AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Takalirsa


Takalirsa
  25 mars 2020
Le parcours d'un petit dealer de banlieue parisienne, entre espoir et désillusion.
J'avoue avoir été déstabilisée au départ par le style de ce court roman: non seulement Ziz utilise de l'argot propre aux cités, mais de plus il s'exprime de manière un peu désabusée voire agressive. Et puis peu à peu on s'y fait et on entre pleinement dans ce qui fait son quotidien dans la tour Ravel.

Ce qui marque avant tout, c'est le jeune âge du héros: à 15 ans, Ziz vit seul (son frère K. est en prison) et pour survivre, il oeuvre déjà pour Dick, le maître local du trafic de shit. Un système pyramidal que l'adolescent compte bien gravir grâce à son sérieux et sa discrétion: "Moi, à 12 ans, je montais la garde aux points stratégiques de la cité. A 14, j'étais chouff mobile. Je tournais sur un scoot pour donner l'alerte. Après je suis passé au deuxième grade de chouff: vigile physionomiste. Surveillance des alentours et filtrage de l'entrée des clients". Désormais Dick l'envoie dealer dans les quartiers bourgeois de la capitale. Pour les jeunes comme lui, la délinquance "tu nais dedans, tu ne vois rien d'autre et tu ne connais rien d'autre"...

Et pourtant Ziz "rêve d'un autre monde". Il trouve un emploi d'agent immobilier pour avoir "un pied dans la légalité". Il sort avec Elsa, "une petite fille modèle" du VIIIe arrondissement qui aime jouer les bad girls. Pour elle il est Mat, sorte de doublure fantasmée, propre sur lui avec sa cravate et sa voiture de fonction "chezsoi.com", les billets plein les poches. Sauf que "ce n'était pas les visites des apparts qui me faisaient vivre" mais bien les pochons de shit qu'il écoule dans les beaux quartiers grâce à son pass (et sa belle gueule) d'agent immobilier... Oui Ziz aurait voulu "que les choses se passent autrement", amasser suffisamment de thune pour se la péter à Marbella en Espagne comme tous les caïds qui ont démarré comme lui, mais la vie, le destin, ça tient souvent à peu de choses, à un coup de (mal)chance...

Plus le récit avance et plus on sent la fragilité de Ziz sous les mots arrogants et c'est ce qui en fait tout l'intérêt. Bien que les affaires fleurissent pour lui, l'adolescent ressent "un putain de grand vide": "J'ai beau avoir de la thune à m'en torcher le fion, je n'ai pas trouvé la façon de le placer. Je suis obligé de souffrir pour avoir l'air d'un mec normal qui gagne légalement sa vie". Mais mérite-t-il autre chose?
La fin est saisissante et donne envie de découvrir la suite!
Lien : https://www.takalirsa.fr/cen..
Commenter  J’apprécie          30



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (3)voir plus