AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Cendres de Marbella (62)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
koalas
  23 octobre 2017
Cité Ravel, Ziz petit dealer de 15 ans
a des rêves plein la tête :
la Porche Cayenne, la montre bling bling ,
la bourgeoise accro et  les lumières de Marbella...
Ses ainés lui ont appris la leçon :
si tu veux veux gravir les échelons
et ne pas finir en zonzon
tu ne dois pas faire de fausses notes...
Hervé Mestron lui n'en fait pas quand
il se met dans la peau d'un petit caid 
qui délaisse sa capuche pour un look
respectable qu'il se taille à sa démesure...
Ziz se met en condition, se fout la pression,
affronte les requins et les coquins mais hors
de question qu'il partage son paquet de Granola...
Mestron joue en solo le Boléro de la cité de Ravel et de Debussy,
de façon magistrale, tantôt speedée, cynique, acide, cash,
 trash, pétaradant...On en prend plein le caillou.
Sa nouvelle de78 pages défile d'un trait...presque sans morts.
Après Jérémie Guez et Eric Maravelias, il y a désormais
Hervé Mestron qui nous plonge le nez dedans...
Les cendres de Marbella...encore brûlantes !
Je remercie Babelio, Masse Critique et les Editions Antidata
pour cette très bonne nouvelle noire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
paroles
  25 octobre 2017
Bigre, j'aurais presque eu de l'empathie pour cet enfoiré de Mat ou de Ziz, prénom qu'il se choisit en fonction du lieu où il roule sa bosse et enfume les autres.
C'est qu'Hervé Mestron écrit foutrement bien et qu'il décrit la déchéance comme personne.

Ziz vit dans la banlieue parisienne. Son frère est en prison, belle carte de visite pour qui veut être introduit dans le milieu de la came. Il est en bas de l'échelle professionnelle, avant d'être vigile physionomiste il était guetteur. Mais Ziz a des rêves de grandeur et de propreté. Il voudrait grimper les échelons, se sortir de sa banlieue et « investir dans la légalité. » Alors quand le boss l'envoie travailler dans les beaux quartiers de Paris, qu'il goûte au luxe et fréquente le milieu bourgeois, il se dit que tout est possible. Mais voilà, le boss l'avait prévenu, avec les filles tu fais gaffe...

Cette histoire se lit très vite et d'une traite. Elle est écrite comme une page de journal intime. le seul narrateur et les seules pensées sont celles du jeune Ziz, beau gosse et mineur. On est troublé par les réflexions de ce jeune homme qui tantôt vous chavirent, tantôt vous écoeurent. Les milieux de la drogue et de banlieue y sont décrits de façon très réaliste. Je ne peux pas dire que l'auteur y dénonce les fonctionnements mais il se fait le témoin d'une certaine façon de vivre ou plutôt de survivre.

Bref une nouvelle qui vous remue les tripes et que je suis contente d'avoir reçue des éditions aNTIDATA, grâce à l'opération Masse critique de Babelio.

Lien : http://mes-petites-boites.ov..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
orbe
  22 avril 2018
Ziz est un petit dealer de sa cité. Un ado qui vit seul depuis l'incarcération de son grand frère.

Son seul repaire est Dick, son patron, qu'il faut contenter et servir et Elsa, une fille du XVIII qui se drogue pour remplir le vide de son existence.

Mais Ziz, lui, espère encore. Il cherche à sortir de cet engrenage qui finit souvent par la case prison ou encore par la mort.

Alors, il trafique encore plus tout en s'inventant une vie parallèle où il devient Mat, un agent immobilier. Mais peut-on réellement être libre ? S'extirper de la cité ?

Une nouvelle sombre et vive qui montre l'écartelement entre l'espoir d'un ailleurs et la difficulté de s'extraire de son milieu.

Ziz-Mat est un héros du présent. La question de la survie accapare toute son attention. Il ne connaît que les codes de la cité et en essayant de s'en affranchir il tombe forcément...

Cette histoire est donc aussi celle du langage et des conventions.

A découvrir !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
Commenter  J’apprécie          80
Jangelis
  04 avril 2018
On s'y attache à ce jeune dealer qui ne rêve que de devenir clean, sans en prendre vraiment le chemin, malgré tous ses efforts.

Je connaissais mal Hervé Mestron, avant le temps des râteaux. J'avais seulement lu, dans son abondante production, il y a plus d'une quinzaine d'années un polar du routard (Prise de bec au Québec) et en octobre Mystère au sous-sol.
Des ouvrages très variés donc, et en même temps, où l'on retrouve son empathie pour les gens mal dans leur peau, ou pas à leur place.

Quand j'ai reçu ce livre, j'avoue avoir un peu hésité, après avoir lu quelques pages pour me faire une idée.
Vraiment pas le genre de sujet que je lis habituellement, je continue ou pas ?

Et puis de page en page, je me suis comme je le disais attachée au personnage, et accrochée au texte.
Un langage assez inhabituel pour moi, mais un texte vraiment prenant, et très bien écrit.

"Ziz est un jeune homme intelligent, travailleur et ambitieux. Pas le genre à végéter dans sa routine professionnelle, mais plutôt à peaufiner un plan de carrière et à prendre les rênes de sa propre petite entreprise. le problème, c'est que son milieu professionnel, c'est la dope. le haschich, pour être précis. Et que les caïds qui tiennent son quartier ne sont pas forcément du genre à encourager l'innovation, et encore moins l'indépendance…"

Le texte est écrit à la première personne, et on entre dans la vie de Ziz, 15 ans, et qui n'a pas demandé à vivre là, ni de cette façon.
Mais c'est la seule chose qu'il puisse faire, alors, il essaie de la faire bien, d'être honnête dans son trafic, et rêve toujours d'en sortir un jour, quand il aura gagné assez d'argent pour passer à autre chose.
C'est beau, c'est poignant, on voudrait presque pouvoir l'aider ce petit gars.

Je remercie les Editions aNTIDATA, et M. Mestron, de m'avoir ainsi emmenée hors de mes lectures habituelles.
Lien : https://livresjeunessejangel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
zazimuth
  11 juin 2018
J'ai reçu ce court polar en service de presse et j'en remercie l'auteur, Hervé Mestron, et les éditions Antidata.
J'ai été heureuse de pouvoir découvrir cette facette de l'écriture d'un auteur que je ne connaissais que pour ses écrits pour la jeunesse.
Cela m'a replongée dans l'univers que j'aimais retrouver lorsque je lisais des épisodes du Poulpe par exemple. Une écriture et un style imagé, dont on garde les mots en bouche le temps d'en savourer la truculence, l'humour ou la causticité.
Le héros, Ziz, raconte la vie dans la Cité, ses codes, sa hiérarchie, son "commerce". Il a commencé gamin comme guetteur mais est devenu dealer et même dealer VIP.
Il aspire au pouvoir, à la classe, au respect mais...

Je garde de cette lecture un vrai plaisir des mots et de la langue au-delà de l'intrigue du roman.
Lien : http://toutzazimuth.eklablog..
Commenter  J’apprécie          30
Sharon
  06 juillet 2018
Je crois que cendres de Marbella est le sixième ouvrage que je lis d'Hervé Mestron, et ce ne sera pas le dernier. Ce qui me frappe chez lui, c'est sa capacité à aborder des sujets très différents dans ces romans ou nouvelles, et peu importe que ces sujets ne soient pas attirants, pas glamour. Prenez Cendres de Marbella. le narrateur/personnage principal/héros est un ado de banlieue, et déjà dealer chevronné. Il a d'ailleurs un plan de carrière tout prêt, des ambitions professionnelles avouées, des objectifs à atteindre aussi bien que s'il travaillait pour une société lambda. Il a également un modèle à suivre – ou pas : son frère aîné est en prison. le plus important est tout de même de se faire respecter de ses « clients », quels qu'ils soient.
Le tour de force de cette nouvelle est de nous plonger véritablement dans la peau de Ziz (ou Mat, selon les circonstances), de ses pensées, de ses contradictions. Non, il n'est pas amoral, il est pire encore. Il n'est pas question qu'il laisse qui que ce soit briser ses rêves.
La nouvelle est écrite comme Ziz parle, en une langue fluide et imagée, qui ne s'embarrasse pas de contraintes, une langue qui reflète, finalement, l'absence de règles avec laquelle il vit. A aucun moment l'on ne plonge dans le pathos, ce qui aurait été possible et, finalement, assez facile, plus facile que de nous montrer ce portrait sans aucun fard.
Ziz ? Un anti-héros pas comme les autres.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
viou03
  23 mai 2018
Une nouvelle sur le monde des cités, des trafiques, de la rivalité.

