AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2955893838
Éditeur : Monemvassia (01/01/2017)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 4 notes)
Résumé :
« Splendide journée » se traduit en chinois par un mot qui signifie aussi « demain ». Cette découverte va entraîner, pour l'héroïne de la nouvelle-titre, des conséquences radicales. Beaucoup de ces récits actuels se déroulent à l'étranger où vivent de nombreux Grecs, souvent en couples mixtes. Amanda Michalopoulou explore également les différences sociales et culturelles en Grèce même, mais aussi des thèmes universels, comme l'usure du couple, les rêves de jeunesse,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Bookycooky
  19 juin 2017
Vingt-quatre histoires savoureuses, émouvantes d'une auteure grecque, dont j'ai croisé le chemin grâce à Croquignolle qui m'a offerte ce livre. Une délicieuse photo de couverture de Dimitris Tsoumplekas en donne le ton, entre réalité et imaginaire, frôlant le fantastique; par une journée splendide, face à l'horizon, une femme vêtue, immergée dans la mer jusqu'aux épaules, vue de dos, et dont on ne voit que les genoux et les mollets dans l'eau transparente, une femme sans tronc, dû à l'effet optique.
Comme l'écrivaine elle-même, la plupart de ces récits ont pour sujet les grecs de la diaspora, en majorité de Berlin. Courts mais denses, légers comme des nuages, ils jouent sur tous les tons, ironie, mélancolie, nostalgie, jalousie,rêverie.....bref tout ce qui est humain.
L'auteur s'amuse des différences culturelles, qui même étant sur le même continent
peuvent être plus cruciales qu'on ne le croit,
Des couples mixtes,grec/allemand, grec/ suédois, ....des cultures diamétralement opposées, dont au début l'émoi de l'amour n'en a cure, mais après les mois "lune de miel".....ça se gâte (La maison tombe en ruine / Les hérissons),
Un voyage en Chine change la notion de juger une oeuvre d'art d'une critique d'art grecque (Splendide journée),
Des parents grecs vont retrouver leur fille étudiante à Berlin, pour Noël ( Cosi fan tutte),
La maladie de " La patate qui tue"', maladie " propre aux populations du bassin méditerranéen oriental", laquelle super diagnostiquée 😄sur son propre terrain, hors des frontières s'avère autre chose (Autobiographie).....
Mes préférées, bien que je les ai toutes aimées sont, "L'oiseau-Lire", une ode à la poésie, "Moussaka", un repas cuisiné par un fantôme et "Lermontov", une histoire avec les livres, une fausse bibliothèque où par mégarde l'auteur du "lys dans la vallée" de Betty Smith devient Lermontov.... 'Lermontov", une supercherie qui va poursuivre notre narratrice pendant vingt ans.....avec une chute des plus douces.....
Des histoires concoctées sans prétention, à la saveur grecque relevée d'un zeste d'humour, d'une pincée d'imagination, occasionnellement saupoudrée de graines fantastiques ou imprégnée d'une mélancolie liée à la perte d'un enfant, d'une mère, d'un père, d'un frère; toutes d'une sensibilité discrète à fleur de peau......triste ou loufoque, n'importe, je vous suggère de les déguster sans exception par ces splendides journées d'été, en compagnie d'un verre d'Ouzo, et pourquoi pas du bouzouki en musique de fond.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          633
Croquignolle
  05 juin 2017
Ce week-end de Pentecôte pluvieux et gris m'a permis de m'octroyer une pause littéraire bienfaisante au coeur de mes nombreuses activités. J'en ai profité pour lire "Splendide journée" qui, rien que par son titre, a transformé la pluie en rayons solaires lumineux, positifs et chaleureux.
Amanda Michalopoulou ? Je ne la connaissais même pas de nom avant aujourd'hui. Mais dès les toutes premières pages, j'ai senti et accueilli avec joie sa générosité littéraire, son envie de partager et de nous faire découvrir, à nous lecteurs, des facettes de la vie et de la culture grecques. Ses personnages m'ont saisie. Leurs aventures, leurs émotions, leur vie quotidienne, leurs rencontres locales et internationales, leurs questionnements et leurs expériences m'ont transportée et chamboulée. J'ai été immédiatement conquise.
Le livre dans son ensemble a été une magnifique découverte mais quatre nouvelles ont été de vrais coups de coeur :
"La maison tombe en ruine" raconte l'histoire de cette femme-enfant, elle-même maman, qui s'attache à une maison lointaine, la maison de Bergman, métaphore de sa vie, elle-même couverte de brèches, de rêves déchus et de désirs passionnés. Cette nouvelle m'a émue aux larmes. Ses effluves, ses paysages, ses saveurs, ses caresses restent au plus profond de moi avec une douceur infinie.
"Lermontov" raconte une amitié éternelle, des souvenirs d'enfance, des envies secrètes et des hontes refoulées. Les livres et souvenirs littéraires y ont une grande place et les étagères plus ou moins ordrées, plus ou moins charnues ont comblé mon coeur.
"Une mère sait mieux" est un texte déchirant. L'histoire d'une femme désoeuvrée, prenant soin de son petit aux airs absents. On s'accroche à elle, à ses émotions qu'on souhaite apaiser, à la gentillesse des gens qui l'entourent. On prend sa place pour lui permettre de reprendre l'air.
"L'Oiseau-Lire" est un poème tressé autour d'une poétesse passionnée, un peu gauche mais tellement attachante. On se sent témoins privilégiés de cette rencontre à la poste où les mots, les regards et les sourires s'échangent pour combler une attente.
Amanda Michalopoulou a la plume belle de ceux qui savent raconter la magie de la vie, avec ses douleurs, ses doutes mais également ses joies profondes, ses espérances et ses soleils.
Son écriture sincère, franche, riche m'a délicieusement happée dès les premières lignes et m'a entraînée sans difficulté dans ses univers si divers, si singuliers, si attachants.
Une fois de plus, je me sens vraiment privilégiée et reconnaissante d'avoir découvert un nouvel auteur passionnant et une plume poétique à souhait grâce à Masse Critique. Merci Babelio !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
Charlotte0909
  20 juillet 2017
Je tiens tout d'abord à remercier Babelio ainsi que les éditions Monemvassia pour l'envoi de ce livre dans le cadre d'une masse critique.
Encore une fois, toutes mes excuses pour le retard de ma critique, mais comme on dit : "Vaux mieux tard que jamais !".
Pour être sincère, je n'ai pas su terminer ce bouquin, après avoir essayé à mainte reprise, je n'accroche vraiment pas.
Un recueil de petites nouvelles, qui ne m'a pas forcément plu. J'avais beau lire et relire les premières histoires, impossible pour moi de comprendre qui étaient les personnages et quelles étaient leurs histoires.
Je ne pense effectivement pas, être le public cible de ce genre de bouquin, j'ai malgré tout tenté de le lire, mais sans succès.
Je reste tout de même persuadée que ces nouvelles doivent être très sympa à lire lorsque l'on s'y intéresse un peu plus.
J'ai un avis très négatif sur ce livre, mais comme je le disais précédemment, mon jeune âge ne m'a certainement pas permis d'apprécier ma lecture.

Je conseillerais ce recueil de nouvelles à des adultes aimant la lecture. Je vais certainement donner "Splendide journée" à ma maman qui s'y intéressera d'avantage. En espérant me replonger dans cette lecture d'ici quelques années et l'apprécier d'autant plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lilou789
  27 juin 2017
Merci Babelio et l'opération Masse Critique ! Je découvre Amanda Michalopoulou à travers un recueil de nouvelles qui ne laisse pas indifférent.
Dans un style bien particulier et très personnel, l'auteur nous fait voguer d'anecdotes en anecdotes. Comme s'il surprenait une conversation, ou une histoire racontée au milieu du gué, le lecteur est projeté dans des microcosmes variés, avec des personnages toujours énigmatiques qui ne laissent entrevoir que quelques-uns de leurs secrets.
Les histoires n'en sont pas vraiment, elles sont parfois inachevées, comme suspendues... Elles donnent à lire des couleurs, des impressions, sans délivrer toutes leurs clés.
C'est, je trouve, ce qui rend ce recueil si particulier. Il permet de rêver et de s'évader, sans fioriture, avec des textes riches et bien écrits. Les émotions sont décrites avec sincérité et brio.
Bref, je recommande cette lecture pas comme les autres.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
BookycookyBookycooky   17 juin 2017
(Cosi fan tutte)
...le rideau se lève...la scène apparaisse devant eux: la salle d'attente d'un aéroport,
Guglielmo et Ferrando rencontraient Don Alfonso devant une billetterie .
Sa femme commença à s'agiter nerveusement sur son siège.
-Ca me rappelle que demain, on va encore voyager, murmura-t-elle.
-Et moi ca me rappelle que, pour les metteurs en scène actuelle, il n'y a plus rien de sacré.Regarde-moi ça ! Que vient faire un aéroport dans la Naples du dix-huitième siècle ?
p.65
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          402
BookycookyBookycooky   16 juin 2017
-Et alors, qu'est-ce que tu as réussi ? Le bar "Himalaya", tu considères ça une réussite ? Et tu t'en prends à moi qui veut devenir peintre ?...........Écoute ca, "Himalaya"...... Si tu y étais allée au moins, je comprendrais.
( Le bar se trouve à Berlin )
Commenter  J’apprécie          291
CroquignolleCroquignolle   05 juin 2017
Ailleurs dans la lettre, j'utilisai un extrait de "Cartes sur table" qui faisait écho à notre amitié rare : "Il existe dans la vie de l'homme des instants qui, en un clin d'oeil insaisissable, montrent, baigné d'une lumière étrange, le monde qui nous entoure, dépouillé de son sens quotidien et révélé pour la première fois sous un autre - son véritable ? - aspect. Il existe des instants où les choses et les faits, ce qui semble délimiter sèchement et implacablement notre route, sortent de leur ornière pour l'illuminer d'un autre sens et d'une autre vocation, des instants où l'homme se voit lui-même marchant sur des chemins qu'il n'a jamais choisis, sous des rangées d'arbres qu'il lui est impossible de reconnaître, aux côtés d'hommes qui s'élèvent à la hauteur de ses sentiments évidents pour devenir les amis, ses amis, comme il aurait toujours voulu qu'il en existe et qu'ils l'attendent là, dans un coin amer de sa vie".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
CroquignolleCroquignolle   05 juin 2017
Sur le ferry qui nous conduisait en face, il n'y avait que nous et un camion. Hokan a coupé le moteur et s'est tourné vers moi. Il se contentait de me regarder, sans essayer de me toucher. Je le regardais moi aussi. Comme nous étions en mouvement sur l'eau, malgré notre immobilité absolue, c'était comme si nous nous rapprochions l'un de l'autre.
Commenter  J’apprécie          60
CroquignolleCroquignolle   05 juin 2017
Albert m'avait appris à manger des escargots peu après notre rencontre en m'emmenant dans un restaurant spécialisé dans ce plat, "L'escargot Montorgueil". D'une main il m'avait caché les yeux et, de l'autre, fourré dans la bouche quelque chose de gluant. J'avais broyé la bouchée en éprouvant un mélange de panique et d'exaltation. Vaincue par mon amour pour Albert et par le goût invincible de l'ail, ce n'étaient pas des escargots que je mâchais mais des bouchées de désir et de consentement. Ce soir-là, Albert avait souligné le fait que les mollusques sont hermaphrodites. Ils baisent et sont baisés en même temps. Et moi, puisqu'à l'époque nous parlions par sous-entendus, je lui avais répondu que ça me plairait d'être un escargot. D'avoir une coquille dure. De partager quelque chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : diasporaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Bonjour les crêpes !

En France, quel prénom féminin est associé à une recette de crêpe ?

Babette
Frimoussette
Suzette
Odette
Marinette
Paulette
Babounette

10 questions
36 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , gastronomie , AppréciationCréer un quiz sur ce livre