AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782081217386
176 pages
Éditeur : Climats (08/09/2008)
4.06/5   16 notes
Résumé :
Anarchiste tory, c'est-à-dire anarchiste conservateur, c'est ainsi que George Orwell se présentait parfois, lorsqu'il était invité à se définir politiquement. Mais suffit-il qu'une position politique soit inclassable pour être incohérente ? Cet essai s'efforce précisément d'établir qu'il est possible d'être l'un des analystes les plus lucides de l'oppression totalitaire sans renoncer en rien à la critique radicale de l'ordre capitaliste ; que l'on peut être à la foi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
LeScribouillard
  22 août 2021
George Orwell, écrivain qu'on ne présente plus, a été tour à tour antifasciste, vagabond, mais aussi et surtout penseur politique. Habité par un sentiment moral très fort, il refusa le totalitarisme à une époque où le socialisme se faisait tenter par celui-ci, promut les travailleurs et l'environnement, tout en se conformant à des valeurs morales simples et recherchant à bâtir une société stable, ce qui fit qu'il se qualifia lui-même d'anarchiste tory / conservateur.
Jean-Claude Michéa, qui livre ici une analyse de sa pensée, est un professeur de philosophie du secondaire, réputé pour considérer que le socialisme et le conservatisme ne sont pas incompatibles en ceci qu'ils combattent le libéralisme... voire qu'il faut une part de conservatisme pour être réellement socialiste. Une pensée, vous vous en doutez, facilement récupérable pour les confusionnistes et réactionnaires de tout poil (on se souviendra de Kriss Papillon qui s'en revendique). Si Michéa n'est pas ouvertement rouge-brun, en revanche il a entre autres accepté de faire la Une de "Causeur"... Vous vous en doutez, on va rigoler moyen dans cette critique.
En seulement deux heures de lecture, Michéa dresse un portrait clair et complet d'un auteur pour le moins plein de paradoxes. Il critique vivement l'attitude communément admise de réduire l'écrivain à ses deux oeuvres les plus connues et qui le caricaturent en un vulgaire anticommuniste, et fait le point sur les principales étapes de son cheminement politique. L'occasion pour moi de me rendre compte que connaissant trop peu la vie d'Orwell, j'avais mal interprété certains pans de "1984" ; il faudra que je rafistole ma critique un jour.
Et disons-le, la synthèse d'Orwell entre socialisme et amour du passé est pour le moins juste et belle. On sait que certaines des réussites les plus universelles du socialisme sont justement celles qui refusaient le progrès technologique au détriment de l'humain et revenaient au rêve d'un temps où les hommes étaient plus proches de la nature. William Morris en créant la fantasy ne recherchait sans doute rien d'autre, tandis que l'Art Nouveau, ayant lui aussi accueilli des artistes socialistes, prônait lui aussi une réunification de l'Homme et de la nature, par sa fascination pour les plantes et l'exotisme, plongeant notamment dans des inspirations mythologiques ou médiévales. Victor Hugo et Émile Zola prônaient eux aussi un discours social dans le but d'éduquer une société dont ils voulaient restaurer la noblesse d'esprit ; on notera d'ailleurs chez Hugo une ferme passion pour L Histoire et les choses anciennes. Qui au contraire s'émeut encore de Kasimir Malévitch et de son "Carré blanc sur fond blanc" ? Plutôt que de faire table rase du passé, Orwell propose de se réconcilier avec, en en prônant ses aspects positifs. L'idée qu'on ne changera pas tant le monde en bien par les révolutions que par une mûre réflexion afin d'être sûr de ne pas prôner une idéologie mue uniquement par la colère m'a d'ailleurs fait réfléchir sur ma tendance à la bourrinitude ("La critique et la révolte ne peuvent être justes que si leur moteur principal n'est pas la haine ou le ressentiment mais au contraire leur dépassement, c'est-à-dire la paix avec soi-même"... paix qui passe selon Michéa par celle avec la figure du père, et donc une nouvelle fois le passé).
Seulement, Michéa considère que le progrès n'a plus sa place dans la société et qu'il est temps de revenir à une société purement conservatrice, bien que "socialiste". le capitalisme libéral, dans sa promotion permanente des libertés individuelles, a amené les hommes à se désolidariser les uns des autres pour satisfaire avant tout leur ego ; soit, mais lui considère carrément que toute forme d'émancipation individuelle reviendrait ainsi à défendre l'individualisme, et donc le système économique capitaliste. Tous les nouveaux combats sociaux, toutes les contre-cultures, ne seraient selon lui que de nouveaux moyens de faire fonctionner la société de consommation (plus de personnes libérées = plus de clients), légitimés par une gauche bourgeoise qu'incarneraient les sociologues "officiels" et leur chef de file Pierre Bourdieu. Et c'est là que je dois manifester mon désaccord : affirmer que le progrès n'est plus utile à la société reviendrait à considérer que les luttes féministes, antiracistes, ect., sont dépassées ou pire, seulement des instruments de la bourgeoisie voués à nous détourner de la grande tâche à accomplir : abattre le capitalisme.
L'émancipation féministe a certes servi au capitalisme (pour ne citer que le fameux "Moulinex libère la femme"), mais pouvons-nous pour autant regretter l'époque où les épouses passaient leur temps entre les couches de bébé et les fourneaux ? Sans compter que le discours anticapitaliste est encore communément admis chez l'immense majorité (sinon totalité) des féministes radicales. Refuser de se battre pour une patrie est également une émancipation progressiste et individuelle, et pourtant personne ne peut affirmer qu'il s'agit là d'une mauvaise chose. Voudrions-nous d'un monde où les noirs, les étudiants, les asexuels, ect., n'auraient pas le droit de s'émanciper sous prétexte que ce serait... trop capitaliste ?! Michéa passe sous le silence toutes ces luttes et n'évoque que des avancées sociales qu'il considère comme promotrices d'un plaisir illusoire. Les radios libres sont considérées comme de mallarméens "modernes bibelots d'inanité sonore", l'auteur jugeant visiblement que les musiques actuelles sont dépourvues de mélodie, de poésie ou de réflexion. Mai 68 n'est plus apprécié que pour ses révoltes ouvrières, et pas pour l'ouverture des universités françaises à de nouveaux courants de pensée. On nous annonce enfin que le capitalisme pour séduire les foules mise sur la transgression et la subversion, or je pense tout le contraire : le capitalisme lisse tout ce qui est transgressif pour le rendre acceptable ! Pensez au metal, au disco, au body horror, aux stoner movies, aux dystopies, aux comédies noires... et la liste est encore longue...
(À propos, l'auteur nous renvoie à un moment à un moment à un autre ouvrage, "Culture populaire ou culture de masse ?", qui fait une distinction entre culture populaire, destinée à satisfaire le peuple, et culture de masse, destinée à abrutir les foules. Dans l'absolu, je ne suis pas en désaccord : il existe une part de la culture appréciée par les classes populaires qui tente d'instiller de vraies réflexions quand il en existe une autre qui ne cherche qu'à assouvir les désirs régressifs d'un consommateur abêti. Mais honnêtement, je crains le pire : si l'auteur considère que toutes les oeuvres mainstreams (par exemple typiquement les blockbusters) ne sont que des divertissements stériles et cyniques, on risque fort d'avoir une conception très, très réductrice de la pop-culture).
Michéa refuse en outre l'intellectualisme de la gauche : OK, pourquoi pas, trop de réflexions nous déconnectent de la réalité. Mais les intellectuels de tout courant politique restent nécessaires, afin de pouvoir le théoriser et éviter des dérives idéologiques. Face à tout ce qui porte des lunettes, Michéa préfère pourtant mobiliser un concept orwellien repris à sa sauce, la common decency, qui se rapproche par moments dangereusement d'un "bon sens" populaire arbitraire et trompeur... le comble pour quelqu'un qui se considère comme un philosophe.
Enfin vient le moment où il faut se demander : Voilà pour le conservatisme. Mais pour l'anarchisme ? Il n'est qu'à peine effleuré, évacué sous prétexte qu'"anarchiste tory" était finalement plus une boutade qu'un véritable engagement politique, encourageant ainsi les détracteurs de Michéa dans l'idée qu'il ne fait au fond qu'une critique du progressisme sans proposer derrière de véritable idéal de société socialiste. Et pour ce coup-ci, ce n'est pas moi qui vais leur donner tort. Car vouloir être socialiste et conservateur, c'est bien beau... mais encore faut-il ne pas être uniquement conservateur.
On notera enfin la présence d'une courte conférence en fin de livre, pour le moins intéressante, "À propos de 1984". Michéa imagine que Winston aurait eu une chance de réussir en se révoltant avec les prolétaires. Il s'agissait sans doute d'une démarche plus éthique que de rejoindre la nébuleuse Fraternité, mais l'auteur semble omettre que "1984" cherche avant tout à dépeindre le totalitarisme dans son essence la plus pure, la plus désespérée : les prolétaires y sont totalement aliénés et prêts à dénoncer n'importe qui n'importe quand. Winston y aurait-il eu un espoir ? Ce n'est pas ce que semblait soutenir Orwell, mais cela offre une lecture originale et humaniste de l'oeuvre.
Bref, l'émancipation individuelle ne sera vraiment réelle qu'avec celle du collectif et la lutte pour la liberté ne doit pas détourner le socialiste de son ambition première qu'est la lutte pour l'égalité (sans quoi la liberté n'est qu'illusoire). Mais plutôt que de rejeter l'ensemble des causes de la gauche moderne, je pense qu'il serait plus judicieux d'y aller au cas par cas en nous demandant s'il est effectivement possible d'offrir telle ou telle liberté individuelle sans nuire à la société ou à l'environnement. de même les oeuvres issues d'un contexte de société de consommation ne sont pas forcément vouées à n'être QUE des objets de consommation (c'est une idée reçue démontée avec brio notamment par les spécialistes du cinéma populaire, entre autres ce cher Mr Bobine). Plutôt que de vouloir se jeter corps et âmes dans une nostalgie vite trompeuse ou une modernité souvent mensongère, j'espère quant à moi trouver une synthèse entre modernité et ancienneté, en luttant pour une égalité économique tout autant que pour le progressisme ; c'est du moins le socialisme que j'espère faire advenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
francoiscolin
  09 février 2021
J'avais profité de l'anniversaire de la mort de George Orwell pour me faire offrir le premier essai "Orwell, anarchiste conservateur" de Jean Claude Michéa réédité opportunément en 2020 avec une post face inédite.
Ouvrage à la construction arborescente sur la base de son essai, c'est à dire la première partie d'où s'amorce une ramification sur plusieurs niveaux avec renvoi de notes.
Issu d'une longue lignée familiale communiste, le philosophe met le travailleur populaire au centre des enjeux politiques, considère comme combat toujours pertinent la critique du capital.
En fin connaisseur d'Orwell, c'est comme lui en tant que conservateur de l'idéal socialiste qu'il nous propose cette lecture de l'écrivain anglais, pas simplement l'auteur de "1984" mais surtout intellectuel socialiste qui, au travers de son oeuvre et de sa correspondance, a critiqué à la fois le capitalisme, la trahison stalinienne et l'intelligentsia de son temps.
Le document est organisé en 3 parties :
- L'essai à proprement parler sur la pensée orwellienne au sein de la société anglaise en mettant l'accent sur la novlangue et notamment comment la corruption du langage permet d'installer une pensée totalitaire.
- La transcription d'une conférence présentée par le philosophe où il revient partiellement sur la conception, l'écriture et l'analyse de "1984" avec des extraits du roman et la correspondance d'Orwell.
- La postface inédite que j'ai trouvé particulièrement passionnante dans toutes les idées que brasse Jean Claude Michéa, on retrouve l'ancien professeur de philosophie qui avec pédagogie veille à ne par perdre son lecteur aux milieu des thèses et concepts qui pour être appréciées nécessitent un sens aigu de l'histoire des idées politiques que nous partage l'auteur en les agrémentant d'exemples contemporains et d'annotations explicatives.
C'est d'ailleurs dans cette partie où il règle des comptes avec une gauche qui lui semble disqualifiée, délégitimisée composé de "progressistes" qui ont abandonné la lutte sociale au profit de la lutte contre les discriminations.
Il y analyse également l'américanisation des esprits, la liberté d'expression appauvrit par le politiquement correct, la pensée unique. Il y promeut la "décence commune" définit par Orwell qui devrait collectivement nous permettre de raisonner et de communiquer plutôt que l'"esprit de gramophone" ou le recours au droit.
Le philosophe révèle les enjeux de pouvoir et les contradictions, en mettant en lumière les coutures et rouages de l'élite progressiste libertaire et le glissement sémantique et rhétorique du discours politique qui alimente la double pensée libérale de l'économie de marché et de la libération des moeurs.
Ce livre semble nous faire prendre conscience d'évidences, coincés que nous sommes à l'intérieur de cette idéologie contemporaine. Il est un essai riche et stimulant qui ouvre de nombreuses pistes de réflexion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Julian_Morrow
  14 avril 2019
Autour du concept de "décence commune", common decency, Michéa développe une rigoureuse analyse de la philosophie politique propre à George Orwell.
A travers ces deux essais brillants, c'est une lecture terriblement lucide du monde contemporain qui affleure.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
stekasteka   22 février 2019
"La relation entre le mode de pensée totalitaire et la corruption du langage constitue un problème important qui n'a pas fait l'objet d'une attention suffisante." Si la langue de bois est effectivement le dispositif de sécurité de toute idéologie partidaire, et si, comme nous le verrons, une part de plus en plus grande du langage contemporain a justement tendance à se "lignifier", il n'est pas surprenant que l'étude des "liens existants entre la clarté du langage et la vérité" soit devenue, avec le temps, l'un des "principaux sujets de préoccupation" d'Orwell.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LeScribouillardLeScribouillard   08 août 2021
La multiplication indéfinie de ces micro-partis ne doit pas nécessairement, en effet, être interprétée comme un progrès manifeste de l'esprit démocratique. En simplifiant et en accélérant, grâce à la plus grande légèreté de leurs structures, les procédures d'accès au pouvoir et à la reconnaissance médiatique, les "associations" peuvent tôt aussi bien ne représenter qu'une simple démocratisation de la volonté de puissance et donc une possibilité supplémentaire de parler au nom du peuple et de décider à sa place.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LeScribouillardLeScribouillard   22 août 2021
Pangloss (...) explique placidement à Candide que la syphilis était le prix à payer pour pouvoir ramener d'Amérique « la cochenille et le chocolat ». Les défenseurs de la surmodernité ne procèdent pas autrement, quand ils prétendent que ses quelques effets regrettables ne sont au fond que l'envers dialectiquement nécessaire des conquêtes positives de la modernité. En somme, disent les Pangloss moderne, si vous voulez Joyce, les Droits de l'Homme et une vie matérielle décente, il vous faut accepter également la destruction de l'environnement par le béton, le développement de la corruption et du crime organisé et la débilité croissance de l'univers de la communication.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
LeScribouillardLeScribouillard   08 août 2021
Quand, par conséquent, des intellectuels, plus ou moins consciemment animés par leur désir de pouvoir, ont pu construire un appareil partidaire se proposant de transformer la société établie selon les enseignements d'une Idéologie indifférente au réel et matérialisée dans une langue de bois,nous pouvons dire avec Georges Orwell que toutes les conditions sont réunies pour l'aventure totalitaire.
Commenter  J’apprécie          10
LeScribouillardLeScribouillard   22 août 2021
On notera, d'ailleurs, la généralisation du terme de « nomade » pour donner à la pauvre existence aéroportée du yuppie ou du top-model un peu de prestige des civilisations pulvérisées par le « Paris-Dakar ».
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jean-Claude Michéa (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Claude Michéa
Jean-Claude Michéa - Entretiens (A Voix nue) 2019 avec Guillaume Erner
Partie 1 : La chance d’avoir des parents communistes Partie 2 : Paris avant les bobos Partie 3 : Qui n’a pas connu Montpellier dans les années 80 Partie 4 : Devenir un auteur par accident Partie 5 : Décroissance dans les Landes
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature anglaise et anglo-saxonne>Littérature anglaise : textes divers (270)
autres livres classés : socialismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
617 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre