AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9781090175397
Serge Safran éditeur (01/10/2015)
2.75/5   8 notes
Résumé :
Théo, exilé aux Etats-Unis, aime Caroline, Gabriel aime tante Ingrid qui elle aime l’amour comme Fanny la vie.
Un siècle, deux générations, trois familles aux destins mêlés, l’une juive, les deux autres pas. La ville de Genève, son lac, sa nostalgie, et la gourmandise, beaucoup de gourmandise entre les pages.
A chaque chapitre, un aliment ou plat typique évocateur de souvenirs, d’aspirations contrariées peut-être. Tapioca, longeole, gratin de cardons…
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
natlectures
  18 décembre 2016
Des recettes gourmandes évocatrices de souvenirs, un paysage urbain (Genève) omniprésent, une galerie de portraits de trois familles aux destins entrecroisés. Voilà un livre sympathique, agréable à lire, nostalgique juste ce qu'il faut, finalement très poli et un peu superficiel ; l'auteur écrit sans rien de neuf à nous révéler : on cherche encore les questionnements sous-jacents, puisqu'il ne suffit pas d'une madeleine pour être proustien. La lecture de cet ouvrage reste cependant tout à fait récréative et sans risque, au sens bourgeois du terme.
Des protagonistes charmants, touchants, mais sans véritable épaisseur, évoluent dans de jolis et sensibles récits, travaillés mais dépourvus d'inventivité. Une écriture fignolée, serviable comme un vieux garçon, accompagne un ton obsolète presque à la retraite tant il est à contresens des écritures d'avant-garde urbaines d'un Roberto Arlt explosif ou des talents actuels innovants issus du cercle McOndo, où les villes sont de monstrueux protagonistes à part entière. Avec Shmuel Thierry Meyer, la ville de Genève est en jupe plissée. le tout est un livre sage et résidentiel, fiscalement parlant, id est : pépère double menton.
Le choix thématique est plus que réchauffé, laissant un goût de déjà lu : la bouche ouverte (pour manger, aimer, embrasser, crier, respirer, cracher, parler…) est une métaphore déjà utilisée en littérature, notamment par le talentueux José Manuel Fajardo (L'eau à la bouche), quelques crans au-dessus du livre de Shmuel Thierry Meyer. On préfèrera surtout La bouche de José Carlos Somoza et son travail allégorique tellement plus doué, profond et surtout philosophique. Dans le même ordre d'idée que le livre de Meyer, mais à des années lumières tant il est original, déjanté, intelligent et inventif, Saveurs de Cuba de René Vazquez Diaz : là oui, c'est du grand Art.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
TRIEB
  02 octobre 2015
Le récit de Shmuel T .Meyer s'articule autour de la vie de trois familles et se présente, du point de vue de la dénomination des chapitres et parties du livre, comme une carte d'un menu, très complet et au demeurant appétissant : on y annonce du tapioca, des gratins de cardons, des tartes aux pruneaux, de la salade de rampons, des délices, tous assimilés peu ou prou à des épisodes de la vie , à des joies , des deuils éprouvés lors d'un parcours de vie.
La famille Ferrard, Simone et Antoine Ferrard, parents de l'un des personnages du roman, Robert Millet, son oncle, son épouse Ingrid, ainsi que leurs filles Anne et Caroline, sont des citoyens bien établis, paisibles, des classes moyennes genevoises : côté père, on s'est enrichi durant la dernière guerre dans le négoce alimentaire avec la France, on collectionne la porcelaine, côté mère, les timbres.
Robert Millet a épousé Ingrid, fille d'un pasteur vaudois .Cette dernière est en fait oisive, cherche à s'émanciper des rigueurs du protestantisme calviniste et ne fréquente la paroisse pour se conformer aux conventions sociales.
Amos et Anne ont vécu trente ans ensemble, leurs enfants, Ethan et Sarah se sont établis, l'un aux Etats-Unis, la seconde en Israël .Anne a connu Amos à l'Université de Genève, elle y est tombée amoureuse d'Amos et de l'hébreu biblique dont elle commence l'étude.
Fanny, tante de Caroline, est un personnage haut en couleur, en recherche d'une liberté effective, en lutte contre le conformisme : « Elle n'était pas provocatrice par volonté, elle était tout simplement dénuée du sens des us et coutumes sociales .Sa vie était comme le désordre de sa table et le bordel qui régnait sur le manteau de sa cheminée. (…) Son cercle d'amis, aussi, était un métissage plutôt burlesque de la faune genevoise. »
Ingrid retrouve un livre au marché de la Fusterie, c'est l'histoire d'un kibboutz, celui d'Anne et d'Amos, de Sarah et d'Ethan .Elle déchiffre un courrier écrit en 1959 qui décrit la journée du 20 janvier 1959 du kibboutz de Kfar Avraham .Ce courrier mentionne l'assassinat, par des terroristes arabes, de Joja Steinberg, la voisine d'enfance de Robert et Simone Ferrard .Les personnages de ce récit sont attachants par leurs tentatives de se sauver, par la Bible, par le libertinage, par l'errance d'un pays à un autre . La ville de Genève, ses jardins, sa rade, ses salons de thé, ses trams, est évoquée fréquemment dans ce récit qui tente de définir la signification de la vie : « Un sentiment électrique et multicolore si puissant qui traverse alors ma peau, ma chair, mes viscères, mes os, jusqu'aux nerfs de mes yeux qu'il me force à ouvrir la bouche pour ne pas le laisser tout consumer en moi . »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
zazy
  28 octobre 2015
Dès le premier plat, me voici plongée dans mes souvenirs d'enfance. le gros édredon, le poêle unique, le linoléum, les fleurs de givre sur la fenêtre, le lit en fer et le tapioca (pour moi, c'était de la semoule au lait)… Je trempe ma madeleine, non dans le tapioca, mais dans mes odeurs et sensations enfantines. Nos souvenirs, les bons comme les mauvais, sont souvent liés aux papilles.
Chaque chapitre porte le nom d'un plat et le livre se termine par du champagne ; Normal pour une belle fin. Les souvenirs sont faits de la vie quotidienne avec ses joies, ses peines, ses trahisons, ses deuils…
Les personnages sont attachants ; plusieurs se détachent de leurs liens familiaux (j'aime jouer avec les mots) suite à des attachements hors nature pour leurs milieux sociaux.
Toute la vie est dans ce livre, les amours adultères, la relation amoureuse tante-neveu, la religiosité, le conformisme de certains, l'ennui, l'amour, la gourmandise, le suicide assisté… Beaucoup d'émotions, de poésie, de vie dans les souvenirs de trois familles suisses, liées entre elles où je passe de la bigote à la femme adultère, du parvenu au « vrai bourgeois » (ici j'ai pensé à Brel et Brassens), des portraits de famille, des situations familiales d'où émergent la beauté d'âme d'Anna, Fanny qui en vieillissant a renoncé aux amants mais pas à la séduction et Genève !
Surtout ne pas oublier Genève. Anne dit « Genève c'est comme un ventre ». Odile Ferrard, veuve Reymond « considérait Genève comme son berceau ». Tous y vivent ou y reviennent, berceau de la famille oblige. Genève comme une matrice où ils aiment se lover mais d'où certains s'expulsent.
De la nostalgie teintée d'ironie, c'est certain, de la tristesse, non.
Un livre gourmandise. J'ai aimé me promener dans Genève avec eux, revisiter leurs vies. La musique des mots de Shmuel T. Meyer me fait penser au cinéma de Lelouch.
Je vous l'ai dit, dès le début. Ce livre fut comme une madeleine que j'ai grignotée la bouche fermée pour ne pas mettre mes miettes de gâteau dans la vie des personnages de Shmuel Meyer.
Pour finir, cette belle phrase : « Lorsque je les serre dans mes bras, je sais exactement ce que vivre peut vouloir signifier. Ça semble idiot, mais c'est un sentiment électrique et multicolore si puissant qui traverse alors ma peau, ma chair, mes viscères, mes os, jusqu'aux nerfs de mes yeux qu'il me force à ouvrir la bouche pour ne pas le laisser tout consumer en moi.» Et si c'était ça la vie et si c'était ça le livre de Shmuel T. Meyer.
J'ai lu ce livre grâce à l'opération Masse Critique de Babelio que je remercie pour cette lecture au goût, pour moi, de semoule au lait.

Lien : http://zazymut.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Nahe
  27 octobre 2015
La bouche ouverte est semblable à une danse : une valse teintée de gourmandise et de nostalgie. Sous la plume de Shmuel T. Meyer, les personnages et les plats se succèdent, tissent quelques liens, disparaissent pour revenir ensuite dévoiler au lecteur d'autres bribes de leur destin. Fanny, Simone, Théo, Sarah et bien d'autres se livrent tour à tour à travers Genève et ses saveurs.
Le temps passe sur les héros et la vie les met en scène. Elle se plaît à faire d'eux ses jouets : parfois tendre, parfois cruelle, souvent taquine. Se moquant volontiers des liens familiaux et du qu'en-dira-t-on.
Acteur à part entière, la ville de Genève est au premier plan des évocations de l'auteur; les personnages et les religions s'y entremêlent : rites du quotidien, opinions, place de la famille,... En évoquant les uns et les autres, c'est finalement une vie entière qui défile : déclinée dans ses jours gais ou sombres.
Chaque épisode de cette fresque met en lumière un plat : il rappelle des souvenirs, console ou fait rêver. En bonne logique, le champagne ferme la liste de ces délices. Immanquablement, le propos de Shmuel T. Meyer est savoureux, nuancé; l'auteur manie la délicatesse et l'humour dans de petits scènes soigneusement ouvragées.
Dans cette filiation vagabonde, il évoque des parfums de cuisine et d'enfance qui amènent le sourire ou laisse penseur. Un livre au fort pouvoir évocateur, un titre qui ouvre l'appétit... de vivre !
Lien : http://nahe-lit.blogspot.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Pihema
  29 décembre 2016
Une galerie de personnages dont la description s'articule autour des mets et spécialités qu'ils dégustent ou cuisinent.
À travers ces portraits se dessine au fil de chapitre l'histoire de deux familles à Genève.
Les descriptions sont précises, odorantes et on ressent le fil des saisons et des générations qui passent.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
TRIEBTRIEB   02 octobre 2015
Elle n’était pas provocatrice par volonté, elle était tout simplement dénuée du sens des us et coutumes sociales .Sa vie était comme le désordre de sa table et le bordel qui régnait sur le manteau de sa cheminée. (…) Son cercle d’amis, aussi, était un métissage plutôt burlesque de la faune genevoise. »
Commenter  J’apprécie          40
zazyzazy   13 octobre 2015
Notre Dieu n’est pas particulièrement sympathique sans vouloir tomber dans un anthropomorphisme que vous allez me reprocher dans les prochaines minutes. Il a changé le règles du jeu en définissant très clairement, trop clairement je dirais, le bien e le mal, l’autorisé et l’interdit. L’humanité n’avait pas besoin de connaître les dix commandements, sans parler des centaines d’autres qui en découlent selon vous et vos collègues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zazyzazy   13 octobre 2015
Avant qu’elle ne parte je l’avais implorée de ma petite voix de tête, de me préparer un bol de tapioca salé au beurre jaune. Je m’y brûlais le palais, ce qui pouvait expliquer les larmes qui submergeaient mes yeux et la morve qui me coulait du nez.
Commenter  J’apprécie          10
zazyzazy   13 octobre 2015
L’herbe coupée ne fait pas dans la séduction mais dans l’agression. Elle saoule, elle n’enivre pas, ignore le chuchotement, elle affirme. Elle n’est pas une effluve, elle est odeur. Elle est la même partout, elle ne connait pas les nuances
Commenter  J’apprécie          10
zazyzazy   13 octobre 2015
Amos et Sarah étaient assis sur le lit, lorsqu’Anne absorba les cachets que l’infirmière avait préparés. Ils lui tenaient les mains lorsqu’elle ferma les yeux en se forçant à sourire la bouche ouverte.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Shmuel T. Meyer (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Shmuel T. Meyer
Shmuel T. Meyer vous présente son ouvrage "Et la guerre est finie... : trilogie" aux éditions Métropolis.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2508200/shmuel-t-meyer-et-la-guerre-est-finie-trilogie
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : Genève (Suisse)Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les nourritures livresques : la cuisine dans la littérature

Qui est l'auteur de la célèbre scène où le personnage principal est assailli de souvenirs après avoir mangé une madeleine ?

Emile Zola
Marcel Proust
Gustave Flaubert
Balzac

10 questions
415 lecteurs ont répondu
Thèmes : gastronomie , littérature , cuisineCréer un quiz sur ce livre