AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246801133
Éditeur : Grasset (02/09/2013)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 134 notes)
Résumé :
« Si leurs fils ne sont jamais retrouvés, si le ngambi ne révèle pas ce qui leur est arrivé, on ne racontera pas le chagrin de ces mères. La communauté oubliera les dix jeunes initiés, les deux hommes d'âge mûr, évaporés dans l'air au cours du grand incendie. Du feu lui-même, on ne dira plus rien. Qui goûte le souvenir des défaites ? »

Nous sommes en Afrique sub-saharienne, quelque part à l'intérieur des terres, dans le clan Mulungo. Les fils aînés on... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  01 décembre 2013
Malgré les critiques élogieuses sur ce roman, j'avoue que, en ce qui me concerne, je suis d'un avis mitigé.
Mukano est le chef (le janea) de la tribu des Mulongo qui a élu domicile en Afrique subsaharienne, en plein milieu des terres. Autant dire que celle-ci ignore tout de ce qui s'étend autour d'eux et ignorent même l'existence de l'océan, qui n'est pourtant pas bien loin. Les seules relations que les Mulongo entretiennent avec le monde extérieur est celles qu'ils ont avec la tribu la plus proche d'eux, celle des Bwele avec qui ils ont toujours eu des relations cordiales, mais se limitant à des relation commerciales cela dit. Cependant, un beau jour- non pas un jour ordinaire puisqu'il s'agit du jour où un grand incendie s'est répandu sur tout le village-, une ombre plane sur le clan Mulongo car douze hommes ont disparu, dix fils aînés de familles et deux homme d''âge mûr. Les dix mères dont les fils aînés se sont, comme volatilisés dans la nature, sont immédiatement mises à l'écart et appelés dorénavant "Celles dont les fils n'ont pas été retrouvés". Dans un monde où la magie est omniprésente, où les rêves sont on ne peut plus importants, il est vital, pour les autres du clan, de les isoler dans une case commune afin que le malheur ne se répande pas autour d'eux, d'autant plus que Mundene, le ministre des cultes, fait part des douze hommes disparus.
Eyabe, elle, bien que n'étant pas entièrement convaincue que son fils ne soit pas mort (la preuve étant qu'elle s'est coupée les cheveux en signe de deuil), elle décide, sans consulter les ancêtres ni même les hommes du village, de partir à la recherche de celui qui lui manque et qu'elle désespère de revoir un jour. Seule Ebeise, la femme du ministre des cultes, est dans la confidence. Aussi, s'engage alors pour toutes ces femmes qui vivent dans un monde où les femmes ont rarement droit à la prise de décisions, une lutte interminable pour savoir ce qui est arrivé à leur progéniture.
Le janea, accompagné de sa garde personnelle, a lui aussi entrepris une expédition afin de découvrir où sont passés ceux qui n'ont pas été retrouvés.
Parviendra-t-il à déceler ce mystère ? Et si oui, les conséquences ne s'avéreraient-elles pas encore plus dramatiques que ce qu'elles ne laissaient présumer ?
Un roman très bien écrit, certes, mais qui est parfois difficile à suivre (non pas tant en raison du vocabulaire employé puisqu'un lexique se trouve en fin d'ouvrage) mais plutôt en raison des noms qui ne sont pas évidents à retenir car certains se ressemblent tant que l'on finit à ne plus savoir qui est qui. le lecteur (enfin je parle toujours pour moi, bien sûr) parvient néanmoins assez facilement le coche mais toujours est-il que je n'ai pas vraiment accroché avec cette lecture bien que celle-ci soit fort enrichissante ! A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
paroles
  05 janvier 2014
Voilà un hymne aux ancêtres remarquable ! Un roman de mémoire et d'histoire magnifique !
Que s'est il passé dans ce village africain, replié sur lui-même à l'intérieur des terres, le jour du grand incendie ? Pourquoi douze hommes (dix jeunes hommes fraîchement initiés et deux adultes) ont-ils disparu ? Sont-ils morts ou encore vivants ? Pourquoi est-il si difficile d'entrer en communication spirituelle avec eux ? Qui est responsable de cette étrange disparition ?
Pour affronter toutes ces questions, trois femmes dont les fils n'ont pas été retrouvés ainsi que le chef du clan Mulungo vont se mettre en quête de la vérité, chacun à sa manière.
Dès les premières pages du roman, j'ai été envoûtée par l'écriture de Léonora Miano. On y rencontre des personnages charismatiques, surtout féminins. On suit leur quête, pas à pas, et on comprend en même temps qu'eux ce qui a pu arriver aux hommes disparus. On réagit aussi, en même temps qu'eux, à ce cataclysme qui va s'abattre sur eux, à savoir la découverte de la traite négrière. Eux qui vivaient pacifiquement, repliés sur eux mêmes, eux qui ne connaissaient pratiquement rien du monde extérieur, sinon leurs proches voisins les Bwele, vont être confrontés à la trahison des peuples frères, à la disparition de leurs coutumes, à l'effondrement et l'anéantissement de leur communauté.
Est-il possible de se reconstruire quand on a tout perdu ? Comment transmettre la mémoire du clan quand celui-ci a éclaté ? Comment faire le deuil des disparus quand les rites funéraires ne sont plus applicables ?
Autant de sujets abordés par Léonora Miano dans ce magnifique roman où le mysticisme tient une place importante. On peut également se demander si l'auteure ne dénonce pas l'excès de mysticisme de la communauté, puisque Mutango (le guide spirituel), incapable d'interpréter les événements, bannit les femmes dont on n'a pas retrouvé les fils, boucs émissaires tout trouvés.

De Léonora Miano, je ne connaissais qu'un texte entendu sur France Culture, "Le fond des choses". Des paroles rythmées, frappées, criées, puissantes qui dénonçaient la colonisation, l'esclavage, l'immigration. Une auteure qui n'a pas peur de parler ! Une auteure à laquelle je vais m'attacher.
Vous pouvez l'écouter sur ce lien :
http://www.franceculture.fr/emission-un-ete-de-lectures-voix-d-afrique-25-le-fond-des-choses-2013-07-30
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          303
PiertyM
  19 avril 2016
Un coup de coeur! Un véritable classique africain! J'ai aimé ce voyage dans les profondeurs des terres africaines tout en soulignant bien des livres nous relatent de la traitre négriere en parlant des negriers ou encore des esclaves d'Amériques mais peu sont ceux qui parlent des africains eux-mêmes, ceux qui ont survécus à ce fléau, comment ils l'ont vécu, ce châtiment qu'ils ont supposés venu de Dieu. Leonora Miano nous plonge avec une écriture plutôt modeste dans ce monde plein de mystères...
Commenter  J’apprécie          350
ATOS
  29 mai 2015
« Il s'est passé la chose suivante : des humains ont pensé tirer parti du commerce d'autres humains. Et des humains ont souffert l'arrachement des leurs, la violence de leurs voisins. Voilà ce que propose La saison de l'ombre : le point de vue subsaharien sur une des nombreuses défaites de l'humanité, mais aussi, sur les fragiles triomphes de l'humanité. Une histoire de mort, de vie après la mort. de façon métaphorique, cette histoire est celle d'une grande partie de l'Afrique subsaharienne, depuis cinq cents ans environ. » Léonora Miano
Il s'agit de mémoire, d'écoute et de regard. La beauté de ce texte est saisissant. C'est effectivement comme le rappelle l'auteure, un récit afro-centré. Qui étaient ces peuples avant que la saison de l'ombre, cette longue saison d'obscurité et de larmes ne vienne ensevelir leur histoire ? . La « traite des noirs » au profit des blancs. Voilà une vision euro-centrée. Ces peuples sont multitude. le rapport de la race, de la couleur, étaient pour ces populations subsahariennes des concepts totalement inconnus. Chaque clan, chaque village avait sa vision, son rapport au monde extérieur, à son propre monde, à cet autre monde au-delà du village, au-delà de ses terres.
Connaîtrons nous un jour toute la diversité, toute la richesse, de l'immensité de cette Afrique pré-coloniale ?
C'est une vision incroyablement belle et forte que nous apporte l'esprit de l'écrit de Léonora Miano.
Comment un tel cataclysme a t il été vécu par ces peuples ? Comment était il venu percuté de plein fouet leur rapport aux mondes qui les entouraient. Une état de conscience brutal, une réalité qui venait bouleverser à jamais leurs vérités.
Tous ces disparus de l'ombre, qui furent emportés, déportés, déculturés, ne méritent pas l'anonymat. Leur art, leur chant, leur Histoire, , leur spiritualité, des milliers d'années de civilisation ne peuvent être ignorés. C'est à cette «  voix intérieure » qu'il faut tendre l'oreille.
« Ce n'est pas uniquement au-dessus de la case de celles dont les fils n'ont pas été retrouvés, que l'ombre s'est un temps accrochée.L'ombre est sur le monde.L'ombre pousse des communautés à s'affronter, à fuir leurs terres natales. Lorsque le temps aura passé, lorsque les lunes se seront ajoutées aux lunes, qui gardera la mémoire de toutes ces déchirures ? A Bebayedi, les générations à naître sauront qu'il avait fallu prendre la fuite pour se garder des rapaces.On leur dura pourquoi ces cases érigées sur les flots .On leur dira : La déraison s'était emparée du monde, mais certains ont refusé d'habiter les ténèbres.Vous êtes la descendance de ceux qui dirent non à l'ombre ».
« C'est d'être nommé qui fait exister ce qui vit ».
« La saison de l'ombre » de Léonora Miano est un très grand roman, mais il va bien au-delà. Il est un véritable bâton de parole. Parce qu'un être ne peut être réduit à sa qualité de victime, parce que c'est à la son état d' Être qu'il faut le ramener pour qu'il puisse quitter la saison de l'ombre.
Bâton de parole, mais également bâton de marche. Parce qu'il s'agit de se mettre en marche et d'avancer pour sortir de l'opacité de l'ombre.
Astrid Shriqui Garain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
zabeth55
  01 février 2014
Dans une tribu africaine, un incendie se déclare et de jeunes hommes disparaissent.
Leurs mères, « Celles dont les fils n'ont pas été retrouvés », sont isolées dans une case.
Le chef du clan part dans la tribu voisine chercher des explications. Trois femmes veulent comprendre, malgré leur isolement imposé.
Avec une écriture parfaitement maîtrisée, comme une lente mélopée, l'auteur nous fait revivre le début de la traite des noirs.
Elle traduit à la perfection le mysticisme, les croyances et les ignorances de cette tribu.
Mais…., mais …….. je me suis un peu perdue dans les noms aux consonances si proches.
Dans le clan « muongo », les hommes s'appellent « Mukano, Mutango, Mukimbo…. »
et les femmes « Eyabe, Ebeise, Ekesi…… »
Cela rend un peu difficile la lecture de ce roman déjà complexe et m'a empêchée de le savourer sereinement.
Commenter  J’apprécie          210

Les critiques presse (5)
LaPresse   10 avril 2014
En littérature, tout est une question de profondeur. Comme le plongeur, l'écrivain s'intéresse à ce qui grouille sous la surface. L'un explore le fond de l'océan, l'autre sonde les profondeurs de l'humanité, mais les deux s'exposent au danger. Pour Léonora Miano, un bon auteur est d'ailleurs celui qui ne craint pas de fréquenter les régions inconfortables de l'être.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Culturebox   11 décembre 2013
Le roman de Léonora Miano est un récit inédit et bouleversant de cette histoire, qui n'est autre que celle de l'humanité.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Telerama   23 octobre 2013
Dommage que sa langue travaillée, stylisée à l'extrême et souvent d'une envoûtante puissance, ne sombre parfois dans une espèce de volontarisme littéraire qui en rend la lecture difficile. Pénétrer au cœur de La Saison de l'ombre se mérite. Mais on en sort comme bizarrement ­initié...
Lire la critique sur le site : Telerama
Lhumanite   14 octobre 2013
À l’évidence, le lecteur européen, assis dans son fauteuil confortable, devrait découvrir non sans effroi une réalité enfouie dans les pages omises de l’histoire. Quant aux lecteurs d’Afrique, ils devraient récolter ici des pans d’un passé terrible qui ont hypothéqué l’avenir de leurs peuples. C’est écrit dans une prose d’apparence classique, cependant hantée par les voix des disparus qui hurlent en italique sur la page.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
Lexpress   23 septembre 2013
Progressivement, Léonora Miano dévoile les circonstances du drame. On devine qu'elle a longtemps fouillé l'ombre avant, au contact de leurs âmes, pouvoir rendre au jour ses personnages. Pour sauver les ancêtres, de chair et d'os ceux-là, du définitif oubli.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   25 juin 2017
La nuit tombe d'un coup, comme un fruit trop mûr. Elle s'écrase sur le marais, la rivière, les cases sur pilotis. La nuit a une texture : celle de la pulpe du kasimangolo, dont on ne peut savourer toute la douceur sucrée qu'en suçant prudemment les piquants du noyau. La nuit est faite pour le repos, mais elle n'est pas si tranquille. Il faut rester sur ses gardes. La nuit a une odeur : elle sent la peau de ceux qui sont ensemble par la force des choses. Ceux qui ne se seraient jamais rencontrés, s'il n'avait pas fallu s'enfuir, courir sans savoir où pour rester en vie, trouver une vie. La nuit sent les souvenirs que le jour éloigne parce que l'on s'occupe l'esprit à assembler les parties d'une case sur pilotis, à chasser, à piler, à écailler, à soigner le nouveau venu, à caresser la joue de l'enfant qui ne parle pas, à lui chercher un nom pour le maintenir dans la famille des hommes. La nuit charrie les réminiscences du dernier jour de la vie d'avant, dans le monde d'antan, sur la terre natale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
SousLeBaobabSousLeBaobab   13 mai 2016
Les aïeux ne sont pas hors de soi, mais en soi. Ils sont dans le roulement des tambours, dans la manière d'accommoder les mets, dans les croyances qui perdurent, se transmettent. Les ancêtres sont là. Ni le temps, ni l'espace ne leur sont des limites. Aussi résident-ils là où se trouve leur descendance. Les humains ne sont pas des calebasses vides. Les ancêtres sont là. Ils planent au-dessus des corps qui s'enlacent. Ils chantent lorsque les amants crient à l'unissons. Ils attendent sur le seuil de la case où une femme est en travail. Ils sont dans le vagissement, dans le babil des nouveaux-nés. Les enfants grandissent, apprennent les mots de la terre, mais le lien avec les contrées de l'esprit demeure.
Les ancêtres sont là, et ils ne sont pas un enferment. Ils ont conçu un monde. Tel est leur legs le plus précieux: l'obligation d'inventer pour survivre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
feanorafeanora   22 janvier 2014
Les femmes dorment. Dans leur sommeil, il leur arrive une chose étrange. Comme leur esprit navigue dans les contrées du rêve qui sont une autre dimension de la réalité, elles font une rencontre. Une présence ombreuse vient à elles, et chacune reconnaîtrait entre mille la voix qui lui parle. Dans leur rêve, elles penchent la tête, étirent le cou, cherchent à percer cette ombre. Voir ce visage. L'obscurité, cependant, est épaisse. Elles ne distinguent rien. Il n'y a que cette parole: Mère ouvre-moi, afin que je puisee renaître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cicou45cicou45   01 décembre 2013
"Il n'est pas bon de fuir devant l'épreuve, au risque de devoir en affronter une plus accablante."
Commenter  J’apprécie          440
rkhettaouirkhettaoui   09 novembre 2013
Si l’enfant s’est présenté de la mauvaise manière ou, pire, s’il est venu au monde sans vie, l’accoucheuse a séché les larmes des pères, apaisé les angoisses devant l’interminable série de sacrifices à effectuer pour conjurer le sort. C’est elle encore, qui a préparé le mélange d’herbes devant servir lorsque les parents du mort-né seraient scarifiés. Ici, on leur trace un symbole sur la peau, afin que la mort se souvienne qu’elle leur a déjà ravi un enfant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Léonora Miano (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Léonora Miano
Léonora Miano - Marianne et le garçon noir
autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
227 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre
. .