AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean-Jacques Pollet (Traducteur)
EAN : 9782080712158
223 pages
Éditeur : Flammarion (17/09/2004)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 39 notes)
Résumé :
Selon la tradition, la nuit de Walpurgis a lieu tous les ans le 30 avril — la nuit où les fantômes sont libérés de leurs chaînes. De loin en loin, il est des nuits de Walpurgis plus grandioses, plus décisives qui, elles, peuvent libérer l'humanité entière de son asservissement. Alors vient la « grande délivrance »...

Cette histoire cruelle, pleine de mystère, de symboles et d'horreurs, est avec « Le Golem » un des deux grands chefs-d'œuvre de Gustav M... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
belette2911
  22 avril 2012
Diable, ce livre avait attiré mon regard dans un rayon de la bouquinerie que je fréquente assidûment (ils me doivent une villa aux Bahamas, minimum).
Une vieille couverture avec un joli dessin de fantômes et la perspective de passer du bon temps avec un livre pas plus épais que 182 pages... (Comme le livre de Tolstoï, il est "guère épais"... *rires*).
Moi qui pensais lire ce livre cachée sous la couette, à la lueur d'une lampe de poche à la lumière tremblotante et faiblissante parce que les piles dataient de 40-45 . Ou tout simplement assise dans divan, sous les lampes et pas à la lueur d'une bougie.
Hem... Vous ai-je déjà touché un mot sur le syndrome du livre de moins de 200 pages et qu'on a du mal à terminer ? Celui pour lequel on ne retarde jamais l'heure de son coucher ? Non ?
L'auriez-vous déjà vécu, ce sentiment affreux de vous dire que ces 182 pages sont les plus longues de votre existence ??
Je vois à vos haussements de sourcils et vos hochements de têtes que oui, c'est du vécu.
Pourtant, il s'annonçait bien, ce livre !
Un mélange de l'historique et de l'occulte, sur fond de Bohème, le destin des personnages broyés par le maelström d'événements hors de contrôle : cela aurait dû fonctionner.
Où le bât a-t-il blessé ??
Qui a tout foutu en l'air cette histoire au point de me donner envie de jeter le livre par la fenêtre ?
L'ambiance du livre n'est pas coupable, car chaque description respire la Bohême. de ses auberges à ses rues, tout y est baroque, vivant et agréablement gothique.
Le récit est habilement mené et bien qu'il ne soit pas rebondissant à toute les pages, cela bouge tout de même et on est entraîné dans l'aventure.
Par contre, le style et de l'écriture sont à guillotiner sur place ! Bon sang, que de longs monologues endormants et chiants ! Et cela sur le tiers du livre, ce qui les rend impossible à sauter.
Les autres personnages sont sans relief, ennuyeux à souhait et seul celui de la bohémienne tire son épingle du jeu. C'est peu.
La lecture est accablée par d'innombrables enchaînements, par des phrases trop courtes, des phrases trop longues et la ponctuation est chaotique.
Si l'expérience du livre à chier, long, lent et laborieux est pour vous encore inédite, « La nuit de Walpurgis » vous ouvre grand ses pages parce que une virginité pareille, cela doit se perdre sur le champ.
Si jamais j'ai d'autres titres de livres qui vous donnent envie de tout laisser tomber, si l'expérience vous a plu et que vous adorer vous emmerder dans un livre... chacun ses vices !
Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
meygisan
  19 décembre 2013
Un petit 3 pour ce livre que j'ai eu du mal à terminer malgré ses quelques 180 pages. Mon expérience précédente avec cet auteur était plus heureuse et certes difficile au premier abord. Mais là j'avoue que j'ai du mal à le suivre. Alors j'ai compris qu'on navigue entre réalité historique et occulte, que le côté fantastique est puisé dans les légendes locales et que l'auteur est décidément un addict de Prague au point qu'elle peuple ses cauchemars même les moins pires. J'ai vraiment du mal à suivre où il souhaite nous emmener tant il s'évertue à nous perdre. L'on saute d'un personnage à un autre, d'un scène à une autre voire d'une époque à une autre sans jamais topr savoir où on en est surtout sans prévenir. du coup je me suis perdu dans les rues de Prague essayant de rattraper les personnages, qui eux, connaissent les rues de la ville bien mieux que moi; j'y ai bien aperçu l'auteur au détour d'un pont mais était ce bien lui ou l'un de ses personnages? Et puis j'ai rencontré quelqu'un qui se faisait passer pour quelqu'un d'autre qui lui même prenait possession d'une autre personne mais sans s'en rendre compte. du coup je ne sais plus à qui j'avais affaire et pis hop la dernière page du livre était là.... hein quoi!!?? bon ben c'est fini!! Sans doute je relirais ce livre, car vraisemblablement je n'étais pas à portée de celui ci. Et pourtant quelque chose m'attache à cet auteur, je ne sais quoi...........
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Nelja
  29 juillet 2014
La nuit de Walpurgis est la nuit, tous les ans, où les morts se libèrent de leurs chaînes, mais parfois, il est des nuits de Walpurgis cosmiques où l'humanité entière se libère...
C'est bizarre, comme livre. le début a peu de surnaturel, des personnages très pragmatiques, et on part peu à peu dans des événements qui n'ont pas l'air liés, un mystérieux homme sans apparence et sans personnalité fixe surnommé Zrcadlo (Miroir), une jeune noble cruelle qui est peut-être possédée par une ancêtre vampire, et il y a aussi les pauvres de Prague qui préparent une révolution contre les nobles...
Ce qui a fait la force du livre pour moi - et qui sera son plus gros défaut pour certains autres - c'est le nombre de tirades métaphysiques des personnages. Elles sont passionnantes, vraiment originales, et pourtant semblent vraies - dans le sens que ça ressemble à du vrai mysticisme, pas à une création intellectuelle distante de l'auteur, et pourtant ce n'est pas quelque chose de vu et revu non plus.
Les personnages ne me sont pas très sympathiques, sauf Thaddée Flugbeil, "le Pingouin", qui est mon genre de louzeur. La fin est confuse, part dans tous les sens, fascinante, mais laisse une impression de frustration et d'absences d'explication. J'ai beaucoup aimé, pourtant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mdhennin
  28 novembre 2014
Dans cette singulière Nuit de Walpurgis, je m'attendais à lire des histoires de sorcières, de sabbat et autres diableries, or, on tombe sur une révolte populaire qui sourd dans le Prague de 1917. C'est une une véritable guerre dans la guerre qui dépeint très habilement les castes de la société praguoise, les fantasmes d'un pays qui se cherche une identité au travers de ses héros et de ses légendes oubliées. Ici point de nez crochu ni de balais volant, mais une succession de personnages attachants, vampirisés par leurs ancêtres, des scènes édifiantes et parfois même... drôles !
Commenter  J’apprécie          20
Apoapo
  04 février 2016
Comme dans tous les romans de Meyrink (tous lus vers cette époque), j'ai eu le sentiment que la réussite d'une oeuvre de littérature fantastique, ou ésotérique sérieuse, se fonde à la fois sur la culture de l'auteur et sur sa capacité à ne pas tout dévoiler...
Dans les deux Meyrink est un maître, comme Mircea Eliade par ex.
V. aussi le Dominicain blanc, le Visage vert, le Golem, La Maison de l'alchimiste...
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
oliviersavignatoliviersavignat   28 juin 2020
Je suis le seul miséricordieux entre les dieux. Il n'est de vœu que je n'entende et n'exauce sur le champ.
Mais je n'entends et n'amène au jour que les vœux des âmes. C'est pourquoi je m'appelle Luci-fero.
Mon oreille demeure sourde aux vœux qui sont formulés par les lèvres des cadavres ambulants... C'est pourquoi ces "morts" ont peur de moi.
Commenter  J’apprécie          40
MattinatasMattinatas   22 juin 2010
Il arrive souvent qu'une douleur soit si intolérable qu'elle ne veut pas guérir, alors une consolation, même venue de notre for intérieur, ne fait que la rendre plus brûlante encore.
Commenter  J’apprécie          40
WilkinsonWilkinson   06 décembre 2013
"Quel impitoyable miroir, que cette terre...les images qu'elle nous apporte, elle les fait lentement se faner, devenir repoussantes avant de disparaître à jamais."
Commenter  J’apprécie          40
WilkinsonWilkinson   04 décembre 2013
"C'est une chose terrible que de voir l'être humain se décomposer de son vivant dans la tombe invisible du temps."
Commenter  J’apprécie          40
MattinatasMattinatas   22 juin 2010
"La joie qui a besoin d'une cause, ce n'est pas de la joie, mais du plaisir."
Commenter  J’apprécie          51

Videos de Gustav Meyrink (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gustav Meyrink
Gustav Meyrink : Le Golem (France Culture / Samedi noir). Diffusion sur France Culture le 29 octobre 2016. Dans le ghetto de Prague, le parcours d’un homme amnésique se mêle aux apparitions du Golem qui sème la terreur tous les 33 ans. Traduction et adaptation : Davis Zane Mairowitz. Réalisation : Michel Sidoroff. Conseillère littéraire : Caroline Ouazana. “Le Golem” (en allemand “Der Golem”) est le premier et le plus célèbre roman de l'écrivain autrichien Gustav Meyrink, publié en 1915. Il s'agit d'un roman fantastique fortement marqué par l'influence de la Kabbale, dont l'intrigue se déroule dans le quartier juif de Prague. Le roman suit les traces d'Athanasius Pernath, un tailleur de pierres précieuses vivant dans le ghetto de Prague, qui a perdu tout souvenir de son passé. Sa vie paisible et discrète est perturbée le jour où une femme, Angelina, qu'il aurait connue quand il était enfant, l'implore de l'aider. Ainsi se trouve-t-il plongé dans une intrigue complexe au cours de laquelle il va rencontrer des personnages hauts en couleurs dont les motivations et les intentions sont aussi obscures qu'inquiétantes. Au début du récit, Pernath reçoit la visite d'un inconnu qui lui apporte un livre à restaurer, le livre “Ibbour”. Il s'agit pour Pernath du début d'une aventure initiatique, parallèle à l'intrigue principale, au cours de laquelle, guidé par l'archiviste Hillel versé dans la Kabbale, et sa fille Mirjam, il va retrouver ses souvenirs enfouis depuis des années, découvrant alors des pans ignorés de sa personnalité.
Avec :
Olivier Peigné : Pernath Sandrine Le Berre : Mirjam Audrey Meulle : Angélina Mouss Zouheyri : Laponder Thibault Vinçon : Charousek Jean-Gabriel Nordmann : Hillel François Siener : Wassertrum Jean O’Cottrell : Zwakh Daniel Krellenstein : Prokop Nina Paloma Polly : Rosina la Rouge Pierre Puy : le juge d'instruction Franck Kronovsek : le fonctionnaire Slimane Yefsah : le cocher Gérard Boucaron : le passeur Cécile Arnaud : la domestique
Et les voix de :
Zelda Perez, Gwenaëlle Simon, Élodie Vincent, Christophe Chêne et Antoine Sastre
Bruitage : Patrick Martinache. Prise de son et mixage : Bernard Lagnel. Assistance technique et montage : Manon Houssin. Assistante à la réalisation : Laure-Hélène Planchet
Sources : France Culture et Wikipedia
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : pragueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

auteurs allemands ou autrichiens

D'abord un des phares de la littérature européenne : Johann Wolfgang von Goethe

allemand
autrichien

12 questions
43 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature allemande , littérature autrichienneCréer un quiz sur ce livre