AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782362662393
304 pages
Éditeur : Talents Hauts Editions (20/09/2018)
4.05/5   41 notes
Résumé :
1920, Île de Ré. Léon vit seul avec sa mère depuis que son père est parti à la guerre et n'en est pas revenu. De peur qu'on ne l'enrôle à son tour, sa mère ne l'envoie pas à l'école et mère et fils vivent coupés du monde. Léon pêche, ramasse des coquillages et s'invente des aventures, assis sur le dos d'une carcasse de baleine.
Un matin, après une tempête, Léon trouve un homme inanimé sur la plage. Tierno - c'est son nom - va retrouver peu à peu la mémoire, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
4,05

sur 41 notes
5
7 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

psambou
  18 décembre 2019
Léon a onze, et vit seul avec sa mère à Saint Clément des Baleines. Son père n'est pas rentré de la guerre, et sa mère prend en charge son instruction, refusant que l'école fasse de son fils de la chair à canon. Léon excelle à la pêche et c'est en partie grâce à ses prises que sa mère revend au marché, qu'ils on de quoi vivre simplement.
Le lendemain d'une tempête, Léon découvre un homme noir échoué sur la plage, presque mort. Sa mère offre l'hospitalité à cet inconnu, qui se révèle être un tirailleur sénégalais, survivant du naufrage du paquebot l'Afrique au large de l'île de Ré. Craignant la réaction des gendarmes et des villageois, Mathilde et Léon soignent Tierno en cachette. Une amitié profonde naît entre l'homme et le jeune garçon, et Tierno suivra bientôt Léon sur la plage....
Une très beau roman de littérature jeunesse, au coeur duquel l'humain à toute sa place, l'attention portée à l'autre, la confiance, la bienveillance. Nicolas Michel s'est basé sur des faits réels méconnus : en 1920, le navire L'Afrique a en effet fait naufrage alors qu'il devait rejoindre Dakar, avec à son bord plus de 600 personnes, dont seules une trentaine survivront.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Mermere
  10 octobre 2019
Lu dans le cadre du prix des Incorruptibles 2019-2020.
L'histoire de ce roman se déroule sur l'île de Ré juste après la guerre de 14-18. On y découvre un jeune garçon un peu sauvage élevé par sa maman et dont le papa a disparu pendant la guerre probablement décédé sans qu'on ait jamais retrouvé son corps. Léon est un garçon rejeté par les autres à cause de son physique ingrat (yeux bizarres et cheveux longs). Maltraité par les autres enfants Léon ne va pas à l'école. Il reste à la maison, protégé par sa mère. Du coup Léon pêche, ramène du poisson à la maison et vend sa pêche au marché du village. Un jour, un navire faisant direction vers l'Afrique fait naufrage au large de l'île et sombre avec ses 600 passagers à son bord. Léon découvre un corps noir sur sa plage.
Ce roman qui s'inspire de faits réels au départ est une vraie réussite. Non seulement l'histoire de cet enfant qui sauve un Sénégalais est très touchante mais en plus l'écriture de l'auteur est très agréable, très prenante. J'ai été vraiment ému par ce soldat arraché à sa terre natale pour aller défendre un pays qui lui est complètement inconnu ("je me battais avec des inconnus contre des inconnus"). L'histoire de ces tirailleurs sénégalais est très bien racontée et très émouvante. J'ai beaucoup aimé dans cette histoire la relation particulière qui s'instaure entre Léon et Tierno. J'ai parfois été ému jusqu'aux larmes. C'est beau, c'est simple, une magnifique histoire qui permet de ne jamais oublier cette triste histoire de la France.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Eowyne
  10 mars 2019
En 1920 sur l'île de Ré, Léon, jeune garçon, isolé du village avec sa maman, fait la découverte du corps d'un homme rescapé d'un naufrage. Tierno, tirailleur sénégalais est soigné par cette famille dont le père n'est pas revenu de la première guerre mondiale. Il leur raconte alors son histoire.
Léon et Tierno nouent une véritable amitié. Mais c'est sans compter la curiosité des villageois dans cette petite île où tout se sait. Accepteront-ils cet homme noir ? Et ce petit garçon différent ? Très belle écriture de Nicolas Michel qui part d'un fait divers et brode une jolie histoire autour du naufrage de "l'Afrique". Un livre poétique sur une partie de l'Histoire peu traitée dans la littérature adolescente.
Commenter  J’apprécie          100
blamblinou
  12 novembre 2018
uand on m'a présenté ce roman, j'ai tout de suite eu envie de le lire, pour une seule et bonne raison : l'intrigue se déroule à l'île de ré, mon île de coeur... En effet, ce roman revient sur un événement presque méconnu de l'histoire de France : le naufrage du paquebot Afrique en 1920, au large des côtes françaises. Ce bateau faisait route vers l'Afrique, donc, avec à son bord, notamment, des tirailleurs sénégalais enfin admis à rentrer dans leur pays après avoir servi la France pendant la guerre.
Dans le chant noir des baleines, Nicolas Michel imagine qu'un de ces tirailleurs se serait tiré d'affaire en échouant sur les côtes rétaises, près de Saint Clément des Baleines. Tierno, c'est son nom est alors sauvé et recueilli par Léon et sa maman, Mathilde. Ces deux-là vivent seuls depuis le début de la guerre, quand le papa de Léon est parti pour la guerre. Depuis, ils surviennent à leurs besoins grâce aux travaux de couture de Mathilde et à la pêche de Léon. S'il ne va pas à l'école, le jeune garçon bénéficie tout de même des leçons dispensées par sa maman à l'aide de l'encyclopédie, trésor familial dans lequel ils aiment à se plonger. Léon profite ainsi de beaux moments de liberté, entre ses excursions de pêche sur la plage, et la cohabitation plutôt tranquille avec sa mère. Cela lui permet d'oublier que son père n'est toujours pas revenu de la guerre, d'oublier les moqueries des gens du village à son sujet. Cette vie qui leur convient à tous deux va se trouver complètement chamboulée avec l'arrivée de Tierno sous leur toit. D'abord, ce dernier peine à se remémorer son parcours une fois quitté son Sénégal natal. Et puis, dans un petit village comme Saint Clément des Baleines, il n'est pas forcément bien vu, en 1920, pour une mère seule, d'héberger un homme, noir qui plus est. Léon et Mathilde devront donc faire face à bien des questionnements, tant sur leur mode de vie, que sur leur relation à Tierno.
Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un roman ayant pour sujet une des deux guerres mondiales. Et ici, on sort des sentiers battus, puisqu'on s'attarde sur un fait survenu quelques années après la fin de la Première Guerre Mondiale. Pour ma part, je n'avais encore jamais lu un livre revenant sur le parcours d'un tirailleur sénégalais, tiré de force de son pays pour aller mener un combat qui n'était pas le sien. Une belle découverte donc que ce roman, qui fait lumière sur des faits souvent méconnus des jeunes lecteurs. On ajoute à cela une belle réflexion sur la langue française, avec le parallèle établi entre l'apprentissage du français de Tierno, et les cours à domicile de Léon. Nicolas Michel a une plume douce et délicate, qui fait de cette lecture un beau moment empli de force tranquille. Une valeur sûre, donc, à mettre entre toutes les mains.
Lien : https://chroniqueetudiantele..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Kevinaaaa
  09 novembre 2019
Un jeune garçon solitaire, mis à l'écart par sa mère et la grande pauvreté qui s'est emparé d'eux à la mort du père à la guerre. Et cette rencontre, improbable, belle, pleine de douceur et de sincérité avec un tirailleur sénégalais qui est venu s'échouer sur les côtes suite au naufrage qui le ramenait lui et les siens dans son pays natal. Une belle histoire où les personnages sont aussi importants et attachants les uns que les autres.
J'ai beaucoup aimé cette lecture qui aborde des thèmes difficile, le naufrage, l'aide aux victimes (ou pas, amis c'est important de voir cela aussi afin de l'entendre résonner de manière plus actuelle à nos oreilles), la perte d'un être cher, la solitude, l'enfermement aussi. Puis la douceur, la compassion, l'amour, les rires.
Un roman tout en finesse qui peut faire naître chez les élèves des questionnements intéressants et en même temps qui peut toucher, par l'histoire.
Il me tarde d'avoir leur retour ! de manière personnelle c'est avec le coeur gros que j'ai laissé partir notre tirailleur sénégalais aussi étonnant qu'attachant, mais avec une pensée heureuse pour notre jeune héros qui a trouvé des réponses et la possibilité d'aller de l'avant.
Une belle histoire, vraiment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ogmiosogmios   14 novembre 2018
Très belle langue, une histoire magnifique qui permet d'aborder la guerre de 14 sous un angle original. La guerre est terminée, Léon, dont le père n'est pas rentré, vit chichement avec sa mère en bord de mer, non loin de Saint-Clément-des-baleines sur l'île de Ré. Au lendemain d'une terrible tempête, il trouve sur la plage le corps d'un homme noir. Avec l'aide de sa mère, ils parviennent à le ramener chez eux et à le soigner. Vraisemblablement, Tierno, dont c'est le nom, est un rescapé du naufrage du navire l'Afrique.
En retrouvant ses souvenirs, Tierno, le tirailleurs sénegalais, donne accès au monde caché de la guerre à Léon. Lui qui est surprotégé par sa mère, trouve en ces mots éprouvants la clé de son émancipation.
C'est un roman très bien construit, sans aucune faiblesse, écrit dans une très belle langue avec beaucoup de délicatesse pour dire les émotions, évoquer des sensations. Véritablement passionnant, ce roman est un coup de coeur et comme en plus il a pour ultime avantage de faire surgir du néant un épisode oublié de l'histoire (le dramatique naufrage d'un navire avec à son bord des centaines de tirailleurs sénégalais qui rentraient chez eux après avoir survécu à la boucherie des tranchées), ce livre est à recommander au plus grand nombre, jeunes ou adultes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JuinJuin   06 décembre 2019
Ils dorment peu, on les réveille à l'aube, ils doivent s'habiller avec leurs nouveaux uniformes et se mettre au garde à vous, puis enchaîner les exercices censés les préparer à la guerre. Pour l'instant, ils n'ont pas de fusil, on leur a donné des bâtons pour faire semblant. C'est le désordre. Les blancs crient beaucoup parce que personne ne parvient à suivre le rythme, à rester bien droit, à tourner à gauche quand il faut tourner à gauche.
( p 92)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JuinJuin   06 décembre 2019
Des soldats blancs leur distribuent des vêtements et hurlent quand ils ne se tiennent pas en rang. Tierno n'a jamais entendu hurler comme ça, tout le temps, pour rien, mais apprendra bientôt que les hommes blancs s'expriment ainsi.
( p 92 )
Commenter  J’apprécie          50
EowyneEowyne   10 mars 2019
C'est comme un corps d'homme mais la peau est totalement noire. De ses vêtements, il ne reste que des lambeaux déchirés. Je remarque la peau blanche sous les pieds. Je m'agenouille à côté du corps immobile. Si c'est un homme, il semble bien mort. Je m'approche de son visage.
Commenter  J’apprécie          41
MermereMermere   11 octobre 2019
J'avais envie de jeter un dernier regard à ce pays où j'étais venu faire la guerre avec des inconnus contre des inconnus.
Commenter  J’apprécie          52

autres livres classés : tirailleurs sénégalaisVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2337 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..