AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756010634
Éditeur : Delcourt (13/03/2008)

Note moyenne : 3.24/5 (sur 19 notes)
Résumé :
- T'es déjà morte?
- Comme tu dis, chéri. je suis déjà morte une fois. Je suis morte le jour où Jedediah Cooper est arrivé en ville.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  31 mai 2013
A ma droite, Jude Stanton, l'impitoyable shérif qui fait régner la loi sur sa bonne ville de Bartlesville, dans l'Oklahoma.
A ma gauche, Jedediah Cooper, de son nom d'emprunt, jeune homme ambitieux qui vient d'abattre froidement deux hommes, enfin, c'est ce qu'il aime faire croire, et qu'il vient de déposer au coeur de cette même ville.
Au centre, Rosie, une jeune pute habituée aux rencontres hasardeuses, parfois malheureuses, comme ce jour où elle s'est pris une balle en plein dans le visage et qui l'a défigurée.
Elle sera le témoin de cette première rencontre entre ces deux hommes que tout semble opposer. Puisque l'un ne veut pas rendre les armes et se laisser prendre et que l'autre compte bien imposer ses choix, une deuxième rencontre, surement fatale pour l'un d'eux, aura alors lieu au petit matin.
Lequel des deux survivra à l'autre?
Richard Guérineau et Henri Meunier nous ont concocté un bien bel ouvrage, style film à la Eastwood, un bon western à l'ambiance vraiment réussie et savoureuse, du début à la fin. Laissant planer le doute sur l'identité de Cooper, cavalier bien mystérieux, ils ont réussi à nous entrainer avec eux dans ce duel cruel opposant ces deux hommes. Dans une atmosphère éprouvante, rendue possible grâce au dessin précis et somptueux et aux couleurs sombres, l'ambiance devient de plus en plus pesante et les auteurs jouent beaucoup sur la psychologie des personnages. Cette histoire au scénario finement ciselé tire dans le mille!
Après la nuit... tout simplement lumineux...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Crossroads
  04 janvier 2013
«  L'un de nous deux est de trop dans cette ville , étranger ! « 
Que celui ou celle qui n'a jamais entendu cette phrase emblématique balancée par un cow-boy mal rasé , le cigarillo au bec et le doigt sur la gâchette , prêt à faire parler la poudre dans le soleil couchant d'un western spaghetti magistralement tourné par un Léone encore et toujours très inspiré , me balance la première – toute petite , petite – pierre !
Propos qui , à lui seul , pourrait pleinement résumer ce one shot - terme collant parfaitement au contexte – de très belle facture ! Si j'osais , j'dirai qu'il est trop de la balle !
Deux personnages que tout oppose ! Deux êtres hors norme luttant pour la suprématie du territoire !
Deux individualités antagonistes prêtes à en découdre , légitimant ainsi cette fameuse maxime du philosophe contemporain Brogniart , Denis de son p'tit nom : «  et à la fin , il n'en restera qu'un ! «  .
Le shérif Jude possède la sale réputation de tenir son p'tit monde d'une main de fer ! La tranquillité de Bartlesvile est à ce prix . Aussi , lorsqu'il voit débarquer cet étranger mutique semblant manier le colt beaucoup plus rapidement que le verbe , le duel semble alors inévitable . D'autant plus que ce prétendu Jedediah Cooper bouffe supposément déjà les pissenlits par la racine depuis quelques années , convié à ce festin de roi par l'ami Jude en d'autres temps !
L'on pourrait s'attendre à un bête règlement de compte entre deux bourrins roulant à la testostérone .
Là , j'ai envie de dire «  halte au feu , les balles sont creuses ! «  . le propos est bien plus intelligent et dramatique qu'il n'y paraît ! Respectant tous les codes des westerns de légende , Meunier et Guérineau font la part belle à un scénario plutôt mystérieux qui ne dévoilera sa quintessence qu'à la toute fin , et quelle fin...
Joli coup de crayon , couleurs chaleureuses , dialogues ciselés alternant avec des pages en étant totalement exemptes. le tout se tient magistralement pour offrir au lecteur un réel moment de plaisir !
Une BD de genre parfaitement maîtrisée . Un western exsudant une tension de tous les instants qui va crescendo jusqu'au dénouement des plus surprenant ! Stetson l'artiste !
Après la Nuit , revient l'aube rougeoyante et son cortège de fantômes...
http://www.youtube.com/watch?v=R76URfXE_ck
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
jamiK
  17 octobre 2017
On retrouve l'ambiance des westerns classique, 3h10 pour Yuma (version des années 50), le train sifflera trois fois, L'Homme des Hautes Plaines, Impitoyable... Un homme qui semble un chasseur de prime arrive dans une petite ville avec deux cadavres de bandits recherchés, puis il entre dans la ville sans laisser ses armes à l'entrée de la ville. S'en suit des moments de tension, d'attente, avec quelque flashbacks qui viennent agrémenter l'histoire et compléter les personnages, peu de dialogues, et assez peu d'action, huit scènes et trois flashbacks, un par personnage. le dessin est plutôt léché, avec un beau travail sur les contrastes, un choix chromatique audacieux malgré un rendu numérique un peu trop visible, technique et artificiel : Un travail au pinceau, plus brut, plus agressif aurait rendu l'ambiance plus vivante, plus vibrante encore. Mais la réussite tient surtout du côté ambigu des personnages, le shérif invincible, la putain défigurée et l'aventurier taciturne, je vous laisse trouver votre héros parmi les trois, ... le scénario est bien ficelé, et loin d'être conventionnel, j'avoue que j'ai été surpris... agréablement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
Petitebijou
  04 septembre 2013
Amateurs de western, vous allez adorer… mais attention, on n'est pas dans le western-spaghetti, gentiment parodique, non, on est au coeur d'un western-existentiel, qui frôle par instant la tragédie grecque : les héros questionnent leur destin dans des monologues philosophiques, puent la mort même vivants.
Pour autant, on est bien dans les codes du western, dans la filiation de « Rio Bravo » ou du « Train sifflera trois fois » : un shérif, une ville paumée, un saloon, une entraîneuse défraichie, un chasseur de primes, un duel à l'aube, etc…
Cependant, les héros sont non seulement très fatigués, mais il n'y a pas aussi clairement que dans les films de Howard Hawks ou John Ford les bons et les méchants. Notre superbe shérif, magnifique de prestance avec ses longs cheveux ondulés, autoritaire et glacé, est loin d'être aussi pur qu'on pourrait le croire au début de l'histoire.
La pute au grand coeur et sa gueule défoncée est une grande manipulatrice (dans tous les sens du terme…).
Celui par qui le drame arrive (car il faut toujours un instrument au destin pour frapper au coeur de la cible), jeune et beau, possède une identité des plus fluctuantes et traîne une vocation suicidaire accrochée à ses colts.
J'ai lu cette bd avec une certaine fascination. le récit est lui aussi torturé, avec des flash-backs énigmatiques et métaphysiques ponctuant l'histoire de réflexions tragiques. Au niveau du dessin, l'entreprise est tout aussi réussie : le trait est précis, les personnages soignés avec réalisme. Les décors, que ce soient les rues de la ville, le saloon, le bureau du shérif, la chambre d'hôtel, la nature environnante, sont remarquablement évocateurs du mythe du western. Pour chaque décor, une couleur domine, bleu pour les rues au petit matin, rouge-orangé pour l'intérieur du saloon, marron pour la chambre, etc…
Une fois l'album refermé, après ce voyage un peu onirique, âpre et violent, j'avoue ne pas avoir tout compris à l'histoire. Mais j'ai été emportée par son souffle qui n'est pas exempt de relents épiques. La critique de Lehane-fan est plus précise et complète que la mienne, n'hésitez pas à la lire. Nul doute que vous aurez envie ensuite de vous plonger dans « Après la nuit » et que vous ne le regretterez pas.

Lien : http://parures-de-petitebijo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Lagagne
  13 novembre 2017
En fait j'aime les western. Je m'en suis rendu compte sur le tard, avec des romans. J'ai donc voulu tester en BD (un jour j'essaierai en film, promis). Et c'est encore une réussite. L'ambiance assez lourde, pleine d'attente et de mystère, les personnages ambigu, le trait franc, les couleurs ocres...tout m'a plu. Entre le sheriff voyou, la pute défigurée et l'inconnu ténébreux mon coeur balance.
Et le scénario est surprenant, totalement inattendu. Une vraie surprise !
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
mikaelunvoasmikaelunvoas   01 janvier 2019
L'honneur disait mon père est une jolie fadaise qui habille bien les morts !
Commenter  J’apprécie          20
mikaelunvoasmikaelunvoas   01 janvier 2019
- Laisseriez vous entendre que j'ai besoin d'un bain Engelman ?
- Je plaisante Robert !
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Henri Meunier (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Meunier
Payot - Marque Page - Henri Meunier - Les sept soeurs Dolly
autres livres classés : westernVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les indiens d'Amérique du Nord

Publié pour la première fois en 1970 aux États-Unis, ce livre de Dee Brown retrace les étapes de la Conquête de l'Ouest et les massacres des indiens entre 1860 et 1890 :

Enterre mon corps Wounded Knee
Enterre mon cœur à Wounded Knee
Enterre mon âme à Wounded Knee
Enterre mon esprit à Wounded Knee
Enterre mon scalp à Wounded Knee

10 questions
150 lecteurs ont répondu
Thèmes : conquete de l'ouest , far-west , western , ute , navajos , Nez Percé (Indiens) , comanche , Apache (Indiens) , Cheyennes (Indiens) , Sioux (Indiens) , indiens d'amérique , littérature américaineCréer un quiz sur ce livre