AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782081220430
205 pages
Éditeur : Flammarion (10/03/2010)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 68 notes)
Résumé :
L'ambition du libéralisme est d'instituer la moins mauvaise société possible, celle qui doit protéger l'humanité de sa folie idéologique.
Pour ses partisans, c'est la volonté d'instituer le règne du Bien qui est à l'origine de tous les maux accablant le genre humain. C'est en ce sens que le libéralisme doit être compris, et se comprend lui-même, comme la politique du moindre mal. Il fait donc preuve d'un pessimisme profond quant à l'aptitude des hommes à édif... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Nicolas9
  25 février 2018
Dans cet essai assez dense, le philosophe Jean-Claude Michéa a pour ambition de circonscrire ce qu'est vraiment le libéralisme : genèse de l'idée, principaux idéologues d'hier et d'aujourd'hui, conséquences sur l'évolution de notre société. Un objectif qui est finalement atteint malgré un parcours sinueux et quelques détours.
Je l'avoue, j'ai failli abandonner la lecture de ce livre à la page soixante tant le texte est touffu, les phrases longues, la structure peu claire, les itérations nombreuses, le vocabulaire et les références complexes. Mais, j'aurais eu tort et je vais tenter de vous démontrer pourquoi.
En rupture avec l'humanisme de la Renaissance, le libéralisme qui apparaît au XVIIe siècle " ne se soucie pas de définir des Idées ou de saisir des Essences, c'est-à-dire de s'exprimer au nom d'une quelconque "Vérité", quel que soit le statut métaphysique de cette dernière. "
Non, inspiré par l'appréciation pour le moins pessimiste de l'Homme que Thomas Hobbes expose dans le Léviathan (publié en 1651), le libéralisme primitif se contentait de mettre au point un système juridique qui permet à chacun de faire ce qui lui plaît tant qu'il n'empêche pas les autres de faire pareil.
Contrairement aux doctrines antérieures, ce capitalisme originel ne s'encombre pas de considérations morales ou religieuses : il prétend simplement faire preuve de bon sens, loin de tout débat d'idées. C'est en quelque sorte le remplacement décomplexé des diverses visions de monde patiemment construites par les grands penseurs " d'avant ". Il s'agit plutôt d'un (bon ?) sens commun reflétant les valeurs utilitaristes et pragmatiques de la bourgeoisie commerçante contemporaine des Lumières... Pour résumer, le droit libéral a au départ " une fonction comparable à celle du Code de la route ".
Michéa précise que, pour les libéraux, " l'État le plus juste c'est un État sans idées ". le pouvoir qui s'en inspire met ainsi un point d'honneur à ne jamais s'interroger sur ce qu'est la meilleure façon pour un citoyen de conduire sa vie ou d'employer sa liberté " naturelle ".
Or, comme le libéralisme s'interdit de juger de toutes les questions autres que techniques, il se borne à une simple " administration des choses ". Michéa en profite au passage pour égratigner " l'État libéral qui a trouvé, depuis trente
ans, un personnel politique remarquablement adapté à sa fonction. " Autrement dit, gouverner ça n'est plus prévoir, c'est administrer.
Et de poursuivre : " Dans sa forme idéale, l'État libéral doit donc veiller en permanence à séparer soigneusement l'exercice du pouvoir de toute considération morale, ou religieuse " [p. 95]. Pourtant, relève JCM, il existe malgré tout des situations où cet " État minimal " outrepasse son rôle de gestionnaire pur et dur : à savoir, " lorsqu'il s'agit de défendre les conditions du laissez-faire. " Comme exemple concret, Michéa évoque (au deuxième degré !) notamment " les avantages injustement acquis lors des luttes antérieures (et non moins archaïques) de la classe ouvrière et de ses différents alliés "...
Ainsi, " la société du moindre mal est non seulement celle qui, pour se développer efficacement, n'a nul besoin d'exiger de ses membres un quelconque travail sur eux-mêmes : de les exhorter, par exemple, à se conformer à un idéal déterminé de perfectionnement moral ou religieux. Et comme Adam Smith (après Mandeville) ne se prive jamais de le souligner, il s'agit d'une collectivité dont les rouages fonctionnent d'autant mieux que chaque individu renonce de lui-même à accomplir un tel travail (du reste, forcément suspect) et préfère à cette existence sacrificielle la poursuite plus tranquille de ses intérêts bien compris et la réalisation de ses désirs particuliers " [p. 96-97].
De nos jours, débarrassés des principes éthiques qu'ils considèrent comme des entraves néfastes au développement d'une économie dynamique, les héritiers du libéralisme originel prônent un "égoïsme rationnel". Celui-ci leur permet en toute bonne conscience d'exploiter et de licencier leurs employés précaires, d'engranger des profits surréalistes, de commercer avec les dictatures, de saccager l'environnement, de falsifier leur comptabilité. Et, lorsque tout est fini, ils se sauvent en ayant d'abord pris soin d'actionner leurs parachutes dorés.
En effet, depuis le dernier tiers du XXe siècle le néo-libéralisme n'est plus tout à fait comparable à son ancêtre institué par Thomas Hobbes, Adam Smith ou Bernard de Mandeville. Pour continuer à exiger une cascade de nouvelles privations de la part de ses tributaires, il promet désormais "le meilleur des mondes" comme l'avait fait avant lui le communisme soviétique ou chinois, mais comme n'avaient jamais osé le suggérer ses pères fondateurs.
Dans cet univers définitivement façonné par l'influence bénéfique du Marché et du Droit, les citoyens "doivent perpétuellement être exhortés à abandonner les manières de vivre qui leur tiennent le plus à coeur s'ils veulent tenir les rythmes infernaux qu'impose le développement continuel de ces deux institutions."
Alors, pour parvenir à concrétiser cette belle prophétie "de l'homme nouveau exigé par le fonctionnement optimal du Marché et du Droit", il faut valoriser un travailleur prêt à sacrifier sa vie - et celle de ses proches - à l'Entreprise compétitive. On a également besoin "d'un consommateur au désir sollicitable à l'infini, d'un individu politiquement correct et procédurier, fermé à toute générosité réelle, parent absent ou dépassé, afin de transmettre dans les meilleures conditions possibles cet ensemble de vertus indispensables à la reproduction du Système."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Luniver
  14 mai 2020
Si vous êtes français, et que l'alternance politique gauche/droite vous paraît une sinistre plaisanterie, cet essai donnera de la consistance à ce qui ne pouvait être qu'un sentiment diffus.
L'auteur commence par rappeler les racines du libéralisme : effrayés par les carnages et l'asservissement que peuvent provoquer les communautés (religions, corporations, …) sur ses propres membres, ou les membres du camp adverses, les philosophes sont devenus très méfiants sur la Vertu, la Morale, et tout ce qui porte une majuscule en général. D'où l'idée que les individus devraient avoir la possibilité de faire tout ce qu'ils souhaitent, tant qu'ils n'empiètent pas sur la liberté des autres. L'équilibre des égoïsmes devrait mener à une société qui ne fait peut-être pas rêver sur le papier, mais qui est la moins pire possible que l'on puisse obtenir. On fait ce qu'on veut chacun de son côté, et quand on n'est pas d'accord, on passe devant les tribunaux pour trancher qui empiète sur les droits de qui.
En France aujourd'hui, il n'y a plus que des partis libéraux : la gauche a abandonné progressivement les thèmes sociaux pour les thèmes sociétaux (aucun individu ne doit être contraint dans sa vie par une Morale qu'il ne reconnaît pas (mariage homosexuel, extension de la FIV, …)), tandis que la droite se concentre plus sur son aspect économique (aucun individu ne doit être contraint à dépenser 1€ au nom d'une Valeur qu'il n'a pas choisi lui-même (réduction des cotisations sociales, privatisation des service autrefois collectifs,…)). Et si ces deux camps se présentent comme ennemis, c'est surtout à partir de leur base électorale historique, car ils partagent aujourd'hui les mêmes fondements théoriques. Écrit en 2007, le livre préfigure bien le mandat d'Hollande (de gauche, légalisation du mariage homosexuel mais allègement du Code du travail), puis celui de Macron qui offre finalement une synthèse libérale claire et rend les autres partis confus en comparaison.
Pour Michéa cependant, le postulat de départ du libéralisme est faux, car l'être humain n'est pas purement égoïste par nature. Les gestes de solidarité éclatent spontanément, et une société ne tient debout que parce que le goût du travail bien fait, le sens de l'honneur et celui du sacrifice sont largement répandus dans la population (dont une large part réclame d'ailleurs plus de protection mutuelle que d'individualisme). L'auteur incite tout de même à la méfiance, car l'individualisme a tendance à être contagieux une fois passé un seuil critique (comme il n'y a aucun intérêt à faire bloc avec des gens qui vous lâcheront au premier effort que ça leur demandera, plus il y a d'égoïste autour de vous, plus vous avez intérêt à le devenir aussi) et aujourd'hui, on a bien de la peine à trouver une « force vivante » capable de s'opposer au libéralisme.
L'empire du moindre mal est un de ces essais « coup de pied dans la fourmilière » qui donne l'occasion de voir quantité d'événements sous un jour nouveau. Il offre aussi un grand bol d'oxygène intellectuel : en renommant simplement certaines choses de la bonne façon, des problèmes qui paraissaient flous et frustrants dévoilent soudain des réponses lumineuses.
Une seule réserve pour le moment, la généralisation du propos en dehors du contexte de la France, qui ne me paraît pas aller de soi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
LeMaedre
  12 juin 2020
Jean-Claude Miché tente de répondre, dans cet essai, à des questions majeures sur la société dans laquelle nous vivons : qu'est-ce que le libéralisme et quels en sont les limites ?
Pour lui, le libéralisme est partagé par tous les grands courants politiques français : le libéralisme économique par la droite et le libéralisme politique et culturel (défini comme l'avancée illimitée des droits et la libération permanente des moeurs) par la gauche.
Dans cette société libérale, chacun est donc libre d'adopter le style de vie qu'il juge le plus approprié à sa conception du devoir (s'il en a une) ou du bonheur , sous la seule et unique réserve naturellement, que ses choix soient compatibles avec la liberté correspondante des autres (ma liberté s'arrête là où commence celle des autres).
La notion de morale a été bannie de cette société, car la prétention de certains individus à détenir la vérité sur le "Bien" est, pour le libéralisme politique, la cause fondamentale des affrontements violents (responsable des guerres idéologiques et religieuses).
La civilisation libérale est donc " L'empire du moindre mal " : "la démocratie est le pire des régimes, à l'exception de tous les autres", une société libre mais sans morale (intégrité, bienveillance, générosité).
Car le libéralisme, donne donc la primauté à l'individu (la liberté individuelle) sur le groupe (l'égalité et la fraternité) ! Et donc, la primauté à l'égoïsme...
Et, sans les limites de la morale, auparavant portée par la tradition et la religion.
En aparté, on en constate notamment les effets dans le discours et les actions des politiques (malhonnêteté intellectuelle, violences verbales, irrespect des institutions en place, primauté du parti par rapport au bien commun,… ). Alors qu'ils devraient être exemplaires !
Or, pour l'auteur, le postulat de départ du libéralisme est faux, car l'être humain n'est pas purement égoïste par nature. Les gestes de solidarité éclatent spontanément, et une société ne tient debout que parce que le goût du travail bien fait, le sens de l'honneur et celui du sacrifice sont largement répandus dans la population (dont une large part réclame d'ailleurs plus de protection mutuelle que d'individualisme).
Que faire alors pour éradiquer le déficit de morale (de décence) des sociétés libérales ? Jean-Claude Miché ne nous propose malheureusement que peu de pistes : une vague notion de Common Decency (?) et le retour vers des relations "gagnant-gagnant" au lieu des relations "donnant-donnant"...
Ce qui est bien dommage, car la morale est indispensable à une démocratie pour donner naissance à une société libre, pacifique et prospère !
Ce chapitre m'a fait penser à l'importance de l'éducation (" le miracle Spinoza : Une philosophie pour éclairer notre vie" de Frédéric Lenoir), à la sécurité, l'équité et la confiance ("L'entraide : l'autre loi de la jungle" de Pablo Servigne) et à l'éthique mise en oeuvre dans les pays scandinaves et du nord de l'Europe ("La société de défiance. Comment le modèle social français s'autodétruit" de Yann Algan et Pierre Cahuc).
A signaler : l'accumulation dans le texte, en bas de page et en fin de chapitre, de références sur les thèses évoquées nuit grandement à sa lisibilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Deconsommateur
  04 octobre 2018
Retour sur l'origine du libéralisme.
Michéa expose pourquoi, dès le départ, le ver était dans le fruit. En effet, selon lui, le libéralisme devait nécessairement mener aux dérives actuelles. Ses deux bases sont viciées : un Droit négatif (strictement limité au principe "ne pas nuire à autrui") et un Marché tout-puissant, basé sur une vision supposée "réaliste" car reposant sur les vices humains (ce qui n'empêche pas que l'on prête à ce même Marché des vertus proprement surnaturelles).
L'analyse de Michéa est fine et passionnante. Je l'ai trouvé pour ma part très clair et agréable à lire.
En revanche, je ne suis pas d'accord avec tous ses positionnements, en particulier lorsqu'il fait appel à la common decendy (décence ou morale commune) orwellienne : une référence intéressante, mais qui se transforme un peu trop souvent en "formule magique" censée régler tous les problèmes, alors qu'elle est loin de constituer à elle seule une solution concrète.
Mais ce n'est pas un vrai reproche : cette divergence de vues ne m'a pas du tout gêné. Au contraire, j'ai trouvé cette lecture féconde et enrichissante.
Lien : https://deconsommateur.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Villebard
  23 octobre 2018
Un livre tout à fait lumineux.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   03 mai 2020
L'axiome de base du libéralisme est bien connu. Si la prétention de certains individus (ou association d'individus, à l'image de l'Église) à détenir la vérité du Bien est la cause fondamentale qui porte les hommes à s'affronter violemment, alors les membres d'une société ne pourront vivre en paix les uns avec les autres que si le Pouvoir chargé d'organiser leur coexistence est philosophiquement neutre, c'est-à-dire s'il s'abstient, par principe, d'imposer aux individus telle ou telle conception de la vie bonne. Dans une société libérale chacun est donc libre d'adopter le style de vie qu'il juge le plus approprié à sa conception du devoir (s'il en a une) ou du bonheur ; sous la seule et unique réserve, naturellement, que ses choix soient compatibles avec la liberté correspondante des autres. Cette dernière exigence suppose la présence – au-dessus des individus engagés séparément dans leur recherche de la vie bonne et du bonheur – d'une instance chargée d'harmoniser les libertés à présent concurrentes, et seule fondée, à ce titre, à en limiter le champ d'action en définissant un certain nombre de règles communes. Cette instance est le Droit (dont l'État, dans cette optique, n'a plus pour fonction essentielle que de garantir l'application effective).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LuniverLuniver   02 mai 2020
[L]a capacité de sacrifier sa vie, quand les circonstances l'exigeaient, à sa communauté d'appartenance a toujours constitué la vertu proclamée des différentes sociétés traditionnelles, c'est-à-dire de celles qui confèrent une place privilégiée aux relations de face-à-face, et par conséquent, aux sentiments de honte et d'honneur. Du guerrier primitif au citoyen de la Rome antique, du martyr de la foi chrétienne au chevalier médiéval, c'était cette disposition permanente au sacrifice ultime qui, pour le meilleur et pour le pire, fondait officiellement l'estime de soi des individus et la garantie de leur possible gloire éternelle, que cette gloire soit profane ou sacrée.

[L]a modernité occidentale apparaît donc comme la première civilisation de l'Histoire qui ait entrepris de faire de la conservation de soi le premier (voire l'unique) souci de l'individu raisonnable, et l'idéal fondateur de la société qu'il doit former avec ses semblables. Comme le souligne clairement Benjamin Constant, « le but des modernes est la sécurité dans les jouissances privées ; et ils nomment liberté les garanties accordées par les institutions à ces jouissances. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LuniverLuniver   14 mai 2020
Comment échapper à la guerre de tous contre tous, si la vertu n'est que le masque de l'amour-propre, si l'on ne peut faire confiance à personne et si l'on ne doit compter que sur soi-même ? Telle est, en définitive, la question inaugurale de la modernité, cette étrange civilisation qui, la première dans l'Histoire, a entrepris de fonder ses progrès sur la défiance méthodique, la peur de la mort et la conviction qu'aimer et donner étaient des actes impossibles. La force des libéraux est de proposer l'unique solution désespérée. Ils s'en remettent, en effet, au seul principe qui ne saurait mentir ou décevoir, "l'intérêt des individus." L'égoïsme « naturel » de l'homme qui, depuis les moralistes du XVIIe siècle, était la croix de toutes les philosophies modernes devient ainsi, quand le libéralisme triomphe, le principe de toutes les solutions concevables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MusikantMusikant   19 juin 2010
L'homme des sociétés libérales est donc toujours invité à se tuer au travail et, simultanément, à vouloir « tout, tout de suite et sans rien faire », selon la célèbre devise de Canal +. Comme le temps disponible pour la consommation est inversement proportionnel à celui consacré au travail [AMG : c'est un peu rapide, mais passons], il y a donc bien là une véritable « contradiction culturelle du capitalisme ». L'une des solutions les plus classiques pour atténuer cette contradiction, est évidemment de prendre sur le temps nécessaire à la vie familiale et au travail éducatif qu'elle suppose. Le libéralisme peut alors gagner sur tous les tableaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MusikantMusikant   19 juin 2010
Hannah Arendt avait donc raison de souligner, dans "La Condition de l'homme moderne", que « ce qu'il y a de fâcheux dans les théories modernes ce n'est pas qu'elles sont fausses, c'est qu'elles peuvent devenir vraies ». S'il est ainsi toujours exact que l'homme n'est pas égoïste par nature, il est non moins exact que le dressage juridique et marchand de l'humanité crée, jour après jour,le contexte culturel idéal qui permettra à l'égoïsme de devenir la forme habituelle du comportement humain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Jean-Claude Michéa (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Claude Michéa
Jean-Claude Michéa - Entretiens (A Voix nue) 2019 avec Guillaume Erner
Partie 1 : La chance d’avoir des parents communistes Partie 2 : Paris avant les bobos Partie 3 : Qui n’a pas connu Montpellier dans les années 80 Partie 4 : Devenir un auteur par accident Partie 5 : Décroissance dans les Landes
Dans la catégorie : LibéralismeVoir plus
>Science politique (politique et gouvernement)>Idéologies politiques>Libéralisme (23)
autres livres classés : essaiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
537 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre