AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782803655298
200 pages
Éditeur : Le Lombard (25/08/2017)
3.53/5   90 notes
Résumé :
Nice, en plein mois de juillet. Elsa, la vingtaine, oscille entre deux hommes. L'un ne lui convient probablement plus, l'autre lui fait encore un peu peur. Jean, 50 ans, voyageur frustré, est conducteur de train. Il est forcé de rester à terre pour s'occuper d'Alda, sa fille, arrivée un peu trop vite dans sa vie, suite à une passade amoureuse. Du haut de ses 80 ans, Emile, devenu sourd pendant la guerre d'Algérie, supporte de moins en moins le silence dans lequel il... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,53

sur 90 notes
5
3 avis
4
15 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

marina53
  16 janvier 2018
Un grand merci à Babelio et aux éditions Le Lombard...
Elsa, à 22 ans, est une jeune femme brillante, fraîchement diplômée et très amoureuse d'un homme talentueux plus âgé qu'elle. Un vrai rêve de petite fille qui se réalise tant elle manque de confiance en elle et se rend compte qu'elle n'est pas cette femme gracile, délurée ou mystérieuse sur qui on se retourne... Pourtant, cette histoire d'amour semble sans issue. Lors d'une soirée avec son amie, Julie, elle fait la connaissance d'Idir...
Jean, à 53 ans, est conducteur de train. Séparé de sa compagne, un week-end sur deux, il s'occupe de sa petite fille Alda, qu'il aime d'un amour inconditionnel. Pourtant, ce n'était pas la vie qu'il s'imaginait, une vie sans attaches...
Émile, à 79 ans, vit dans un monde de silence. Il vit aux côtés de sa femme aimante, Yvette, et ses journées sont rythmées entre les promenades du chien et son journal qu'il tient quotidiennement...
C'est sous le soleil irradiant de Nice que ces trois-là vont se rencontrer...
Dans ce récit choral, l'on suit le destin d'Elsa, Jean et Émile. Trois personnes que rien ne semblait destiner à se croiser. Trois personnes liées par de mêmes sentiments : blessures ou rancoeurs, désirs inavoués ou inassouvis, attentes déçues et sensation de ne pas être celui/celle qu'il/elle voulait/faudrait être. Sous cette chaleur niçoise, les sentiments et les sensations semblent vouloir éclore. Aude Mermilliod nous offre, avec cet album, une véritable parenthèse ensoleillée et alanguie. Il en ressort une atmosphère à la fois mélancolique et pleine de vie. C'est dans un sourire, un regard, un geste effleuré, dans un petit rien parfois, que la vie éclate au grand jour. L'autrice saisit avec délicatesse et émotions aussi bien ces gestes du quotidien que ces envies d'ailleurs et de liberté. Aux dialogues bien écrits, au trait rond et aux couleurs lumineuses, cet album se révèle envoûtant, à la fois touchant et doux-amer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          670
Chrisdu26
  05 mars 2018
« On m'a vu dans le Vercors,
Sauter à l'élastique …
Voleur d'amphores,
Au fond des criques…
J'ai fait la cour à des murènes…
J'ai fait l'amour…
J'ai fait le mort…
T'étais pas née … »
Lorsque Jean écoute cette chanson de Bashung, je fredonne avec lui ce refrain et je comprends immédiatement que le personnage va m'émouvoir. Mais je me trompais ! Jean n'est pas le seul à me prendre en otage dans cette aventure. Il y a aussi Elsa, et comme toutes les jeunes filles de son âge elle rêve d'Amour et de légèreté. Puis il y a Emile à l'automne de sa vie, lui rêve juste de silence, ce silence si cruel parfois !
Elsa et Emile ne se connaissent pas et c'est à la croisée des lignes de chemin fer qu'ils vont rencontrer Jean, 53 ans, conducteur de train, qui n'a qu'une envie : hisser les voiles et prendre le large.
Les destins de ces trois écorchés, vont s'entrechoquer, se lier et se délier par un drame. Au centre de ce drame, oublié sur un quai de gare, un mystérieux carnet révélera les non-dits et les silences enfouis.
Dans ce premier album prometteur, Aude Mermilliod, nous invite à partager les émotions et les incertitudes de ce trio et nous rend témoin des choix décisifs qui vont bouleverser leur existence.
A tour de rôle, je suis entrée dans la peau d'Emile, noyé dans son silence :
« Allez… c'est parti pour un repas entier à rien piger et à regarder bêtement tout le monde en souriant comme un con… A tous les coups, Yvette va encore essayer de m'intégrer ? J'ai horreur de ça ? Personne ne peut comprendre. »
Puis Elsa, égarée dans son désarroi :
« Ce soir je porterai la robe fendue qu'il aime. Avec rien dessous. Je lui envoie un texto ? Oui, je lui dis que je porterai la robe fendue. Il finit toujours par répondre. »
Et enfin Jean coincé dans un amour inconditionnel nommé Alda, 6 ans, qui l'empêche de larguer les amarres :
« Dès la première couche à changer, j'étais foutu. Evidemment que je suis resté. J'ai assumé comme un homme. Et maintenant, comment regretter un monde dans lequel je ne l'aurais pas rencontrée… ? »
Parce que j'ai été une jeune fille et qu'un jour je serai à l'automne de ma vie, ses reflets sont venus me cueillir et me toucher en plein coeur.
Au hasard des voies ferrées, Aude nous embarque dans un superbe décor azuréen, à la rencontre de gens ordinaires, fragilisés et attachants. Ils sont notre miroir et reflètent ce que nous avons été, ce que nous sommes et ce que nous serons … peut être … ou pas.
Elsa, Jean, ou Emile réveillent une joie, une faille, un souvenir caché au plus profond de nous, c'est pourquoi ce roman graphique est si troublant. A travers l'histoire de son grand-père, l'autrice a su trouver les liens et les chemins pour nous guider au coeur même de leurs blessures mais aussi de leurs espoirs.
Entre fiction et réalité, sourire et larmes, ce voyage intergénérationnel remet en question les priorités pour vivre pleinement et donner un sens à la vie. Là est tout le secret de ce chassé-croisé qui fait encore écho en moi.
Les reflets changeants … « La nuit je mens je prends des trains à travers la plaine … »
Lien : http://marque-pages-buvard-p..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          308
LePamplemousse
  04 décembre 2017
Cette bande dessinée nous emmène à Nice durant un été pendant lequel trois personnes vont se croiser. Il y a des rencontres qui nous restent longtemps en mémoire car elles nous changent, et d'autres qu'on oublie très vite car on a l'impression de n'avoir fait qu'effleurer une vie, comme on effleure la manche d'un inconnu en marchant à coté de lui.
Lisa, la vingtaine, Paul, la cinquantaine et Emile, qui approche des quatre-vingt ans, vont chacun vivre quelque chose de marquant durant ces quelques semaines d'été.
Que l'on soit au tout début, au milieu où à la fin de sa vie, tous les évènements d'une existence ont leur importance, que ce soit une rencontre, une rupture, une prise de conscience, un ras le bol, une envie d'ailleurs…
J'ai bien aimé cette bande dessinée aux teintes lumineuses, même si les thèmes abordés ne sont pas gais.
Les personnages sont attachants et leur faiblesses, bien que tout à fait ordinaires, les rendent simplement humains.
Commenter  J’apprécie          290
christinebeausson
  09 janvier 2019
Bonjour Aude,
Lorsque je vous ai croisée, assise dans cette jolie librairie rouennaise où vous veniez faire une séance de signatures, toute seule à votre table, votre regard perdu dans le vide, une pile de livre devant vous, vous vous trouviez ce jour là bien loin des lieux ensoleillés décrits dans votre récit.
Et pourtant, votre sourire, votre bonne humeur et votre enthousiasme transparaissait à travers votre visage.
Une belle histoire douloureuse qui commence à travers un carnet souvenir, fil rouge de la narration, tout commença en 1935...
Les couleurs sont tendres,
Le trait simple et efficace,
Le scénario émouvant, croisant des individus pour lesquels nous n'aurions pas eu de sympathie, si votre simple regard différent ne nous les avait pas montrés sous un autre angle.
Une belle histoire, un destin croisé d'hommes que seul le hasard a fait se rencontrer pour nous montrer que la vie est peut être cette mer si bleue mais qui peut parfois retrouver des reflets changeants ...
Commenter  J’apprécie          170
le_chartreux
  23 août 2020
ELSA, la vingtaine, ni jolie, ni gracile mais ni moche non plus. Ni intrigante, ni audacieuse. Non plus souriante ou mystérieuse, surtout terrifiée par le regard des garçons… et par la vie aussi.
Elle voit ses rêves de petite fille s'évanouir les uns à la suite des autres… Il y a Micka, qui ne fait vraiment aucun effort pour elle et dont l'humeur est si changeante, et puis Idir, qui arrive sans prévenir.
Il y a JEAN, la cinquantaine, conducteur de TGV, un peu perdu et surtout frustré de n'avoir su arpenter le monde. Jean et Marcella, sa chérie transalpine. Puis Jean sans Marcella qui se partagent dorénavant la garde alternée de leur fille Alda.
Enfin ÉMILE, 80 ans, un vieil homme qui traine avec son chien, sa surdité et ses acouphènes hérités des suites peu banales d'une manifestation dans Bab el Oued qui tourna au désastre en 1962.
Ces trois personnages qui ne se connaissent pas vont se croiser un certain été entre les plages de Nice, sa gare et un arrière pays mi ombragé, mi noyé de soleil.
Des images magnifiques aux grands aplats colorés de teintes bien chaudes, bien contrastées dans de beaux dégradés de bleus et d'autres teintes selon les humeurs de la vie. Et puis il y a le cahier tenu par Émile, un cahier d'écolier à grands carreaux et à marge rouge, couché d'une belle écriture et orné de dessins stupéfiants où il raconte sa vie, ses désastres, son avenir compliqué.
Voici vraiment un bel album aux reflets changeants, mirifiques et charmants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (5)
BDGest   10 octobre 2017
Diablement bien écrit, et aux ambiances envoûtantes à souhait, Les reflets changeants marque l'arrivée dans la bande dessinée d'une autrice au talent indéniable dont il conviendra de suivre les prochains projets avec attention.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   12 septembre 2017
Graphiquement aussi, on sent qu’Aude Mermilliod n’a pas encore totalement trouvé son trait, notamment dans le niveau de détails utiles à apporter dans chaque case et le choix des cadrages parfois approximatif.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Auracan   31 août 2017
Les Reflets changeants démontrent une belle sensibilité. Aude Mermilliod parvient certes à restituer les tracas vécus par le trio, mais nous offre aussi des moments lumineux d'une extraordinaire tendresse.
Lire la critique sur le site : Auracan
LaLibreBelgique   29 août 2017
Aude Mermilliod, lauréate du prix Raymond Leblanc, sort sa première BD. Une première particulièrement bien aboutie.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
ActuaBD   29 août 2017
Derrière ces approximations des premières pages se dévoile un superbe livre, plein d’intelligence et de crédibilité dans les portraits.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   27 août 2017
À quel moment elle a commencé à m'emmerder comme ça ? À quel moment est-ce que j'ai lâché le truc ? À coups d'invisibles compromis, j'ai lâché la Mer, mis mon bateau au port et passé une formation de cheminot... Un jour, je finis la nuit avec l'Italienne la plus canon de l'Adriatique, et le lendemain , je me retrouve à faire d'éternels allers-retours sur cette foutue ligne de chemin de fer....cheminot....merde ! Putain, Marcellla... Heureusement que c'est pour elle, tout ça... Toi, je t'aurais quittée, à un moment... Les racines que tu voulais m'imposer m'auraient dérangé, et j'aurais mis les voiles. Je m'en serais voulu, tu m'aurais détesté, mais je n'aurais pas regretté mon choix. Mais elle...elle...elle me cloue au sol à chaque fois que je la vois sourire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   27 août 2017
Je suis englué, coincé dans cet amour inconditionnel.... Elle peut bien m'emmerder, tout péter, peu importe : je l'aime. Et c'est précisément ce que je voulais éviter. Je ne voulais pas aimer qui que ce soit à ce point-là. "Pas d'attaches", gros cliché, ok. Mais c'était mon choix. Ma vie. Dès la première couche à changer, j'étais foutu. Évidemment que je suis resté. J'ai assuré "comme un homme". Et maintenant, comment regretter un monde dans lequel je ne l'aurais pas rencontrée... ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Pixie-FlorePixie-Flore   12 octobre 2017
Sous les pavés, la plage, et sous ses mains : moi. J'étais enfin sensuelle, sexuelle, sans avoir à m'oublier dans les bras de gros lourdauds, prétendant le lendemain que si l'un des deux s'était fait avoir, j'étais du bon côté de la barrière...
[...]
Il déverrouillait un à un mes tabous, il soulageait mes peurs. Enfin j'étais belle, j'étais femme... dans un semblant de sécurité.

[p16]
Commenter  J’apprécie          10
zazimuthzazimuth   01 février 2019
- Tu es tout son monde ! Tu ne sais pas à quel point elle t'admire ??
- ça va… N'en rajoute pas…
- Moi elle m'aime, je le sais. Mais pas comme ça ! Pas comme toi !
Je peux pas… Je peux pas être toi. Elle a besoin de toi ! (p.66)
Commenter  J’apprécie          10
mandrake17mandrake17   21 mars 2018
A cette époque, il n'y avait pas d'animosité entre les Arabes et les Français. Tout le monde vivait pour la France. A cette époque, si je me battais avec un Arabe, on se reparlait le lendemain. Il a fallu qu'un mouvement rebelle (FLN), dirigé par les Russes, vienne tout gâcher. Pourtant, je crois bien que la haine et la politique étaient des inconnues pour nous...
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Aude Mermilliod (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aude Mermilliod
La première émission live des éditions du Lombard.
Pour cette première édition animée par Aurélie Blonde, nous avons souhaité vous présenter les 8 romans graphiques qui rythmeront cette année 2021 en présence de leurs auteurices. Au programme : interviews, dessin live, visite d'ateliers.
retrouvez, dans l'ordre d'apparition : - Judith Vanistendeal - La baleine bibliothèque - Simon Spruyt - le tambour de la Moskova https://www.lelombard.com/bd/le-tambour-de-la-moskova/le-tambour-de-la-moskova - Alix Garin - Ne m'oublie pas https://www.lelombard.com/bd/ne-moublie-pas/ne-moublie-pas - Quentin Zuttion - La dame blanche - Sylvie Roge et Olivier grenson - La fée assassine - Thomas Cadène et Joseph Falzon - Alt-Life 2 - Grégory Panaccione - Quelqu'un à qui parler - Aude Mermilliod - le choeur des femmes https://www.lelombard.com/bd/le-choeur-des-femmes/le-choeur-des-femmes
+ Lire la suite
autres livres classés : destins croisésVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prix BD 3e-2nd (3e5) : Il fallait que je vous le dise

Comment s'appelle l'heroïne ?

Lara
Chloé
Lily
Aude

3 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Il fallait que je vous le dise de Aude MermilliodCréer un quiz sur ce livre

.. ..