AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266119603
314 pages
Éditeur : Pocket (04/04/2002)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 102 notes)
Résumé :
Au cœur d'un IXe siècle oublié de nos mémoires, à Solignac - trois heures de marche de Limoges - un jeune homme, Jean, est placé dans une communauté de bénédictins composée de 90 âmes. Jean est le fils d'Evrard Siérac, un apothicaire de renom.
C'est le frère Clément qui l'a amené et recommandé. Chassé de sa terre natale par un incendie qui a détruit sa maison, sa famille et ses biens, Jean est seul au monde. Recueilli par le frère Clément, Jean suit le moine... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
bonogirl
  01 août 2011
Très très bon roman, tout en simplicité, qui mets à l'honneur la Foi. La foi en Dieu, certes, mais aussi la foi dans le travail, les hommes, et en l'avenir.
L'époque où ce situe cette histoire, le IXe siècle, est très rude, les épreuve était le lot quotidien de chaque homme. le froid, les maladies, les guerres, le feu, la famine, rien n'épargne les protagonistes de ce roman. Malgré tout cela, ce livre nous montre qu'en ces temps là, le désespoir n'avait pas sa place, et qui fallait coute que coute relever la tête, et continuer sans cesse de travailler et de croire en des jours meilleurs. La fatalité n'a pas de place dans ce roman, seulement la foi...
Ce roman est à mon sens une excellente leçon de vie, une ode à l'espoir et au travail, qui nous apprends que si parfois nous tombons c'est pour mieux nous relever...
Commenter  J’apprécie          80
gean25
  27 novembre 2014
Claude Michelet est un écrivain français né à Brive en 1938. Son oeuvre la plus connue reste certainement la saga des Vialhe, qui retrace la vie d'une famille d'agriculteurs de St Libéral, petit village de Corrèze, au long du XX° siècle, "Des grives aux loups".
Dans "Les défricheurs d'éternité" nous suivons les efforts de toute une vie de frère Théodèric et des bénédictins de l'abbaye de Solignac en Limousin ; efforts sans cesse remis en question par les épreuves de la vie et de la mort. Entre autre par l'invasion des barbares vikings, venus du nord,qui envahirent tout le pays.
La cloche , elle, a continué à sonner pour le meilleur et pour le pire, et Théodéric agira tant qu'il lui restera "un souffle de vie".
Un excellent livre de l'histoire de notre pays.
Commenter  J’apprécie          70
ides60
  17 juillet 2011
De prime abord il pourrait sembler que ce livre sera monotone et trop spirituel pour nous lecteurs. C'est faux, il raconte à travers l'abbé Théodéric, l'arrivée d'une communauté de 13 moines dans une contrée hostile, pleine de bois et de marécages.
Tout est à faire ici. Commencer par rassembler les serfs disséminés, tenter de leur faire oublier leurs croyances pour ne croire qu'en un seul Dieu.
Il faut bâtir une maison de Dieu, défricher les bois pour gagner des terres cultivables, drainer les marécages pour accroire les récoltes et que chacun puisse manger à sa faim. Il faut curer le ruisseau, construire un cloître pour abriter les frères, puis un moulin pour moudre le blé, il faut tenter de combattre toutes les maladies qui surviennent dans ces zones humides et putrides.
Bref, pas un instant on ne se lasse. La volonté et la foi de ces hommes est apaisante et fait de cette lecture un elixir d'espoir.
Commenter  J’apprécie          61
JunoR
  30 octobre 2018
J'avais plusieurs fois entendu parler de ce roman historique et j'étais impatiente de le découvrir.
Son histoire est très bonne, bien que la fin soit un peu fade. Mais on peut facilement considérer ce récit comme un témoignage, une tranche de vie, et non comme une histoire avec un début et une fin. De plus, c'est un roman vraiment très utile dans la mesure où il met en scène plein de concepts historiques parfois méconnus ou peu compris.
Par contre, c'est assez mal écrit. Les personnages, par exemple, sont fades et sans relief, tous interchangeables. D'ailleurs, je sors de la lecture du livre en n'ayant retenu qu'un ou deux prénoms... On se demande également à quel public l'auteur s'adresse. En effet, l'écriture naïve, l'absence presque complète de description (paysages, personnages, bâtiments, émotions) ou les dialogues simplistes pourraient faire croire à une littérature destinée à la jeunesse. Mais cela ne colle pas avec le vocabulaire spécifique difficile et trop peu expliqué ou avec les concepts historiques trop peu approfondis et parfois un peu durs à encaisser sans contexte.
Bref, ce roman manque d'équilibre et n'a pas assez bien défini le public à qui il s'adresse. En ce qui me concerne, c'est une déception - historiquement et culturellement instructive, mais une déception quand même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
litolff
  03 décembre 2010
Dans un style très sobre, voici un récit du spirituel et du temporel qui célèbre avec une grande beauté le travail d'hommes qui ont foi en la vie et qui n'en désespèrent jamais...
Michelet sait raconter et "faire voir". Ici, l'auteur quitte le roman "régionaliste" pour parler du début de la construction des monastères, particulièrement à l'époque où les vikings remontaient les fleuves de France. On y apprend beaucoup sur la vie des moines à cette époque, l'entraide, la foi qui les unit.
C'est une épopée "humaine" que l'on vit avec ces bénédictins.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
bonogirlbonogirl   01 août 2011
C'est parce que je doute que je cherche, que je me bats, que je me force à avancer toujours un peu plus loin, que j'essaie de faire un pas de plus alors que mes pieds sont de plus en plus lourds et ma fatigue de plus en plus pesante. Mais je chercherai et agirai ainsi tant qu'il me restera un souffle de vie et le courage de m'en servir pour aller de l'avant et, peut-être, comprendre enfin...
(dernière page)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
bonogirlbonogirl   30 juillet 2011
Allez, viens, mon petit, tu ne trouveras plus rien ici, sauf du désespoir, et lui, une fois qu'il a pris la part qui lui revient, il faut se garder de lui en donner plus, c'est un tueur
(page 28 edition pocket)
Commenter  J’apprécie          210
gean25gean25   27 novembre 2014
...Crois-moi, c'est parce que je doute que je cherche, que je me bats, que je me force à avancer toujours un peu plus loin, que j'essaie de faire un pas de plus alors que mes pieds sont de plus en plus lourds et ma fatigue de plus en plus pesante. Mais je chercherai et agirai ainsi tant qu'il me restera un souffle de vie et le courage de m'en servir pour aller de l'avant et, peut-être, comprendre enfin...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
bonogirlbonogirl   30 juillet 2011
... nous n'avons pas le droit au découragement et, si parfois Dieu nous y laisse succomber, c'est pour mieux nous aider à le combattre et à le vaincre.
(page 14 edition Pocket)
Commenter  J’apprécie          170
gean25gean25   22 novembre 2014
L'abbé Théodéric avait appris que la terre ne supporte pas la précipitation. Il avait aussi découvert que l'agriculture exige beaucoup de patience.
Commenter  J’apprécie          100

Video de Claude Michelet (2) Voir plusAjouter une vidéo

Des romans de la rentrée
Emission consacrée aux romans de l'été qui réunit sur le plateau de Bernard PIVOT plusieurs auteurs. Nella BIELSKY pour "Si belles et fraîches étaient les roses" elle évoque l'intrigue de son roman (Odessa 1918), sa vie en France, depuis qu'elle a quitté l'URSS Claude MICHELET, pour "Les palombes ne passeront plus" (la suite des"grives aux loups), la vie d'une famille dans un petit...
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






.. ..