AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221125687
320 pages
Éditeur : Robert Laffont (07/04/2011)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 37 notes)
Résumé :

En cet hiver 1940, les Allemands occupent Paris. Trois amis, Jean, Albert et René partagent un goût commun pour la natation et la même inquiétude devant un avenir qui s’annonce très sombre.

Le 11 Novembre, sans trop réfléchir, Jean participe à une manifestation anti-allemande organisée autour de l’Arc de Triomphe. Pris à parti pas la police, il blesse un gendarme en voulant s’enfuir, lui laissant entre les mains son veston et ses papiers. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
brigittelascombe
  16 juillet 2011
Un bel hommage au père!
Claude Michelet, auteur de nombreux romans dont Mon père Edmond Michelet (prix des écrivains combattants en 1972) et Des grives aux loups (prix Eugène Leroy 1979 et prix des Libraires 1980) avoue avoir porté ce livre en lui depuis le 25/2/1943, jour où son propre père Edmond Michelet fut arrêté, sous ses yeux, par la Gestapo.
Voici trois destins croisés, trois directions de vie pour trois étudiants et amis Jean Aubert, Albert Morin et René Lucas, liés par des goûts communs comme le foot, la natation et les jolies filles.
1940. Les allemands occuppent Paris.
Lors d'une manifestation anti-allemands le 11 novembre , Jean blesse un gendarme et s'enfuit. Il fait appel à une jeune et jolie journaliste au Figaro, Mary-Madelon, et se laisse entrainer dans une maison de couture dirigée par Claire Diamond, une résistante qui va l'introduire dans des réseaux.Il est embauché dans une librairie. Parrallèlement, nous allons suivre son engagement.
Albert, pour remonter dans l'estime de son professeur veut s'investir dans de justes combats.Et pourquoi pas le Maréchal? Il se fourvoie mais vit dans l'euphorie, travaillant à une revue. Petit à petit, sous un faux nom il va infiltrer les étudiants anti nazis, les dénoncer et collaborer à "Je suis partout".
René, lui, est un pacifiste.Adepte de Giono, il approuve ses sages paroles: "L'amour de la paix à tout prix" Il se révolte car son amie Huguette arbore l'étoile jaune.Epicurien, il aime profiter de la vie et des jolies filles, pourtant il se trouve enrolé dans le STO.
Chacun va assumer ses choix car dans la vie tout a un prix.
Moraliste Claude Michelet?
Historien, c'est sûr et rigoriste aussi, il sait brosser de beaux portraits d'hommes et nous livrer le témoignage d'une époque révolue, mais où dans l'horreur des rafles, des luttes et de la guerre, on rêvait à des jours meilleurs et au simple bonheur d'une vie tranquille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
brigittelascombe
  17 juillet 2011
Complètement différent de Des grives aux loups, Ils attendaient l'aurore est pétri de mémoire émotionnelle, celle d'un fils Claude Michelet admiratif pour son père le grand résistant Edmond Michelet qu'il a vu sous ses yeux arrêté par la Gestapo.
Edmond c'est sans doute Jean, le héros du livre, l'un des trois amis que tout lie au départ. René et Albert,étudiants à ses côtés, tout comme lui, aiment le foot, la natation, les jolies filles; bref aiment la vie.
C'est sans doute la fougue de sa jeunesse, son caractère bien trempé, sa droiture et son courage qui vont pousser Jean à prendre parti dans une première manifestation anti-allemands en 1940 dans le Paris occuppé.
Alors le destin se met en branle.Les verrous cèdent. A qui demander de l'aide, alors que, fugitif, il a blessé un gendarme?
A Albert?
Il le souhaite, mais tout les sépare. Albert se campe sur d'autres positions et deviendra collabo.
René, lui est un doux rêveur qui sera enrôlé de force dans le STO.
Ce sera Mary, la jolie journaliste qui l'aiguillera vers Claire Diamond qui sous le couvert de sa maison de couture fait partie d'un réseau de résistants.
Voilà Jean introduit. Il demande à sa fiancée Michelle par la suite de se faire passer pour sa soeur et s'implique jusqu'à devenir résistant lui même.
Un livre qui tient en haleine, touche, sensibilise,témoigne sur le courage de ces hommes et ces femmes qui ont sauvé des vies par patriotisme et grandeur d'âme.
Autrefois trois, à présent seul voici Albert face à son destin. Il a l'étoffe d'un héros sur une page d'histoire incontournable celle de la deuxième guerre mondiale.
Un grand livre témoignage, un bel hommage au père disparu!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ides60
  26 décembre 2011
D'ordinaire ce genre de romans se situant dans cette période de la seconde guerre mondiale remportent souvent un franc succès. Là, tous les ingrédients y sont et pourtant la mayonnaise ne prend pas. J'ai subi le livre plus que je ne suis partie à sa découverte, j'ai mis du temps à le lire. Peut-être parce qu'il est trop rigoureux ! je ne sais, les personnages ont du mal à exister, on ne parvient pas à s'identifier. Ce roman laisse froid et pourtant l'auteur a fait un tel travail de recherche...
Commenter  J’apprécie          30
Ari
  30 août 2012
Début de la seconde guerre mondiale, Paris.
Jean, René et Albert, trois amis, trois étudiants à Paris vont subir la guerre mais vont la vivre de trois façons différentes.
Albert sera collabo. René, pacifiste, ne veut pas entendre parler de cette guerre et va la subir. Jean, lui, veut participer et va entrer dans la résistance.
Trois jeunes hommes, trois destins, décrits dans ce beau roman. L'auteur écrit d'une façon très sobre. Un beau roman. J'ai beaucoup aimé.
Commenter  J’apprécie          30
jullius
  25 juin 2019
Sans prétention et juste, dans l'écriture comme dans le fond : un très bon roman sur cette période qui ne mérite pas d'être trop scénarisée.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
thisou08thisou08   14 décembre 2019
Et malheur à ceux et à celles surpris en train de distribuer un tract séditieux, ou un journal clandestin, par un confrère de bureau ou de commerce, trop heureux de se débarrasser à bon compte d'un concurrent . Même les épouses trompées et les maris cocus y allèrent de leurs lettres de dénonciation et de délation. Car, en ces temps immondes, les affiches fleurissaient qui proposaient jusqu'à un million de francs de récompense à quiconque désignerait tel ou tel présumé terroriste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
brigittelascombebrigittelascombe   16 juillet 2011
C'est toujours par les enseignants que se transmettent les idées et les doctrines, les bonnes, celles pour lesquelles nous luttons et les nocives qu'il est un devoir d'éradiquer par tous les moyens.
Commenter  J’apprécie          180
brigittelascombebrigittelascombe   16 juillet 2011
Comprends moi, je ne veux prendre parti pour personne, pas plus pour ton vieux crabe de Maréchal que pour l'autre excité de général, tout ça est militaire et compagnie donc nocif pour la paix.
Commenter  J’apprécie          50
brigittelascombebrigittelascombe   16 juillet 2011
Et ce ne sera pas à ces lèvres trop grasses que nous demanderons notre baiser de paix.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Claude Michelet (2) Voir plusAjouter une vidéo

Des romans de la rentrée
Emission consacrée aux romans de l'été qui réunit sur le plateau de Bernard PIVOT plusieurs auteurs. Nella BIELSKY pour "Si belles et fraîches étaient les roses" elle évoque l'intrigue de son roman (Odessa 1918), sa vie en France, depuis qu'elle a quitté l'URSS Claude MICHELET, pour "Les palombes ne passeront plus" (la suite des"grives aux loups), la vie d'une famille dans un petit...
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox