AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205046535
Éditeur : Dargaud (09/07/1997)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 63 notes)
Résumé :
Valérian, le plus grand space-opéra publié par des auteurs français, nous entraîne dans un monde et un futur lointains. Le duo est constitué d'agents spatio-temporels : Valérian et Laureline. C'est à bord d'un vaisseau affrété par Galaxity, capitale de l'Empire Terrien, qu'ils se déplacent pour vivre des aventures hautes en couleur. Les scénarios font d'habiles clins d’œil à notre époque, mettant en scène tyrans et dictateurs, souvent bien proches de ceux de notre 2... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Erik35
  12 février 2018
MEURTRE D'UN GAZON ANGLAIS...
Que peuvent bien faire ensemble une Laureline cantonnée à de la pure représentation - mais avec quel style, quelle élégance, quelle assurance ! - auprès d'une vieille et sympathique héritière, Lady Charlotte Seal, du clan Mac Culloughs, épouse de Lord Seal le chef du "Joint Intelligence Committe" de Sa Gracieuse Majesté, qui enquête sur la mystérieuse attitude de tous ceux ayant responsabilité de la force de frappe nucléaire, à l'ouest comme à l'est ; un Monsieur Albert toujours aussi pince-sans-rire, pris en charge, avec toute la "smartitude" britannique possible, par deux vieilles anglaises dans le train hasardeux - pour cause de grève générale, petit clin d'oeil aux terribles années Tatcher - qui doit le mener jusqu'à la demeure écossaise des Lord et Lady précédemment cités ; trois Shingouz (souvenez-vous, on les rencontre pour la première fois sur Point Central dans le très réussi, sans doute l'un des meilleurs : L'Ambassadeur des Ombres) ayant réussi à s'approprier quelques informations cruciales auprès du Colonel Tloc, le chef corrompu des polices de Rubanis ; d'un Valérian, enfin, qui revient d'un petit saut dans l'espace, parti chasser, pour une raison de lui inconnue, le Glapum'Tien de la fameuse planète Glapum, lequel répond au charmant prénom de Ralph...
Et bien, que fait-on dans tout château écossais qui se respecte - en dehors d'une destruction consciencieuse et répétée - façon "running gag" -, bien que parfaitement involontaire, de ce gazon auquel Milady apporte un soin quotidien et amoureux ? On va y rencontrer des fantômes, pardi ! Mais comme nos amis sont les hôtes de la haute, on vous priera de parler plus précisément de spectre, c'est tout de même moult plus classieux !
De ce fameux spectre, nous ne vous diront rien de plus à moins de démonter l'ensemble car, il faut bien le reconnaître, ce onzième volet, Les Spectres d'Inverloch, sans être vraiment loupé est tout de même très en-deçà de ses prédécesseur. D'un faux rythme pas toujours convaincant, souvent bavard, passant d'un de nos petits héros de papier à un autre sans logique apparente, son principal défaut est de n'être - et vraiment que cela - qu'un album de présentation, le "drame" ne devant se résoudre que dans la seconde partie de ce second diptyque - trop de diptyques tuent le diptyque ? -, intitulé "Les Foudres d'Hypsis" et dont la planète terre est à nouveau le noeud central.
On aura cependant plaisir à retrouver nos trois petits espions préférés, les tristement drôles Shingouz (qui, découvrant notre planète, vont aussi en savourer les charmes buvables. résultat : les voila passablement éméchés et pour longtemps...), ce couple de nobles "so british" ainsi que Monsieur Albert à l'humour toujours aussi acide. On y découvrira, par la bande et sans ajouter grand chose à l'histoire, que Laureline et Valérian sont ENFIN ensembles : Ouf ! mais... pourquoi de cette manière ? Et l'on appréciera les petites références pop de ces années 80 que les moins de quarante ans ne peuvent qu'à peine connaitre... (Un "E.T" et un "Snoopy" accompagnés d'un modèle réduit de fusée Pershing, ces missiles nucléaires qui firent tant parler d'eux en ces années de fin de guerre dite froide). On goûtera aussi la référence pas voilée du tout au dessin d'Enki Billal, à travers la copie d'une photo de groupe faisant directement référence à son cultissime "Partie de chasse" que Pierre Christin scénarisa pour le dessinateur franco-yougoslave.
Un opus en demi-teinte, il est vrai, même si le dessin de Jean-Luc Mézières sauve, en grande partie, le résultat. Il faudra donc attendre le second volet pour apprécier intégralement ce diptyque dont on devine qu'il se rattache imperceptiblement au premier titre de la série, La Cité des eaux-mouvantes, comme une sorte de pause, presque un retour aux sources, une grande boucle, souhaités par les auteurs afin de contempler tout le chemin parcouru, de la terre à la terre, en passant par les étoiles : vivement la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Kickou
  05 juin 2017
C'est à l'occasion d'un weekend sans basket-ball, sans jardinage, sans ... enfin calme quoi ! ... et avec une météo pourrie, que je me suis retrouvé dans l'Espace-temps avec Valérian et Laureline. Bien sûr, j'avais déjà vécu cette aventure, il y a environ ... heu ... disons, un certain temps (mais tout est relatif n'est-ce pas). A l'époque, je n'étais pas encore terrien-babéliote, j'étais shingouz. Dois-je expliquer ici ce qu'est un shingouz, et comment cela est possible ? Non je ne suis pas obligé ... (Mais si ça intéresse certains, je peux leur donner ce renseignement pour une dizaine de poutiblocks de Ravnus (ou à défaut, de quelques centaines d'euros :-)). J'ai relu plusieurs albums des aventures de nos amis car je sais, de source sûre, que lors de l'été 2017 sur Terre, une partie de leurs aventures vont (réap)paraitre sur un vieux support désuet, appelé cinoche. Comme je serai dans les parages à ce moment là, j'ai préféré relire les originaux plutôt que de subir cette invasion d'images publicitaires, cette pâle copie sans âme, cette imposture frelatée. D'ailleurs ce fabuleux monde Spatio-temporel a Déjà été pillé par le cinoche (Star War entre autres). L'imagination des maîtres, Christin et Mézières étant relativement limité (:-) j'en ai vécu d'autres depuis, des aventures spatio-temporelles, mais cela m'a fait vraiment plaisir de retrouver cet esprit terrien des années 70-80 (du 20ème siècle précise-je). Sur Babélio nous sommes limités à 5*, je crois, j'en donne donc 5, mais sachez qu'en terme d'étoiles, dans le monde spatio-temporel, il n'y a pas de limites. Allez salut les babéliotes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
HORUSFONCK
  27 mars 2018
Un diptyque de Valérian et Laureline, qui commence sous les auspices gris et pluvieux de l' Écosse.
Et, quoi de plus civil que de se retrouver entre gens de bonne compagnie tels ce couple de châtelains anglais et l' excellent Monsieur Albert?
...Ces anglais qui ne perdent jamais leur flegme aussi exquis que parfois irritant, même quand on saccage leur sacro-saint gazon.
L' occasion, pour Mrs Christin et Mézières, de faire un retour dans ce vingtième siècle pré-apocalyptique en déroulant cette mission spatio-temporelle sur deux tomes.
Commenter  J’apprécie          140
MissG
  04 mars 2013
Ce onzième tome des aventures de Valérian et Laureline est bavard, trop même, à tel point que le lecteur ne sait pas quelle est la mission, tout comme les héros ainsi que le dit Laureline : "Remets-toi mon mignon, on va enfin savoir ce qu'on est censé faire dans cette histoire.".
Plutôt gênant de lire des pages et des pages sans savoir où les auteurs veulent emmener leurs personnages, et le lecteur par la même occasion.
Il faut attendre l'avant dernière page pour enfin savoir de quoi il en retourne, je n'ai pas pu m'empêcher de penser "Tout ça pour ça".
D'autant plus que c'est touffu et confus et que ça sera de toute façon développée dans le tome suivant, bref, un tome qui ne sert pas à grand chose, à part faire patienter (et encore) le lecteur.
Enfin, le lecteur n'est pas le seul à s'interroger sur la raison de sa présence dans cette lecture : "Les Shingouz ! Qu'est-ce que vous fabriquez ici, vous ?".
En effet, les auteurs ont eu la merveilleuse idée de remettre les Shingouz dans l'aventure et c'est l'un des seuls points positifs de ce volume.
Ils apportent de l'humour, ils offrent des situations humoristiques et sont les seuls à ne pas trop s'ennuyer et à apprécier leur présence sur Terre.
Certes, ils marchandent des informations, mais ils sont aussi susceptibles et il ne faut surtout pas les traiter de menteurs : "Ah non ! Les Shingouz sont acheteurs et vendeurs de renseignements de toute nature mais à la différence des innombrables gagne-petit de l'espionnite qui pullulent sur Rubanis y compris dans vos services mon colonel, si vous permettez les Shingouz ne mentent jamais !".
Les auteurs n'ont pas pu s'empêcher de tomber dans des lieux communs, ainsi l'action (c'est beaucoup dire) se déroule en Ecosse dans un château, qui dit Ecosse et château dit forcément fantôme; ensuite le lecteur découvre que Valérian et Laureline sont officiellement ensemble, ce n'est pas une grosse surprise mais ça tombe comme un cheveu sur la soupe.
Heureusement qu'il y a la présence de Monsieur Albert, avec les Shingouz ils arrivent à capter un tantinet l'intérêt du lecteur, l'autre aspect positif c'est la qualité du graphisme et la mise en couleur.
Il y a de nouveau le développement d'un bestiaire, l'imagination reprend ses droits par rapport aux précédents volumes et heureusement, malgré le flou artistique sur l'histoire cela permet de redonner un peu de souffle à cette série.
"Les spectres d'Inverloch" n'est pas une aventure inoubliable de Valérian et Laureline, elle pèche par une intrigue inexistante qui ne commence à se dévoiler qu'à l'avant dernière page.
Allez, au tome suivant pour enfin découvrir le développement de cette intrigue qui met un volume à se mettre en place.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
moertzombreur
  24 septembre 2014
11- Les Spectres d'Inverloch
Une nouvelle menace engage Laureline, Valérian et leurs nouveaux amis dans une enquête encore plus tortueuse et menaçante, un lien se tisse avec les événements du premier volume où une catastrophe atomique provoquait la destruction de la Terre. L'aspect temporel reprend ici toute son importance, le futur de Galaxity étant menacé, l'existence de nos héros l'est aussi, par ricochet. Même si l'humour est toujours présent, une certaine gravité est ici introduite, les liens entre les protagonistes sont plus compliqués. Et quand les événements s'enchaînent, la frustration de ces derniers est palpable.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Erik35Erik35   12 février 2018
[Deux agents de la CIA s'adresse, condescendant, à Lord Seal, le "so british" chefs du "Joint Intelligence Committee" de sa Gracieuse Majesté]

Agent 1 - Seulement, voilà, ce n'est pas simple...

Agent 2 - C'est même vachement compliqué...

Lord Seal - Essayez quand même, chers amis, je ferai mon possible pour suivre.
Commenter  J’apprécie          90
MissGMissG   04 mars 2013
Ah non ! Les Shingouz sont acheteurs et vendeurs de renseignements de toute nature mais à la différence des innombrables gagne-petit de l'espionnite qui pullulent sur Rubanis y compris dans vos services mon colonel, si vous permettez les Shingouz ne mentent jamais !
Commenter  J’apprécie          40
Fab72Fab72   30 juin 2018
- Atterrissage un peu raté tout de même.
- Bof, quelques mètres d'erreur sur trois millions d'années-lumière...
Commenter  J’apprécie          30
MissGMissG   04 mars 2013
Remets-toi mon mignon, on va enfin savoir ce qu'on est censé faire dans cette histoire.
Commenter  J’apprécie          30
MissGMissG   04 mars 2013
Les Shingouz ! Qu'est-ce que vous fabriquez ici, vous ?
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jean-Claude Mézières (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Claude Mézières
Extrait de la rencontre avec Jean-Claude Mézières aux Utopiales 2017.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2925 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre