AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782743649432
300 pages
Éditeur : Payot et Rivages (08/01/2020)

Note moyenne : 2.89/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Sur les deux versants du Massif bleu, la nature se déchaîne. D’un côté, Marie Saintonge. Isolée au cœur de la forêt, dans une maison secouée par le blizzard, elle doit faire face à l’hostilité des lieux, aux voix sourdes de la peur et aux ombres inquiétantes qui viennent tour à tour frapper à sa porte. De l’autre côté, Ric Dubois. Confronté lui aussi à la fureur de la montagne lorsque les orages de juillet éclatent, il doit lutter pour sauver sa peau pendant que les... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Cannetille
  03 avril 2020
Marie Saintonge vient d'hériter de son oncle suicidé une maison isolée sur les pentes du Massif Bleu, au Québec. Sa première nuit sur place, alors qu'une terrible tempête de neige se déchaîne, tourne au cauchemar : entre une nature hostile et démontée, d'étranges visiteurs et d'inquiétants phénomènes, Marie finira-t-elle par perdre la tête comme son oncle ? Quelques mois plus tard, quand sévissent cette fois de violents orages d'été, Ric Dubois est à son tour confronté à la peur sur l'autre versant de cette montagne décidément bien peu hospitalière. Les disparitions et les morts inexpliquées se multipliant au camping de la Red River où il séjourne, il va devoir rassembler tout son courage pour tenter de comprendre ce qui se passe dans ce coin de forêt, et pour sauver sa peau.

Jouant avec nos nerfs et nos doutes, l'auteur s'emploie à créer l'épouvante et l'incertitude dans cette histoire où l'on ne sait plus si les événements ont une cause rationnelle ou surnaturelle, ou encore s'ils ne se produisent que dans l'imagination des personnages, en proie à une terreur collective à l'origine de comportements délirants. La nature, écrasante et dangereuse, fait peser une menace permanente sur le récit, contribuant à son climat délétère et effrayant.

Portée par une belle écriture aux accents lyriques dans ses descriptions de la montagne et de ses tempêtes, l'histoire m'a d'abord happée, avant de laisser retomber mon enthousiasme au niveau de la simple curiosité. Malgré un début prometteur, je suis restée au final assez extérieure à l'intrigue, déçue de ne pas être davantage prise aux tripes par l'angoisse et le suspense.

Ce thriller fantastique reste un bon moment où l'étrangeté le dispute au dépaysement des conditions climatiques et des expressions québécoises. Malgré l'originalité de ses deux principaux ingrédients : la malveillance de cette montagne bleue et la dérive de ses personnages jusqu'aux rivages de la folie, il lui manque cependant ce je ne sais quoi qui rend une lecture véritablement addictive et qui réussit à vous faire frémir d'angoisse.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          703
iris29
  12 juin 2020
Depuis Bondrée, je suis une fidèle de Andrée A Michaud, et si j'ai beaucoup aimé Bondrée, je la suis moins sur ses deux autres romans, mais ça reste des lectures agréables, parce que la dame écrit divinement bien. Romans noirs très littéraires, empreints de poésie, de mots Québecois, et américains, qui viennent se glisser entre des mots plus "sérieux" pour nous faire sourire, faire redescendre la pression... Car vous allez monter en pression avec Tempêtes, ses personnages aussi, la montagne peut rendre fou, lorsque s'abat tempêtes et orages sur des pauvres personnages...
Un roman , deux histoires, deux faces de cette montagne bleue, deux saisons, et tout cela se rejoint (un peu) à la fin, mais si peu...
Face A : Marie Saintonge hérite d'un chalet situé au coeur du massif bleu, car son oncle s'est suicidé. L'auteur ne prenant pas soin de nous présenter ce personnage, on ne saura que ça ... Quel âge a-t-elle ? Quel est son travail , pour venir au pied levé passer un hiver dans un endroit aussi hostile ? Visiblement, elle est seule dans la vie, et très vite, (visiblement !) , on la sent un peu dérangée..;
Visions, hallucinations, mauvaises décisions, folie ? Tempêtes , et tombe la neige ... Bof, bof...
Puis, page 121, on passe sur l'autre versant du Massif à "Orage" ! ( Mais pas désespoir...). L'histoire m'accroche davantage, le décor ressemble à Bondrée : petits logements de vacances autour d'un lac, et au milieu des familles, Ric Dubois , 43 ans, pas en grande forme... prête-plume d'un écrivain qui lui aussi s'est suicidé : point commun... Morts étranges, soupçons de la police, hallucinations, folie qui guette le personnage; et à un moment, les deux histoires se rejoignent, mais si peu...
Ai-je tout compris ? Je pense que oui, ça tourne sévère dans ma caboche pour remettre tout ça en perspective ... Y-a-t-il seulement quelque chose à comprendre ? J'ai l'impression que sur ce coup, l'auteure s'est fait plaisir, un petit trip à la Shining , en moins effrayant.
Je ne suis pas sûre d'aimer, les romans policiers ou thrillers qui laissent le lecteur face à un "vide explicatif", j'aime bien me coucher en paix, (déjeuner en paix aussi, of course ..)
Je ne conseillerais pas Tempêtes à tout le monde, l'adhésion ne sera pas automatique. Mais pour ceux qui aime le style , la forme avant l'histoire, Andrée A Michaud, a une patte unique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          558
Sallyrose
  28 janvier 2020

Quel roman surprenant !
Nous sommes au pied d'un massif montagneux alors que le blizzard fait rage. le lecteur assiste à la perte progressiste et violente du sens commun de l'habitante d'une maison isolée.
C'est la première partie.
La deuxième et la troisième mettent en scène un homme d'une quarantaine d'années qui se retrouve dans un camping au pied de la même montagne et près d'un cours d'eau. Nous sommes en été et ce sont les orages qui s'accompagnent de manifestations surprenantes assorties de quelques morts inexpliquées.
Autant dire que moi aussi, j'ai perdu la tête à la lecture de ce roman.
Il est très bien écrit. Andrée A. Michaud nous embarque dans de magnifiques descriptions où l'on retrouve la poésie déjà appréciée dans Bondrée.
La construction est intéressante avec l'arrivée progressive d'éléments qui éclairent ce qui se révèle être une mise en abîme. Je ne vous en dis pas davantage mais si comme moi, vous ramez dans votre lecture, sachez que l'on finit par arriver au port :D. Parce que, oui, c'est la faille : le roman est laborieux et plus d'une fois j'ai failli stopper ma lecture, perdue dans ce vrai/faux thriller aux magnifiques paysages. C'est Ric Dubois, ce campeur malgré lui, qui m'entraînera jusqu'à la fin, sa détermination à comprendre ce qu'il se passe étant contagieuse.
Pour autant, je n'ai pas pris autant de plaisir qu'avec Bondrée.
Est-ce que je suis passée à côté ? Est-ce que l'auteure a volontairement omis de donner quelques clefs afin de débrider l'imagination de son lecteur ? La mienne a rencontré ses limites
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Bazart
  27 mai 2020
Encore une histoire de jeune qui emménage dans une vieille maison léguée par un membre de la famille., mais là, on est bien plus dans le thriller d'épouvante que le drame social avec un environnement aussi hostile qu'étouffant.
Marie, isolée dans cette maison en pleine montagne léguée par son oncle, se sent epiée et menacée par la nature glaciale et par Franck, cet inquiétant vagabon qu'elle va héberge
Bondée le précédent polar d'Andrée A Michaud révelait chez l'auteur québécoise virtuosité dans la façon dont l'auteur joue avec la langue, en utilisant comme rarement des frontières poreuses entre la langue française et la langue anglaise :
Andrée Michaud renouvelle cet exploit dans Tempête tant cette fois encore l''écriture d'Andrée Michaud possède une puissance d'évocation assez inédite entre réalisme et fantastique .
Sous la plume d'Andrée Michaud les descriptions sont évocatrices et poétiques et font corps, comme le font les personnages de son intrigue avec les éléments déchainés et inhospitaliers.
. On peut dire qu'elle excelle à créer une atmosphère, et à magnifier cette langue truffée de tropisme québécois.
le texte, dense et fiévreux,brouille les frontières entre cauchemar et réalité et se permet même à mi parcours de changer de point de vue avec l'appariition d'un nouveau narrateur un certain Ric Dubois, qui vient s'installer dans un camping de l'autre côté de Cold Mountain. ( que vient il faire là? ne spoilons pas))
Plongeons avec l'auteur dans ce conte très noir qui nous plonge avec délice et jusqu'au cou aux rivages de la folie!
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Zazaboum
  23 avril 2020
Je ne donne pas de note à ce roman car je l'ai abandonné et je ne me sens pas le droit de le juger. Non pas qu'il soit mauvais mais il se passe en montagne, en huis-clos, un chalet isolé dans une tempête de neige ; mon pire cauchemar !
Ma terreur grandissait en parallèle à celle de Marie. Elle est venue s'installer dans un chalet hérité de son oncle suicidé.
Impossible de faire la part du vrai et du faux dans ce qu'elle vit, pas seulement à cause de mon ressenti. Impossible de savoir où veut en venir André Michaud, dont j'ai beaucoup apprécié Bondrée, je n'ai pas vu de fil conducteur qui m'aurait permis de m'accrocher à l'histoire.
Ailleurs qu'en montagne j'aurais persisté au-delà des 100 pages mais ce fût impossible, aucun plaisir et que du stress !!
Malgré tout je suis capable de dire que l'écriture d'Andrée Michaud est puissante et que sobrement elle est capable de faire monter l'angoisse et naître la terreur !
CHALLENGE MULTI-DEFIS 2020
CHALLENGE MAUVAIS GENRE 2020
Commenter  J’apprécie          220


critiques presse (6)
Liberation   07 février 2020
Roman en deux temps, déroutant, Tempêtes [...] confirme la singularité d’Andrée A. Michaud, cette langue protéiforme qui fait corps avec les éléments comme les personnages, aussi à l’aise dans le réalisme que le fantastique, capable du sarcasme comme de l’élan poétique. Une grande force s’en dégage, à en déplacer des montagnes.
Lire la critique sur le site : Liberation
LeSoir   13 janvier 2020
Avec « Tempêtes », Andrée A. Michaud livre un roman en deux temps où deux personnages se retrouvent embarqués dans un véritable cauchemar qui engloutit tout sur son passage.
Lire la critique sur le site : LeSoir
LePoint   10 janvier 2020
La Québécoise Andrée A. Michaud revient avec « Tempêtes », un récit qui couvre deux saisons. Hiver, été : les deux faces d'une montagne où couve l'horreur.
Lire la critique sur le site : LePoint
LeJournaldeQuebec   12 novembre 2019
C’est un roman de forces surnaturelles qu’Andrée A. Michaud signe avec Tempêtes, dernier ouvrage de la longue liste qui ont fait sa renommée. Il sera question d’ombres fugaces, de visages qui apparaissent, puis s’effacent, de statues qui subtilement se déplacent... Et il y aura des morts, beaucoup. De quoi rendre fou.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeJournaldeQuebec   14 octobre 2019
Andrée A. Michaud propose dans Tempêtes une histoire inquiétante, sombre à souhait, où la folie se faufile à travers la fureur des éléments. Cette histoire déroutante se déroule sur deux saisons, d’un versant et de l’autre de la mystérieuse Cold Mountain. Frissons d’horreur garantis.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LaPresse   01 octobre 2019
Un huis clos anxiogène. Une atmosphère à glacer le sang. Une montagne d’une « impénétrable froideur » et d’une « puissance hostile ». C’est ainsi que nous harponne Tempêtes, le nouveau roman d’Andrée A. Michaud, un suspense sournoisement inquiétant dont l’aura nous poursuit un long moment après avoir refermé le livre.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   12 juin 2020
Le Massif bleu portait bien son nom, mais sa couleur n'évoquait pas celle des cieux. Il était plutôt de cette teinte que l'on prête aux eaux abyssales, à ces régions où le ciel n'existe pas et où la lumière n'est qu'une idée de l'eau-delà. Cette montagne me donnait froid dans le dos.
Commenter  J’apprécie          200
iris29iris29   13 juin 2020
J'ai d'abord commandé un scotch hors de prix, que j'ai siroté en regardant les moineaux sautiller sur le sol pavé d'ardoises, et j'ai savouré la chaleur de l'alcool qui descendait dans ma poitrine comme s'il rentrait enfin à la maison .
Commenter  J’apprécie          150
iris29iris29   11 juin 2020
Moi aussi, je commence à avoir peur, m'a confié Maddy (...). Toutes les femmes avaient raison d'avoir peur, n'importe où, n'importe quand, particulièrement quand l'une d'elles vient d' être repêchée dans une rivière.
Commenter  J’apprécie          160
BazartBazart   23 mai 2020
"J'ai soulevé le premier pour en vérifier la couleur. Noir de jais, ai-je lu sur le contenant. J'ai soulevé le deuxième pot, le troisième, le quatrième. Noir, noir, noir. Ca n'avait aucun sens. J'avais vu du rouge, bloody mary, c'était écrit sur l'étiquette, et du jaune citron. J'avais vu de la peinture jaune, joualvert. Je n'étais pas cinglée." "t'es forte Marie, tu vas t''en sortir."
Commenter  J’apprécie          80
iris29iris29   11 juin 2020
Cette fois, elle était crinquée, et en arrivant à son chalet, elle m'avait dit de retourner chez moi, qu'elle n'allait pas se laisser impressionner par un hostie de malade et passer le reste de sa crisse de vie avec un bodyguard.
Commenter  J’apprécie          123

Videos de Andrée A. Michaud (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrée A. Michaud
Rentrée Frissons pour ce premier Cercle polar de l'année 2020. Tempêtes, le nouveau roman de la Québécoise Andrée A. Michaud explore la montée de la peur et de la folie chez deux personnages prisonniers de la fureur de la montagne. le Français Patrice Gain plonge une famille dans la violence d'une rivière qu'ils tentent de descendre en raft. Quant à l'Américain T.E. Grau, c'est dans le chaos de l'esprit d'un soldat retour du Vietnam qu'il enferme le lecteur, façon Apocalypse now. Bonne année à tous !
"Tempêtes" d'Andrée A. Michaud, éd. Rivages/Noir "Le sourire du scorpion" de Patrice Gain, éd. le mot t le reste "Je suis le fleuve" de T.E. Grau, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Nicolas Richard, éd. Sonatine
+ Lire la suite
autres livres classés : québecVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2014 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..