Avec cette nouvelle, je découvre la plume d'Hervé Mestron différemment. J'ai déjà lu deux de ses romans jeunes (L'aigle Noir et le Temps des râteaux) , celui est aussi destiné à un public jeune adulte mais le style, l'écriture tranche avec les deux précédents.
Ici, le narrateur Ziz vit en banlieue. La narration est à l'image du parlé de ces dernières : on a un langage fleuri, sans fioritures.

Du côté de l'histoire, on découvre la face sombre des banlieues avec ses crimes, ses trafiques, ses rivalités et sa survie.
Ziz nous montre ici qu'il est simple de vivre, de s'enrichir dans une banlieue mais il faut rester sur ses gardes.

J'ai eu un peu de mal avec le début de la nouvelle dû à ce style auquel je ne m'attendais pas. Très vite, je m'y suis faite et là la lecture est devenue prenante. On rentre dans le jeu de Ziz, de ses combines et on est curieux de découvrir comment tout ça va finir.

Une nouvelle originale par son thème : la vie, la survie au coeur d'une banlieue avec ses trafiques, ses combines. le tout traité par l'auteur de manière très réaliste par le style d'écriture et par les sentiments que Ziz partagent ici.

Lien : https://viou03etsesdrolesdel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HugoK_HC
  14 avril 2018
Cendres de Marbella raconte à la première personne et dans un langage très familier, la vie d'un garçon appelé Ziz, un petit trafiquant de drogue âgé de 15 ans. J'ai choisi comme passage un moment qui m'est resté en mémoire. C'est une période de découverte, du fait de la description du paysage où va ce dérouler l'action par le personnage principal. Il décrit une atmosphère assez dure dans le sens où l'on doit toujours être près à quelque chose comme l arrivée des policiers, un braquage ou plein de choses encore. Il nous décrit également les personnages de la cité (Ravel) où il habite. Il le fait de grade en grade c'est à dire en quelque sorte du moins influent au plus influent Dick. se dernier est le boss de la cité, son patron et, reconnaissant son dévouement et son sérieux, il lui conflit une tache lui imposant d'aller vendre sur Paris même. Grace à ça Ziz parvient rapidement à s'approcher de ses intentions pour mener une belle vie loin de la cité et de la drogue car il rêve de Porsche Cayenne, de costards de luxe, de montres en or et de Marbella.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2
  06 mars 2017
Le rêve halluciné du dealer de choc. Flamboyant, rageur et speedé.

Sur mon blog : https://charybde2.wordpress.com/2017/03/06/note-de-lecture-cendres-de-marbella-herve-mestron/
Commenter  J’apprécie          20
SarmelanS_HC
  07 mai 2018
J'ai décidé de critiquer ce livre afin de mieux éclaircir la situation. Tout d'abord ce que j'ai aimé c'est la façon avec laquelle l'auteur a écrit le livre version adolescent , en réalité le narrateur joue un rôle dans les faits, et les comportement et langages des adolescents pour nous faire aimer le livre. La deuxième partie, qui pourrait être intéressante, c'est tout simplement le style de l'écriture envers le lecteur mais c'est aussi le registre de langue adopté par l'auteur puis lu par le lecteur. La troisième chose qui pourrait nous inspirer, c'est que l'auteur essaye de nous rejoindre comme s'il voulait créer une société qui se nommerait la société d'adolescent(e) dans laquelle nous serons plongés sauf que cette fois nous serons plongés dans la jeunesse du livre voir dans la société. D'un point vu externe, cela nous fait illusion comme si nous étions en train de tourner un film, dont nous regardons l'action, se dérouler et d'interpréter le texte avec l'auteur qui y participe, dans un monde différent dans lequel il va essayer de retrouver sa jeunesse à l'aide du lecteurs. C'est pour ceci que ce livre m'as intéressé voir inspiré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le violoncelle poilu

Que se passait-il cette année là ?

la guerre de 39-45
les pâtes ont existé
la guerre de 14-18
la France est devenue indépendante

8 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Le violoncelle poilu de Hervé MestronCréer un quiz sur ce livre