AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2358321486
Éditeur : Palette (30/10/2013)

Note moyenne : 4/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Qu'est-ce qu'un chef-d'oeuvre ? Qu'est-ce qu'une croûte ? Est-on obligé d'admirer l'un et doit-on rejeter l'autre ? Mais surtout, des critères objectifs permettent-ils de les distinguer ? Ce modeste ouvrage a la prétention et même la folie d'affronter ces questions. Car si le jugement esthétique a varié au cours du temps - transformant certains chefs-d'oeuvre en croûtes et inversement - le débat n'a jamais cessé d'échauffer les esprits et de provoquer des discussion... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
jovidalens
  04 mai 2014
Le titre est ambitieux et l'objectif sera-t-il tenu ?
Ouvrage à destination de la jeunesse, j'étais intriguée et me demandais comment les auteurs allaient s'en tirer...
Avec intelligence, finesse, beaucoup d'humour et d'érudition.
Une courte introduction posant la problématique, depuis l'obligation d'admirer et d'aimer ces fameux chef d'oeuvres, jusqu'à la « prise de tête » de la réponse à cette question torturante : et si je me trompais ...
Puis nous voici introduits dans la « Galeriede l'incertitude » , la bien nommée !!!! Première des trois double-pages, disposées comme une composition de Mondrian. Y où sont campé le sujet, illustré par six à huit miniatures présentant des tableaux, chacune accompagnée d'une citation.
Tout bouge, change, évolue : ce qui hier/aujourdh'ui était/est honoré et chéri/honni, moqué est/sera aujourd'hui/demain raillé, dénigré ou ...l'inverse.
Le peintre Olivier Masmonteil, au cours d'une rencontre, soulignait le fait que l'oeuvre d'un musicien développe son art  sur une durée: l'auditeur se laisse mener de l'introduction à la conclusion, alors que le plasticien n'a que le temps du regard. La peinture prend ici sa revanche, puisque il y aura d'autres lectures de l'oeuvre au fil des décennies et, pour certains, au fil des siècles.
La première partie présente la fabrique du chef d'oeuvre, depuis l'atelier jusqu'à son couronnement dans le musée , l'organisation mise en place par la société pour détecter et porter au pinacle ou piétiner ces morceaux de toiles colorées. Adressé à de jeunes lecteurs, c'est important de souligner qu'une oeuvre a été très souvent le résultat d'un travail d'équipe : les fonds étaient laissés aux apprentis et seul le maître d'atelier achevait les tableaux : Rubens et Xavier Veilhan, même organisation.
La seconde partie est plus particulièrement consacrée aux grands mouvements de peinture ; il en ressort, ce pouvoir de remue-méninges, ces renversement de certitudes que ces fabuleux artistes nous font subir à nous autres spectateurs de leurs toiles et de leurs provocations. Ils changent nos regards et nos goûts, notre façon de penser, d'appréhender le monde.
En conclusion, l'art comme moyen politique et financier, mais aussi accélérateur à la consommation et à l'animation supposée culturelle de nos villes : choix entre déambulation dans des musées ou promenade dominicale parmi les toiles d'amateurs ?
Ce que j'ai particulièrement apprécié, c'est cet exploit de synthèse et d'humour pour traiter en soixante dix pages un sujet aussi vaste.
Excellente présentation simplement efficace et ludique : un sujet « développé » sur une double page, où l'oeil voyage du résumé aux quelques représentations de tableaux, interpellé et dévié vers une situation ou une échelle temporelle ou...la croûte d'un Maître, ou ...Où tout est pensé pour être un jeu pour l'esprit et une irrévérence malicieuse .
Une plongée dans un monde auquel nous appartenons tous puisque nous y sommes confrontés plus ou moins volontairement, un monde qui a toujours fait jaser, gloser ; sorte de journal à scandales de la société dans laquelle nous vivons, et qui en douce passe à travers les siècles..Rions, rions de nos aïeux scandalisés par les impressionnistes, parce que nous mêmes avec notre Art Contemporain...
Un regret : que les deux auteurs ne nous soient pas présentés en quelques lignes. J'aurais aimé en savoir un peu sur leur parcours...
Je lis rarement des livres « jeunesse », mais celui-ci avait attiré mon attention dans la dernière Masse Critique. Me voilà en cours de devenir « accro » aux Edition Palette...(pour Babelio, c'est déjà acté!)
Une des citations que je vais allègrement piller pour faire étalage de ma fraîche culture : le véritable créateur du monochrome c'est Alphonse Allais pour sa « Récolte de la tomate par des cardinaux apoplectiques au bord de la Mer Rouge (effet d'aurore boréale).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Ubikson
  30 avril 2014
Comment distinguer un chef-d'oeuvre d'une croûte ?
Vaste question, surtout si on est, comme moi, assez peu connaisseur dans le domaine. Ôtons-nous tout de suite le doute, nous n'aurons pas la clef magique pour faire de nous des experts, nous n'aurons pas une liste d'oeuvres classées en "chef-d'oeuvre" ou en "croûte".
Ici, le but caché est tout simplement d'introduire le lecteur dans le monde parfois obscur, parfois renfermé de la peinture, et de nous placer en terrain connu en nous dévoilant des oeuvres, des idées de recherches, des anecdotes, des tronçons d'Histoire de l'Art.
Nulle envie d'infliger un cours rhétorique, mais une volonté d'expliquer que l'on a le droit d'aimer ou de ne pas aimer, et qu'il n'y a pas véritablement de "règles".
Telle oeuvre sera considérée comme géniale, pour ensuite être délaissée, et vice-versa.
L'important, et le message insufflé ici, est plutôt de découvrir par soi-même les oeuvres, et le but est pleinement atteint.
Une fois le livre fermé, on a envie de parcourir des musées et de porter sans doute un oeil nouveau sur des toiles qu'on pensait connaitre.
Un livre plutôt bien fait, à destiner principalement à des enfants de niveau fin de primaire - début collège, mais aussi aux adultes qui, comme moi, n'y connaissent pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lejardindestephanie
  02 mai 2014
Chez Palette l'idée est de permettre à chacun de tremper le bout du doigt dans l'art, de le porter à la bouche et pourquoi pas d'y prendre goût...Parmi leurs publications, tu peux trouver des ouvrages destinés aux tous petits, aux très grands, des ouvrages thématiques, des rétrospectives: une palette de livres ouvrant le regard et l'esprit au monde de l'art.
C'est joli, c'est instructif, ludique et d'un accès facile.
Par l'entremise de Babelio, j'ai entre les mains une de leur dernière parution: Comment distinguer un chef- d'oeuvre d'une croûte?
Il s'agit d'un échantillonnage édifiant d'artistes et d'oeuvres adulés ou décriés, parfois les deux tour à tour. La présentation est aérée et variée, mélange de reproductions, de portraits, de citations et d'extraits d'articles de presse. Une introduction à la Mondrian met l'eau à la bouche du plus hermétique des lecteurs.
Époques et styles divers sont passés au crible: tu découvriras quelques "ratés" de grands peintres, et de belles réussites agrémentées de leurs dessous secrets.
Un beau voyage à travers la peinture et la sculpture...merci Madame Palette et Monsieur Babelio.
Lien : http://ausautdulivre.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
raynald66raynald66   06 mai 2015
Quand la conscience aura perdu l'habitude de voir dans un tableau la représentation de coins de nature, de Madones et de Vénus impudentes,
nous verrons l'oeuvre purement picturale

(Malevitch)
Commenter  J’apprécie          40
jovidalensjovidalens   18 avril 2014
Mais plutôt que "tout" voir, peut-être faut-il, de toutes façons, commencer par se perdre dans un musée ... avant de pouvoir s'y "retrouver" ... et y retourner !
Commenter  J’apprécie          40
jovidalensjovidalens   19 avril 2014
Si toute la création d'un artiste est signifiante, toutes ses oeuvres ne se valent pas.
Commenter  J’apprécie          40
raynald66raynald66   06 mai 2015
Les Beaux-Arts montrent leur supériorité précisément en ceci qu'ils donnent une belle description de choses qui dans la nature seraient laides ou déplaisantes.
Les furies, les maladies, les dévastations de la guerre, peuvent en tant que choses nuisibles, être décrites de très belle façon et peuvent même être représentées par des peintres

(Emmanuel Kant)
Commenter  J’apprécie          00
jovidalensjovidalens   18 avril 2014
On se sent presque obligé d'aimer ce qu'on nous montre...presque...car peut-on obliger à aimer ?
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : artVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
451 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre