AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782080670465
183 pages
Éditeur : Flammarion (01/01/1999)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 8 notes)
Résumé :
En brossant le portrait tantôt incisif, tantôt chaleureux, tantôt perplexe des hommes et des femmes qui occupent notre avant-scène politique, Eaux-fortes marie un sens de l'humour accompli a une observation clinique. "L'humoriste agace la chèvre et piétine le chou," écrivait Tristan Bernard. C'est à la tradition de ceux qui ne ménagent pas grand-chose (pas même leur propre intérêt) et qui ne respectent que leur langue maternelle que se rattache l'auteur de ces texte... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
gill
  16 octobre 2012
Paru en 1995, ce petit ouvrage est un carnet de croquis. Tous les acteurs importants de la vie politique de ces dernières années sont présents.
Réalisés sans concessions, mais sans vulgarités, ni attaques personnelles, ces portraits sont des analyses assez fouillées de chaque personnage, de ce qu'il représente et de ce qu'au final il est vraiment.
Intelligemment construite, révélant une connaissance profonde du fait politique, chaque chronique se révèle comme un vrai travail érudit de journaliste, reprenant à chaque fois, certains aspects un peu oubliés mais significatifs de la personnalité de chaque invité.
François Mitterand, Valéry Giscard d'Estaing, Michel Rocard, Edouard Balladur, Jacques Delors, Jacques Chirac, Charles Pasqua, Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy, Martine Aubry, Alain Juppé, François Bayrou et Jean-François Deniau sont les noms qui composent le choix de l'auteur. le propos de Philippe Meyer n'est plus de faire rire. L'humoriste est redevenu le journaliste et ce recueil, qui n'a pas pris une ride, est une judicieuse manière de mieux appréhender la vie politique de cette période.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
julienraynaud
  12 septembre 2018
Chacun en prend pour son grade. Pas de jaloux.
Le procès fait à Mitterrand est magistral, inattaquable. Quant au portrait sans concession de Balladur, il fera taire toute critique quant au fait que l'auteur puisse être partisan d'untel ou d'un autre. Il est simplement clairvoyant, intraitable, nous montrant la perfidie de nos dirigeants.
Commenter  J’apprécie          202
lecassin
  11 juin 2012
En 1992, Philippe Meyer nous gratifiait, avec "Pointes sèches" d'une galerie de portraits sous formes d'apostrophes destinées à être prononcées devant leur "cible". Il en résultait une trentaine de textes à l'ironie douce amère.
Avec "Eaux-fortes", Philippe Meyer récidive avec une douzaine de portraits sous forme de petits essais. Bien sûr, trois ans plus tard on retrouve pour partie les mêmes cibles - le microcosme politique ne se renouvelle pas aussi vite qu'on pourrait le souhaiter...
Bref, une belle galerie de portraits où l'on retrouve pêle-mêle "Mitterrand, le masque de cire", "Giscard où l'ensoimêmisé", "Ségolène Royal où les appétits de Mme Flocon", Sarkosy où l'honnête Iago"...
Commenter  J’apprécie          150
Mimimelie
  06 juillet 2013
Pendant des années je me suis régalée à écouter sa chronique matinale sur France-Inter « Nous vivons une époque moderne. » dont la chute d'ailleurs en était le titre, chaque matin avant d'aller au turbin, cette écoute me donnait une jouissante gaieté et de l'entrain pour la journée.
Ici, il trempe encore sa plume dans l'acide, car n'oublions pas que l'eau-forte est un procédé de gravure à l'aide d'un mordant chimique, pour nous dresser les portraits de nos politiques dont certains font encore l'actualité aujourd'hui. Mais, chroniqueur brillant ce n'est jamais pour les dissoudre mais pour nous faire partager le regard lucide qu'il porte sur notre temps.
Commenter  J’apprécie          142

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
MimimelieMimimelie   06 juillet 2013
Oui, mais "Sarko" travaille comme un bénédictin et il est organisé comme un chartreux. "Je ne bois pas, je ne fume pas, je dors très peu, j'ai horreur des vacances" : tel est son autoportrait, dont il est assez malin pour comprendre qu'il peut forcer le respect aussi bien que provoquer la répulsion. C'est pourquoi il plaide encore et, encore une fois, sans attendre le réquisitoire. Oui, il est ambitieux, mais au moins il l'avoue. Oui, il ne pense qu'à ça, mais au moins il le reconnaît. Alors, pourquoi le lui reprocher ? Fait-on grief à quelqu'un d'avoir le ver solitaire ? Et bien lui, c'est pareil : il a, caché dans un repli de l'âme, un asticot affamé qui, sans être jamais rassasié, se nourrit d'écharpes tricolores, de voitures de fonction, de téléphones cellulaires, de rapports des Renseignements généraux, le tout cuit au jus de la combinazione.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
julienraynaudjulienraynaud   11 septembre 2018
le Premier ministre [Balladur] a embauché deux spécialistes du tissage des réseaux d'influence (...) : Alain Minc et Bernard-Henri Lévy. François Mitterrand avait Lang et Séguéla. Balladur s'est fourni au même magasin, mais au rayon luxe.
Commenter  J’apprécie          102
julienraynaudjulienraynaud   09 septembre 2018
[Conseil des ministres du 28 avril 1982]
Nicole Questiaux (...) s'attire ainsi cette répartie de Defferre : "Moi, je ne suis pas conseiller d'Etat et je n'habite pas Neuilly." "La plupart des ministres, et non des moindres, sourient", souligne Attali. Et le Président ? Il "lit ostensiblement son courrier. En réalité, il n'en perd pas une miette".
Commenter  J’apprécie          40
SauveterreSauveterre   09 août 2019
Quelqu'un affirma avoir vu Jacques Chirac lire des poèmes en cachette. On crut à une calomnie ; ce n'était qu'une médisance.
Commenter  J’apprécie          100
julienraynaudjulienraynaud   12 septembre 2018
[à propos de Ségolène Royal]
Elle a toujours été à droite, analyse un énarque (...). Comme Mitterrand. C'est d'ailleurs ça qui a dû plaire au Vieux...
Commenter  J’apprécie          83

Videos de Philippe Meyer (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Meyer
Histoire de Dresde : souffrances et éternité Philippe Meyer
CNRS Editions, mai 2019
Une histoire de la ville allemande, depuis son accession au statut de capitale du duché de Saxe à la fin du XVe siècle à son essor après la réunification allemande, en passant par la destruction de son centre par les bombardements alliés en février 1945. ©Electre 2019
https://www.laprocure.com/histoire-dresde-souffrances-eternite-philippe-meyer/9782271118943.html
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Politiciens, économistes, juristes, enseignants (844)
autres livres classés : hommes politiquesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16868 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre