AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2377690025
Éditeur : Deuxième époque (18/05/2017)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Cette pièce de théâtre de rue vient clore la trilogie composée de 1789 secondes (2014) et de Rue Jean Jaurès (2016). Après la Révolution française et la vie de Jean Jaurès, Frédéric Michelet s’attaque ici à plus de 2 400 ans d’histoire. Avec la CIA (Compagnie internationale Alligator), Frédéric Michelet fait renaître les plus grandes figures au travers d’une fresque historique. Freud, Marx, les grands qui ont fait notre histoire comme les peuples qui y ont participé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
gill
  10 février 2018
Qui avait songé, afin d'en saisir le sens et l'âme, à regarder dessous l'Histoire ?
Personne ! semble-t-il.
Encore eût-il fallu y penser, et l'oser.
C'est maintenant chose faite !
Il n'aura fallu que quelques poubelles traînant dans la rue pour enfermer 2400 ans d'Histoire occidentale.
Un génie tout entier ne loge-t-il pas dans une minuscule lampe à huile ?
Bien sûr, il y a de la magie dans tout cela, la magie du spectacle, bien sûr, celle du théâtre revenu dans la rue !
Souvent la question est posée de savoir si le Théâtre, lorsqu'il a été couché sur papier, est toujours du Théâtre.
Ne serait-il pas souvent plus judicieux de se demander s'il faut assister avant de lire ou de lire avant d'assister.
Là, encore, la maîtrise des mots est telle, que la question se pose.
"Dessous d'Histoire" est "une épopée allégorique jubilatoire".
L'ouvrage est pétri de la vision passionnée qui hante son auteur.
Son ambition est de mettre en lumière la notion d'humanité à travers les grands mouvements sociaux qui ont traversé le temps.
Ce texte, magnifique, est engagé et optimiste.
A la portée de tous, il est tissé de mots et d'émotions.
Il a su naviguer hors des eaux dangereuses d'une trop grande intellectualisation, d'un symbolisme outré ou d'un verbiage forcené.
Ici, l'art populaire, d'avoir su "mettre en exergue les paroles et les actes des humbles et des oubliés", prend des airs de noblesse.
L'émotion est le fil rouge de la remontée de la rue, du voyage dans le temps et de l'évocation historique.
L'instant de cette lecture est de ceux que leur intelligence rend saisissant.
Il est fait de réflexion et de philosophie.
Il est puissamment pensé et finement écrit.
Il est humaniste, insolent, féministe et généreux.
"A chacun d'y piocher ce qu'il veut" ...
Cette pièce de Théâtre est le dernier volet d'une trilogie dont les deux premiers volets, "1789 secondes" et "Rue Jean Jaurès", ont été respectivement publiés en 2014 et 2016.
Quelque chose me dit qu'ils figureront en bonne place dans mes prochaines lectures.
Et que dorénavant je guetterai dans ma rue les "Dessous d'Histoire" ...
Je remercie les auteurs du livre et les comédiens qui lui ont donné vie, pour la part d'humanité qu'ils ont bien voulu me transmettre.
Je remercie les éditions "Deuxième Époque" de m'avoir offert ce bel instant de lecture.
Et toujours, bien sûr, pour leur confiance sans cesse renouvelée, les amis de la masse critique ...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
Lune
  06 février 2018
Certes il est dit que le théâtre est écrit pour être joué et vu.
Le lire en est une autre approche tout aussi intéressante parce qu'elle fait intervenir imaginaire et imagination.
"Dessous d'Histoire", dans un rythme frénétique, nous entraîne dans les méandres de l'Histoire et de ses histoires.
2400 ans défilent, percutent, émeuvent et font rire par ses anachronismes judicieux qui télescopent les événements et donnent une ligne directrice aux propos : l'immuabilité de la condition humaine.
En ce sens, ce texte est pertinent et joue pleinement le rôle d'une partie de ce qu'on appelle théâtre : à savoir amener une réflexion.
Cependant il faut faire confiance à l'intelligence du spectateur-lecteur qui le recevra selon son niveau de culture et sa propre sensibilité. C'est la règle.
Toute glose excessive sur le spectacle le réduit à la vision qu'en ont leurs auteurs ou ceux qui l'analysent.
Les textes complémentaires à la pièce en sont un exemple et personnellement une courte présentation m'aurait amplement suffi.
En revanche, les citations (une vue nécessairement sélective) proposées en fin d'ouvrage viennent très à-propos.
Se laisser aller à "son regard d'enfant" comme le souligne si bien l'auteur Frédéric Michelet.
Merci à Babelio et aux Editions Deuxième Epoque (Ecritures de spectacle) pour cette découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
c_ha_chou
  16 février 2018
Les années passent, les époques se succèdent et pourtant les problématiques et enjeux restent les mêmes.
L'auteur a été obligé de choisir des passages de l'histoire, comme il l'explique lui même apres la pièce, mais je trouve que certaines périodes sont traitées trop vaguement t
et rapidement tandis que d'autres sont plus largement contées.
Je vais chercher s'il est possible de voir la mise en scène, car se l'imaginer en la lisant c'est bien, mais la regarder c'est mieux.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
gillgill   08 février 2018
Face à ces 2400 années, nous n'avons pas le dessus.
Alors nous prenons le dessous !
En descendants bâtards des fous des rois, en fouteurs tout à trac et ludiques, nous fouissons la mémoire collective, faisons feu de tout roi, nous jouons des clichés colportés, lançons oeillades iconoclastes, accouplons fous rires et gravité, filons d'instants d'éclats à silences en suspens ...
Commenter  J’apprécie          270
gillgill   06 février 2018
L'expérience et l'Histoire nous enseignent que peuples et gouvernements n'ont jamais rien appris de l'Histoire, qu'ils n'ont jamais agi suivant les maximes qu'on aurait pu en tirer ...
(Georg Wilhelm Friedrich Hegel "la raison dans l'Histoire")
Commenter  J’apprécie          230
LuneLune   06 février 2018
...
Il faudrait multiplier les écoles,les chaires, les bibliothèques, les musées, les théâtres, les librairies. Il faudrait multiplier les maisons d'études où l'on médite, où l'on s'instruit, où l'on se recueille, où l'on apprend quelque chose, où l'on devient meilleur; en un mot, il faudrait faire pénétrer de toutes parts la lumière dans l'esprit du peuple; car c'est par les ténèbres qu'on le perd.

Victor Hugo
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
gillgill   10 février 2018
Oui, l'Histoire ne peut être qu'engagée et ne peut que souligner les luttes et les combats garants d'un avenir plus radieux.
Un monde sans espoir ne peut être qu'un monde stérile, mort ...
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Frédéric Michelet (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Michelet
Rue Jean Jaurès
autres livres classés : Théâtre de rueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
458 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre