AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1022706438
Éditeur : Bookelis (13/11/2015)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Deux ans se sont écoulés depuis que le cataclysme a ravagé la planète. Une nouvelle menace se fait sentir, ceux qui sont morts dans ce cataclysme refont surface et se font appeler les Chasseurs : ils déclarent vouloir en finir avec toute forme de société. Un nouveau monde se met en place dans une toute nouvelle configuration : les Communautés du Peuple. Marie, malgré le danger, fonde un espoir insensé, celui de retrouver ses deux petites filles et son mari morts dan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Wolkaiw
  04 mai 2017
Et si demain n'existait plus ? Un titre plutôt évocateur qui nous interroge, nous pauvres humains, sur notre existence. Que ferions-nous si le monde était voué à disparaître ? Quelles seraient nos réactions si le monde, tel que nous le connaissons depuis toujours, venait soudainement à basculer ? Autant de questions qui nous accompagnent avant ainsi que pendant la lecture.
Nous avons le plaisir de découvrir Marie, personnage central du récit, une jeune femme qui comme beaucoup d'entre nous a connu une vie tranquille, bercée par une douce routine. Sa vie a été brisée par un monde devenu apocalyptique, par la violence inouïe du changement. Tout au long du récit on essaie de découvrir les raisons d'un si grand bouleversement à l'échelle planétaire : des morts, un nombre incalculable de morts et une société qui doit se reconstruire. Les dégâts sont collossaux, il faut tout recommencer, réapprendre à vivre après la tragédie.
L'auteur nous décrit très bien l'organisation de cette nouvelle société, les communautés du peuple qui s'organisent afin d'aider les survivants, répondre aux besoins de tous, permettre à tout un chacun de retrouver un semblant de vie. L'histoire que nous suivons se situe deux ans après la catastrophe qui a ravagé la Terre, des habitudes se sont installées, un train-train quotidien semble presque pointer le bout de son nez. J'ai vraiment aimé découvrir ce monde, ce mode de vie, cette nouvelle organisation. Les relations entre survivants sont évoquées, chaque chose a un prix, un prix qui n'est pas celui de l'argent ( la monnaie a disparu ) mais plutôt un prix qui s'apparente à un service à rendre. En ce sens on en apprend plus sur Marie...
Marie, une femme pour laquelle les notions d'absence et de manque sont omniprésentes. Son mari et ses deux filles ont disparu et sont décédés dans la catastrophe, depuis une sorte de rituel s'est installé. Elle regarde, visionne et visionne encore les dernières images qu'elle a de sa famille, comme un moyen de combler le vide de leur absence. Ce plaisir secret et presque morbide a cependant un prix, un coût que je vous laisse le plaisir de découvrir. Je me suis attachée à Marie, j'ai compatis à son triste sort, j'ai eu envie de la voir sourire.
Un nouveau danger semble guetter les survivants du cataclysme, il s'agit des Chasseurs. Je vous avoue d'entrée de jeu que j'ai adoré le concept des Chasseurs! L'idée est super originale, j'en suis fan! Je ne vous dirai pas qui ils sont vraiment, je ne vous révélerai rien sur leurs origines pour ne pour spoil mais sachez que l'idée est vraiment géniale. Je peux juste vous dire que des survivants disparaissent mystérieusement et que leur disparition semble liée à ce nouveau groupe que l'on appelle les Chasseurs. Quand j'ai appris que le deuxième tome se consacrerait à une chasseuresse j'ai de suite eu envie de le lire. Diane, une chasseuresse très différente des autres, le genre de personnage que l'on a du mal à appréhender tant il semble complexe.
J'ai toutefois soulevé un bémol dans ce livre, il s'agit des scènes d'action. Autant quand l'auteur nous décrit les scènes de la communauté des peuples ou alors les scènes de la vie de Marie, le style est fluide, l'écriture limpide et agréable ; autant quand l'action se fait plus présente j'ai trouvé les passages un peu moins réussis. Je pense notamment au passage du début avec Jessica et Sophie mais aussi aux courses poursuites, j'ai eu plus de mal avec ces passages. C'était comme si la rapidité de l'action décrite devait se retrouver dans une certaine précipitation de l'écriture. Toutefois cela n'enlève à la qualité générale du livre, soyez rassurés!
Ce livre nous propose donc des idées vraiment intéressantes et originales, avec les chasseurs nous sommes assez loin des zombies, il s'agit de quelque chose de nouveau que j'ai vraiment apprécié. La lecture est très addictive avec des chapitres très rythmés, le lecteur n'a pas le temps de s'ennuyer. L'histoire se passe en France, que demander de plus ?
Vous l'aurez compris, ce livre est une belle découverte, les personnages sont travaillés et attachants, surtout celui de Marie qui est quand même au centre du récit. L'auteur nous propose un monde particulier, qui fait parfois froid dans le dos! J'ai très envie de découvrir le point de vue de Diane.

Lien : https://wolkaiw.blogspot.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
danikalichttrager
  03 août 2019
Hello les Lieblings, 🖤
Je vais vous faire non pas un mais deux retours à la fois. 😊 Les tomes I et II de "Et si demain n'existait plus ? " de Ludovic Metzker. "Marie" et "Diane".
J'ai lu le pack découverte et comme c'était un pack, j'ai commencé ma lecture sans lire les informations et la 4ème de couverture. A l'assaut...
Les livres sont rythmés par des descriptions et des explications entrecoupées de scènes d'actions. J'ai ainsi découvert qu'il n'y avait pas de dialogues ce qui n'ai absolument pas gênant. le ressenti des personnages est très bien retranscrit.
Les thèmes abordés sont la Mort, l'Amour, la violence, le sexe, le manque, le respect, l'environment, la vengeance, le mensonge, le cannibalisme...de bons ingrédients pour un beau cocktail.
"Marie" pose le décor et nous fait découvrir cet univers post-apocalyptique à travers l'histoire de cette femme et de sa quête. Deux communautés bien différentes sont présentées, la W C C avec les communautés du peuple et les chasseurs. Nous faisons connaissance avec une personne que l'on ne voudrait pas croiser à I'orée d'un bois : Diane.
"Diane" est le personnage principal du deuxième tome de cette trilogie. Plus j'avançais dans la lecture de celui-ci , plus je pensais au "Fléau" de Stephen King avec ce fossé et cette violence grandissante entre les deux camps. La situation est de plus en plus claire et les monstres ne sont pas forcément ceux que l'on croit. Ils sont partout comme le mensonge ! Cette fois, Katia nous est présentée, sa destinée fait l'objet du tome III que j'aurais le plaisir de lire prochainement.
Le style d'écriture de Ludovic Metzker est fluide. J'étais tout d'abord surprise du choix de l'auteur de ne pas inclure de véritables dialogues mais passée cette première impression, la lecture est tout aussi agréable que celle d'un livre en comportant. Tout en expliquant la situation, Ludovic Metzker nous invite au questionnement sur des sujets fondamentaux, c'est un écrit philosophique parfois moralisateur mais pas trop. Il m'a touché également par la beauté de ses descriptions que ce soit des paysages ou des sentiments et surtout par sa poésie.
Mais ne rêvez pas, vous n'êtes pas au pays des licornes ! Les scènes de violences sont elles aussi très bien décrites et leur soudaineté les font paraître d'autant plus cruelles.
Ces deux aspects d'écriture donnent un bel équilibre à cette aventure.
La question reste donc en suspens... Et si demain n'existait plus?
Je remercie Ludovic Metzker pour son travail et sa jolie plume. Prochain Rdv pour Katia.
🖤💀🌳🔪🍽/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marie-Nel
  30 août 2018
C'est le titre qui m'a dans un premier temps attirée. Dans les temps où on vit, avec le dérèglement climatique, tout le monde se pose beaucoup de questions sur notre futur et comment nous allons vivre, et nous sommes plusieurs, je pense, à se demander parfois « si demain n'existait plus ? », que ferions nous, sommes nous voués à disparaître ? Ludovic Metzker va traiter ici de ce sujet, de ce monde qui a disparu et de ce qu'il reste après.
La Terre a été frappée par un astéroïde provoquant un cataclysme qui a tout détruit du monde que nous connaissons. Certaines personnes ont pu survivre, nous suivons l'une d'entre elles, Marie. Celle-ci survit plus qu'elle ne vit, elle a en effet perdu son mari et ses deux petites filles. Elle apprend à vivre autrement en suivant les nouvelles consignes instaurées par les nouvelles institutions mondiales. Lorsque celles-ci annoncent la présence de « chasseurs », Marie se met à espérer que son mari et ses petites filles pourraient être l'un d'eux. Il faut savoir que les chasseurs sont une sorte de revenants améliorés, des personnes mortes revenues à la vie. Attention, ils sont loin de ressembler à tous ceux que l'on peut voir dans d'autres romans, ils sont « normaux », ressemblent aux humains qu'ils ont été, ont toujours la même force. La seule chose qui les différencie des vivants est qu'ils doivent se nourrir d'humains pour être ce qu'ils sont, ce sont des cannibales. Marie va donc partir à la recherche des siens, persuadée qu'ils font partie des chasseurs.
Je trouve que toute l'originalité de ce roman est justement dans ce que l'auteur a fait du monde des morts revenus à la vie. Ils sont souvent assez brutaux lorsqu'ils croisent des vivants, étant donné qu'ils ont besoin de leurs chairs pour vivre. Certaines scènes sont assez gores, avec les démembrements, etc.. mais ça ne m'a pas dérangée, l'auteur a tellement bien su les adapter à l'histoire que cela semble couler de source, comme un homme tuant et dépeçant un animal. Moi qui ne supporte pas d'habitude, j'ai réussi à lire sans problèmes !
La lecture se fait bien, le style est bon, Ludovic Metker a donné beaucoup de rythme à son roman, alternant des phases mouvementées à d'autres plus calmes. On est alternativement du point de vue de Marie, puis des chasseurs, ou encore des survivants. Tout cela mêlés avec des chapitres plus « philosophiques » où l'auteur parle d'un point de vue plus général de la situation et nous fait prendre conscience de ce que cela représente. Il inclut d'ailleurs des citations à son texte, elles rajoutent de la profondeur aux faits qui se sont déroulés, elles poussent le lecteur à réfléchir et se poser des questions, sur nous, sur notre mode de vie, sur les conséquences de nos actes. Un roman vraiment d'actualité. À noter le choix de la narration qui peut déranger certains, il n'y a pas de dialogue, moi j'ai apprécié, je ne m'en étais pas rendue compte tout de suite d'ailleurs, mais ça n'a gêné aucunement ma lecture.
Tout le long de ma lecture, je me suis demandée quelle fin l'auteur allait avoir construite, je ne m'attendais pas à cela, mais elle ne m'a pas déçue. Elle est dans la continuité des messages passés dans cette histoire. J'ai maintenant hâte de me plonger dans le second tome qui parle d'un personnage que l'on aperçoit sur la fin, je me demande bien ce que Ludovic Metzker a concocté avec...
J'ai apprécié cette lecture, hors du commun, hors du temps. C'est une histoire qui remue et bouleverse les pensées, c'est un roman où le lecteur est parfois malmené, il y a des scènes plus horribles que les autres, c'est je dirais, un roman qui représente bien la vie comme elle est, avec ses hauts, ses bas et ses travers. En tout cas, c'est un roman qui fait réfléchir et ça j'aime quand une histoire me pousse dans mes retranchements.
Je vais donc vite attaquer le second tome, je remercie Ludovic Metzker pour cette lecture hors norme et totalement addictive.
Lien : http://marienel-lit.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
beltane
  26 juin 2017
Ce livre végétait dans ma PAL (pile à lire) depuis un long moment. Depuis février (2017) pour être exacte. J'ai enfin pris le temps de le découvrir.
Nous suivons ici Marie, dans un univers dystopique post-apocalyptique. La Terre a été frappée par un astéroïde deux ans auparavant. Ce cataclysme a détruit une bonne partie du monde tel que nous le connaissons aujourd'hui. Marie a survécu, mais elle a perdu son mari et ses deux fillettes. Elle tente de réapprendre à vivre avec les nouvelles règles, imposées par le WCC, la nouvelle institution politique mondiale. Mais comme toutes les institutions politiques, la World Congress Community semble ne pas dire toute la vérité. Alors quand elle annonce la découverte des « Chasseurs », Marie ressent le besoin de vérifier certaines choses par elle-même.

Les nouveaux zombies ?
Des dystopies post-apocalyptiques, il y en a plein les rayons des librairies. Plein les télévisions. Plein partout. On nous sort du zombie à longueur d'année, avec plus ou moins d'efficacité, plus ou moins de recherche dans l'élaboration de la mise en scène, qu'elle soit littéraire ou audiovisuelle. Si ce roman sort un peu du lot, c'est grâce à son originalité dans le traitement du concept des morts-vivants. Ici, les zombies ne sont pas stéréotypés. Et non : ils ne grognent pas, ne boitent pas sur leurs deux chevilles cassées, et ne dévorent pas tout ce qu'ils trouvent à belle dent. Enfin pas tout à fait.
Et c'est rafraîchissant de lire un nouveau point de vue sur cette thématique. D'autant qu'il n'y a pas que ce point qui change un peu de l'ordinaire. Il n'y a aucun dialogue dans le livre. Et ça ne manque pas, tant la narration est, elle aussi, particulière. le narrateur donne le point de vue des hommes de notre époque, passe à celui de Marie, pour présenter, de temps à autre, celui des hommes d'après le cataclysme. Cela pourrait être désorientant, mais c'est bien structuré.
Chaque fin de chapitre est ponctuée d'une « citation ». Et c'est peut-être le seul point négatif que l'on pourrait trouver à ce premier opus. Les citations ont un côté moralisateur qui peut gêner certains lecteurs. Pour autant, cette technique est cohérente avec l'intrigue du livre et la plume de l'auteur est profonde en plus d'être originale. Associer une critique sociale à une conception imaginaire n'est pas nouveau, mais provoque parfois des maladresses, et Ludovic Metzker s'en sort avec brio.
« Et si demain n'existait plus » n'est pas un roman lisse. Il appelle les choses par leur nom. Il y a de l'émotion, positive, négative, de la violence, du sexe. Bref, c'est un livre sur la vie. Telle qu'elle est vécue par une partie de la population de nos jours. Tel qu'elle pourrait le devenir.

Lien : https://www.book.beltanesecr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Paauliine
  26 décembre 2017
Avant de commencer ma chronique, je souhaite remercier les Éditions BoD pour cette découverte !
J'ai très vite été décontenancée par l'absence de dialogue ; n'ayant pas lu la biographie de l'auteur avant le livre, je ne m'y attendais pas du tout ! Étonnamment, cela m'a moins dérangé que ce que j'aurais pensé. Je craignais de trouver le tout lent et ennuyeux, d'autant plus qu'il est rare de n'avoir aucun dialogue dans un tel ouvrage, fantastique post-apocalyptique. L'histoire était en effet prenante et la plume dynamique. J'ai fait le parallèle avec La route de Cormac McCarthy, où l'on retrouve un texte avec extrêmement peu de dialogue, où tout est dans l'écriture, sobre mais puissante.
L'univers créé par Ludovic Metzker est original ; suite à un cataclysme qui a ravagé la planète, la Terre a redonné vie à des millions d'individus qui souhaitent éradiquer toute forme de société. Ils se font appeler : les Chasseurs.
Le lecteur fait la connaissance de Marie, une rescapée, qui vit dans une des Communautés du Peuple mises en place suite à la catastrophe. Nous suivons parfois d'autres personnes qui se retrouvent en mauvaise posture sur le territoire des Chasseurs.
Ce qui est certain, c'est que je ne m'attendais pas à un récit aussi violent : il est question de torture, de viol, de tabassage, de mutilation, de sadisme… Cette intensité dans les actions et l'absence de dialogue me font conseiller ce livre à un lectorat mature.
Quant aux personnages, j'ai trouvé Marie un peu naïve parfois, mais touchante. Vouloir retrouver son mari et ses deux filles peut se comprendre, surtout après tout ce temps passé à les pleurer. Mais cela reste tout de même étrange, surtout lorsque les rumeurs accusent les Chasseurs de cannibalisme. Néanmoins, je ne sais pas comment je réagirai à sa place… Mais vouloir se jeter ainsi dans la gueule du loup peut paraître inconscient voire idiot.
Diane, elle, est une chasseresse, particulièrement sadique et violente. Les pires passages sont ceux la concernant ! D'ailleurs, le tome 2 porte son nom et une curiosité malsaine me donne envie de le lire simplement pour voir jusqu'où l'auteur va nous amener dans l'horreur. J'aimerais également en savoir davantage sur cette communauté, son origine, et sa façon de vivre.
La trame du scénario est ponctuée de nombreux passages souvent assez longs, où l'auteur s'interroge et approfondit certains sujets, comme la vie et la mort, l'amour, la maternité et la nature humaine. On s'éloigne alors de l'histoire principale, mais cela n'est pas déplaisant, même si, couplé à l'absence de dialogue, Et si demain n'existait plus ? devient encore plus « adulte » et je ne pense pas que j'aurais accroché si je l'avais lu adolescente.
N'hésitez pas à aller jeter un oeil à mon blog pour découvrir la suite de ma chronique :)
Lien : http://healingwords.fr/et-si..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   21 octobre 2016
Vivre, subir, souffrir et le tout en silence. Elle regrettait cela. Les bruits de ses enfants, le bruit de ce mari, le bruit de la vie. Oui, c’est cela, le bruit de la vie, celui qui vous réveille tous les matins, celui qui vient vous border durant votre nuit. Le bruit, ces étranges sons à qui nous en voulons, parfois. Ces cris qui nous agacent lorsque nous souhaitons nous replier sur nous-mêmes afin de nous rendre dans notre monde. Le silence, il faut bien se l’avouer, cela fait du bien. Et c’est lorsque ce silence se fait trop pesant que nous finissons par regretter ces petits riens, ces petits bruits. Ils sont un tout, un petit murmure, celui d’un mot doux, ces quelques cris, ces petits rires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
WolkaiwWolkaiw   04 mai 2017
Pour éviter de sombrer dans une solitude morbide, il peut nous arriver bien souvent de nous parler à nous-mêmes. Nous nous parlons, nous nous répondons. Nous cherchons à fuir par tous les moyens cette sensation qui semble se coller à nous telle une sangsue et qui tente de nous détruire à petit feu.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   21 octobre 2016
Certains souvenirs que nous avons en nous restent comme enfouis dans un recoin de notre cerveau. Ils ne sont pas effacés, ils ne sont pas effaçables. Ils sont juste mis de côté parmi une multitude de ce que nous amassons au fil de notre vie. Il suffit parfois d’un déclic, un élément qui devient la clé pour que ceux que nous pensions perdus reviennent au galop : un simple son, une image même floutée ou une vidéo et c’est alors que la magie opère. Tout revient très vite cherchant à vous rattraper et en vous criant : « attends-moi ! ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   21 octobre 2016
Nous nous prenions pour les maîtres du monde, ceux à qui rien ne pouvait arriver. Plus nous avançons et plus nous avons cette fichue confiance en nous, vous savez, celle qui vous fredonne la chanson de la victoire avec un tel engouement que vous ne pouvez que lui faire confiance. Après tout, ce n’est pas si mal que ça d’avoir confiance en soi, d’avoir confiance en nous, néanmoins, qui pouvait être ce « nous », en réalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   21 octobre 2016
Elle se caressa tout doucement. Elle était seule et la pudeur était partie depuis bien longtemps en emportant toutes ces présences dans cette maison. Elle laissa libre cours à l’imagination de son autre main. Il ne lui restait que peu de chose. Le plaisir, bien que solitaire, ne devait pas se soustraire à cette envie d’amour, de se sentir aimé, désiré.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : fin du mondeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
598 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre