AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2848353937
Éditeur : In Press (16/03/2017)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Dans Instants de vie, Annie Micheloud-Rey hisse au niveau de la poésie ces moments furtifs où le regard qu’échangent soignant et soigné transcende la douleur et l’angoisse, où la vie reprend ses droits, le temps d’une « seconde d’éternité ». Pour cette infirmière en contact quotidien avec des patients en cours de soins palliatifs, souffrance et mort sont bien réels. Loin de tout romantisme, elle parvient à apprivoiser nos craintes et trouve les mots justes, dans un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
dominica
  06 juin 2017
J'ai découvert ce livre par l'opération de Babelio " masse critique" que je remercie tout particulièrement ainsi que les éditions in press.
J'ai apprécié ce livre écrit par cette infirmière qui côtoie dans son quotidien des malades, souvent en soins palliatifs.
Je me suis retrouvée a travers elle de part mon métier ou effectivement on côtoie la maladie, la souffrance, les aidants, la famille et la mort.
A travers des récits sous forme de textes poétiques, Annie Micheloud-Rey nous entraine dans ces échanges avec les patients, un regard, un sourire, une parole, tout le soutien que l'on peut donner sans quelquefois savoir a quel point cela leur est bénéfique.
J'aurais aimé malgré tout des témoignages plus réalistes, plus intenses et plus vrai, les mots des patients, leur ressentis et leurs récits.
Leur réflexion sur l'angoisse de la séparation, leur solitude et surtout leurs espoirs.
Mais ce livre est un bel hommage à tous ces patients qui ont croisé le chemin de cette infirmière si dévouée et il apportera certainement un soutien à toutes personnes se confronteront a la maladie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
Thalyssa
  19 juin 2017
Annie Micheloud-Rey est infirmière à domicile, elle a choisi de travailler en soins palliatifs. Elle soutient et soulage autant que possible les victimes du cancer ayant demandé à mourir chez eux plutôt qu'à l'hôpital. Un travail noble, demandant une grande force humaine, mentale et physique.
J'ai été surprise par la forme de ce témoignage. Je m'attendais à des récits, peut-être des dialogues reflétant des échanges soignant-soigné, pas à un exercice de style à mi-chemin entre la prose et la poésie. Une quarantaine de textes d'une ou deux pages se succèdent ainsi, chacun évoquant un patient. L'auteur nous apprend que parmi ces pages se sont glissés des patients qui, envers et contre tout, ont vaincu la maladie. On ne peut pas vraiment parler de poésie car les vers sont inégaux et les textes n'ont pas de structure réelle en dehors de réguliers sauts à la ligne. Pourtant, il se dégage le même genre d'atmosphère où on lutte contre l'horreur avec des métaphores, des répétitions de mots, d'idées. Un langage imagé, parfois mystérieux, toujours captivant qui nous dépeint en quelques lignes la personnalité du malade, son vécu, son entourage, sa fin de vie.
Avec respect et humilité, Annie Micheloud-Rey nous emmène à la rencontre de ceux qu'elle a accompagnés, elle dépeint toute la myriade d'émotions qui les assaillent : l'espoir, l'attente, la colère, la résignation, la peur, le soulagement,… Un sentiment étrange mêlant à la fois le trop et le trop peu. Il est assez difficile de décrire ce que l'on ressent à la lecture. On sait que chaque texte, peu importent sa mélodie et ses couleurs, correspond à une personne qui a bel et bien existé et qui a vécu l'enfer. C'est bien évidemment émouvant et éprouvant… mais cette forme lyrique permet de garder une distance, entre le patient et l'infirmière d'abord, entre l'infirmière et le lecteur ensuite. Pas le genre de distance évoquant l'indifférence ou le manque de compassion, mais plutôt de celle qui permet de ne pas tomber dans le voyeurisme. de continuer à exercer ce métier / poursuivre la lecture malgré les gens qui nous quittent trop tôt. de nombreuses questions restent en suspens mais le livre capte l'attention, l'essence de la vie. Il nous présente tout un panel de valeurs humaines qui font notre richesse et notre diversité. Comme si au final, chaque texte pouvait s'apparenter à un polaroid, une photographie prise à un instant T, un cliché que l'on prend sans trop y penser, parce que l'on sent au plus profond de soi qu'il se passe quelque chose, que c'est maintenant ou jamais, que cet instant va nous échapper si on ne le couche pas sur le papier.
Le sujet abordé reste très difficile et si la structure atypique n'a rien à voir avec les textes de Marie de Hennezel sur ce même sujet (par exemple), j'ai vite dépassé cela pour découvrir une femme au grand coeur qui donne tout ce qu'elle a pour accompagner au mieux ses patients malgré l'impossible qui les tenaille, une femme qui reçoit beaucoup en retour et qui partage à présent une fraction de son parcours avec nous.
Lien : https://dragonlyre.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
papilou
  30 mai 2017
Livre reçu lors d'une opération Masse Critiques, je remercie Babelio et les éditions In Press. Ce livre est à la croisée de la poésie, du vécu et des livres sur la médecine dans le domaine des soins palliatifs. J'ai été assez surprise de la forme du texte, des textes courts et poétiques, se succèdent. Je m'attendais plus à des témoignages de patients en soins palliatifs, c'est pourquoi j'ai été assez décontenancé par ce documentaire. Les textes sont beaux et émouvants. Toutefois, si chaque malade peut se reconnaître, l'anonymat des textes et leur forme trop poétique et uniforme mettent une distance avec le lecteur. Des textes poétiques de malades, avec leur style et leur ressenti réel, m'auraient plus touché. Toutefois, ce livre a le mérite d'être original et est de qualité.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
papiloupapilou   30 mai 2017
Je suis fatiguée, je dors continuellement.
Mon corps, cet étranger m'indispose.
Mon regard me blesse dans ce que je perçois.
Je suis étrangère dans les profondeurs de mon moi.
J'ai si peur des jours à venir,
Je ferme mes paupières, je ferme mon coeur.
Je me blottis dans mes souvenirs,
J'écoute la mélodie du début de ma vie de femme.
Commenter  J’apprécie          10
papiloupapilou   30 mai 2017
Je viens vers toi les mains nues, le coeur vide, le corps malmené.
Je viens vers toi les yeux attristés, la bouche qui ne s'ouvre plus,
Les bras qui ne portent plus que la souffrance du présent.
Je viens vers toi avec mon fardeau qui plie mon dos et élance la douleur jusqu'au point de déchirer mon âme.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : soins palliatifsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
107 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre