AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782877062381
461 pages
Éditeur : Editions de Fallois (05/04/1995)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 240 notes)
Résumé :
"A'steure, je suis roi." Ainsi le jeune Louis XIII commente-t-il sobrement l'élimination de Concini, le tout-puissant favori de la reine-mère, en ce 24 avril 1617. Il lui faudra cependant mener encore de rudes batailles pour affermir son pouvoir, face à des menaces de toutes sortes : insoumission des Grands, rébellion des Huguenots, incapacité ou corruption des ministres... Pour Pierre-Emmanuel de Siorac, c'est l'heure de la récompense : le voici comte d'Orbieu ; il... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
SophieLesBasBleus
  29 avril 2019
Pour les services rendus et son dévouement sans faille, le chevalier de Siorac, devient Comte d'Orbieu par la grâce de Louis XIII qui est parvenu à éliminer Concini et à exiler Marie de Médicis. Soucieux de faire prospérer son domaine, le nouveau comte d'Orbieu s'attache à connaître et à comprendre ses "manants". Mais la vie de cour le requiert plus souvent qu'il ne le souhaiterait et le roi exige sa présence auprès de lui. En effet, Louis XIII, pour ses premiers pas de roi doit faire face à de graves difficultés : réduire l'agitation des protestants, mater la Fronde des Grands réunis autour de Marie de Médicis, choisir les ministres qui sauront être ses meilleurs alliés pour gouverner le royaume et, enfin, concrétiser son "devoir de roi" auprès de son épouse Anne d'Autriche. Sous le regard affectueux du narrateur, le jeune roi apprend son métier et montre les paradoxes de sa personnalité. Mais, dans les couloirs du pouvoir, Richelieu s'avance à pas prudents...
Les impressions que j'ai eues lors de la lecture du précédent volume ("L'Enfant-roi") se sont, hélas, confirmées ici : un récit moins enlevé, des informations répétées, une orientation plus documentaire que fictionnelle m'ont un peu déçue. le narrateur prend sa charge avec beaucoup de sérieux et n'instille guère d'humour ou de dérision dans son récit, ce qui ne me le rend guère sympathique. le procédé qui fait intervenir lectrice et lecteur fait long feu et m'a semblé lassant. Peut-être est-ce dû à la complexité des évènements qui forment la charpente de ce volume ? A voir avec le prochain !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LPV
  13 décembre 2019
J'ai mis tellement de temps à finir ce volume ! Terrible !! Impossible de me poser et de me plonger dans les aventures de Pierre-Emmanuel. Et puis, à force forcée, heureusement, il est revenu dans ma vie. C'est vrai, je l'adore. Il est choubidou. Mais ah, il y a quelque chose. Il manque un truc. Il faut dire que la barre est haute avec son père et son grand-père. Et puis, s'il m'émeut un peu parfois, j'avoue que dans ce volume, deux trois chose m'ont déçues dans ses décisions. Disons-le, il n'est pas aussi follement séduisant que ses aïeux. Mais quelle vie ! Quelle émerveillable récit il nous fait de son quotidien à la Cour, à Orbieu, et à la rue du Champ-Fleuri. Mais que me manquent mon Pierre, Miroul, et le muguet Quéribus ! Et Henri... Allons-y à la franche marguerite, il faut s'y connaître en géopolitique pour goûter au mieux certains (voire plusieurs) des épisodes de ce volume. C'est terriblement intéressant et si délicieusement raconté, mais oh, Marie de Médicis, encore et toujours... Et notre pauvre petite reine espagnole... Bref, vivement le dixième, et peut-être un petit dauphin ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
gill
  07 juin 2012
Pour Pierre Emmanuel de Siorac, c'est l'heure de la récompense, nommé comte d'Orbieu par volonté du roi, il effectue sur ses terres de nombreux séjours qui lui font découvrir la condition souvent misérable des laboureurs abasourdis d'impôts.
Sur les pas de son héros, Robert Merle nous fait cavalcader à travers 7 ans d'histoire de France, des chemins du midi protestant aux ruelles de Paris et aux salons du Louvre avec l'entrain, l'érudition et la flamboyance qui ont valu à la série entière de "Fortune de France" un prodigieux succès.
Commenter  J’apprécie          60
Antoine_B
  05 juin 2017
C'est assez amusant de constater qu'un auteur puisse avoir un succès phénoménal et retomber dans le quasi anonymat pour les générations suivantes. C'est le cas pour Robert Merle, qui pour les gens de mon âge (30 ans), évoque assez peu de chose.
Quel dommage pourtant, je suis tombé par hasard sur ce livre, passionné par cette période historique je me suis plongé dans cette lecture qui fait un drôle d'effet de prime abord, notamment à cause de la langue utilisée, du français ancien à la sauce Merle.
On suit les aventures de Pierre-Emmanuel de Siorac, ami intime de Louis XIII, qui participe au complot contre Concino Concini. Pour le remercier il est fait comte d'Orbieu. le livre raconte sa vie entre cours et province ou galanteries, affaires politiques et religieuses se côtoient.
On sent que Robert Merle à une véritable affection pour cette période, il maitrise parfaitement les rouages historiques et sait les rendre intelligibles et intéressants.
Un vrai plaisir à lire pour qui s'intéresse à l'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
meknes56
  05 octobre 2019
Pour moi, il s'agit du moins bon roman de cette saga..Il me semble un peu trop accès sur les problèmes économiques et sociales..Mais, le récit est toujours divin.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
sweetie9sweetie9   24 novembre 2014
Cette question des Jésuites remuait excessivement le Conseil,la Cour,les Parlements,les ruelles de nos dames et il n'était en France fils ou fille de bonne mère qui n'en voulut dire sa râtelée.Le lecteur se ramentoit peut-être que le jeune Chatel,élève des Jésuites,attentât de tuer HenriIV les vingt-sept décembre 1594,et ne réussit qu'à le blesser à la lèvre.Ce qui permit au roi de faire sur l'heure,et la lèvre encore saignante,une de ces gausseries qui faisiat tant pour sa popularité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
gillgill   20 juin 2012
Des cinq balles de pistolet que les conjurés tirèrent sur l'infâme Concini le vingt-quatre avril 1617, alors qu'il pénétrait dans le Louvre par le pont dormant, les deux premières se perdirent, la troisième le frappa entre les deux yeux, la quatrième sous l’œil droit, la cinquième lui ouvrit la gorge.
Tant est qu'on put dire - sans trop de raison - qu'il fut tué trois fois, alors qu'une seule eût suffi pour le repos et le soulagement de la France.
"A'steure, je suis roi", dit Louis sobrement.
Dix jours plus tard, le trois mai, veille de l'Ascension, à deux heures et demie de l'aprés-dînée, Marie de Médicis, sanglotante, partait en exil pour le château de Blois, tandis que d'une fenêtre du Louvre, Louis regardait, la face imperscrutable, s'éloigner le carrosse de la moins aimante des mères....
(extrait du chapitre premier de l'édition de poche parue en 1995)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
meknes56meknes56   05 octobre 2019
Belle lectrice, hélas, vos beaux yeux vont pleurer ! Mais qu'y peux-je ? Le déroulement implacable du temps m'y oblige. Car en ce début de l'année 1622, je ne peux que je ne vous conte-comment, pour le couple royal, les roses de la vie se fanèrent, le désamour comme un inguérissable ulcère rongeant peu à peu leur mutuelle tendresse.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Robert Merle (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Merle
https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=64092
Pour que la chirurgie orthopédique ait pu atteindre son degré actuel de fiabilité, il a fallu une organisation hospitalière nouvelle, la création de la spécialité, son enseignement à grande échelle, la pratique d'une délibération collective rigoureuse et honnête de chaque indication opératoire, y associer médecins experts et anesthésistes, exiger une pratique opératoire efficace et applicable par tous, publier les résultats sans masquer les échecs. Tout cela, nous le devons à un assembleur. Robert Merle d'Aubigné est celui auquel les chirurgiens orthopédistes français actuels doivent de pratiquer aujourd'hui.
+ Lire la suite
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez vous les romans de Robert Merle ?

Roman historique lauréat du prix Goncourt publié en 1949 racontant la retraite d'un groupe de soldats français lors de la défaite franco-britannique lors de la seconde guerre mondiale. Mon titre est "week-end

chez ma mère'
à Deauville'
à Zuydcoote'
en amoureux

8 questions
63 lecteurs ont répondu
Thème : Robert MerleCréer un quiz sur ce livre