AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266286439
Éditeur : Pocket (24/05/2018)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 63 notes)
Résumé :
Béa, Chris et leurs deux rejetons de presque vingt ans sont charmants, sportifs, talentueux et, surtout, ils forment une équipe complice.

Voilà une famille qui a le bon goût dans le sang, chérit les matières nobles, les fruits du marché, le poisson jeté du chalutier, la tape amicale dans le dos des braves. Voilà une team unie qui porte haut les valeurs d'authenticité, d'équité, d'optimisme. Les Moreau – c'est leur nom – ne perdent pas une miette de le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (46) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  02 août 2018
Est-ce que les dernières pages d'un livre peuvent rattraper une lecture laborieuse ?
Malheureusement non. Si la révélation finale est une bonne idée en soi ( bien que déjà lu ), quel effort pour y arriver !
Très vite tu comprends que la famille surparfaite, tellement caricaturale entre ces pulls en cachemire sur les épaules et ses repas aux graines bobo, n'est pas aussi clean que cela, tu espères fortement que ton intuition ne t'a pas trompée car t'as envie de les tarter, les quatre ! T'espères aussi que les " bouseux " ( décrits comme tels ) sont moins " cons " qu'ils n'y paraissent.
Sauf que ces tergiversations durent plus de trois quart du bouquin et se déploient dans une écriture poussive écrite à la va-vite consommable.
Sauf je me suis terriblement ennuyée, que j'ai tourné les pages en mode pilotage automatique. Heureusement, quelques pointes d'humour 3ème degré m'ont sortie de ma torpeur.
Sauf que j'ai eu l'électrocardiogramme à plat, pas la moindre palpitation, aucune tension généré alors que je ne t'attendais que cela , le comble du thriller !
Sauf que je n'ai pas cru un chouïa à la révélation de fin, presque grotesque et invraisemblable ( et je n'ai rien contre un poil d'invraisemblance, quand c'est bien amené, je croirai à n'importe quoi comme chez Grangé )
Bref , je suis complètement passée à côté de ce livre.
Lu dans le cadre du jury Prix Nouvelles voix du polar Pocket 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
Stelphique
  11 août 2018
Ce que j'ai ressenti:
Coincés sur une île…
J'ai toujours adoré les histoires insulaires…Et les huis-clos salés. Embruns avait donc tout pour me séduire…
Louise Mey décide de faire partir la famille Moreau, en weekend détente, dans une maison au charme breton…Idyllique, la cellule familiale et cette perspective de vacances…Paradisiaque, le cadre…A MOINS QUE…
Il se pourrait bien que le charme perde de sa beauté, au fur et à mesure des heures qui passent, que le vent fasse disparaître les fillettes, que la terre avale le sang, que l'océan engloutisse les peurs…Ne laissant que dans le paysage, un brin de carnage…
ll se pourrait bien aussi, que les apparences soient plus que trompeuses, que les failles se craquellent, que les angoisses resurgissent, que les monstres se révèlent…
« -Commence plutôt à te creuser la tête pour trouver un moyen de se barrer d'ici. »
Embruns
Je reste sceptique sur le choix de ce titre. Avant ma lecture de ce roman, j'ai recherché la définition exacte de ce mot et j'ai entrevu une certaine promesse de poésie…Que je n'ai pas retrouvé dans les pages de ce polar…En revanche, on est vraiment dans un page-turner efficace, aux chapitres courts, tendus et tout aussi cinglants, que les vagues qui frappent cette île-Haricot. Il se lit à l'instar de la tempête qui fait rage, dans une ambiance de tension permanente, à essayer de cerner d'où le danger pourrait advenir…Tu t'en prend plein la figure, tu ne peux te raccrocher à rien, les éléments se déchaînent, les doutes t'emportent, même en tenant bon sur le rivage, la violence des impacts te saisit au fil de ses pages, dans un style sec et tranchant…
« Se cacher. Se cacher n'était pas faire quelque chose.«
Ma doué, ça surprend!
Et en un rien de temps, tu tournes la dernière page…Captivée par les révélations, remontant les brides du filet que l'auteure a noué spécialement pour un final explosif, en gerbe d'eau et de sang…Spectaculaire.
C'est toujours délicat de parler d'un huis-clos, parce qu'on a peur de trop en révéler, alors je n'en dirai pas plus, sinon que j'ai été agréablement surprise par cette fin en twist. Lisez-le!
"Est-ce que vous êtes tous. Aussi. Furieux que moi?"

Ma note Plaisir de Lecture 8/10
Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
stokely
  06 juillet 2017
J'avais eu un gros coup de coeur pour le précédent livre de l'auteur les Ravagées j'étais curieuse de lire le second livre de Louise Mey et je l'attendais impatiemment.
Mais malheureusement pour moi celui-ci a été une grosse déconvenue à mes yeux et pourtant le début était prometteur une famille en vacances en Bretagne, leur fille qui disparaît. Tout pour me plaire avec un huis clos angoissant et pourtant vers la moitié du livre j'ai décrochée.
Es-ce le fait que ce soit plus un roman noir qu'autre chose, en tout cas je n'ai pas adhérer aux personnages, j'ai trouvé que ce livre ressemble beaucoup à Les Infâmes de Jax Miller que j'avais également détesté.
Des personnages caricaturaux au possible, un récit plus que brouillon, même la fin parait grotesque, une vraie déception surtout que Louise Mey est capable d'être beaucoup mieux à mes yeux.
Le récit est court, ce qui sauve le livre je pense qu'avec plus de pages je l'aurais abandonné.
Je suis d'autant plus déçue que ce livre m'a été offert, c'est d'ailleurs une des raisons pour laquelle il n'a pas trainé dans ma Pal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
Bazart
  12 septembre 2018
Nous partons en week-end sur une petite île en Bretagne avec les Moreau, une famille à qui tout réussit. Les parents, Chris et Béatrice, et les enfants, Marion et Bastien, sont beaux, intelligents, mangent aussi bien que bio. Ils s'entendent tous à merveille, se chamaillent gentiment, adorent se moquer des gens qui utilisent des expressions toutes faites et d'incompréhensibles anglicismes. Une famille comme on en voit dans les publicités de corn-flakes et de Nutella, vous avez l'image ?
Ce week-end en famille, ils l'attendaient avec impatience pour se retrouver, se ressourcer. Alors évidemment, on se doute que rien ne va se passer comme prévu, on le sent dans les descriptions d'une atmosphère qui nous met d'emblée mal à l'aise, nous prend à la gorge petit à petit, pour finir par nous étouffer carrément.
Un soir de tempête, Chris et Béa décident d'aller assister au spectacle de la nature déchaînée - leur côté "peur de rien -, pendant que Bastien est à son rencard avec Fanny, une jolie jeune fille de l'île. Seule Marion reste à la maison. Quand ils rentrent, elle a disparu. Morts d'inquiétude, les membres de la famille Moreau et les habitants s'organisent pour ratisser l'île, la retourner s'il le faut, fouiller toutes les maisons, interroger chacun de ses habitants, attraper l'enfoiré qui a cru qu'on pouvait mettre la main sur un Moreau sans en redouter les conséquences. Et puis, enfin, Chris la retrouve. Et là, tout s'enchaîne, il est pris au piège à son tour, cerné par ceux avec qui il menait une battue effrénée quelques minutes plus tôt. On comprend alors que les insulaires ne sont pas aussi bienveillants qu'ils en ont l'air...
Je m'arrête là avant de trop en dire. J'ai été sidérée par le retournement de situation final, que je n'avais VRAIMENT pas vu venir, et qui a donné tout son sens aux premières pages du livre qui constituent un glaçant retour en arrière. Mes craintes de lire un livre présentant une famille de super-héros qui n'en sont pas à leur premier coup d'essai se sont vite dissipées pour laisser place à la fascination devant un twist si formidable.
Je l'ai lu avec avidité, sans avoir envie de le lâcher, de le relire pour retrouver la page où tout avait basculé, dénicher les éventuels indices distillés dans les pages précédentes. Alors oui, c'est sans hésitation, que j'ai voté pour ce titre. Chapeau, Louise Mey, j'ai d'ailleurs mis votre nouveau livre, les Hordes invisibles dans ma PAL.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
llena
  27 août 2017
Ils sont beaux, riches, sportifs, écolo, bonne situation professionnelle, vraie complicité, bref la famille parfaite. Et cette famille parfaite arrive même à organiser un week-end sur une île bretonne quasi inaccessible.
Mais dans quoi je me suis embarquée ?! J'avoue le parfait m'ennuie, je ne sais pas pourquoi mais c'est ainsi. Et c'est avec une lenteur, calculée, que Louise Mey nous dépeint ces premières heures insulaires. On est loin de l'entrée en matière rapide du premier roman, Les Ravagées.
Mais c'était sans compter ce twist que je me suis pris dans la tête. Les pages se mettent à tourner plus vite, je ne peux plus les lâcher et hop je suis prise dans les filets de Louise Mey !
Je ne veux rien ajouter par rapport à l'histoire afin de rien dévoiler.
Un bon roman et une auteure que je suivrai avec plaisir.
Commenter  J’apprécie          140
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
YdamelcYdamelc   09 juin 2017
Ils ne pourraient que survivre. Ils ne pourraient que retrouver leur chemin. Elle ne pourrait aller que bien. Il ne pourrait que jamais la laisser. Regarde, regarde, regarde, je suis là.Tu vois, tu sens, on se collera, et puis alors, et puis même, tu sais qu'au pire, on aura froid et c'est tout. Et puis même, et puis au pire, on attendra demain, qu'il fasse grand jour. Et puis même, et puis au pire, forcément, quelqu'un, un chemin, jamais, jamais, regarde, regarde comme je te tiens, je te tiens dans mes bras, tu sens, ma peau qui fait du chaud contre la tienne, on fera une cabane, j'ai mon couteau, on dormira, regarde, regarde mes mains qui se ferment sur tes mains, au pire j'aurai froid, et toi pas, voilà.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
llenallena   06 août 2017
Le résultat, c'était qu'ils voyageaient léger, et qu'ils dépensaient l'argent ailleurs. "La seule surconsommation qui ne me dérange pas, déclarait Chris, c'est celle de la culture."
Expos, cinés, voyages. Chris et Béa étaient conscients d'offrir à leurs enfants un luxe de découverte.
Commenter  J’apprécie          50
StelphiqueStelphique   10 août 2018
-Commence plutôt à te creuser la tête pour trouver un moyen de se barrer d'ici. 
Commenter  J’apprécie          130
StelphiqueStelphique   05 août 2018
Se cacher. Se cacher n'était pas faire quelque chose.
Commenter  J’apprécie          180
FauraFaura   14 juillet 2018
Leurs mouvements étaient précautionneux, comme une danse au ralenti, comme des mouches tentant de ne pas faire vibrer une toile d’araignée. Les couleurs des feuillages changeaient avec la lumière. Ils eurent beaucoup de temps pour observer les nuances de vert qui se coulaient de gris en bleuté, en passant par des teintes cuivre et amande.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : îlesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1435 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .