AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843377447
Éditeur : Anne Carrière (21/08/2014)

Note moyenne : 3.3/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Benjamin de trois frères, Joachim doit lutter pour retenir l’attention de ses parents. Il voue un véritable culte à son père, un homme obèse et obsessionnel, lecteur compulsif, bienveillant, mais totalement accaparé par son métier. La famille habite une maison située dans la grande propriété qui accueille les divers bâtiments de la clinique, entourés d’un parc.
Dans cette chronique drôle, subtile et émouvante, Meyerhoff évoque un certain nombre d’épisodes mar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  04 mars 2015
Nous voici chez les Meyerhoff, une famille baroque, originale, atypique, menée tambour battant par un pére obèse, médecin flamboyant et cultivé qui élaborait des théories, était passé maitre dans l'art de déléguer, mais se révélait nullissime quand il fallait les mettre en oeuvre.....son épouse était censée le libérer des tâches concrètes .... Ce roman autobiographique raconte la jeunesse de l'auteur entre les murs de la clinique psychiatrique renommée Hesterberg.
La famille habitait au coeur de la vaste propriété qui abritait l'institution : un grand parc et des bâtiments divers. C'est aussi une contrée particulière oú l'on rencontre des créatures étranges et fascinantes......Tout au long de cette chronique séduisante, émouvante et subtile, l'auteur narre avec finesse, acuité et un humour incroyable, sans complaisance , des anecdotes plus ou moins cocasses et amusantes,ses rapports avec les patients,ses accés de rage, les lubies et les obsessions de son pére, son admiration inconditionnelle pour lui, cet homme trés occupé, amoureux de son métier....constamment mis en avant, lecteur compulsif au grand savoir....piéce maitresse de cet ouvrage.
Roman lu avec étonnement, truculent , lumineux , drôle, riche et grave à la fois où les choses sont dites avec humour et amour....pour Joachim, le plus jeune fils, ( l'auteur ), l'enfance est un royaume enchanté oú il faut se mesurer avec ses deux frères, Martin et Hermann....et maîtriser la colère qui gronde à l'intérieur .....
Une lecture agréable,, bienvenue oú l'auteur devenu adulte, jette une lumiére brutale sur certains arrangements avec cette réalité qu'on avait caché durant l'enfance....comme souvent ! Ouvrage emprunté par hasard à la médiathéque , sensation litteraire en Allemagne en 2013!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
gruz
  21 août 2014
L'homme se construit sur les bases de son enfance. Lorsque l'on vit une enfance atypique, en découle inévitablement un cheminement personnel hors-norme.
C'est ce que nous raconte Joachim Meyerhoff dans ce roman autobiographique, autour d'autant de scènes en forme de souvenirs (forcément un peu romancés lorsque l'on commence le récit du haut de ses 8 ans).
Jusqu'ici et pas au-delà est donc un roman assez inhabituel, touchant et drôle à la fois, et qui a connu un succès retentissant dans l'Allemagne natale de l'auteur (100 000 exemplaires vendus !).
Imaginez le topo : grandir entre les murs d'un hôpital psychiatrique, avec un père pédopsychiatre qui dirige l'établissement, ça ne peut que marquer une enfance.
Meyerhoff a évolué au milieu des « fous », certains de son âge. Il en parle avec une belle sincérité et sans tomber dans un quelconque pathos. Il faut dire que sa propre famille est plutôt particulière, et le regard qu'il jette sur son enfance est autant émouvante et dure du point de vue familial que de l'environnement en général.
C'est une succession de scènes fortes que nous propose l'auteur, d'une belle plume empathique, pleine de tendresse et d'humour. Je ne suis pas un grand habitué des récits autobiographiques, mais j'ai été passionné par ces tranches de vie qui nous en apprennent beaucoup sur notre manière d'évoluer selon le monde qui nous entoure.
Car le jeune Meyerhoff est perturbé par son environnement, colérique et sujet à des problèmes de concentration. Perturbé aussi par son père atypique, personnage obsessionnel.
Mais j'insiste, pas de pathos et certaines scènes vécues avec des pensionnaires de l'hôpital sont d'une beauté humaine à couper le souffle. Car l'humain est là, toujours, avec ses failles, qu'il soit du coté des « normaux » ou des autres et l'auteur aime vraiment certains pensionnaires de cet hôpital.
Une chronique subtile et touchante, assez inclassable et qui se lit souvent avec le sourire au lèvre, jusqu'à ce que le tragique vous percute de plein fouet.
Lumineux, captivant et poignant.
Lien : http://gruznamur.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Stemilou
  18 décembre 2014
Le narrateur n'est autre que Joachim Meyerhoff, écrivain et acteur, qui a passé son enfance dans un hôpital psychiatrique d'Allemagne du Nord. Il n'était pas entre ces murs pour raison médicale mais parce que son père en était le directeur.
Dans leur maison qui trônait au milieu de l'établissement, l'auteur, malgré les cris de la nuit et les bizarreries du jour, a grandi tout à fait bien. Deux frères plus âgés qui ne lui ont menés la vie dure, un père qui imposait sa présence par son physique mais qui semblait absent dès qu'il ouvrait un livre, préférant son travail à sa famille, s'intéressant à tout et se passionnant pour tout, et une mère attentionnée qui supportera et acceptera beaucoup de choses.
Toute sa jeunesse le jeune garçon qu'était Joachim fréquentait des gens différents, il ne les voyait pas comme des malades mais comme des personnes percevant le monde autrement ; et à bien des égards Joachim aussi était différent.

Les chapitres de ce roman retracent des moments de sa vie, il y parle avec tendresse de son environnement proche : l'hôpital, et plus lointain : les paysages qui entoure sa ville natale, son premier mort, ses frères, ses crises de colère, les instants tv, la chienne – frère de sang, les liens avec les patients, et de son père, personnage emblématique de toute son enfance, autant de souvenirs plein d'humanité, drôle, et triste parfois.
La lecture fut rapide et plaisante, elle a commencé sur des récits de vie ordinaire pour finir dans l'éclatement et la maladie. Un début amusant et une fin tragique, des passages émouvant et cocasse comme les nouvelles résolutions du père pour ses quarante ans, sa passion soudaine pour un voilier, côtoient des moments douloureux et donne toute son originalité à ce roman.
Lien : http://stemilou.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LeCombatOculaire
  17 octobre 2016
Joachim Meyerhoff retrace le chemin de son enfance dans une autobiographie romancée où il fait figure de narrateur au milieu d'un décor fort atypique : une clinique psychiatrique pour enfants et adolescents, dont son père est le directeur. Bien qu'on franchisse rarement les murs du bâtiment de celle-ci, elle reste le point de mire du roman, avec ses patients tous plus bizarres les uns que les autres, jouant, végétant, gesticulant, hurlant... Si bien que la question se pose de savoir si cet environnement a une incidence sur le développement de cette petite famille composée du père qui fait figure à la fois de héros et de raté, de la mère si propre sur elle et si souriante finit par se rouler par terre et s'arracher les cheveux, pensant avoir raté sa vie, des deux frères si mesquins et si fondamentalement différents, puis de Joachim, enfant perturbé avec des crises de colères aussi violentes que subites, qui tente de découvrir la vie petit à petit à travers le filtre de ce qui se passe autour de lui.
Le fait qu'il s'agisse d'une biographie rajoute une touche d'authenticité et d'émotions à ce livre, et on s'identifie peut-être un peu plus aux personnages. Il commence fort, avec la découverte d'un cadavre par cet enfant qui vient tout juste d'avoir sept ans, et qui se réjouit de cette expérience comme on pourrait s'exalter d'avoir trouvé un trésor. Par la suite, le rapport au deuil, à la mort, la maladie et la perte se développera et se fera peut-être un peu moins réjouissant, plus brutal et douloureux - plus un trésor du tout mais une tombe sur laquelle on trébuche. Puis il y a les extravagances du père, assoiffé de savoir mais peu friand d'expériences, la mère qui se décarcasse pour deux, les enfants du service psychiatrique que Joachim tente de comprendre, à moitié effrayé, à moitié enjoué, les voisins de la résidence secondaire qui donnent la chair de poule, le ministre qui termine enfoui dans la boue...
On ne s'ennuie pas, et la lecture se termine vite. Tous les personnages sont touchants à leur manière, bien dépeints et vivants, et on se retrouve en spectateur fantôme au milieu de tout ce capharnaüm, en train de manger un gâteau "nid d'abeille" en feuilletant des revues spécialisées sur le désert, l'aquariophilie, la médecine, les bateaux...
Lien : http://lecombatoculaire.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
victhis0
  09 septembre 2015
pffffff...Que c'est conformiste sur la forme et que c'est frustrant sur le fond : notre auteur n'a rien à nous raconter que de très banal, très quotidien. C'est dommage car quand on a la "chance" de passer une enfance en marge d'un hôpital psychiatrique, on a un beau sujet !
Mais les personnages sont sans intérêt. Finalement, tout est dans le titre. Moi j'aurais préféré qu'il ne s'arrête pas ici mais aille chercher bien au delà (l'inspiration, l'humour, l'horreur...bref tout sauf la tièdeur).
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Annette55Annette55   04 mars 2015
"Mon pére était un nomade de la culture enchaîné à son fauteuil. De son intellect qui " n'oubliait jamais une chose une fois qu'il l'avait lue". Il labourait les champs du savoir les uns aprés les autres jusqu' à devenir une encyclopédie obése. Jamais par la suite je n'ai rencontré quelqu'un qui dévorât les livres avec une telle fringale...."
Commenter  J’apprécie          100
StemilouStemilou   18 décembre 2014
Était-ce possible? Que je fusse le seul à n'avoir pas bénéficié d'un sort meilleur? je savais bien que je regrettais la perte d'un monde dont la disparition n'avait rien de triste. Ma sentimentalité s'exerçait au profit d'un endroit infernal, coupé de l'extérieur. C'était une chance que cette clinique surpeuplée eût cessé d'exister!
Pourtant chaque fibre de mon corps éprouvait de la nostalgie à l'égard de cet établissement, de la joie sans mélange qu'on y rencontrait, des étreintes interminables, de la rage qui s'y donnait libre cours.
J'avais la nostalgie de la démesure, du spectacle, de ce que je considérais comme normal dans cet antre de la folie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
victhis0victhis0   09 septembre 2015
pffffff...Que c'est conformiste sur la forme et que c'est frustrant sur le fond : notre auteur n'a rien à nous raconter que de très banal, très quotidien. C'est dommage car quand on a la "chance" de passer une enfance en marge d'un hôpital psychiatrique, on a un beau sujet !
Mais les personnages sont sans intérêt. Finalement, tout est dans le titre. Moi j'aurais préféré qu'il ne s'arrête pas ici mais aille chercher bien au delà (l'inspiration, l'humour, l'horreur...bref tout sauf la tièdeur).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          01
TatanneTatanne   10 mai 2016
Chaque chapitre est pour l'auteur l'occasion d'évoquer son enfance avec son regard et son interprétation enfantine de la réalité; des évènements du quotidien; la neige tombée en abondance;une sortie en mer;un anniversaire....
Une famille Allemande dont le père directeur d'une clinique psychiatrique est l'un des personnages central du roman
Dommage des longueurs , dommage que le récit ne s'attarde pas plus sur cet enfance passée au cœur de cette clinique où il domiciliait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
victhis0victhis0   09 septembre 2015
Commenter  J’apprécie          11
autres livres classés : psychiatrieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
312 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre