AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782362661808
256 pages
Talents Hauts Editions (20/01/2017)
3.56/5   16 notes
Résumé :
1939. Malgré la guerre, Lucile, fille unique espiègle et insoumise, coule des jours heureux dans un petit village de Haute-Provence. Elle se lie d'amitié avec Elsa et Emmanuel, le jeune couple que ses parents hébergent dans une ferme. Mais l'univers et les certitudes de Lucile s'effondrent lorsque Elsa et Emmanuel sont chassés et que ses parents lui annoncent la naissance prochaine d'un frère ou d'une soeur. Désormais, cet enfant sera pour elle « le monstre ».
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,56

sur 16 notes
5
1 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
1 avis

Lprieur
  27 mars 2020
Je viens à peine de terminer Quand le monstre naîtra. Je m'y suis plongée ce matin même, j'en ressors conquise.
Premier thème prégnant, celui de la famille. Une grand-mère, Lucile, raconte à sa petite-fille Leïla sa vie pendant la Seconde Guerre Mondiale, et ce alors que sa propre grand-mère a toujours été un témoin silencieux des horreurs de la Première. Une question de transmission – avec les moyens dont on dispose, les traumatismes que l'on traîne…
La famille est bien évidemment au centre du livre. Comment vivre dans cette époque troublée qui a séparé bien des familles ? Comment vivre avec un secret de famille pendant l'occupation ? Nous nous retrouvons, à la lecture, membre de cette famille : nous sommes Leïla, nous avons six ans et notre grand-mère nous parle. Mais nous sommes également Lucile, personnage haut en couleurs...
C'est justement tout l'intérêt de ce livre : croiser plusieurs voix. Celle de la petite Lucile, qui ne comprend rien à ce qui se passe, qui tente d'y donner du sens, et pour laquelle nous ressentons beaucoup de compassion. Et en même temps, c'est la colère qui nous émeut, celle du lecteur qui en sait plus, puisque nous sommes aussi Lucile de 82 ans, celle qui a démêlé le vrai du faux. Alors nous pensons : « chut ! tais-toi ! tu vas tout faire foirer ! » Pour nous en vouloir aussitôt : qu'y peut-elle, cette petite Lucile perdue ?
Celle-ci déteste, non pas sa jeune soeur, mais le trouble dans lequel elle est plongée – que de choses qu'elle ne comprend pas, qu'elle voit, mais qui lui échappent ! le monstre, c'est ça, finalement, cet informe embrouillamini qu'elle montre du doigt mais dont on lui dénie l'accès. Nous sommes tentés de lui répondre, mais est-ce raisonnable ? Dilemme.
A côté de ce sentiment omniprésent, apparemment tranché, catégorique qu'est la haine – l'ensemble est, heureusement, loin du manichéisme. On ressent bien de la haine, et encore, pas très franche, pour Rancière (semblable à une hyène qui rôde, dangereusement cupide), dont on connaît les idées par le biais de Grenadine – enfin, Amandine, sa fille ; on finit par avoir pitié de lui car même au plus bas, il reste un père aimé. On apprécie le jeune allemand Konrad, étranger si semblable, dont l'annonce de la mort nous blesse.
Autre thème important, celui du silence contre la parole. Lucile, à qui on ne dit rien, s'interroge ; Grenadine, à qui l'on dit tout, accepte sans se poser de questions ce qu'on lui dit (ben oui, Papa l'a dit) : Grenadine, pour rejoindre cette complexité des personnages, qu'on découvre peu à peu pour ce qu'elle est, Grenadine qui joue un rôle auprès de Lucile et se force aussi à détester « le monstre », elle-même jalouse de ne pas savoir de soeur … En somme, partout, il faut apprendre à lire à travers les lignes. Dans tous les cas, Grenadine et Lucile partagent un point commun : enfants toutes deux, toutes deux racontent tout sans penser aux conséquences dont elles n'ont pas conscience. Leur insouciante amitié n'est pas sans risque, ce qui provoque certains rebondissements de l'histoire.
Enfin, le roman n'est pas dénué de poésie, de moments de contemplation – j'espère que ce n'est pas le propre de l'enfance que de se perdre dans ce qui l'entoure…
Un chouette roman jeunesse qui réussit haut-la-main à entraîner son lecteur dans les souvenirs de la narratrice. Il a un côté addictif. Je m'imagine très bien le lire à voix haute aux ado !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Fifibrinda
  08 mai 2018
Une vieille dame de 85 ans apprend la mort prochaine de sa soeur. Tristement banal … Ceci l'amène à raconter ses souvenirs d'enfance à sa petite-fille. Déjà vu … Mais le contenu de ces souvenirs est nettement plus original : la deuxième Guerre mondiale vue par une enfant de 5 ans au caractère bien trempé, élevée dans une montagne isolée du Sud français. Défilent ainsi les parents, la grand-mère mutique depuis la mort du grand-père pendant la première Guerre, le jeune couple juif hébergé par dans une lointaine dépendance de la ferme, et, surtout, l'arrivée imminente de la petite soeur détestée avant même sa naissance. Tout cela se mélange dans son imaginaire fertile, à l'image du petit jeu cruel auquel se livrent Lucile et sa copine : « quand le monstre naîtra … », où elles commencent par dire des horreurs avant que le jeu ne dégénère … L'auteur nous livre ici une peinture fine de l'époque, doublement originale car elle passe par les yeux d'un jeune enfant et se situe dans une région assez isolée de la France non occupée. Et la qualité émotionnelle du récit n'est pas en reste car il épouse avec beaucoup de psychologie le point de vue de petit fille précoce, indomptable et en souffrance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Fontanet4d
  20 mai 2021
« Quand le monstre naîtra »
J'avais mis 4.5 étoiles mais ça a été modifié, je ne sais pas pourquoi.

J'ai pris plaisir à lire ce livre, il est passionnant et captivant.
Ce livre parle de faits réels : l'histoire se déroule en pleine seconde guerre mondiale.
J'ai adoré la façon dont l'auteur rappelle des choses vécues pendant la 2nd guerre mondiale, j'ai aussi apprécié le fait que l'auteur arrive bien à faire comprendre l'époque dont il parle.
L'histoire est, comme dit plus tôt, captivante et nous empêche de nous ennuyer, je trouve qu'on peut facilement s'identifier, se mettre à la place de Lucile.
On peut facilement lire ce livre et comprendre le ressenti de la petite fille face à « l'injustice » d'avoir une petite soeur. Ce livre permet de réfléchir sur quelque chose qu'on sait déjà tous : la martyrisation des Juifs pendant la 2nd guerre mondiale, cela permet de se dire : Certaines personnes ne jetaient pas des pierres aux Juifs par choix mais par obligation.
Ce livre m'a vraiment fait réfléchir sur la condition des Juifs pendant la seconde guerre mondiale. le moment où Lucile fugue m'a vraiment plu, puisque c'est à ce moment là qu'on comprend vraiment sa détresse, c'était un moment très captivant.
Je trouve que tous les personnages sont attachants sauf le père de Grenadine qui est exécrable au possible.
Je conseille ce livre a des personnes qui veulent suivre l'histoire d'une famille pendant la 2nd guerre mondiale , mais aussi à ceux qui veulent connaître me terrible secret caché par les parents de la petite fille.
Bref, c'est un très bon livre.
Gastea C
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          02
Anarya
  02 mars 2017
Alors que sa soeur Anna va bientôt mourir, Lucile raconte à sa petite-fille son histoire, ainsi que celle d'Anna. C'était il y a longtemps, pendant la Seconde Guerre mondiale, alors que Lucille n'avait que 6 ans et que, comme beaucoup d'enfants à cet âge, elle ne comprenait pas vraiment ce qui se passait… Petite fille espiègle, aventureuse et turbulente, Lucile vit avec ses parents et sa grand-mère muette et inerte depuis la mort de son mari durant la Première Guerre mondiale. Lorsque les nouveaux locataires de la ferme, Elsa et Emmanuel, s'installe, c'est le début d'une belle amitié et de beaux moments pour Lucile. Mais la guerre est là et, même s'il semble ne rien se passer dans leur coin de Provence, Elsa et Emmanuel vont être chassés. Parce qu'ils sont Juifs. Et la mère de Lucile est enceinte. Deux nouvelles qui vont bouleverser Lucile et la rendre horrible avec tout le monde, et surtout avec ce bébé à venir. Dans la cour de récréation, Lucile joue à un jeu mesquin avec son amie Grenadine : « quand le monstre naîtra… » où elles disent des choses horribles sur le bébé. Et bientôt, les choses dégénèrent…
La guerre à travers les yeux d'une enfant. C'est donc le parti pris de Nicolas Michel, qui nous livre une histoire passionnante et toute en tension, ainsi que le portrait d'une petite fille plutôt sale gosse confrontée à des événements qu'elle ne comprend pas et dont elle ressent pourtant la gravité. Il y a une vraie justesse dans le personnage de Lucile, entre naïveté et lucidité, que les adultes veulent protéger des événements mais dont les secrets risquent bien de se retourner contre eux. Et parce que l'histoire est vue à travers les yeux d'une petite fille, il y aussi des jolis moments de poésie, du rire et de l'espoir… Mais surtout beaucoup d'émotions, que l'on ressent dans l'écriture de Nicolas Michel et dans sa volonté de nous livrer les sentiments d'une enfant
Lien : http://bobetjeanmichel.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
hmurgia
  18 janvier 2018
Très bon roman jeunesse qui aborde la période de l'Occupation avec beaucoup de réalisme et de précisions tout en étant compréhensif par un jeune dès la 6e, et sensible.
Une grand-mère raconte à sa petite-fille son enfance pendant la seconde guerre mondiale : enfant capricieuse et gâtée, elle se lie avec un couple d'étrangers auxquels ses parents louent une ferme, mais ceux-ci, juifs, doivent quitter le village. Juste avant, sa mère accouche d'une petite fille rousse avec laquelle elle refuse de se lier. Elle apprendra à la fin de la guerre que ses parents lui ont caché de nombreuses choses, et en particulier au sujet de cette petite soeur.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
4DCPMCurie4DCPMCurie   26 mars 2018
L'été s'acheva et l'école reprit. Nous devions chanter pour le maréchal Pétain en nous tenant bien droit à côté de nos pupitres. Naturellement je n'y parvenais pas, mes jambes me dérangeaient, mes mains refusaient de rester collées contre mes cuisses mes cheveux se rebellaient et je me faisais régulièrement reprendre par madame Lair.
(p. 127)
Commenter  J’apprécie          20
Fontanet4dFontanet4d   20 mai 2021
Elle va mourir, comme moi, comme toi, comme nous tous. Elle aura bien vécu; je sais qu'elle en a fait des fêtes, et des voyages, et des repas entre amis arrosés de whisky.
Approche, Brindille. Assieds-toi en face e moi. Je vais te raconter l'histoire d'Anne et Anna.

Gastea C
Commenter  J’apprécie          01
Fontanet4dFontanet4d   20 mai 2021
Elle va mourir, comme moi, comme toi, comme nous tous. Elle aura bien vécu ; je sais qu’elle en a fait des fêtes, et des voyages, et des repas entre amis arrosés au whisky.
Page 9
Benjamin L.
Commenter  J’apprécie          00
Fontanet4cFontanet4c   24 mai 2021
moi, j'avais beaucoup de mal à saisir pourquoi cet Hitler nous attaquait

Justine C
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : antisémitismeVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2642 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre