AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791028503871
Éditeur : Leduc.S Editions (15/05/2017)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Un chaton famélique est arraché des bidonvilles pour être transporté vers un somptueux sanctuaire par nul autre que le dalaï-lama. Ses yeux bleus, saisissants, découvriront bientôt tout de la vie du grand maître bouddhiste: une sagesse éternelle qui ne se révèle que dans les moments de grande tranquillité entre l'homme et l'animal. Vous suivrez le chat de Sa Sainteté tandis qu'il se frotte contre les vedettes de Hollywood, qu'il enseigne aux pieds des maîtres tibéta... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
beatriceferon
  04 juin 2017
De retour d'un voyage aux États Unis, Le Dalaï-lama patiente dans les embouteillages de New Delhi. Soudain, son regard est attiré par l'étrange trafic auquel se livrent deux enfants. Après avoir négocié la vente de quelques chatons, ceux-ci s'apprêtent à en jeter un qui n'a pas trouvé preneur. Sa Sainteté sauve, in extremis, une chatonne malingre qui, élevée dans le monastère du Jokhang devient vite une magnifique Himalayenne. de son poste d'observation sur l'appui de la fenêtre, elle assiste aux audiences privées et mûrit le projet d'écrire ses mémoires. Elle livre ainsi des anecdotes de sa vie de bouddhiste félin, auxquelles elle mêle des leçons de sagesse dont elle a bénéficié.
J'adore les chats. le bouddhisme ne me laisse pas indifférente. Et, justement, lors d'une opération Masse Critique sur Babelio, je repère l'ouvrage de David Michie. Par chance, quelques jours plus tard, il tombe dans ma boîte aux lettres. Je m'y plonge immédiatement.
Chogyan et Tenzin, les adjoints du Dalaï-lama, nomment leur protégée CDSS, « Chat de Sa Sainteté ».
Son histoire n'est, bien évidemment qu'un prétexte pour faire découvrir, de façon simple et sans pédanterie, les grandes lignes de cette philosophie à la mode.
J'ai reçu un format poche dont la couverture me déçoit. La « belle édition » offre la photo d'un véritable Himalayen, de la race de notre héroïne. le poche, malheureusement, a choisi un petit chat gris, très mignon, certes, mais qui ne correspond en rien au portrait de CDSS. Pourquoi ce changement ? Mystère.
Je découvre, au fil des pages, des entretiens que Le Dalaï-lama accorde à des personnalités connues. Elles ne sont jamais nommées, mais CDSS donne au lecteur des indices qui lui permettront de deviner leur identité. Hélas, à moi, ils ne disent rien. Cela m'énerve. Par exemple : « J'ai reconnu le visiteur au moment où il fit son entrée dans le bureau de Sa Sainteté. Il était, après tout, l'un des gourous du développement personnel les plus réputés dans le monde, et ce, depuis longtemps. Son visage apparaissait sur les couvertures de millions de livres et de DVD. Il avait fait la tournée des capitales du monde et il s'était adressé à des foules gigantesques dans les plus grands stades de la planète. Il avait ses adeptes parmi le gratin d'Hollywood, il avait rencontré des présidents américains et il faisait régulièrement des apparitions dans les émissions de variétés les plus regardées. »
La traduction de Martin Coursol n'est pas très bonne, ce qui ne manque pas de me perturber. Je passerai sur les nombreuses fautes d'orthographe (ainsi, bien que CDSS soit une chatte, les participes passés qui la décrivent sont, le plus souvent, accordés au masculin). Mais les tournures fautives, telles « Mme Trinci et le Café Franc ont reçu instruction de me servir que des demi-portions », voire carrément incompréhensibles, comme « N'est-il pas vrai que, de temps en temps, vous éprouvez un souci excessif quant à la façon dont vous vos vêtements aux autres ? » me dérangent et m'arrêtent dans ma lecture.
Certains passages m'ont causé de gros problèmes et j'ai éprouvé beaucoup de mal à les lire. Ils concernent la cruauté humaine envers les animaux qui, de plus en plus, me révolte, me bouleverse, me désespère. Ainsi, au début du livre, des enfants laissent tomber la petite chatte sur le pavé, puis, l'emballement tout simplement dans une feuille de journal, dans l'intention de la jeter comme un détritus. Je ne peux pas prendre de recul car cette situation se produit trop souvent dans la réalité.
Le pire, pour moi, est le moment où Franc, qui déteste les chats, s'apprête à projeter l'intruse loin de son café. J'en avais les larmes aux yeux, une boule dans la gorge. Y repenser me cause encore toujours un malaise, d'autant plus fort que la situation est vécue de l'intérieur : « La plupart des chats sont capables d'encaisser les chutes sans le moindre mal. Mais je n'étais pas comme la plupart des chats. Mes jambes de derrière étaient déjà faibles et instables. Un impact supplémentaire pourrait leur causer un tort irréparable. Serais-je encore capable de marcher ? »
Je n'ai donc pas du tout aimé le personnage de Franc, vaniteux, vantard, brutal, profiteur. Oui, par la suite, il accueille la chatte comme une reine, lui offre de friands morceaux, lui aménage un coin avec coussin en forme de lotus. Mais ce n'est nullement par gentillesse. CDSS n'est pour lui qu'une réclame vivante, susceptible d'attirer la clientèle. Il s'enorgueillira, devant chaque visiteur, de s'occuper du chat du Dalaï-lama, tout comme il est intarissable sur l'histoire de ses innombrables bénédictions ou porte un signe « Om » en diamant à l'oreille. Je ne l'aime pas, même après qu'il a fait son mea culpa, même après les efforts qu'il fournit pour s'amender.
En revanche, le livre nous offre, pour contrebalancer, toute une galerie de figures sympathiques et attachantes, comme Tenzin et Chogyal, ou, ma préférée, Mme Trinci, la cuisinière, qui offre à sa petite protégée, des mets plus délicats les uns que les autres et la serre sur son coeur avec une réelle affection.
J'aimais beaucoup le fait que la chatte se voie gratifiée de plusieurs noms (ce que chaque amoureux des félins ne manque pas de faire avec son animal, mais aussi, comme le racontait Philippe Ragueneau dans un de ses romans, parce que nos petits fauves visitent différentes personnes, qui, toutes, leur donnent des noms différents.) Bien entendu, mon favori est celui qu'utilise Sa Sainteté en personne : « petite lionne des neiges ».
Si je n'ai pas appris grand chose de nouveau à propos du bouddhisme, j'ai malgré tout vraiment apprécié de découvrir des leçons faciles et aisément applicables dans la vie de tous les jours par tout un chacun. Ce livre me rappelait « Le voyage d'Hector ou la recherche du bonheur » de François Lelord que j'avais beaucoup aimé.
Celui qui se dévalorise sans cesse apprend à acquérir de la confiance, celui qui se vante devient plus modeste, un couple donne un bel exemple en sachant profiter de l'instant présent. Quand ils dégustent leur café, ils le font en silence et en prêtant attention à leur breuvage, au lieu de se laisser distraire par l'environnement (c'est déjà ce que nous disait Montaigne au XVIe siècle!).
Enfin, pour ma part, je devrais appliquer ce précepte : « lorsque quelqu'un est fâché, le premier à souffrir, c'est lui. Une personne fâchée n'a l'esprit ni heureux, ni paisible. » « Nous devons également penser à l'impact que nous avons sur les autres. Quand nous disons des choses blessantes que nous ne pensons pas vraiment, nous pouvons créer des blessures profondes qui ne peuvent être guéries. » Avec mon fichu caractère, cela me ferait du bien d'y songer. Hélas, j'ai bien l'impression d'être irrécupérable. Je devrais apprendre par coeur ces pensées et me les réciter continuellement à la façon d'un mantra !
Cet ouvrage m'a donc beaucoup plu et je le conseillerais à tous ceux qui aiment les chats et veulent découvrir de jolies leçons de vie à méditer, sans devoir se prendre la tête avec des termes techniques pédants et incompréhensibles.
Je remercie une fois encore Babelio et son Opération Masse Critique, ainsi, bien sûr, que les éditions Leduc.S qui ont eu la gentillesse de me l'offrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
XS
  06 septembre 2017
A travers les yeux d'un chaton adopté par le dalaï lama, l'auteur explicite quelques leçons de sagesse qui gagneraient à être appliquées par chacun pour améliorer son vécu. L'objectif avoué ? Donner les secrets du bonheur véritable. L'originalité du récit vient du fait que le chat, grâce à qui nous assistons à des audiences, tente d'appliquer ces leçons à son propre vécu.
Je ne suis pas convaincue par ce livre : d'une part l'artefact du chat m'a paru très artificiel même si l'idée est sympathique. Souvent, cette petite chatte relate des dialogues auxquels elle assiste, elle joue principalement un rôle de témoin, et récapitule, donnant possibilité à l'auteur de donner des leçons. Son rôle oscille donc en permanence entre la voix de l'auteur, le petit témoin et le cobaye expérimentant les mêmes déboires que tout un chacun. La voilà, par exemple, qui nous dit : «Je ne pouvais pas éviter de me rappeler mes propres sentiments d'insuffisance en matière de Dharma en général, et de méditation en particulier ». Cela m'a fait sourire d'imaginer mon chat tenir ce même discours… J'imaginais plutôt son dialogue intérieur comme : « Oh, je reprendrais bien une ou deux croquettes » ou encore « tiens voilà mon humain, je vais me faire gratouiller »
Sans doute ai-je déjà lu trop de livre de développement personnel pour être marquée par les leçons contenues dans ce livre, reprenant de grands principes maintenant bien diffusés dans nos cultures occidentales. Mais pour une sensibilisation ou pour les amoureux des chats, ce petit livre reste une sympathique introduction à des préceptes qui ne peuvent qu'aider dans la recherche du bonheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
NicolasFJ
  29 mai 2017
Une excellente introduction au bouddhisme et au quotidien du dalaï-lama, au travers des yeux de son chat.
La narratrice féline est totalement crédible, avec son ton qui mêle raffinement distingué et instinct animal, ses tête-à-tête hilarants avec des chiens, et son amour passionnel pour la nourriture. On sent que l'auteur connait très très bien les chats, et qu'il les adore.
Le roman est une succession de petites leçons bouddhiques, entrelacées de pensées félines.
Le tout passe très bien et permet de s'initier un peu à cette religion.
Le livre baigne dans la sérénité, les sourires sages et les conseils bienveillants sur la manière d'adoucir sa vie.
Les chats semblent faits pour le bouddhisme, et le bouddhisme fait pour les chats !
Si je n'en ressors évidemment pas converti à cette religion, je la connais maintenant bien mieux, et ai gardé de côté quelques concepts qui pourraient m'être utiles.
Merci à Babelio & Leduc.s Éditions pour cette découverte !
Commenter  J’apprécie          80
clairejeanne
  12 janvier 2019
Un livre absolument délicieux à offrir à tous les amoureux des chats et à tous ceux qui souhaitent découvrir le bouddhisme : c'est une jolie petite chatte de race himalayenne qui s'exprime, raconte sa propre histoire, nous dit comment elle est devenue la plus fidèle compagne de l'un "des plus grands leaders spirituels du monde et un Prix Nobel de la paix".
Recueillie à un moment critique de sa jeune vie par Sa Sainteté le chef spirituel du Bouddhisme Tibétain, elle devient le CDSS (Chat de Sa Sainteté), partage sa vie quotidienne ainsi que celle de ses moines à Dharamsala, petite ville du nord de l'Inde où se trouve le monastère qui les accueille depuis leur exil (1959).
Dotée d'yeux saphir et d'un pelage somptueux, CDSS adhère facilement à ces deux désirs communs à tous les êtres sensibles et édictés par le dalaï lama : celui de vivre heureux et celui d'éviter les souffrances.
Avec beaucoup d'humour, le petit félin qui se divertit du "théâtre des humains" nous explique à la fois le monde des chats, la vie d'un Bouddha vivant et la religion/philosophie bouddhiste ; surnommée "petite lionne des neiges" par son maître adoré, la coquine va grandir, découvrir le monastère dans son ensemble et ... rencontrer un autre chat.
L'importance d'une simple vie et le devoir de la protéger, la grandeur de l'amour bienveillant, l'intérêt d'apprendre de ses erreurs, la force puisée dans la méditation, l'inutilité de la culpabilité ; la petite chatte comprend tout et nous le distille avec finesse et espièglerie !
Beaucoup de citations, on aimerait toutes les noter, sont à la fois réjouissantes et apaisantes ; pour n'en citer qu'une " À certains moments de notre vie, notre propre lumière s'éteint et se rallume par l'étincelle d'une autre personne. Chacun d'entre nous doit une profonde gratitude à ceux qui ont allumé la flamme en nous." (Citation attribuée à A. Schweitzer, p 267)
Suivons le CDSS dans ses tribulations et découvertes diverses, et essayons de trouver, nous aussi, les secrets du bonheur véritable !
Extrait (p 10) : " ...elle s'est avancée vers moi pour me flatter le cou, geste que j'ai accepté avec un énorme baillement et un léger étirement de mes pattes avant. Je ne savais pas que vous aviez un chat ! s'est-elle exclamée. Je suis toujours étonnée de voir à quel point les gens lui font si souvent la remarque - bien que tous ne soient pas aussi spontanés que les Américains dans leur façon d'exprimer leur étonnement à pleine voix. Et pourquoi Sa Sainteté ne devrait-elle pas avoir un chat - si "avoir un chat" est une juste compréhension de notre relation ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marie-Nel
  21 juin 2017
Je voulais lire ce roman depuis sa sortie. J'étais envoutée par le regard bleu de ce chat Sacré de Birmanie, et savoir en plus qu'il était le compagnon du dalaï-lama rendait ce livre encore plus attirant ! Grâce à la Masse Critique de Babelio, j'ai eu la chance de le lire, de me plonger dans la vie de ce chat, et un peu dans l'intimité de son maître spirituel. D'ailleurs le sous-titre résume tout très bien « Les secrets du bonheur véritable d'un félin pas comme les autres » …
Tout commence dans la ville de New-Delhi, Le Dalaï-lama rentre d'un voyage et voit dans la rue deux enfants en train de vendre une portée de chatons qu'ils ont dérobés, ils n'arrivent pas à se débarrasser d'un petit mal en point, rachitique, et le laisse de côté. Le Dalaï-lama, voyant cela, donne de l'argent et récupère le chaton. Voilà comment débute la vie de cette petite chatonne, qui va passer de la rue à des mains bienveillantes, et vivre dans le temple et la suite privée du maître. CDSS (Chat de Sa Sainteté), son prénom, choisi par les adjoints, va être le témoin de l'organisation des journées au temple, les méditations du matin, faire la connaissance de l'entourage, sortir dehors et être accueillie dans un café où le patron va être fier d'avoir le chat du Dalaï-lama dans ses murs.
Outre la vie d'un chat « ordinaire », la découverte d'un territoire, etc..l'auteur fait passer à travers lui tous les messages qui sont chers au maître spirituel, la compassion, la transformation de la colère en énergie constructive, le bonheur qui est souvent là où on ne le voit pas, le bien-être, etc. J'ai déjà lu beaucoup de livres exposant la philosophie de vie du Dalaï-lama. Ce qui est amusant ici, c'est que c'est raconté par un chat, j'ai retrouvé tous les préceptes déjà lus, mais ils sont plus accessibles aux novices. J'ai également découvert la façon de travailler dans ce temple, les organisations des voyages, les réceptions de personnalités plus ou moins importantes. Et toujours cette façon de dialoguer du Dalaï-lama, il arrive toujours à cerner la personne qu'il a face à lui, et petit à petit dans la conversation, il démontre qu'une autre façon de penser serait toute aussi meilleure. C'est vraiment un être d'une grande bonté, et chaque personne se sent mieux lorsqu'il sort d'une entrevue avec lui.
D'ailleurs, en tant que lectrice, je me suis tout simplement sentie bien au fur et à mesure de ma lecture. Ce chat m'a fait bien souvent sourire, car comme tout être, il essaie plus ou moins de se lancer des défis qui le mènent parfois vers des déboires !
Une très bonne lecture pour moi, ce roman va rejoindre ceux que j'ai déjà, avec une pointe de nostalgie...que j'aimerais être à la place de ce chat à la vie si riche, non pas matérielle, mais de connaissance, d'amour et de respect !

Lien : http://marienel-lit.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
dormancedormance   22 avril 2018
Dans le bouddhisme, poursuivit le lama en penchant la tête vers l'arrière en guise de provocation, nous dirions que vous êtes paresseux. [...]
- Se dénigrer soi-même, penser que l'on est pas assez bon, dire "Je ne peux pas faire ça ", c'est un esprit de faiblesse. Vous devez travailler pour le surmonter.
- Ce n'est pas une question de choix, protesta Sam faiblement.
- Alors vous devez choisir de surmonter cet état d'esprit. Qu'arrivera-t-il si vous continuez de vous en remettre à un esprit faible ? Vous nourrissez votre faiblesse. Le résultat en sera un esprit encore plus faible dans l'avenir. Au lieu, vous devriez cultiver la confiance en vous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   01 janvier 2017
Il arrive un temps où presque chaque amoureux des chats fait face à un dilemme : comment dites-vous à votre compagnon félin que vous partez ? Et pas seulement pour une longue fin de semaine.
À vrai dire, la façon dont les humains nous annoncent leur départ est une grande source de préoccupation pour les chats. Certains d’entre nous aiment obtenir un long préavis, de sorte que nous puissions mentalement nous préparer au changement de routine. D’autres préfèrent que la nouvelle leur tombe dessus comme une pie enragée pendant la saison de nidification : avant même de pouvoir comprendre ce qui arrive, c’est déjà fait.
Fait intéressant, les membres de notre personnel semblent avoir un sens inné de la chose, et ils agissent en conséquence. Certains disent des mots doux à leur minou des semaines avant leur départ, d’autres sortent sans préavis la redoutée cage de transport du placard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sasouh08sasouh08   06 septembre 2017
A certains moments de notre vie, notre propre lumière s’éteint et se rallume par l’étincelle d’une autre personne. Chacun d’entre nous doit une profonde gratitude à ceux qui ont allumé la flamme en nous.
Commenter  J’apprécie          120
XSXS   06 septembre 2017
J’avais été aussi étonnée que Sam d’apprendre qu’un manque d’assurance était, pour les bouddhistes, considéré comme une forme de paresse, la manifestation d’un esprit faible qui devait être surmonté.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   01 janvier 2017
Certaines personnes sont naturellement optimistes et gaies : elles se retrouvent à une extrémité d’une courbe en cloche. D’autres ont un tempérament plus sombre. Elles se situent à l’autre extrémité. La grande majorité d’entre nous se positionnent vers le milieu. Cette valeur de consigne est notre norme personnelle, le niveau de bien-être minimal auquel nous tendons à retourner après les triomphes et les tragédies, ainsi que les hauts et les bas quotidiens de l’existence. Gagner à la loterie pourrait nous rendre plus heureux pendant un certain temps, mais les recherches montrent que par la suite nous sommes susceptibles de retourner à notre valeur de consigne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de David Michie (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Michie
Payot - Marque Page - David Michie - le chat du dalaï-lama et l'art de ronronner
autres livres classés : Dalaï-lamasVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1189 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre