AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070381463
Éditeur : Gallimard (25/05/1989)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 184 notes)
Résumé :
À la suite d'une épidémie d'encéphalite qui ne frappe que les hommes, les femmes les remplacent dans leurs rôles sociaux, et c'est une Présidente, Sarah Bedford, féministe dure, qui s'installe à la Maison-Blanche.

Le Dr. Martinelli, qui recherche un vaccin contre l'encéphalite, est enfermé avec d'autres savants à Blueville, dans une « zone protégée » qui les tient à l'abri de l'épidémie mais dans un climat de brimades, d'humiliations et d'angoisse. M... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
denis76
  26 février 2018
À la suite d'une épidémie d'encéphalite qui ne frappe que les hommes, les femmes les remplacent dans leurs rôles sociaux, et c'est une Présidente, Sarah Bedford, féministe dure, qui s'installe à la Maison-Blanche. le Dr. Martinelli, qui recherche un vaccin contre l'encéphalite, est enfermé avec d'autres savants à Blueville, dans une «zone protégée» qui les tient à l'abri de l'épidémie mais dans un climat de brimades, d'humiliations et d'angoisse. Martinelli acquiert vite la conviction que son vaccin ne sera pas utilisé, du moins sous l'Administration Bedford. C'est paradoxalement chez les femmes qu'il trouvera ses alliées les plus sûres et par les femmes qu'il sera libéré. Mais, une fois Bedford remplacée à la Maison-Blanche par une féministe modérée, Martinelli saura-t-il s'adapter à une société où les hommes ne jouent plus qu'un rôle subalterne ?
MES IMPRESSIONS :
Elles sont très fortes.
C'est pour moi, un chef d'oeuvre !
Outre le fait que je retrouve ici l'âme d'Aldous Huxley ou George Orwell, ce livre me fait imaginer un monde où les rapports sociaux hommes / femmes de l'époque (1974) sont inversés.
USA, 1974. Les hommes "fertiles" tombent comme des mouches à cause de l'encéphalite 16 qui est conséquente à la spermatogénèse. Les femmes ont du mal à suppléer dans les domaines comme l'armée, la diplomatie ou l'industrie.
Les femmes décident d'isoler des hommes de valeur. Ce sont "les hommes protégés". Au chateau, prison dorée qu'il partage avec d'autres chercheurs, Ralph cherche le vaccin à l'encéphalite, il "se bat pour que le couple humain soit à nouveau possible."
Le monde appartient aux femmes. Les LIB (mouvement de libération de la femme) dirigent les USA. "Les hommes sont de sales phallocrates". le statut social est bouleversé, "n'ayant rien à voir avec le statut technique."
De nouvelles castes hiérarchiques sont créées :
les femmes,
les hommes "A" (ablationnistes),
les hommes protégés,
les stags, (hommes seuls vivant à l'écart de la civilisation)
les vieux.
Le style de Robert Merle est clair, fluide comme j'aime, et nous embarque dans l'aventure. Par sa grande connaissance de la nature humaine, l'auteur nous emmène dans le questionnement de Martinelli, l'outrance et le cynisme de Deborah, Helsingforth et de Bedford, l'assurance, l'observation et les volte face de Burage et Jackie, l'indifférence ou l'opportunisme d'Anita.
Enfin, il y a tous les comportements "machas" qui seraient délicieux s'ils n'étaient pas dramatiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gill
  27 avril 2012
Une épidémie d'encéphalite frappe soudain les hommes, ils sont alors remplacés dans leurs rôles sociaux par les femmes.
Le Dr Martinelli qui recherche un vaccin est enfermé mais une fois le remède découvert, sera-t-il utilisé et Martinelli saura-t-il s'adapter à cette société où les hommes ne jouent plus qu'un rôle subalterne ?
Robert Merle nous offre ici un excellent roman d'anticipation qui nous propose par sa lecture une réflexion sur la dualité de l'être humain et ses répercussions dans la société.
Dans la lignée de "Malevil" et de "Madrapour".
Commenter  J’apprécie          80
antihuman
  11 juillet 2014
Sans parler de la "vulvocratie" dont se serve certains mauvais esprits pour décrire notre société (comme si les femmes s'étaient saisies de tous les postes du pouvoir les + importants...) il y a du vrai dont cette oeuvre d'anticipation de Robert Merle, de plus le clairon beauf qu'on entend bien souvent à propos de cette histoire, est, bien entendu de la taxer de manichéisme aggravé sinon de machisme !
Il n'en est rien, et sans aucun doute, même si de nos jours la gente féminine se comportent parfois tout à fait comme des hommes, il est évident que ce livre - très cinématographique, plutôt aisé à lire et parlant surtout d'injustice - sonnera scrupuleusement réaliste pour qui vit quelque peu dans le monde d'aujourd'hui. Peut-être pour cette raison d'aucuns nomment cette fiction une dystopie bien que cela ne soit pas exactement le cas.
Notons, par exemple, comment le personnage principal de Martinelli inquiète dans le récit autant pour ses qualités que pour ses tares: autant parler donc de la méritocratie que croient vivre de nombreux béotiens exemplaires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BVIALLET
  07 mai 2012

