doux jésus! dit-elle d'une voix tremblante, c'est une bien étrange magie qu'un royaume qu'on dit si grand tienne dans une feuille de papier qui fait à peine la largeur de notre table!
Commenter  J’apprécie          110
bibiouest
bibiouest   07 juin 2017
Fontenac était en grande détestation parmi les bourgeois de Sarlat, et aussi parmi les nobles des châteaux, en raison de ses meurtres et excès infinis, mais le populaire en tenait pour lui, car du fruit de ses rapines il faisait parfois à ses frais des processions qui étaient censées glorifier un saint, mais qui finissaient, le vin payé par Fontenac coulant à flots, en ribauderies que la Boétie devait réprimer. Malgré ces désordres qui ne sont que trop fréquents, d'aucuns opinent que le peuple des villes, qui travaille de l'aube à la nuit pour quelques misérables sols, est fondé à aimer les processions d'église puisqu'elles lui donnent du repos, les innumérables saints que le culte catholique célèbre lui apportant, bon an mal an, plus de cinquante jours fériés, sans compter les dimanches: raison pour laquelle il a toujours été facile d'ameuter le peuple contre ceux de la religion réformée qu'il suspecte de vouloir leur ôter les fêtes en supprimant les saints qui en sont l'occasion.
Commenter  J’apprécie          111
isa62
isa62   11 août 2013
"Si Dieu me donnait à choisir, ou de retourner à vivre, ou d'achever mon voyage, je serais bien empêché au choix" Paroles qui montrent bien quelle rude route il avait déjà parcourue pour arriver à la mort, puisqu'il envisageait avec appréhension de la parcourir une deuxième fois.
Commenter  J’apprécie          100
tonpdg
tonpdg   01 juillet 2014
Et comment gagnes-tu l’argent ? Par le travail ? Que nenni ! Par le travail, tu ne fais rien qu’enrichir ton maître et te maintenir en vie. Mais l’argent, le bel argent pour acheter la belle terre de Dieu, c’est par la picorée que tu le gagnes. Ou le commerce. Mais le commerce, compagnon (un coup de marteau), ou le prêt de grains avec gros intérêt, comme le pratiquent les messieurs à Mespech (un second coup de marteau), c’est aussi un genre de picorée, un peu plus en douceur que l’autre.
Commenter  J’apprécie          91




    Acheter ce livre sur

    AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





    Quiz Voir plus

    Connaissez vous les romans de Robert Merle ?

    Roman historique lauréat du prix Goncourt publié en 1949 racontant la retraite d'un groupe de soldats français lors de la défaite franco-britannique lors de la seconde guerre mondiale. Mon titre est "week-end

    chez ma mère'
    à Deauville'
    à Zuydcoote'
    en amoureux

    8 questions
    35 lecteurs ont répondu
    Thème : Robert MerleCréer un quiz sur ce livre