AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070751333
Éditeur : Gallimard (05/03/1998)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 11 notes)
Résumé :

" Dès que j'écris, c'est pour commencer à inventer. À peine est-ce sorti, voilà que je me mets de tous côtés à lui présenter des barreaux de réalité et, ce nouvel ensemble obtenu, à lui en présenter de nouveaux encore plus réels, et ainsi, de compromis en compromis, j'arrive, eh bien j'arrive à ce que j'écris qui est de l'invention saisie à la gorge et à qui on n'a p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
tiri_noiret
  01 février 2019
Michaux a rassemblé ici une série d'articles qui nous parlent avant tout de la création. Création tous azimuts, littéraire, picturale, musicale... il nous parle de lui-même bien entendu mais aussi de l'humain, de sa beauté... C'est bien l'homme Michaux qui se bat avec sa création/créature... qui la laisse prendre ses aises puis la bâillonne, c'est le peintre qui laisse glisser l'aquarelle ou rassemble ses petits motifs en de grands assemblages noir et blancs, plus écrits qu'aucun livre.
Cependant contrairement à tous ces auteurs (y compris moi-même) qui aiment à parler de leur geste d'écrivain, pour Michaux, cela semble être la même torture de parler de son écriture que de s'adonner à la création devant la page blanche... car il s'agit bien entendu de toujours le même don de soi.
Commenter  J’apprécie          170
brigetoun
  09 février 2009
en fait recueil d'articles, de préfaces, où sa fausse fantaisie se tourne parfois en un ton un tantinet sentencieux. (premier réflexe, une fois dedans cela s'arrange)

Lien : http://brigetoun.blogspot.com
Commenter  J’apprécie          10
Grapheus
  04 avril 2009
C'est un vieux copain qui me le donne, ce livre précieux, en janvier 1967, à Souk-Ahras
Lien : http://grapheus.hautetfort.c..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
tiri_noirettiri_noiret   21 janvier 2019
Aventure peu recherchée, quoique pour tous. Tous peuvent lire un tableau, ont matière à y trouver (et à des mois de distance matières nouvelles), tous, les respectueux, les généreux, les insolents, les fidèles à leur tête, les perdus dans leur sang, les labos à pipette, ceux pour qui un trait est comme un saumon à tirer de l’eau, et tout chien rencontré, chien à mettre sur la table d’opération en vue d’étudier ses réflexes, ceux qui préfèrent jouer avec le chien, le connaitre en s’y reconnaissant, ceux qui dans autrui ne font jamais ripaille que d’eux-mêmes, enfin ceux qui voient surtout la Grande Marée, porteuse à la fois de la peinture, du peintre, du pays, du climat, de l'époque entière et de ses facteurs, des événements encore sourds et d'autres qui déjà se mettent à sonner furieusement de la cloche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
tiri_noirettiri_noiret   21 janvier 2019
Le déplacement des activités créatrices est un des plus étranges voyages en soi qu’on puisse faire.
Étrange décongestion, mise en sommeil d’une partie de la tête, la parlante, l’écrivante (partie, non, système de connexion plutôt). On change de gare de triage quand on se met à peindre.
La fabrique à mots (mots-pensées, mots-images, mots-émotions, mots-motricité) disparaît, se noie vertigineusement et si simplement. Elle n’y est plus. Le bourgeonnement s’arrête. Nuit. Mort locale. Plus d’envie? d’appétit parleur. La partie de la tête qui s’y trouvait la plus intéressée, se refroidit. C’est une expérience surprenante.
Et quel repos!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
auboisdormantauboisdormant   01 août 2012
L'enfant plus homme que l'homme

Louis XIII, à huit ans, fait un dessin semblale à celui que fait le fils d'un cannibale néo-calédonien. A huit ans, il a l'âge de l'humanité, il a au moins deux cent cinquante mille ans. Quelques années après il les a perdus, il n'a plus que trente et un ans, il est devenu un individu, il n'est plus qu'un roi de France, impasse dont il ne sortit jamais. Qu'est-ce qui est pire que d'être achevé?
Adulte - achevé - mort: nuances d'un même état. On a jeté ses atouts.
"Tout le progrès de l'homme est peut-être dû au fait qu'il reste longtemps dans l'enfance." (John Fiske.)
Et cependant: "Il ne tient pas ce qu'il promet." (Goetehe.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
niouar_allaouzniouar_allaouz   01 mars 2017
Au lieu d'une vision à l'exclusion des autres, j'eusse voulu dessiner les moments qui bout à bout font la vie, donner à voir la phrase intérieure, la phrase sans mot, corde qui indéfiniment se déroule sinueuse, et, dans l'intime, accompagne tout ce qui présente du dehors comme du dedans.

Je voulais dessiner la conscience d'exister et l'écoulement du temps. Comme on se tâte le pouls. Ou encore, en plus restreint, ce qui apparaît lorsque, le soir venu, repasse (en plus court et en sourdine) le film impressionné qui a subi le jour.

Dessin cinématique.

Je tenais au mien, certes. Mais combien j'aurais eu plaisir à un tracé fait par d'autres que moi, à le parcourir comme une merveilleuse ficelle à nœuds et à secrets, où j'aurais eu leur vie à lire et tenu en mains leur parcours.

Mon film à moi n'était guère plus qu'une ligne ou deux ou trois, faisant par-ci par-là rencontre de quelques autres, faisant buisson ici, enlacement là, plus loin livrant bataille, se roulant en pelote ou – sentiments et monument mêlés naturellement – se dressant, fierté, orgueil, ou château ou tour... qu'on pouvait voir, qu'il me semblait qu'on aurait dû voir, mais qu'à vrai dire personne ne voyait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brigetounbrigetoun   09 février 2009
Art qui chante le divin sans avoir à croire en Dieu, ni à faire partie d’une religion, ni à se retenir à des dogmes, sans même savoir si ce qu’il compose est réellement un hymne ou simplement une façon de vouloir dans « divinement » prendre place…
….. Art qui frappe celui qui le fait entendre et celui qui l’entend dans un parallélisme unique. Cet art, parce qu’il reproduit en l’auditeur la trace même du passage subi par le compositeur, cet art qui a le pouvoir d’uniformiser les hommes, art naturellement social et qu’un gouvernement avisé pourrait donc diriger
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Henri Michaux (55) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Michaux
Le fameux film d’Henri Michaux et d’Éric Duvivier, dans la meilleure qualité possible, réalisé en 1963 à l’instigation du Laboratoire Sandoz. Musique : Gilbert Amy.
autres livres classés : recueil d'essaisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
718 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre