AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782205088953
64 pages
Dargaud (24/09/2021)
2.93/5   22 notes
Résumé :
Dans un futur proche, la Corse est devenue le paradis d’une poignée de nantis, touristes richissimes, grossiers et exigeants venus des Ailleurs. Le climat de plus en plus détraqué rend les saisons aléatoires, précarisant davantage les locaux contraints d’accepter ce tourisme dévoyé pour survivre. Tout commence lorsqu’Agughia, « anguille » en corse, jeune voleuse débrouillarde et fière dérobe un objet mystérieux transporté par un représentant de Radius, puissant lobb... >Voir plus
Que lire après AgughiaVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Je n'ai pas trop aimé cette BD cyberpunk dont l'action se situe dans le futur.

Le dessin est déjà très spéciale avec ses couleurs criardes et son trait anguleux. Il faut vraiment aimer ce style graphique datant des années 70. J'ai eu vraiment beaucoup de mal.

Par ailleurs, au niveau du scénario, nous avons un récit assez chaotique qui met en scène des personnages assez bizarres dans un monde en perdition et profondément injuste. le ton est assez décalé avec un peu d'humour malgré tout.

Le thème est celui du tourisme spatial qui peut détruire l'environnement. C'est une île où les habitants semblent être dépossédés de leur coin. le responsable est un puissant lobby qui oeuvre à l'aménagement du territoire pour son plus grand bénéfice. On peut dire sans se mouiller que c'est une transposition de ce qui se passe en Corse.

Je préfère pour une fois passer mon tour. On ne peut pas tout aimer dans la BD. C'est ainsi.
Commenter  J’apprécie          410
Ambiance de dystopie cyberpunk sur une île de méditerranée transformée en station balnéaire du futur, les touristes s'entassent, les autochtones s'en sortent comme ils peuvent, c'est pollué, sale, grouillant de monde. Hugues Micol nous présente un futur pas très reluisant.
Un touriste se fait voler un colis dans un taxi, Agughia est la voleuse, une trafiquante, débrouillarde et agile qui essaye de s'en sortir avec des petites combines. le problème, c'est que le touriste volé travaille pour un grand consortium installé en orbite, et l'affaire prend de bien trop lourdes conséquences.
Je n'ai pas été très emballé par le graphisme, efficace et dynamique, mais les couleurs sont trop agressives et l'ensemble trop fouillis. Par contre, l'intrigue est prenante, pleine de suspense, bien construite, l'aspect dystopique assez glaçant, basé sur un capitalisme sans éthique, et les personnages classiques dans ce genre mais bien campés. C'était un bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          240
« Le futur, c'est déjà demain ». Agughia, récit d'aventure trépidant et de science-fiction situé dans un futur proche aurait très bien pu figurer dans le premier numéro de la nouvelle mouture de Métal Hurlant.

Ô Corse île de plaisir pour les Ailleurs
Pour les habitants, minés par la pauvreté, l'île de beauté n'a plus de beauté que le nom et ce n'est pas eux qui en profitent. Ils voient déferler des hordes de touristes venant de la plus basse plateforme des Ailleurs, colonies de la Terre peuplées de l'élite. Au programme, profiter de la nature bien sûr mais aussi du confort dernier cri: maquis sécurisé, circuits de randonnée aseptisés, rivières chauffées et plages climatisées. Or, en raison du dérèglement climatique, la saison touristique est de plus en plus courte ce qui précarise d'autant plus les autochtones.
« Évidemment que je veux me barrer ! Tout l'avenir de cette foutue île est enterré ici ! Avec vous ! Pourquoi j'resterais ? » Et pour se barrer, elle a trouvé la solution : se faire un maximum de blé pour aller installer son business (un salon de blanchiment dentaire pour les expatriés !) dans les Ailleurs. Elle, c'est Agughia, jeune voleuse à la tire qui, à la faveur d'un accident de la route, va dérober son sac à un employé de Radius, la toute puissante multinationale chargée de transformer l'île en « un territoire riche de sa culture, mais tourné vers la modernité et la croissance ». Véritable MacGuffin, ce vol va déclencher toute l'affaire. Et non seulement la police municipale dirigée par un pinzutu borné qui veut à tout prix mettre ça sur le dos de Rage de vert, une organisation écologiste radicale, mais également un mystérieux homme masqué vont se lancer à la poursuite de la jeune voleuse afin de récupérer l'objet contenu dans le sac qui, soit dit entre nous, n'est pas banal. Et le larcin d'Agughia, la « reine du braco » tel le battement d'aile du papillon …

Micol, Mézières et les autres
Hugues Micol est un auteur complet qui se définit lui-même comme un dessinateur d'histoires. Chez lui, la démarche graphique est toujours antérieure au récit, et c'est à travers le dessin, le trait qu'il essaie de l'incarner. Ici, sa volonté était de faire une BD au style graphique des années 70. Aussi a-t-il réalisé des dessins très fouillés et opté pour une palette de couleurs acidulées. L'intrigue se déroulant dans un futur proche, voilà qui a de quoi surprendre. Oui mais si on ajoute une histoire de SF« à la Valérian , avec un côté fable, on comprend mieux. Et Moebius aussi est de la partie ... Je dois reconnaître que les années 70, que ce soient les tapisseries à grosses fleurs orange ou jaunes, les coupes de cheveux, les pattes d'eph ou l'esthétique graphique, ce n'est pas ce que je préfère. Personnellement, je suis plus sensible au sublime noir et blanc et à l'inventivité graphique exprimée dans Black-Out son précédent ouvrage sur un scénario de Loo Hui Phang. Quoi qu'il en soit, ce choix d'une esthétique vintage fonctionne parfaitement et en ravira certains.
Comme dans les derniers Valérian, tout en étant divertissant, ce récit d'anticipation porte un regard critique sur le monde dans lequel nous vivons et a pour toile de fond l'impact du tourisme de masse, le capitalisme sans oublier bien sûr l'écologie.

Hugues Micol a rempli sa mission. Sur un ton décalé non exempt d'humour, il nous offre là un sympathique divertissement dans lequel scènes d'action et rebondissements s'enchaînent sans faillir et nous réservent quelques surprises. Ne boudons pas notre plaisir !

Merci à Babelio et aux éditions Dargaud qui m'ont permis de découvrir cet album lors d'une opération Masse critique.
Commenter  J’apprécie          10
Ce futur là n'a rien d'engageant. Une Corse envahie par un tourisme de masse XXL, tenue par un grand groupe industrio-immobilier nommé Radius.
Agughia, jeune activiste locale, vole un sac appartenant à un employé de Radius… la course poursuite peut commencer…. Qu' y a-t-il dans ce sac ? Pourquoi suscite t il autant de convoitises ?

Le récit dynamique nous laisse impatient de connaître la suite… Au départ un peu déconcerté par ce dessin haut en couleurs, je me suis peu à peu laissé embarquer dans ce récit d'aventures dystopique. On y croise pas mal de trouvailles futuristes intéressantes, Hughes Micol est il un visionnaire, pas trop espérons le !

Hommage à la BD des années 80, Moebius Christin-Mézières en tête, cet album rappellera des souvenirs aux nostalgiques de la BD d'anticipation… avec ici des sujets d'actualité liés à l'écologie, au capitalisme…

Au final, un album rythmé et engageant, une histoire à suivre avec un personnage féminin attirant dans un univers graphique vintage bien marqué.
Commenter  J’apprécie          40
Dejà, le style du dessin, en fait j'ai carrément adoré, les couleurs criardes, l'epaisseur des trait, ça fait vieux punk décalé. Quand à l'histoire c'est du grand n'importe quoi mais c'est un peu normal cela se passe en Corse (hahaha) et pourtant c'est dynamique (hahaha), je trouve que l'on ne s'ennuie pas et qu'on peut y revenir avec plaisir. Et puis, je trouve qu'il y a une morale générale pas seulement écologique mais humaine et rien que pour cela j'ai presque envie de le mettre dans mon top des BD.
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (4)
BoDoi
08 janvier 2022
C’est beau – trait semi-réaliste maîtrisé et fluide, décors léchés, mise en couleurs étonnante –, c’est drôle, mais ça reste au final assez anecdotique.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Telerama
29 novembre 2021
Avec Agughia, Hugues Micol réussit une aventure de science-fiction ultra divertissante, mais aussi politique et écologique, servie par un dessin vintage et virtuose.
Lire la critique sur le site : Telerama
BDGest
09 novembre 2021
Dans Agughia l’élément perturbateur est pertinent et convaincant. Habillé d'une véritable dynamique narrative et servi par des options graphiques séduisantes, l’engagement, même s’il n’évite pas tous les clichés du genre, mérite d’être salué.
Lire la critique sur le site : BDGest
Bedeo
15 octobre 2021
À la fois récit d’aventure survolté, thriller écologique et comédie politique mordante, Agughia n’est pas de tout repos… et c’est l’une de ses grandes qualités !
Lire la critique sur le site : Bedeo
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Un mort, c'est une empreinte. On ne marche pas dessus.
Commenter  J’apprécie          280
La navette Radius03 en provenance de la station relais Radius X-07 s’est posée à Figari, en Corse. Dans un taxi, son passager discute avec le chauffeur qui déplore le tourisme de luxe. Ce dernier s’emporte contre le vaste plan d’aménagement du territoire remporté par Radius – une multinationale omnipotente et tentaculaire… Le dérèglement climatique a bouleversé le cycle des saisons, et les Corses ont dû s’adapter : pour survivre, ils n’ont d’autre choix que d’accepter ce tourisme dévoyé. Le passager avoue travailler pour Radius quand une collision met fin à leur échange. Un individu profite de la confusion pour dérober le sac du passager et s’enfuir. Mais un homme, ou ce qu’il en reste, n’a rien perdu de la scène..
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Hugues Micol (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hugues Micol
Agughia
autres livres classés : dystopieVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (45) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4856 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..