AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2265116483
Éditeur : Fleuve Editions (11/05/2017)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Béa, Chris et leurs deux rejetons de presque vingt ans sont charmants, sportifs, talentueux et, surtout, ils forment une équipe complice.

Voilà une famille qui a le bon goût dans le sang, chérit les matières nobles, les fruits du marché, le poisson jeté du chalutier, la tape amicale dans le dos des braves. Voilà une team unie qui porte haut les valeurs d'authenticité, d'équité, d'optimisme. Les Moreau – c'est leur nom – ne perdent pas une miette de le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
stokely
  06 juillet 2017
J'avais eu un gros coup de coeur pour le précédent livre de l'auteur les Ravagées j'étais curieuse de lire le second livre de Louise Mey et je l'attendais impatiemment.
Mais malheureusement pour moi celui-ci a été une grosse déconvenue à mes yeux et pourtant le début était prometteur une famille en vacances en Bretagne, leur fille qui disparaît. Tout pour me plaire avec un huis clos angoissant et pourtant vers la moitié du livre j'ai décrochée.
Es-ce le fait que ce soit plus un roman noir qu'autre chose, en tout cas je n'ai pas adhérer aux personnages, j'ai trouvé que ce livre ressemble beaucoup à Les Infâmes de Jax Miller que j'avais également détesté.
Des personnages caricaturaux au possible, un récit plus que brouillon, même la fin parait grotesque, une vraie déception surtout que Louise Mey est capable d'être beaucoup mieux à mes yeux.
Le récit est court, ce qui sauve le livre je pense qu'avec plus de pages je l'aurais abandonné.
Je suis d'autant plus déçue que ce livre m'a été offert, c'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle il n'a pas trainé dans ma Pal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
llena
  27 août 2017
Ils sont beaux, riches, sportifs, écolo, bonne situation professionnelle, vraie complicité, bref la famille parfaite. Et cette famille parfaite arrive même à organiser un week-end sur une île bretonne quasi inaccessible.
Mais dans quoi je me suis embarquée ?! J'avoue le parfait m'ennuie, je ne sais pas pourquoi mais c'est ainsi. Et c'est avec une lenteur, calculée, que Louise Mey nous dépeint ces premières heures insulaires. On est loin de l'entrée en matière rapide du premier roman, Les Ravagées.
Mais c'était sans compter ce twist que je me suis pris dans la tête. Les pages se mettent à tourner plus vite, je ne peux plus les lâcher et hop je suis prise dans les filets de Louise Mey !
Je ne veux rien ajouter par rapport à l'histoire afin de rien dévoiler.
Un bon roman et une auteure que je suivrai avec plaisir.
Commenter  J’apprécie          120
Mosaik
  15 juillet 2017
Béa, Chris Moreau et leurs enfants Bastien et Marion, représentent la famille idéale. Ils mangent bio, consomment responsables. Ils ont appris à se défendre, à se repérer en forêt et sont très soudés. Avant de se lancer à corps perdu dans le travail pour les parents et les études pour les enfants, la famille décide de s'octroyer 3 jours de détente sur une île, loin de l'agitation de la ville, afin de se retrouver en famille et respirer le grand air. Mais un soir de mauvais temps, alors que son frère et ses parents étaient partis en ballade, Marion, seule dans leur maison de location, se fait enlever. Commence une quête effrénée de sa famille pour la retrouver. Ils ne reculeront devant rien, même s'ils doivent retourner toute l'île, ils ne repartiront pas sans Marion.
Je découvre Louise Mey avec ce thriller et il ne m'a pas laissé indifférente. L'écriture est fluide, il n'y a pas de temps mort et le fait que l'histoire se passe sur une île, pourrait nous rendre claustrophobes. Et oui, quand on découvre ce qui attend les différents personnages et sachant qu'avec le mauvais temps les communications sont coupés et l'accès à la terre ferme impossible, l'angoisse monte d'un cran.
Tout est bien présenté. La communauté très soudée de gens qui vivent sur l'île, leur quotidien, ça donnerait presque envie de nous y rendre. J'ai bien dit "presque", car on comprend très vite que si la communauté reste soudée c'est qu'elle a ses raisons et ses secrets. Quant à la famille Moreau, ils sont l'archétype de la famille parfaite. Frère et soeur qui se taquinent mais s'adorent, des parents qui s'aiment, qui aiment la vie et veulent partager les meilleurs moments en famille. On prend vraiment plaisir à les découvrir.
Je peux difficilement parler de l'intrigue ou de l'évolution de l'histoire car cela gâcherait votre plaisir. Car oui, l'auteure m'a bien eu. Je n'ai compris qu'à la fin toute la complexité de l'histoire et j'adore ça, quand le final est à l'opposé de ce à quoi je m'attendais.
Si la couverture aurait pu être mieux travaillé, elle colle néanmoins avec l'histoire.
Embruns est un thriller que j'ai apprécié de par les retournements de situations et l'histoire pas banale vécue par cette famille. le seul regret serait de ne pas en savoir plus sur cette famille avant son escapade sur cette île.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Gaiange
  05 juillet 2017
Ce roman est plus qu'un coup de coeur. Ce roman est une claque.
Avez-vous lu Les dix petits nègres ?! Si oui et que vous avez aimé, je vous conseille de suite de lire Embruns.
Embruns c'est les Dix petits nègres revisité au pays des surhommes et de la perfection. Un huis clos angoissant sur cette île de Bretagne aux allures de perfection pour la famille parfaite des Moreau.
Ce roman pourrait en ennuyer plus d'un par sa construction lente et un peu évasive. Personnellement ce genre de roman, j'adore... une angoisse, une pesanteur suffocante, un malaise constant se ressent rapidement. Même si l'auteure arrive à nous perdre sur le but premier de cette histoire en nous racontant la vie parfaite, de cette famille presque ennuyeuse tellement elle est parfaite, on veut savoir. on se prend au jeu du page turner, pour le lire sur une après midi et se dire wouahhhh, tout mais pas ça, elle m'a eu en beauté, en refermant la dernière page.
Des chapitres courts, même très courts. Des dialogues secs, l'auteure ne va pas dans la demie mesure. On se laisse prendre au jeu du chat et la souris, qui de nous ou des personnages est la souris ?!
Des descriptions qui donnent un réalisme visuel parfait. On voyage, nous sommes en Bretagne le temps de 336 pages. On se laisse conter cette histoire, comme une histoire pour enfant, mais une histoire que tout le monde ne doit pas avoir entre les mains.
Lien : http://les-mots-de-gaiange.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Sourisetdeslivres
  20 juin 2017
J'ai hésité entre 4,5/5 et 5, ce sera un 5, car je me suis fait avoir, je n'ai rien vu venir et pourtant je suis difficile à berner.
Premier chapitre : une jeune femme est enfermée, attachée, un homme lui donne une bassine, elle sait ce qu'il va se passer, nous, lecteurs on s'en doute.
Ensuite nous suivons la famille Moreau, ils partent en vacances le temps d'un week-end de juillet sur une petite île de Bretagne. À peine peuplée.
Béa, Chris et leurs enfants, Bastien et Marion, forment la famille parfaite, les parents s'aiment comme au premier jour, ils réussissent tous deux leurs carrières respectives, architecte pour Bea, rédacteur en chef d'un magasine pour Chris.
Leurs enfants font leur fierté à 22 et 17 ans ils sont bien partis pour suivre l'exemple de leur parent.
Une famille bon chic bon genre, sensible à l'écologie, respectant la chaîne alimentaire bref des gens charmants, bien sous tout rapport.
Ils passent un séjour tranquille, loin du tumulte de leur vie, pas de GSM, il n'y a pas de réseau que l'île, tant mieux ils passeront plus de temps à 4.
S'ils sont sur l'île, c'est aussi pour aider Marion à combattre sa phobie de l'eau.
Dès le premier jour c'est décidé, ballade en famille, promenade sur la plage, bon repas de poissons frais.
Le second jour, le temps se gâte, Chris, Béa et Bastien partent quand même en balade, en rentrant ils ne retrouvent pas Marion censée préparer le dîner pendant leur ballade.
Où est-elle ? Elle si obéissante n'a même pas laissé de mot expliquant à ses parents où elle allait.
Béa n'y croit pas, sa fille n'a pas désobéi, elle est persuadée qu'elle a été enlevée.
La tempête fait rage dehors, la nuit n'est pas encore tombée, mais il fait déjà noir, la pluie, le vent, tous les éléments semblent ligués contre eux.
Ils vont recevoir de l'aide de quelques habitants de l'île, on recherche Marion activement, à l'ancienne car pas de téléphone, plus d'électricité.
Louise Mey vous entraîne dans un huis clos incroyable, vous tournez les pages pour savoir le fin mot de l'histoire.
La jeune fille du début est-ce que c'est Marion ?
La sensation d'angoisse est renforcée par ce temps, la tempête, la vraie, il fait noir tout le temps.
L'alternance des points de vue renforce encore la vitesse de lecture, des chapitres courts donnent au récit un rythme effréné.
Soyez assuré d'avoir quelques heures devant vous avant de le commencer, si vous le lisez au soir (comme moi) la sensation d'oppression est encore plus présente, j'étais complètement dans le roman.
Je ne l'ai pas arrêté, il me fallait avoir le fin mot de l'histoire, qu'était-il arrivé à Marion, cette si gentille jeune fille.
Les Moreau semblent garder tout le temps leur sang-froid, ils vacillent quelque peu quand Marion disparaît, mais très vite ils se ressaisissent. Surtout Béa le pilier de la famille.
Une psychologie bien développée même s'il m'a manqué de petites choses par-ci par-là.
Arrivons à la fin, cette fin, ces 50 dernières pages OMG j'ai relu 2 fois un passage pour être certaine d'avoir bien lu.
L'auteure m'a roulé dans la farine, avec une de ces facilités.
Rien vraiment rien n'aurait pu éveiller un soupçon, j'ai émis trente-six mille hypothèses j'aurais pu encore essayé, si j'ai eu un doute sur un personnage, ce n'était sûrement pas sur le pire.
C'est frustrant quand on lit un tel roman et qu'on ne peut pas en dire plus, mais waouhhh ce twist, ce retournement de situation !!
En résumé à lire si vous aimez les thrillers psychologiques, les huis clos, les romans mêlant les agneaux et les monstres.
Une auteure à suivre, je n'ai pas encore lu son premier roman : les ravagées, il est dans ma bibliothèque je vais très vite le sortir. Il est sorti en poche chez les éditions Pocket si vous êtes intéressés.


Sans être un coup de coeur pour les quelques explications que j'aurais aimé avoir, et encore je pinaille sur des détails, ce livre est parfait.
Embruns de Louise Mey - Fleuve Édition - 336 pages, 18,90€ - Thriller psychologique - Sorti le 11 mai 2017
Lien : http://luciebook.blogspot.be..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          23
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
YdamelcYdamelc   09 juin 2017
Ils ne pourraient que survivre. Ils ne pourraient que retrouver leur chemin. Elle ne pourrait aller que bien. Il ne pourrait que jamais la laisser. Regarde, regarde, regarde, je suis là.Tu vois, tu sens, on se collera, et puis alors, et puis même, tu sais qu'au pire, on aura froid et c'est tout. Et puis même, et puis au pire, on attendra demain, qu'il fasse grand jour. Et puis même, et puis au pire, forcément, quelqu'un, un chemin, jamais, jamais, regarde, regarde comme je te tiens, je te tiens dans mes bras, tu sens, ma peau qui fait du chaud contre la tienne, on fera une cabane, j'ai mon couteau, on dormira, regarde, regarde mes mains qui se ferment sur tes mains, au pire j'aurai froid, et toi pas, voilà.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
llenallena   06 août 2017
Le résultat, c'était qu'ils voyageaient léger, et qu'ils dépensaient l'argent ailleurs. "La seule surconsommation qui ne me dérange pas, déclarait Chris, c'est celle de la culture."
Expos, cinés, voyages. Chris et Béa étaient conscients d'offrir à leurs enfants un luxe de découverte.
Commenter  J’apprécie          50
autres livres classés : sociopatheVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Louise Mey (1)Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1181 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .