AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 978B07KDK8W81
103 pages
Éditeur : (25/11/2018)
3.91/5   16 notes
Résumé :
« Dans les profondeurs d'une grotte, un groupe de touristes est retrouvé mort. Le seul survivant de ce massacre est un guide touristique qui pensait se faire un peu d'argent pour fêter dignement Noël. Possédé par une entité qui se prénomme « Nous », il découvre avec horreur que le monde sombre dans le chaos.« Nous » est en train d'envahir et d'anéantir les différents villages et ne compte pas s'arrêter en si bon chemin puisqu'il est déterminé à retrouver la place qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,91

sur 16 notes
5
8 avis
4
2 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
2 avis

LePamplemousse
  28 avril 2021
Il y a des livres dans lesquels on ne rentre pas du tout, soit parce que le style ne nous plaît pas, soit parce que l'intrigue n'est pas très originale, soit parce qu'on s'ennuie ou qu'on trouve l'ensemble fade....
C'est ce qui s'est passé avec ce court roman, pourtant le résumé me tentait, l'idée d'une visite touristique dans une grotte qui tourne mal, au point que tous les participants meurent sauf leur guide.
Mais très vite, ça devient n'importe quoi et la fin est inexistante, elle n'apporte aucune réponse à nos questions, je ne suis d'ailleurs même pas certaine de l'avoir comprise...
Commenter  J’apprécie          285
coquinnette1974
  15 février 2020
Je remercie énormément Ludovic Metzker pour m'avoir envoyé en service presse son roman La grotte.
Dans les profondeurs d'une grotte, un groupe de touristes est retrouvé mort.
Le seul survivant de ce massacre est un guide touristique qui pensait se faire un peu d'argent pour fêter dignement Noël.
Possédé par une entité qui se prénomme « Nous », il découvre avec horreur que le monde sombre dans le chaos...
La grotte est un roman noir court mais vraiment captivant, qui se dévore d'une traite.
Par contre, âmes sensibles s'abstenir car certaines scènes sont de vraies scènes d'horreur. Il y a de quoi être remué. J'ai l'habitude, cela ne m'a pas dérangé, au contraire je trouve c'est un roman très réussi grâce à ces scènes, qui font froid dans le dos.
J'ai pris plaisir à relire Ludovic Metzker. C'est le quatrième ouvrage que je dévore de cet auteur, un ouvrage différent de ces autres écrits mais qui m'a passionné tout autant.
L'histoire est bien trouvée, tout se tient, et c'est très bien ficelé.
J'ai apprécié l'histoire, le personnage principal, l'ambiance, les scènes d'horreur, bref tout m'a plu dans La grotte.
Si vous aimez les romans horrifiques foncez, La grotte est captivant et je lui met un énorme cinq étoiles :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Soukiang
  14 janvier 2019
Quand vous découvrez que le monde est en train de basculer dans une spirale inquiétante, du jour au lendemain, rien ne laissait penser qu'il y aurait à jamais un avant et un après, une ambiance qui vous met rapidement dans cette frontière troublante entre la réalité et le pire des cauchemars, entre le bien et le mal, je me suis senti rapidement embarqué dans une sorte de road-movie, je pourrai citer The Walking Dead et tous les films ou séries post-apocalyptiques, La Grotte est un condensé de plaisir de lecture qui alterne les rencontres surprises et les révélations qui viendront apporter des explications, comment les choses ont-elles pu déraper à un tel degré de violence, plonger le monde vers une telle débauche d'exactions, une lecture qui vous prend à la gorge dès les premières pages, c'est rythmé et jusqu'à la fin, tout est permis, tout reste à découvrir.
Après avoir lu et encensé le Mur du Temps "Roman exceptionnel, émotion pure garantie et au-delà de vos attentes !!!", découvrir une autre facette d'une plume talentueuse est toujours excitant quand elle aborde plusieurs axes, les dialogues sont excellents dans la subtilité du rapport à l'autre, cette sensation de coller dans une certaine résonance familière, des expressions que le protagoniste prend un malin plaisir à tourner en dérision, entre sarcasme et séquences désopilantes, entre l'effroi et l'aventure, réussir à garder un ton juste et sans artifice inutile, l'histoire prend le chemin d'une nouvelle conquête, celle qui fera avec un sens aigu des consciences, une construction habile pour mixer à la fois des vieilles légendes, des croyances les plus folles et cette angoisse qui commence à tout contaminer, le mystère s'épaissit pour tenter de comprendre et surtout d'enrayer cette épidémie, cette anomalie de la chaîne génétique, dans le fond comme dans la forme, des questionnements universels judicieux pour appréhender l'être humain sous toutes les coutures, imprévisibles, les liens familiaux, la thématique du couple d'aujourd'hui, l'envers du décor, un style qui contraste ses personnages face à leurs extrémités, il ne s'agit pas seulement d'un roman jubilatoire dans sa figure paroxistique d'une violence proliférée mais de poser la condition humaine sur un socle et de l'observer avec un oeil irrévérencieux, que sont devenus les valeurs apprises au fil des années, serions-nous tous des êtres pulsionnels ? L'état animal est-il si éloigné de son homologue humain ?
Mythologie quand tu nous tiens, la transmission du savoir des temps anciens, creuser pour tenter d'appréhender ce que nous sommes devenus aujourd'hui, les valeurs précieuses et intemporels en héritage, au-delà d'un récit sous haute tension avec une construction habile qui vous harponnera jusqu'à la fin, c'est regarder dans l'objectif l'évolution d'une humanité dans sa course frénétique et désespérée vers l'exploitation tout azimuth de toutes ses ressources.
Au détriment de ce qui constitue l'essence de la vie, l'amour et la liberté.
Cette énigmatique présence dont vous découvrirez combien il fascine tout en dérangeant n'est pas sans rappeler un visage commun, la cristallisation de toutes les émotions figurant au générique, dans ses différentes couches se superposent des prismes particuliers, des envies, des sentiments contradictoires, des surprises viendront se greffer pour soutenir cette dynamique effrénée, la violence est graphique à l'image de mangas, cela fuse comme l'éclair, dans sa métamorphose comme dans ses métaphores, un roman qui illustre parfaitement le plaisir que l'auteur veut nous faire partager, l'action, la désinvolture de son personnage principal rivalise d'audace et d'inventivité quand il s'agit de faire face à tous les dangers inopinés, l'arme ultime pour l'anti-héros par excellence, sa vision lucide d'un monde en pleine mutation, arborant un humour noir de tous les instants pour résister à la folie ambiante, tel celui qui n'avait rien demandé sauf à rester tranquillement au chaud la veille de Noël, il y a des jours où rien ne se passera comme une journée ordinaire de travail ...
Si l'histoire peut trouver tous les publics, l'idée d'écorcher certaines valeurs éprouvées, de faire grincer les dents devant l'impertinence et l'absolue vérité, tout le monde y passe et a droit à son quart d'heure de gloire, foncièrement divertissant, le fantastique et l'horreur font bon ménage, l'histoire n'oublie pas que dans les grottes, il ne faut pas mélanger les stalactites et les stalagmites, à vos risques et périls, tentez l'aventure avec les frissons garanties pour faire battre votre coeur dans une course endiablée à travers les champs de toutes les tentations, vous voila prévenu et bienvenue en ... enfer !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JHJM1905
  04 mars 2020
Un groupe de touristes composé de 10 adultes et 4 enfants suivent leur guide touristique dans les profondeurs d'une grotte quelques jours avant Noël. Sympa l'idée, ça crée une ambiance festive pour les fêtes qui approchent… Mais seul le guide sortira vivant de cette grotte maudite où un massacre sans nom a eu lieu quelques minutes plus tôt. Une entité nommée ‘'Nous'' a été libérée des entrailles de la terre et sème le chaos, la perversion et la haine partout sur son passage. Les humains, sous l'emprise du Mal avec un m majuscule, deviennent fous, s'automutilent et s'entretuent. Notre protagoniste se rappelle les contes et les légendes que son grand-père lui racontait lorsqu'il était enfant. Et si tout était vrai ? le cauchemar ne fera alors que commencer …
J'ai découvert l'auteur, Ludovic Metzker, avec ‘'Ils ont rencontré John'' et ‘'Matt Dubois : Les citrouilles ne sourient jamais'' et c'est toujours un immense plaisir que je replonge dans ses univers. Je retrouve encore une fois le côté fantastique qui me plaît beaucoup chez cet auteur avec une touche humoristique bien particulière. Personnellement adepte des romans noirs et glauques, je me suis régalée avec tous les détails sordides et violents du récit.
Au-delà même de la revisite d'un mythe, l'auteur glisse des notions imagées d'un pan de nos croyances religieuses (Adam, Ève et leurs fils) et c'est plutôt malin car Metzker ose, redéfinit les codes de la littérature. Pour les lecteurs, le plaisir que prend l'auteur à créer des histoires aussi folles qu'addictives est bien tangible.
Je suis fan ! Et heureusement que c'est une machine prolifique car il me reste encore plusieurs de ces titres à dévorer et je sais que d'autres sont à venir, yeah !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
canette
  31 décembre 2019
Je finis l'année avec mon retour sur « la grotte » de Ludovic Metzker. Ce n'est pas un thriller mais un roman noir qui ne laisse pas indifférent.
J'ai très rapidement lu ce roman non pas parce qu'il est court mais parce qu'il est très noir et addictif.
Dans une grotte, où le narrateur accompagne une bande de touristes, la folie s'empare du groupe. Tous s'entretuent et seul le personnage principal arrive à s'en tirer.
A partir de là, il va faire la connaissance de « Nous » pour son plus grand malheur. Et « Nous » est très en colère.
« Nous « est une entité qui va devenir le compagnon de route du narrateur. Cette force démoniaque pousse les humains à s'entre tuer.
Avec une plume hyper addictive, Ludovic parvient à mêler récit quasi apocalyptique et références bibliques.
Certaines scènes sont gores à souhait, mais presque jouissives tellement elles sont visuelles. Je retiens celle de la femme du narrateur. Cette dernière est tellement méchante avec son mari que j'avoue, j'ai aimé ce que « Nous » lui fait endurer !
Et c'est ça , je pense, le défi lancé par l'auteur. Arriver à nous démontrer que nous sommes tous capables de tuer un jour, de pousser à tuer et d'aimer ça. Mon prof de psychiatrie criminelle, un jour, lors d'un test où les résultats m'ont fait flipper m'a dit « Tuer est très facile, mais savoir qu'il ne faut pas le faire est un combat de tous les instants car il suffit d'une étincelle, d'un jour pas fait comme un autre pour basculer ». L'auteur nous démontre que notre instinct animal n'est pas bien loin. Cet instinct animal qui nous pousse à ressentir une certaine excitation face à la violence.
Dans ce roman, « Nous » est universel et renvoie à énormément de choses. et finalement ce narrateur qui n'a pas de prénom est aussi un peu moi, vous...Nous!
« La grotte » est le 3ème livre que je lis de Ludovic dans 3 univers différents. Me reste à découvrir tous ses autres romans !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   25 novembre 2018
On s’aime étrangement.
On s’aime parce qu’il faut faire bonne impression devant les autres et que c’est toujours mieux que de se foutre sur la gueule. Ce soir, en regardant la télévision, elle doit se dire que pour une fois, à mon retour, j’aurai un sujet captivant à lui raconter et ainsi, lui faire « son hiver ». C’est ce qu’il se dit quand quelqu’un devient subitement passionnant.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 novembre 2018
Il paraît que les journalistes ont déjà un titre racoleur. Ils aiment cela, une « UNE » qui aguiche comme une prostituée sur le trottoir : ça donne envie… ou pas ! Le sensationnel, ça fait vendre et là, ils vont être servis. Contrairement aux filles de joie, je ne serai pas payé. Du moins, je n’ai jamais vu des morts venir régler une dette.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 novembre 2018
Drôle de manière de me dire de la fermer et de m’occuper de mes oignons. Je hais cette expression. Je n’ai pas d’oignons sur moi. Je ne sais pas qui invente de telles phrases, mais je les trouve stupides.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 novembre 2018
J’ai vu aujourd’hui l’horreur dans toute sa splendeur.
J’ai vécu l’impensable ou plutôt… « j’ai survécu ! » serait le terme exact parce qu’en réalité, c’est de cela qu’il s’agit : la survie !
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   25 novembre 2018
Y a des mecs, ils sont chanceux : ils chopent la bonne femme qui fait tout à la perfection.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : horreurVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
755 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre

.. ..