AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Lebar (Illustrateur)
EAN : 9782840961758
220 pages
Éditeur : Parigramme (09/09/2004)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 5 notes)
Résumé :

Le caractère, le charme et même la beauté de Paris tiennent autant à ses maisons et à ses immeubles qu'à ses monuments. Ce tissu ordinaire façonne le paysage des rues et des boulevards, des carrefours et des places. L'immeuble est "l'article de Paris" le plus commun, mais il mérite qu'on s'y arrête. Nous sommes sensibles à l'impression d'ensemble, au paysage des toits, mais nous ne savons pas toujours bien... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
ileana
  20 novembre 2015
Ah, ces photos ! Cela donne envie de repartir nez en l'air pour une longue balade architecturale. Un livre très riche, bien structuré, à la démarche pédagogique.
Il est question de travées, traitement de l'angle, motifs, matériaux, gabarit, alignement, ordonnance. Et il est question de styles. Malheureusement l'auteur ne propose pas de glossaire. Mais il y a un index des adresses citées, classées par arrondissement.
Souvent pointu, il faut faire attention aux détails : avez-vous repéré le revêtement en grès flammé, rue de Hanovre, dans le 2ème arrondissement (p48) ? Ou alors, comment faire la différence entre le style Louis XVI et celui du début du XIXème siècle ? Ils semblent très proches, mais ils sont traités dans de chapitres distincts.
Extraits et notes :
En 1914, Paris compte 2,9 millions d'habitants, sa plus grande population intra muros. P8
« de la maison bourgeoise ancienne à l'immeuble de rapport moderne, l'évolution est surtout sensible dans l'articulation distributive, dont nous ne traiterons pas ici. [ ] L'articulation ternaire – rez-de-chaussée, étages courants, étages de couronnement – perdure ; le gabarit évolue par paliers, sans rupture décisive – à l'exception d'une vingtaine d'années, de 1958 à 1978, qui font aujourd'hui presque figure de parenthèse. »p10
« Dans Notre Dame de Paris, Hugo se désole : Nos pères avaient un Paris de pierre ; nos fils auront un Paris de plâtre. Les immeubles « conviennent à la classe montante des petits employés, que Balzac décrit avec ironie dans Les Petits Bourgeois. [ ] Mais ces immeubles de plâtre autorisent des expressions très diverses : degré zéro de l'architecture ou enrichissements abondants. » Illustrations : 78, rue du Bac – très simple ; 14, rue Saint-Roch, abondance des ornements. P114, au chapitre consacré à l'époque de Louis-Philippe.
« Les trente glorieuses laissent une trace plus ambiguë : tours et barres sont plus proches de casernes soviétiques que des gratte-ciel du rêve américain. Et ce n'est pas mai 1968 mais la crise de 1974 qui a favorisé, ces trente dernières années [1974-2013], la redécouverte de l'espace de la rue, de la mémoire du parcellaire et de la poésie de l'histoire. »p11
Au chapitre consacré au modernisme tardif et au postmodernisme, 1974-2013 : Une nouvelle génération d'architectes, traumatisée par la destruction des halles centrales de Baltard, redécouvre les mérites de la rue, espace de convivialité, et du parcellaire, garant de la mémoire urbaine. » p 198


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


Dans la catégorie : Histoire et géographieVoir plus
>Architecture>Architecture>Histoire et géographie (97)
autres livres classés : Paris (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2221 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre