AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253136828
470 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/03/1995)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 106 notes)
Résumé :
Au XVIe siècle, en Italie, une petite bourgeoise devenue grande dame déchaîne en sa faveur et contre elle les passions.

Aux yeux de tous elle est l'idole au sens puritain qu'il avait à l'époque : un être humain illégitimement adoré comme un Dieu, en l'occurrence comme une déesse.

L'Italie qui apparaît dans L'Idole est celle de Rome, où le massacre de la Saint-Barthélemy fut fêté officiellement par des feux de joie; de Florence où les M... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  28 avril 2014
Avec "L'idole", Robert Merle, grand maître du roman historique, offre à son lecteur une brillante évocation de l'Italie du XVIème siècle dans toute sa crudité et ses excès.
Vittoria est l'Idole, une femme si belle qu'on pourrait mourir pour l'un de ses regards. de Rome à Florence, le lecteur, en suivant le destin de la jeune femme, découvre une société morcelée, déstructurée où les seigneurs se font brigands, où les pontifes sont corrompus, et où la dague et le poison sont devenus armes communes. Une société extrêmement violente et terriblement noire sous ses soieries bruissantes et bigarrées.
Un roman qui m'a passionnée et qui réunit tout ce que j'apprécie en littérature : l'histoire, l'Italie, le drame, la passion et l'étude de moeurs, le tout servi par une plume exceptionnelle.
Commenter  J’apprécie          605
Crazynath
  08 juillet 2015
Avec l'Idole, Robert Merle nous confirme une fois de plus qu'il est un excellent auteur de romans historiques.
dans l'Italie du XVI°eme siècle, il nous raconte le destin d'une femme, Vittoria Accoramboni, dont la beauté va déclencher bien des passions.
A travers le récit de différents personnages qui vont la côtoyer de près ou de loin, on découvre le portrait d'une femme qui , victime de sa beauté, va devoir subir les intrigues et manipulations des hommes qui l'entourent.
Le statut des femmes à cette époque est loin d’être enviable et elles sont quelquefois juste considérées comme de la marchandise, tout juste bonnes à faire un beau mariage quand on à la chance d’être aussi belle que celle que l'on surnomme l'idole.
Une magnifique restitution de cette époque riche en couleur, bravo monsieur Merle !!
Challenge ABC 2014/2015
Commenter  J’apprécie          242
gill
  27 avril 2012
L'idole est Vittoria une femme d'une extraordinaire beauté dans l'Italie du XVème siècle. Elle déchaîne les passions, vendue plutôt que mariée, épiée, diffamée, séquestrée elle paiera la fascination qu'elle inspire au prix de sa liberté.
Ce livre, qui annonce par son style et sa forme le cycle historique "Fortune de France", fait revivre l'époque et ses personnages avec une virtuosité à la fois savante et prodigieusement vivante.
Commenter  J’apprécie          141
Mondaye
  23 février 2016
Un roman fascinant...
C'est tout un univers, celui d'une Italie aux passions exacerbées que nous dévoile Robert Merle avec un rare talent. Un monde hypocrite, cruel, sans pitié et profondément misogyne: en effet le meurtre de la femme adultère est considéré comme "normal", voir même attendu.
Le roman se base sur des points de vue multiples, on suit divers personnages qui tous réunis retracent l'histoire, ou plutôt peigne le portrait de Vittoria, l'idole. Certains sont très sympathique comme le malheureux Bargello dont la mort m'a parue bien cruelle et d'autres tout simplement odieux.
Et très rapidement dans le tournoiement de ces "caméras" nous sommes prisonniers de son histoire jusqu'au dénouement, qui quoique ne surprenant que peu, n'en reste pas moins tragique.

Et puis, c'est aussi un peu une leçon d'histoire que nous offre Robert Merle, entre deux lignes et sans lourdeur.
Bref un coup de coeur, tant par le style que par l'intrigue.
Commenter  J’apprécie          60
Kajaku
  20 janvier 2019
Magnifique histoire d'amour entre Vitoria et le prince Paolo.
Dans la description qu'en fait l'auteur elle ressemble à s'y méprendre à la signora présentée régulièrement par Sandro Botticelli.. Voire à l'égérie des nobles et par conséquent des peintres, à savoir Simonetta Vespucci !
Style flamboyant et sobre à la fois, une écriture proche du réalisme et pourtant nous avons l'impression d'assister à la représentation d'un opéra.
Aventure, intrigues, de l'amour, de l'émotion et pas de quartier pour un éventuel romantisme dans la mesure ou les gentils comme les méchants trépassent....
Pas de happy end et c'est tout à l'honneur de l'auteur.
Magistral !!
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
gillgill   27 avril 2012
De nos jours, Vittoria eût été une star, et il ne lui serait rien arrivé de pire (mais c'est déjà assez pathétique) que de perdre en vieillissant ses adorateurs. Vittoria, vivant au XVI° siècle, eut une tout autre vie. Elle fut vendue en mariage à un homme qu'elle n'aimait pas. On veilla âprement sur sa vertu. Elle fut séquestrée à deux reprises et, pendant quelques mois, emprisonnée au château St Ange. Elle fut épiée, surveillée, trahie par son confesseur. Son nom, publiquement sali. Son second mariage, cassé par un pape.
Bref, c'était une femme seule contre une société tout entière et pour rendre tangible son destin, c'est bien évidemment ce milieu archaïque, brutal et persécuteur qu'il faut décrire...
(extrait de l'avant-propos inséré en début du volume de poche)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CrazynathCrazynath   08 juillet 2015
Quelle comédie que les affections humaines ! Tout amour commence et finit dans nos têtes . Et nos têtes sont aussi folles et aussi creuses que les clochettes qui tintinnabulent au cou des chèvres.
Commenter  J’apprécie          41
CrazynathCrazynath   19 juin 2015
Tout ce poil lui donnait un air rugueux qui étonnait à Rome, où les prélats ressemblaient à des galets qui, à force de s’être frottés les uns aux autres au gré des marées, étaient devenus ronds et polis.
Commenter  J’apprécie          30
CrazynathCrazynath   06 juillet 2015
Je n'aurais jamais cru que c'était si facile de tuer un homme.
Commenter  J’apprécie          80
CrazynathCrazynath   06 juillet 2015
Il est vrai qu'elle était bien jeune. Il se pouvait qu'à ce moment de sa vie, elle aimât mieux le mariage que le mari.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Robert Merle (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Merle
https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=64092
Pour que la chirurgie orthopédique ait pu atteindre son degré actuel de fiabilité, il a fallu une organisation hospitalière nouvelle, la création de la spécialité, son enseignement à grande échelle, la pratique d'une délibération collective rigoureuse et honnête de chaque indication opératoire, y associer médecins experts et anesthésistes, exiger une pratique opératoire efficace et applicable par tous, publier les résultats sans masquer les échecs. Tout cela, nous le devons à un assembleur. Robert Merle d'Aubigné est celui auquel les chirurgiens orthopédistes français actuels doivent de pratiquer aujourd'hui.
+ Lire la suite
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez vous les romans de Robert Merle ?

Roman historique lauréat du prix Goncourt publié en 1949 racontant la retraite d'un groupe de soldats français lors de la défaite franco-britannique lors de la seconde guerre mondiale. Mon titre est "week-end

chez ma mère'
à Deauville'
à Zuydcoote'
en amoureux

8 questions
60 lecteurs ont répondu
Thème : Robert MerleCréer un quiz sur ce livre

.. ..