Une terrible maladie inconnue, l'encéphalite 16, frappe la plupart des hommes en âge de procréer en épargnant les femmes, les enfants et les vieillards. Comme l'Humanité ne dispose ni de vaccin ni de traitement, les hommes meurent par milliers. Les femmes les remplacent à tous les postes clés et prennent conscience de leur importance. Une présidente ultra-féministe, Sarah Bradford s'installe à la Maison Blanche et réorganise toute la société. Avec quelques savants triés sur le volet, le docteur Martinelli qui n'est pas loin de découvrir un vaccin contre la maladie, se retrouve enfermé à Blueville, une « zone protégée » qui permet aux chercheurs d'être à l'abri de l'épidémie mais les oblige à vivre dans un climat d'humiliation, d'angoisse et de brimades permanentes. le féminisme de Bradford apparaît comme un machisme à l'envers et est loin de ne faire que des heureuses. Pour elle, l'homme n'est qu'un subalterne, une sorte de sous-humain ou de semi-esclave tout juste bon à être castré ou à donner son sperme pour les banques de reproduction artificielle.
Une terrible maladie inconnue, l'encéphalite 16, frappe la plupart des hommes en âge de procréer en épargnant les femmes, les enfants et les vieillards. Comme l'Humanité ne dispose ni de vaccin ni de traitement, les hommes meurent par milliers. Les femmes les remplacent à tous les postes clés et prennent conscience de leur importance. Une présidente ultra-féministe, Sarah Bradford s'installe à la Maison Blanche et réorganise toute la société. Avec quelques savants triés sur le volet, le docteur Martinelli qui n'est pas loin de découvrir un vaccin contre la maladie, se retrouve enfermé à Blueville, une « zone protégée » qui permet aux chercheurs d'être à l'abri de l'épidémie mais les oblige à vivre dans un climat d'humiliation, d'angoisse et de brimades permanentes. le féminisme de Bradford apparaît comme un machisme à l'envers et est loin de ne faire que des heureuses. Pour elle, l'homme n'est qu'un subalterne, une sorte de sous-humain ou de semi-esclave tout juste bon à être castré ou à donner son sperme pour les banques de reproduction artificielle.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Chiwi
  03 juin 2013
Et si une épidémie frappait la moitié de la population humaine c'est-à-dire les hommes? Robert Merle part de cette hypothèse pour décrire un monde qui ne fait pas envie du tout. Les gouvernants pour des raisons électorales n'ont rien fait pour endiguer la maladie. Mais une fois qu'il n'y a plus d'hommes ce sont les femmes qui prennent leur place et aussi leur revanche. Il y a la mise en place d'un système répressif et totalitaire où les femmes se retrouvent en haut de la hiérarchie sociale, viennent ensuite les castrats (certains hommes font le choix de perdre leurs attributs plutôt que de perdre la vie) puis viennent les hommes encore entiers. Les hommes entiers ou protégés paient pour les siècles de domination masculine.
Écrit au milieu des années 70, en plein dans la lutte pour la condition féminine, le roman pose la question du rapport entre les sexes. Comment peut s'équilibrer ce rapport ? Doit-il y avoir une égalité ou y avoir un rapport de domination qui montrerait que les femmes n'ont pas plus de jugeote que les hommes.
C'est la description d'une société froide et totalitaire, et même si des femmes plus modérées arrivent au pouvoir par la suite , ce qui est proposé laisse encore l'homme de côté.
C'est vrai que par certains côtés le trait semble forcé, que le système décrit ne fait pas dans la finesse mais au moins cela suscite la réflexion.
Lien : http://lecturesdechiwi.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
gillgill   27 avril 2012
Pièce sans fenêtre à air conditionné. Boiseries de chêne à mi-hauteur. Au dessus, les murs sont blancs avec une seule gravure représentant une scène de la vaccination antivariolique à Cuba en 1900. Moquette épaisse où, en entrant, j'ai enfoncé jusqu'aux chevilles. Gros siège confortable, où, sur un geste, je m'enfouis jusqu'aux hanches.
Là-dessus, un long silence. Je suis ici pour parler, mais on n'a pas l'air de m'y inviter volontiers. La parole n'est pas une chose dont les grands de ce monde aiment se dessaisir : ils préfèrent s'écouter qu'écouter.
Au surplus, je m'en rend bien compte, je ne suis pas "persona grata".
Ni moi, ni ce que j'ai à dire. On me laisse mijoter.
Que je me pénètre bien, au départ, de mon insignifiance...
(extrait du chapitre I)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LeFeuilleteurDeLivresLeFeuilleteurDeLivres   25 octobre 2016
Ce qui ne va pas chez l'homme, c'est qu'il gâche la moitié de sa vie à espérer ou à craindre ce qui va arriver le lendemain. Bousculé sans aucun répit d'échéance en échéance, il passe d'une attente à une autre et perd son aptitude à jouir du présent.
Commenter  J’apprécie          40
laracroft75laracroft75   02 mai 2011
j'ai beaucoup aimé, il y a de l'humour et je le rapproche du meilleur des mondes de Huxley
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Robert Merle (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Merle
Radioscopie (Écrivains): Jacques Chancel reçoit Robert Merle
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Connaissez vous les romans de Robert Merle ?

Roman historique lauréat du prix Goncourt publié en 1949 racontant la retraite d'un groupe de soldats français lors de la défaite franco-britannique lors de la seconde guerre mondiale. Mon titre est "week-end

chez ma mère'
à Deauville'
à Zuydcoote'
en amoureux

8 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : Robert MerleCréer un quiz sur ce livre
. .