AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205046594
Éditeur : Dargaud (22/04/1998)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 75 notes)
Résumé :
Valérian, le plus grand space-opéra publié par des auteurs français, nous entraîne dans un monde et futur lointains. Le duo est constitué d’agents spatio-temporels : Valérian et Laureline. C’est à bord d’un vaisseau affrété par Galaxity, capitale de l’Empire Terrien, qu’ils se déplacent pour vivre des aventures hautes en couleur. Les scénarios font d’habiles clins d’œil à notre époque, mettant en scène tyrans et dictateurs, souvent bien proches de notre 20ème siècle... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Erik35
  26 octobre 2017
VOYAGEURS TEMPORELS DE TOUTES PLANÈTES : UNISSEZ-VOUS !
Rien ne va plus pour Valérian et son inséparable Laureline : échoués sur une planète des plus inhospitalières, ils découvrent qu'ils ne sont pas les seuls à qui cette mésaventure est arrivée car un immense cimetière d'astronefs s'offre très vite à leur vue avant d'être emportés par un courant terrible dont ils ne sortent que par miracle, mais inconscient. En réalité, ils viennent d'être repêchés par des pêcheurs d'algues visiblement terrorisés par un tyran qu'ils nomment «Le Maître» et surtout par un impressionnant nuage d'oiseaux noirs qu'ils nomment les «Oiseaux-Folie» qui maintiennent un ordre d'airain parmi ces malheureux rescapés.
Très rapidement, nos deux agents spatio-temporels vont comprendre que les survivants sont totalement réduits à l'esclavage, leur vie se passant en de longues et imperturbables journées d'un labeur épuisant - les plus faibles mourants sous le joug du Maître sans que quiconque ne s'en soucie réellement -, l'essentiel de leur temps étant donc dédié à l'accumulation de nourritures qui constitueront le "Klaar", l'ambroisie dont se régale sans fin ce dictateur inique mais toujours invisible.
Bien entendu, tout les rescapés ne le voient pas de cet oeil et certains tente de se révolter. Mal leur en prend car ils sont dès lors repérés par ces fameux Oiseaux-Folie qui leur inocule un poison les rendant fou (au moins aux yeux de leurs coreligionnaires) ou franchement éclairés sur leur véritable situation (selon eux-mêmes et, vraisemblablement, le lecteur).
Album presque (trop ?) "sérieux" tant la thématique politique et pour ainsi dire révolutionnaire est présente tout au long de cet album, dont les planches sont, par ailleurs, toujours très réussies, faut-il le préciser, mais volontairement très sombres, angoissantes, oppressantes de Jean-Claude Mézières. le discours est tellement clair (Non aux Tyrannies, vive la révolution !) qu'il en devient même un peu trop évident, manichéen, manquant de ce à quoi ces deux auteurs géniaux nous avaient habitué : une certaine subtilité sachant éviter toute leçon trop facile.
De fait, si l'ensemble se lit avec grand plaisir, si l'on tremble pour nos deux héros et leurs rencontres de passage, si l'on s'insurge de voir ce peuple de larbins courber l'échine sans aucun sentiment de révolte, pire même! en donnant les verges pour se faire battre et en condamnant sans fard toute tentative pour se libérer de leur asservissement, on demeure un peu sur sa faim et, surtout, on assiste à une trame peu à peu cousue de fil blanc. Ce qui gêne d'autant plus qu'on ne peut humainement pas être en désaccord avec les grand principes défendus par Valérian et Laureline. Mais de là à accepter un message, une dialectique que le Parti Communiste de l'époque n'aurait certainement pas désavoué, il y a un grand pas que nous ne saurions pas forcément franchir.
D'ailleurs, le scénariste lui-même semble en penser de même avec le recul. Voilà ce que Pierre Christin en dit aujourd'hui : «Les Oiseaux du Maître a marqué les lecteurs, mais ce n'est pas mon album préféré ! Je le trouve presque marxiste... Il aborde le thème de la lutte des classes alors que je n'ai jamais été proche des idées communistes. [...]. C'est ce que l'on appelait une histoire "à message", avec une tendance à donner des leçons...»
Et de rendre aussitôt hommage à son compère dessinateur : «Les belles inventions graphiques de Jean-Claude Mézières permettent de gommer ce défaut !»
Tout est dit. Demeure toutefois un album qui se lit plaisamment et dont le message, pour peu qu'on sache le modérer ou le recevoir avec le recul historique nécessaire, est aujourd'hui toujours aussi crucial et contemporain. Mais sans cette gangue idéologique superflue et facilement doctrinaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          222
gill
  20 mars 2013
Valerian et Laureline sont dans une mauvaise passe.
Commencer une aventure par un instant d'inconscience, faire naufrage et flanquer l'astronef, soutes et barges bloquées, dans un paquet de boue, dériver dans une embarcation de fortune vers un cimetière d'astronefs avant d'être précipités, dans un bouillonnement mou d'épais liquide, du haut de chutes vertigineuses dans d'étranges profondeurs marines, n'est pas de tout repos.
Pourtant, c'est ainsi qu'ils viennent de prendre contact avec une planète mystérieuse où chaque habitant est au service du maître et doit redouter les oiseaux-folie.
Cette nouvelle aventure palpitante va les entraîner jusqu'au coeur de cette planète. Ils vont braver, tout au long de périlleuses péripéties, de nombreux dangers et tenter d'échapper à cette entité extra-terrestre qui a pris possession de toute créature et de toute chose....
Ce cinquième album, dessiné par Mézières et écrit par Christin, est un excellent chapitre des aventures de Valerian, agent spatio-temporel de Galaxity, mégapole terrienne du XXVII° siècle.
Née dans les pages du journal "Pilote" cette série est, peut-être, une des plus imaginatives jamais écrites dans le genre de la science-fiction et restera toujours passionnante au fil des nombreux albums parus. Cet épisode "Les oiseaux du maître" s'inscrit dans cette exigence de qualité que le talent des deux auteurs leur permet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
MissG
  15 décembre 2012
Quelques changements pour ce nouveau tome des aventures de Valérian et Laureline.
Tout d'abord, pas de mission à proprement parler pour nos deux agents spatio-temporels mais un échouage sur une planète sous la coupe du maître qui a réduit en esclavage les différentes populations qu'il y a attirées et qui punit les rebelles ou les paresseux en leur envoyant ses terribles oiseaux qui finissent par rendre fou : "La loi du maître punit les rebelles et les paresseux !".
Ensuite, Laureline explose littéralement au point de vue caractère, en ayant plus qu'assez d'être esclave, habillée comme une souillon, à devoir trimer du matin au soir, et ceci donne quelques savoureux dialogues et passages qui font sourire : "J'ai déjà été noyée, déguisée en souillon, forcée à trimer comme une bête, assommée et maintenant lapidée ... si tu tiens à savoir, j'en ai assez, assez, assez !!! Puisqu'ils aiment bosser pour leur maître, qu'ils le fassent !!! Moi je veux retourner à l'astronef ! ...Na !".
Le scénario de Pierre Christin est bien ficelé et propose une nouvelle forme d'aventure pour Valérian et Laureline, ce qui les changent des missions de Galaxity et j'ai trouvé que c'était une bonne chose car cela permet de les découvrir dans un autre contexte, où ils sont sans doute un peu moins sûrs d'eux et où le manque de réflexion de Valérian avant d'agir et ses discours bien souvent peu convaincants peuvent avoir des conséquences pour les deux personnages.
L'histoire est intéressante car elle aborde de façon intelligente l'asservissement des peuples à travers le prisme du maître, une entité extra-terrestre redoutable et se promenant à travers l'espace pour à chaque fois mettre sous sa coupe les peuples attirés sur la planète qu'elle a colonisée : "Car qui es-tu, toi, homme Valérian ? Sais-tu ce que tu fais en venant ici créer le désordre ? Sais-tu seulement quelle fut la cruauté de tes propres ancêtres ? Et sais-tu, justicier imposteur, tout le crime que tu portes enfoui en toi ? Comme les autres, plus que les autres, tu me dois respect et amour à moi qui ne suis qu'ordre et bonté !".
L'affrontement final est d'ailleurs une belle illustration de la maxime "l'union fait la force".
J'ai également noté une évolution dans les graphismes, Jean-Claude Mézières se lâche un peu plus, montre au lecteur une Laureline nue de dos, et surtout, déploie une belle palette de couleurs et d'imagination dans la création des races et des paysages, ce qui donne une bande dessinée agréable à découvrir.
Ses illustrations créent une ambiance tout au long du récit qui ne s'achève qu'une fois la bande dessinée refermée, car j'ai extrêmement apprécié le revirement final sur la dernière case.
Cette nouvelle aventure de Valérian et Laureline, "Les oiseaux du maître", marquerait-elle une évolution dans cette série de space-opéra ?
En tout cas, ce cinquième opus est des plus agréables à découvrir et propose quelques évolutions dans cette série qui reste, pour l'instant, toujours aussi plaisante à découvrir et à lire.

Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Erilalios
  13 octobre 2017
Les oiseaux du maître est une aventure inhabituelle de Valérian et Laureline : nos deux héros échouent sur une planète et ne peuvent poursuivre la mission pour Galaxity il se retrouve donc à face à des esclaves qui doivent répondre aux exigences du maître et de ses oiseaux, ceux-ci gardant un oeil sur qui compte se rebelle contre le maître, se joignant aux esclaves pour en savoir plus, Valérian et Laureline décident d'aider ses pauvres gens mais la tâche s'avère plus difficile que prévu, et Valérian ne trouve pas les solutions et Laureline finit pas craquer.
Jean-Claude Mézières et Pierre Christin aborde ce nouveau tome sur les conditions d'un peuple sous une dictature, certes cet album est moins spectaculaire que les autres mais il a le mérite d'être en parallèle avec le climat social de mais 68 tant ce 5eme tome est sorti début 70. de plus l'oeuvre se bonifie et prends plus de libertés.
Commenter  J’apprécie          40
beauscoop
  25 janvier 2018
Une histoire de despote moyenne en qualité de récit. Les dessins restent toutefois bien et plaisants.
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Erik35Erik35   26 octobre 2017
Valérian - Vous devriez avoir honte, tous autant que vous êtes ! A peine le Maître parti, vous ne songez qu'à prendre sa place ! Et tous ces pauvres bougres qui s'échinent là-haut pour fabriquer le Klaar dont vous vous gavez, vous y pensez, hein ?!

Laureline - Tiens, j'ai l'impression qu'il est meilleur que d'habitude. C'est charpenté, vigoureux... Enfin...
Commenter  J’apprécie          110
MissGMissG   15 décembre 2012
Car qui es-tu, toi, homme Valérian ? Sais-tu ce que tu fais en venant ici créer le désordre ? Sais-tu seulement quelle fut la cruauté de tes propres ancêtres ? Et sais-tu, justicier imposteur, tout le crime que tu portes enfoui en toi ? Comme les autres, plus que les autres, tu me dois respect et amour à moi qui ne suis qu'ordre et bonté !
Commenter  J’apprécie          50
MissGMissG   15 décembre 2012
J'ai déjà été noyée, déguisée en souillon, forcée à trimer comme une bête, assommée et maintenant lapidée ... si tu tiens à savoir, j'en ai assez, assez, assez !!! Puisqu'ils aiment bosser pour leur maître, qu'ils le fassent !!! Moi je veux retourner à l'astronef ! ...Na !
Commenter  J’apprécie          20
MissGMissG   15 décembre 2012
La loi du maître punit les rebelles et les paresseux !
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Jean-Claude Mézières (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Claude Mézières
Extrait de la rencontre avec Jean-Claude Mézières aux Utopiales 2017.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2918 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre